Rappels

Histoire de l'appareil

A la fin de la seconde guerre mondiale, la situation de l'industrie aéronautique française est au plus bas et doit repartir de zéro, en s'appuyant sur les travaux faits à l'étranger (en Allemagne mais aussi aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne). De plus, toutes les avancées ne sont pas communiquées et la France doit découvrir par elle-même les avantages et inconvénients de l'aviation à réaction, alors que ses alliés ont déjà un peu progressé sur la question. L’Ouragan est né de la volonté du ministère de l’Air de posséder un appareil de fabrication nationale, mais également de pallier aux difficultés de mise au point de l’Espadon.

Dassault décide de faire simple en réutilisant le savoir-faire acquis avec ses conceptions d’avant-guerre, notamment la famille du MB-150, et remporte un contrat de 3 prototypes le 30 décembre 1947. Le bureau d’étude mené par Deplant, Cabrière et Rouault conçoit un appareil simple, peu coûteux mais robuste et fiable. Il s'inspire de la ligne générale du F-84, la conception commença en octobre 1947 et la construction le 7 avril 1948.

Il en résulte une cellule de section circulaire, dessinée à partir d’une entrée d’air frontale de type pitôt, qui supporte la dérive ; les empennages horizontaux sont implantés sur la dérive elle-même. La voilure , d’une flèche légère, est basse afin de permettre l’escamotage du train d’atterrissage. La cabine, pressurisée afin de pouvoir monter à 12000 m, prend place dans une double manche à air qui contient également des réservoirs de carburant et la chambre du réacteur. L'appareil n'emporte pas de radar, et la conduite de tir se fait par un collimateur gyroscopique.

Le premier prototype, le MD-450 01, vole le 28 février 1949 au mains de Konstantin Rozanoff. Cet appareil n'a pas de cockpit pressurisé, ni d'armement. Il est suivi par 2 prototypes, le MD-450 02 possédant une cabine pressurisée et le 03 équipé d'un Nene 104 construit sous licence par Hispano-Suiza. Les essais se révèlent très concluants : le 01 atteint 980 km/h et une vitesse ascensionnelle initiale de 43 m/s, tandis que le 02 atteindra l'altitude de 15000 m. Quand aux bidons de 450 l en bout d'ailes caractéristiques des Ouragan, ils apparaîtront en décembre 1949. L'armée de l'air commande 15 appareils de présérie le 31 août 1949 afin d'essayer plusieurs configurations, mais seuls 12 furent construits.

La commande initiale, signée le 31 août 1950, porte sur 150 appareils. Elle passe à 450 appareils, puis à 350 seulement du fait de l'apparition du Mystère II 185 sont financés par les Etats-Unis dans le cadre du MDAP. Il en existe 2 versions : 50 MD-450A propulsés par un Rolls-Royce Nene 102, et 300 MD-450B équipés de Nene 104B. L'appareil est produit de 1951 à 1954, à une cadence de 17 avions par mois. Le premier exemplaire de série vole le 20 décembre 1951, à Mérignac, entre les mains de Rozanoff.

L’Ouragan entre en service en 1952 au sein de la 12e escadre de chasse à Cambrai en remplacement des Vampire, et équipe également les 2e et 4e escadre de chasse. Il est rapidement remplacé par le Mystère IV dès 1955, et versé à l'école de l'air à Salon de Provence et à l'école de Chasse à Meknès. Il fut employé au sein de l’Armée de l’Air jusqu’en 1963 et équipa également la Patrouille de France de 1955 à 1956.

L'Inde commanda 71 Ouragan le 20 juin 1954 : équipé d’un Nene 105A de 2350 kgp (plus léger et plus puissant), il est surnommé Toofani (traduction hindi d’Ouragan) et livré à partir de 1954. En 1957, l'Inde commande 33 exemplaires provenant des stocks de l’Armée de l’Air. Il vit le combat en 1961, lors de l'invasion de l'île de Diu, lors d'attaques contre des rebelles à Assam et Nagaland. Il a effectué des missions de reconnaissance en 1962 lors de la guerre indo-pakistanaise. Le 24 avril 1965, un exemplaire fut capturé par les Pakistanais, qui l'exposent toujours au musée de Peshawar. Le Toofani fut retiré des premières lignes en 1957, remplacé par le Mystère IV, et retiré des inventaires en 1965.

Israël se résigna à commander 24 MD-450B, reçus juste avant le conflit de 1956. Les israéliens auraient préférés des F-84F, ou des Sabre canadiens, voire même des Attacker ou des Mystère II. Il fut donc pris par intérim, en attendant le futur Mystère IV. Il entra en service au sein de l'escadron 113 Guêpes, puis, en 1965, au sein d'un deuxième escadron "Têtes de lion". Bien qu'inférieur au Meteor dans des missions d’interception, il eut plusieurs victoires en air-air : d'abord contre un Vampire égyptien le 12 avril 1956, contre des MiG-15 pourtant supérieur également, et même contre un MiG-21 ! Retiré des premières lignes vers la fin des années 1950, il se révéla très bon dans des missions air-sol grâce à sa stabilité. 51 autres exemplaires d’occasion furent rachetés, dont un MD-450A, le n° 120, et l’Ouragan reprit du service en 1967, lors de la guerre des 6 jours. Ils furent retirés du service en 1973, remplacés par les A-4. Un des Ouragan servit également à tester le camouflage désormais en vigueur au sein de l'aviation israélienne.

18 appareils israéliens furent vendus au Salvador en 1975, constituant ses premiers avions de guerre à réaction. Ils servirent lors de la guerre civile de 1980 à 1992. La plupart furent détruits au sol par les rebelles communistes en 1982 et les survivants furent retirés à la fin de la guerre civile. L'un d'eux a survécu et est exposé.

Il y eu un exemplaire d’une version de reconnaissance, le MD-450R, tandis qu’un autre préfigurait le MD-451 Aladin (jamais construit) avec un réacteur Atar 101 et des entrées d’air latérales. Un troisième, le Barougan, reprenait le principe du Baroudeur et vola le 24 février 1954. Toutes ces versions ne furent jamais construites en série.

Cet appareil marqua en définitive le renouveau de l’aéronautique française, en étant le premier avion militaire à réaction de conception française à être produit en série et même exporté. L'appareil fut trouvé plaisant et agréable à piloter, et se révéla une plate-forme stable, très adaptée aux missions d'attaque au sol, et d'une conception robuste, capable de survivre à des obus de 37 mm.

Versions référencées

  • Dassault MD-450A : Version de série initiale propulsée par un Rolls-Ryce Nene 102. 50 exemplaires.
  • Dassault MD-450B : Version propulsée par un Rolls-Royce Nene 104. 300 exemplaires.
  • Dassault MD-450R : Version de reconnaissance. 1 exemplaire.
  • Dassault MD-450-30L : Version expérimentale dotée d'entrées d'air latérales.
  • Dassault MD-451 Aladin : Projet de version de chasse de nuit.
  • Dassault Barougan : Version expérimentale au train d'atterrissage en diabolo. 4 exemplaires.
  • Dassault Toofani : Version spécifique à l'Inde. 71 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Dassault MD-450B voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 7 900 kg (17 417 lbs)
  • Masse à vide : 4 142 kg (9 132 lbs)
  • Surface alaire : 23,8 m² (256,181 sq. ft)
  • Hauteur : 4,14 m (13,583 ft)
  • Envergure : 13,16 m (43,176 ft)
  • Longueur : 10,73 m (35,203 ft)

Performances

  • Rayon d'action : 450 km (280 mi, 243 nm)
  • Plafond opérationnel : 13 000 m (42 651 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 38 m/s (125 ft/s)
  • Vitesse maximale BA : 940 km/h (584 mph, 508 kts)
  • Charge alaire, à vide : 174,034 kg/m² (35,645 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 331,933 kg/m² (67,985 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur à compresseur centrifuge Rolls-Royce Nene 104B
  • Puissance unitaire : 2 263 kgp (22 kN, 4 990 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
à 29/08/2006 18:48 Ex-Mith
l'Ourgan peut-il estre considéré commel un équivalent du mig-17 fresco?
à 29/08/2006 19:06 Ex-Mith
Oui, plustot le mystere IV, t'as raison. Je disais çà parce qu'il ressemble de loin au mig 17.
à 29/08/2006 19:15 Ex-Mith
Je le trouve stylé quand même l'ouragan!
Avion tres simple de formes.
Et myster IV premier avions français super sonic un piqué!
Je crois que dans les années 50 il avait appellais Chuck Yeager au bourget pour lui faire paser le mur du son. (information a vérifier)
à 31/08/2006 22:15 Clansman
Chuck Yeager a en effet procédé à l'évaluation de plusieurs prototypes français, notamment parce qu'à l'époque, les USA finançaient une partie de la production des appareils qu'ils jugeaient les plus intéressants. Cela a été le cas du Mystère IV comme de l'Ouragan. Tu peux trouver une fiche technique sur le Mystère IV sur le site :wink:

Pour revenir à l'Ouragan, j'ai enrichi le topo d'une partie technique, ce qui devrait intéresser certains d'entre nous. 8)

En ce qui me concerne, j'ai rien compris à ce que je raconte. :mrgreen:
à 31/08/2006 22:33 Clansman
J'exagère un peu, j'ai rédigé cette partie de façon à visualiser ce que ça donnait, même sans voir de photo. Mais par exemple, entrée d'air pitôt = frontale ? J'ai un doute :interr:

J'ai également trouvé ça sur le site de Dassault : "entrée d’air pitôt à l’avant (permettant une captation optimale sans aucune couche limite parasite)"

"captation optimale", j'imagine que c'est pour laisser entrer le plus d'air possible. mais "couche limite parasite ? Là, je patauge…

gloub gloub gloub[/size:2da4e].
à 31/08/2006 23:25 Ex-gillouf1
La couche limite, c'est une partie de l'écoulement d'air qui est turbulent, le long du fuselage. C'est pas terrible pour un fonctionnement optimal du réacteur….

C'est pour cette raison que les entrées d'air ne sont pas plaquées au fuselage, il existe un espace; C'est ce que l'on appel "piège à couche limite".
Généralement, les constructeurs profitent de cet espace pour y loger des prises d'air pour le système de conditionnement d'air, qui lui n'est pas sensibles au type d'écoulement…

J'espère avoir été assez clair, c'est pas toujours évident de trancrire des idées par écrit….

@+
à 01/09/2006 10:04 Clansman
C'est très clair ! :D

Merci beaucoup, Gillouf1 :wink:
à 01/09/2006 10:06 Ex-Clavier
Le tube Pitot du nom de son inventeur français fonctionne par analyse de la différence entre les deux types de pressions qu'il enregistre
il faut donc que celles ci soient prélevées en dehors de la couche d'air qui est perturbée au contact du fuselage
la couche perturbée qui est au ras de celui-ci s'appelle la couche limite son épaisseur varie en fonction des endroits et de la vitesse
Même l'air des réacteurs doit être préservé , c'est pourquoi il y a des pièges à couche limite , Parmi les plus volumineux , ceux du F4 Phantom
à 12/09/2006 21:15 Ex-RogCas

Tuckson a écrit

aviator a écrit

Tres bien tous ca….je trouve quelque chose de special : ils ont un faux air avec des F86!?!
Qu' en pensez vous?[/quote:a6490]
C'est toute l'époque des entrées d'air en tête de fuselage : MiG-15/17, Mystère IVA/N, F-86 …
Plus tard le MiG-21, Lightning, F-100 … 8)[/quote:a6490]

…Vought A-7 Corsair II et F-8 Crusader…

:wink:
Re: Le MD-450 Ouragan à 06/09/2010 12:38 Clansman
L'Ouragan sur le site

Avec un texte mis à jour. Le texte original se trouve ICI pour ceux qui veulent comparer. :)
Haifa AB 2014 à 10/05/2014 09:35 stanak
MD-450B Ouragan
Image
Re: Le MD-450 Ouragan à 19/05/2014 15:45 glwpatton
Vraiment sympa ces touches d'exotisme ! Merci !

Le vert est moins vilain sur l'Ouragan que sur les drones, finalement ça vient peut être plus des drones que du vert ![/size:jmeohbsb]
Re: Le MD-450 Ouragan à 19/05/2014 20:02 d9pouces
Je trouve la livrée un peu terne, comme sur le SMB2. Mais peut-être est-ce simplement dû à l'âge…
Re: Le MD-450 Ouragan à 19/05/2014 22:51 Nico2
Tout rutilant, je pense que ça doit rendre différent, mais perso je préfère les camos israéliens à tendance désert.
Re: Le MD-450 Ouragan à 09/12/2016 07:50 Clansman
Des infos intéressantes sur la genèse de l'Ouragan
Re: Le MD-450 Ouragan à 21/01/2017 07:01 Clansman
Au début des années 1950, on étudia la possibilité d'opérer des avions à réaction à partir de terrains non macadamisés, ce qui n'était pas possible jusqu'à présent. Plus concrètement, ces appareils devaient être utilisés en Algérie.

Le Baroudeur utilisait un chariot largable. Le Barougan, étudié en 1954-1955 comme concurrent du Baroudeur, utilisait des roues jumelées à pneus à basse pression sur le train principal ainsi qu'un parachute de freinage. Ces roues se rétractaient dans un carénage sous la racine des ailes.

Un premier Ouragan de série, le n°140, est modifié en ce sens et vole pour la première fois le 24 février 1954 entre les mains de Paul Boudier. 3 autres Ouragan, les n°336, 223 et 225, sont également modifiés et testés en Algérie, y compris à Colomb-Béchar. Les tests durèrent jusqu'en 1958.

Ni le Baroudeur ni le Barougan ne furent construits en série, à cause de restrictions budgétaires. Certains Barougan furent remis à leur standard d'origine. Mais le dernier aurait été utilisé pour des actions militaires.


http://q-zon-fighterplanes.com/fighter-jets-in-action/fighters-france/france-ii/

http://avions-de-la-guerre-d-algerie.over-blog.com/article-les-md-450-ouragan-et-le-barougan-64975683.html

https://en.wikipedia.org/wiki/Dassault_Ouragan#Production

https://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Model/778.html

http://www.dassault-aviation.com/fr/passion/avions/dassault-militaires/md-450-ouragan/
Re: Le MD-450 Ouragan à 21/01/2017 07:11 Clansman
La fiche sur le site
Re: Le MD-450 Ouragan à 21/01/2017 13:09 Ansierra117
Super merci clans :)
Re: Le MD-450 Ouragan à 22/01/2017 09:18 Clansman
De rien !

Le MD-451 Aladin :

Parallèlement à l'étude du MD-450 Ouragan, son premier avion de combat à réaction, Dassault envisagea une version dédiée à la chasse de nuit, le MD-451 "Aladin" (appelé un temps "Harmattan").

Cet appareil devait être équipé d'un radar AI.17 britannique ou APG-33 américain, ce qui nécessitait un nez plein et donc de déplacer les entrées d'air sur les côtés du fuselage. De plus, la présence d'un opérateur radar obligea également Dassault à en faire un biplace en tandem. Enfin, 2 canons de 30 mm remplacèrent les 4 canons de 20 mm habituels. Cet appareil est commandé le 18 février 1950.

Un démonstrateur fut donc construit, le MD.450-30-L (30 pour 30 mm et L pour Latérales), ou encore MD.450-11 (d'après le numéro de série). Il s'agissait en réalité d'un Ouragan de présérie modifié, le 11e construit. Celui-ci était équipé d'un réacteur SNECMA Atar 101B, et vola pour la première fois le 24 janvier 1952 à Melun-Villaroche, entre les mains de Charles Monnier.

Le MD.451 Aladin fut en réalité vite abandonné : du fait de l'apparition du Mystère II à ailes en flèche, il était plus intéressant de développer une version de chasse de nuit de ce dernier. Ce fut le Mystère IIIN, qui vola dès le 18 juillet 1952 et possédait de plus un moteur Rolls-Royce Tay plus puissant.

En outre le MD.450-30L manquait de radar et était plus lourd. Il eut cependant le temps de montrer l'excellente conception des entrées d'air latérales.


http://q-zon-fighterplanes.com/fighter-jets-in-action/fighters-france/france-ii/

http://stef76.chez.com/aviation/france/mystere4.htm

https://en.wikipedia.org/wiki/Dassault_Myst%C3%A8re

https://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Model/1903.html

http://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,1491.0/nowap.html?PHPSESSID=0h143ijfmi1jgf40dsmic4nvr3

http://www.aviastar.org/air/france/dassault_mystere3.php

http://www.shipbucket.com/forums/viewtopic.php?f=20&t=4657&start=140

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/fighter/md453.html&prev=search

https://www.rcgroups.com/forums/showthread.php?t=287752&page=771

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=es&u=http://www.taringa.net/post/apuntes-y-monografias/17845800/Aviones-que-quedaron-en-el-olvido---cuarta-parte.html&prev=search

http://www.dassault-aviation.com/fr/passion/avions/dassault-militaires/md-450-ouragan/
Re: Le MD-450 Ouragan à 22/01/2017 09:43 Clansman
Le MD-451 sur le site

et le MD-450-30L
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires