AviationsMilitaires

Quelques photos

Une fiche au hasard

Mil Mi-8 Hip

En 1957, l'OKB Mil commença à réfléchir à un successeur du Mi-4, qui se présentait à l'origine comme une simple amélioration avec une cabine agrandie, d'une capacité de 14 places. Le conseil des ministres approuva le projet en février 1958, consistant en un hélicoptère moyen propulsé par une unique turbine Ivchenko Al-24V de 1420 kW (1900 hp). L'hélicoptère avait pour désignation interne V-8 (pour Vertolyot, hélicoptère).

Seulement, les ingénieurs de Mil désapprouvaient d'une part la configuration monoturbine, pas assez sécurisante, et d'autre part le choix de l'AI-24V gourmand en carburant. Mil convainquit les autorités de développer parallèlement le V-8A, une version biturbine qui pourrait servir au transport de VIP. Après l'inspection d'une maquette grandeur nature, l'autorisation fut donnée en mai 1960. Isotov proposa alors sa turbine TV2 de 930 kW ...

Lire la fiche »

Dernièrement sur le forum…

Re: Armée de l'Air Française à 22/07/2019 18:13 ouakamois
Je crois avoir aperçu un R44 Raven sur Tarnac de la gendarmerie de Parme-Biarritz….
Pilatus SB-2 Pelikan à 22/07/2019 18:08 Jericho
Prototype d’avion léger de transport ADAC suisse des années 1940.

C’est en 1940 que l’entreprise suisse Pilatus décide d’étudier un avion de transport léger pouvant utiliser des pistes ou des terrains très courts. Cette capacité permettrait de répondre aux besoins du marché intérieur en proposant un appareil capable d’opérer à partir de vallées encaissées et de petites pentes en montagne. Pilatus, qui a été fondée moins d’un an plus tôt et qui n’a pas encore un bureau d’étude interne, confie le projet au bureau d’études de l’ETH de Zurich (Eidgenössische Technische Hochschule Zürich).

Par manque de personnel qualifié en aéronautique dû à la guerre, il faudra près de deux ans pour achever les travaux de conceptions dirigés par le professeur E. Amstutz et l’ingénieur H. Belart. Le contrat de construction est ensuite attribué par l'Office fédéral de l'aviation à Pilatus qui peut commencer à construire un prototype dans ses usines au début de l’année 1944. Le 20 mai, l’appareil est prêt et les essais au sol peuvent commencer. Il est désigné SB-2, les lettres "SB" étant l’abréviation de "Schweizerisches Bergflugzeug" qui veut dire en français "avion suisse de montagne".

La structure de l’appareil est mixte avec un fuselage métallique de type monocoque en alliage léger et des ailes construites avec une structure en bois recouverte de contreplaqué. Le fuselage, de section rectangulaire, intègre un poste de pilotage avec deux sièges côte-à-côte séparé de la cabine. Dans celle-ci, on trouve quatre à cinq sièges pour des passagers et, à l’arrière, un compartiment à bagage. Les sièges peuvent être ôtés pour permettre le transport de blessés sur civières en cas d’évacuation sanitaire, ou pour du transport de matériel. Dans le nez est installé un moteur à cylindres en étoile Pratt & Whitney R-985 Wasp Junior TB entraînant une hélice métallique bipale Hamilton à pas variable. Les ailes, en position haute, ont une flèche négative prononcée qui augmente la portance à basse vitesse. De plus, elles sont équipées de becs de bord d’attaque et de volets. L’empennage, dans un premier temps de type conventionnel, est ensuite redessiné en configuration bidérive, avec des plans verticaux aux extrémités de l’empennage horizontal. Le train d’atterrissage tricycle est fixe, avec les jambes solides munies de dispositifs amortisseurs capables de supporter des atterrissages brutaux, toujours possibles en montagne.

Il obtient l'enregistrement HB-AEP des autorités suisses et vole pour la première fois le 30 mai 1944, piloté par le pilote d'essai et pilote de Swissair, Ernst Nyffenegger. Bien que lent, sa vitesse de croisière ne dépasse pas les 201km/h, le SB-2 offre une bonne vitesse ascensionnelle et une excellente manœuvrabilité. Sa capacité à décoller sur de petites distances permet de le poser à des endroits peu accessibles, idéal en environnement montagneux.

Le SB-2 est proposé au marché civil et militaire pour le transport de passager ou de matériel, le transport sanitaire en installant des civières à la place des sièges, l’aide en montagne, la reconnaissance photographique aérienne et les relevés topographiques.

Après des essais en vol tout à fait convainquant, le prototype est vendu à la compagnie aérienne Alpar Schweizerische Luftverkehrs AG qui avait fourni un des moteurs de rechange Wasp qu’elle possédait pour ses Koolhoven F.K.50. En plus de liaisons diverses entre villes et stations alpines, en novembre 1947, le SB-2 est utilisé à des fins publicitaires pour l’hôtellerie à Zermatt (VS), au pied du Cervin. Alpar AG a en effet effectué des vols pour déposer et reprendre des touristes sur un terrain aménagé de 300 mètres de long sur 30 mètres de large près de Täsch, à 7km de Zermatt. Le 13 juin 1948, durant un meeting aérien à Kirchberg (BE), le train avant se brise au roulage et l’appareil bascule. Après évaluation des dégâts, le SB-2 est jugé trop endommagé pour être réparé.

Aucune commande n’a été faite, ni par une entreprise civile ni par l’armée qui venait de se procurer cinq Fieseler Fi 156 Storch plus petits, mais jugés suffisants pour les besoins immédiats.


Versions:
SB-2: Prototype d'avion de transport ADAC.

SB-5: Projet d’avion de transport ADAC suisse des années 1940.
Cet appareil conçu en 1944 par Pilatus, reprend les plans du SB-2 dessinés par le bureau d’études de l’ETH de Zurich (Eidgenössische Technische Hochschule Zürich). Le SB-5 est de plus grandes dimensions et ses ailes hautes contreventées sont désormais droites. Elles sont équipées de becs de bord d’attaque et de volets permettant de décolle et d’atterrir sur de courtes distances. L’empennage est semblable à celui du SB-2 avec les deux dérives situées aux extrémités de l’empennage horizontal. Le train d’atterrissage tricycle est fixe. Il est muni d’un moteur en étoile entrainant une hélice tripale. Les dimensions plus importantes du moteur oblige à surélever le poste de pilotage pour permette à l’équipage de voir vers l’avant. La cabine peut accueillir jusqu’à 10 passagers. On y accède par une porte sur le côté droit, situé à l’arrière des ailes, ce qui permet également d’utiliser le SB-5 pour le saut en parachute.
Le SB-5 est proposé sur le marché civil et militaire, mais aucun client ne s’est vraiment intéressé, par conséquent le projet a été annulé et aucun prototype n’a été construit.




Caractéristiques et performances du SB-2 :
Equipage : 1 ou 2
Passagers : 5
Longueur : 6,69m
Envergure : 15,5m
Hauteur : 3,2m
Surface alaire : 29,1m2
Masse à vide : 1’596kg
Masse maximale au décollage : 2’400kg
Charge utile : 530kg
Capacité des réservoirs de carburant internes : 340L
Points d’emport : 0
Moteurs : un Pratt & Whitney R-985 Wasp Junior TB de 333kW (446ch) au décollage.
Vitesse max basse altitude: 230km/h
Vitesse de croisière : 201km/h
Vitesse minimale : 76km/h
Vitesse ascensionnelle : 5,7m/s
Plafond opérationnel : 6’300m
Endurance : 4h
Distance franchissable : 805km
Distance de décollage : 110m
Distance d’atterrissage : 100m
Armement : Sans.



Caractéristiques du SB-5 :
Equipage : 1 ou 2
Passagers : 9
Masse maximale au décollage : 5’000kg
Points d’emport : 0
Moteurs : un moteur en étoile de 1’000ch.
Armement : sans.



Liens internet :
http://pilatus-history-and-news.blogspot.com/2010/10/pilatusles-projets.html
https://flugzeuge.hermannkeist.ch/pilatus-p-1.html
https://en.wikipedia.org/wiki/Pilatus_SB-2
https://it.wikipedia.org/wiki/Pilatus_SB-2
http://pilatus-history-and-news.blogspot.com/2010/09/pilatus-sb2.html
http://www.aviastar.org/air/switzerland/pilatus_sb-2.php
http://all-aero.com/index.php/54-planes-p-q-e-r-s/7885-pilatus-sb-2-pelican
http://pilatus-history-and-news.blogspot.com/2010/10/pilatusles-projets.html
Re: Pilatus Aircraft Ltd à 22/07/2019 17:47 Jericho
Je profite des vacances pour poster une ancienne fiche de présentation du constructeur suisse Pilatus et de ses différents avions et projets…

Pilatus Aircraft est un constructeur d’avions suisse dont le siège et la principale usine se trouvent à Stans, dans le demi-canton de Nidwald, en Suisse centrale. Le nom de l’entreprise vient du mont Pilate, Pilatus en Switzerdütsch, une montagne qui se trouve à proximité.

Pilatus est fondé le 16 décembre 1939 et en juin de l’année suivante, après avoir fini la construction des halles de production, 65 employés assemblent des C-35. Plusieurs projets propres commencent à être étudiés avant que l’entreprise ne soit officiellement inaugurée en 1942, en présence du Général Guisan, commandant en chef de l’armée Suisse durant la seconde guerre mondiale.
En 1943, Pilatus développe l'avion d'entraînement P-2 , puis le P-3 dix ans plus tard.
Le premier gros succès de Pilatus, le PC-6 "Porter" puis "Turbo Porter", est conçu à la fin des années 1950.
Après un long développement, le PC-7 entre enfin en production en 1978 et, la même année, Oerlikon-Bührle qui est actionnaire principal de Pilatus achète Britten-Norman et crée Pilatus Britten-Norman.
Dans les années 1980, c’est au tour du PC-9 d’être conçu.
En 1991, premier vol du PC-12.
Pilatus et Beechcraft remportent la compétition JPATS en 1995, avec un Pilatus PC-9 Mk 2 modifié qui deviendra l’avion d’entrainement de base des pilotes de l’USAF et de l’US Navy sous la désignation de T-6A Texan II. En 1998, Pilatus vend sa filiale britannique Pilatus Britten-Norman.
En 2002, c’est le PC-21 qui effectue ses premiers vols.
Le PC-24, premier jet de Pilatus, prend l’air l’année suivante.

Bien que livrés sans points d’emports pour des charges offensives, des Pilatus ont parfois été modifiés par leurs utilisateurs afin d’être utilisés contre des cibles au sol, militaires ou civiles. Ces actes provoquent régulièrement, en Suisse, de longs débats pour déterminer si la vente d’avions d’entrainement militaires est compatible avec les lois suisses sur l’exportation des armes.

Avant 1945 :
SB-2 : Prototype d’avion léger de transport ADAC suisse des années 1940.

SB-5 : Projet d’avion de transport ADAC suisse des années 1940, dérivé du SB-2.

P.1 : Projet d’avion d’entrainement militaire suisse du début des années 1940.


Après 1945 :
P.2 : Avion d'entrainement suisse des années 1940, biplace monomoteur à ailes basses.

P-3 : Avion d'entrainement suisse des années 1950, biplace monomoteur à ailes basses.

P-4 : Prototype d’avion ADAC de transport léger suisse de la fin des années 1940.

P-5 : Projet d’avion suisse d’observation pour l’artillerie des années 1950.

PC-6 "Porter" : Avion ADAC de transport léger suisse de la fin des années 1950, motorisé par un turbopropulseur.

PC-7 : Avion d’entrainement suisse des années 1970, biplace en tandem et motorisé par un turbopropulseur.

PC-8 : Prototype d’avion bimoteur de transport léger ADAC suisse des années 1960.

PC-9B "Module Porter": Projet d’avion de transport léger ADAC suisse des années 1960.

PC-9 : Avion d’entrainement suisse des années 1980, biplace en tandem et motorisé par un turbopropulseur.

PC-10 "Twin Porter" : Divers projets d’avion de transport léger bimoteur suisse des années1970.

PD-01 "Master Porter" : Projet d’avion de transport civil des années 1970 conçu par l’entreprise allemande Poligrat Development et développé par Pilatus.

PC-11 : Planeur Rheintal G. Basten B4 construits sous licence par Pilatus dans les années 1970.
Désignation des planeurs Rheintal G. Basten B4 construits par Pilatus entre 1970 et 1980. Premier vol le 5 mai 1972, 322 exemplaires ont été construits.

PC-XM : Projet de motoplaneur utilisant la cellule d’un PC-11, motorisé avec un Limbach-VW HO-4 de 65ch.

PC-12 : Avion utilitaire suisse de la fin des années 1980, motorisé par un turbopropulseur.

PC-21 : Avion d'entraînement monomoteur suisse des années 2000.

PC-24 : Avion d'affaires biréacteur suisse des années 2010.


Liens internet :
https://www.pilatus-aircraft.com/data/document/Pilatus-Aircraft-Ltd-Chronicle_.pdf

http://pilatus-history-and-news.blogspot.com/2010/10/pilatusles-projets.html
https://flugzeuge.hermannkeist.ch/pilatus-p-1.html
https://en.wikipedia.org/wiki/Pilatus_P-1
https://it.wikipedia.org/wiki/Pilatus_P-1

https://en.wikipedia.org/wiki/Pilatus_SB-2
https://en.wikipedia.org/wiki/Pilatus_P-4
https://en.wikipedia.org/wiki/Pilatus_P-5
https://en.wikipedia.org/wiki/Pilatus_PC-8D_Twin_Porter
https://en.wikipedia.org/wiki/Pilatus_PC-10

https://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php?topic=22887.0
Re: Ansaldo A.300 à 22/07/2019 17:36 Jericho
La fiche sur le site.
Re: j ai trouvé c est des pieces de mirage IIIC à 22/07/2019 16:22 olive1111
Bonjour, je viens de débarquer et de voire votre post. J'avais 6 ans à l'époque mais je me souviens de deux ou trois choses intéressantes. Les deux avions sont entrés en collision lors d'un exercice en altitude dans les environs de Charleville-Mézières. L'un des pilotes est parvenu à s'éjecter mais a été blessé. Je n'ai pas d'info sur le sort de l'autre. La collision a produit de très nombreux débris, dont certainement ceux que vous avez retrouvés. L'un d'eux est tombé à quelques mètres de mon grand père à l'époque, qui était occupé à travailler sur son toit. S'agissant d'un petit morceau (environ 20 cm), il l'avait conservé. Il habitait alors pas très loin de la zone du crash. Car il y a eu crash de l'un des deux avions sur la maison du Maire de DAMOUZY, sans faire de tués, mais trois blessés quand même chez les pompiers intervenus par la suite. A l'époque je me souviens que j'étais terrorisé car je pensais que des morceaux pouvaient encore retomber plusieurs jours après… Je me souviens aussi que quand j'étais chez mes grands parents ma terreur c'était les passages bas et rapides de chasseurs, qui étaient très fréquents. Ils habitaient La Havetière, soit à la périphérie de Charleville. Et ça me paraissait vraiment bas. Mais bon cet accident a du se produire en altitude. Il faudrait peut être demander au journal l'ardennais s'ils peuvent ressortir des archives de l'époque. Sans doute. Mon grand père avait gardé toutes les coupures de presse de l'époque mais je ne crois pas les avoir gardées (enfin, mes parents). De quel côté avez vous retrouvé ces débris ? A coup sur dans le secteur ARREUX-DAMOUZY-MELLIER FONTAINE (je crois que c'est à la verticale de Mellier que la collision s'est produite). Bien à vous. Olivier
Aller au forum »