AviationsMilitaires

Quelques photos

Une fiche au hasard

Morane-Saulnier MS.760 Paris

Le 26 janvier 1953, Morane-Saulnier fit voler son prototype du MS 755 "Fleuret", un biplace d'entraînement à réaction. Malheureusement l’Etat Français choisit son concurrent le « Fouga Magister ». La firme ne baissa pourtant pas les bras et proposa le « Fleuret II » baptisé plus tard MS 760 "Paris", appareil quadriplace de liaison rapide en modifiant le prototype n°2 du MS 755.

Le premier vol du prototype 01 eu lieu le 29 juillet 1954. Deux autres prototypes seront construits en 1954, les MS-760 02 et 03. Très vite le Morane-Saulnier « Paris » se fait remarquer pour ses bonnes qualités de vol et sa sécurité d’emploi. Pouvant embarquer quatre personnes à 520 km/h en vitesse de croisière sur 1 500 kilomètres avec un coût de l’heure de vol, à l ...

Lire la fiche »

Dernièrement sur le forum…

Re: Balgarsky Voennovazdushni Sily - Bulgarie à 17/01/2018 22:56 ouakamois
Bye bye Sukhoï SU25
Re: Crash et accidents aériens à 17/01/2018 21:53 Jericho
J'ai entendu parler qu'un des réacteurs se serait "remis à pousser" (perte de l'inverseur de poussée?) peu après que l'avion n'ait touché le sol…
Re: Crash et accidents aériens à 17/01/2018 21:32 d9pouces
:D

je me demande comment cela s'est passé ; en tout cas c'est clair qu'ils sont passés pas loin de la catastrophe…
BAC P.72 à 17/01/2018 19:10 Jericho
Le British Aircraft Corporation P.72 est un projet d’avion d’attaque au sol léger ADAV, bimoteur, dérivé du SEPECAT Jaguar.

C’est le 1er décembre 1971 que le constructeur britannique BAC (British Aircraft Corporation) commence l’étude d’un bimoteur à décollage et atterrissage verticaux afin de répondre à l’AST.396/1. Désigné P.72, ce projet dérivé du SEPECAT Jaguar devrait permettre de proposer un avion d’attaque robuste capable d’opérer sur des sites dispersés, sans avoir besoin de pistes d’aviation.

Le P.72 reprend la partie avant du fuselage du Jaguar : le nez, le cockpit et sa verrière, ainsi que les entrées d’air carrées sont semblables. Les ailes, en delta, sont en position haute. Leur épaisseur relative est de 7% et elles ont un léger dièdre négatif. La dérive est en flèche et l’appareil ne possède pas d’empennages horizontaux. Le train d’atterrissage tricycle est escamotable dans le fuselage. Bien que bimoteur comme le Jaguar, un seul turboréacteur est prévu pour la poussée horizontale. Le second turboréacteur est installé juste derrière le cockpit, quasiment à la verticale, pour assurer une poussée de sustentation. Des trappes situées au-dessus et au-dessous permettent de l’alimenter en air et expulser le flux d’air chaud. Deux buses dirigées vers le bas et situées de part et d’autre de l’arrière du fuselage permettent également une poussée verticale. Elles semblent être alimentées par une partie de l’air sortant du compresseur du réacteur arrière, permettant ainsi d’équilibrer la poussée et faciliter le contrôle en vol vertical et stationnaire. Le P.72 est équipé de deux canons en interne, situés de part et d’autre du fuselage, en dessous et légèrement en retrait des entrés d’air.

Le 20 août 1972, BAC commence l’étude du P.73 qui diffère principalement du P.72 par sa voilure à géométrie variable. Contrairement au précédent, il est probablement muni d’un empennage horizontal.

Ces deux projets sont abandonnés avant la construction des prototypes.


Caractéristiques prévues P.72 :
Equipage : 1
Longueur : 12,9m
Envergure : 7,3m
Surface alaire : 29,8m2

Moteurs :
Deux turboréacteurs.

Performances :
Distance de décollage : 0m
Distance d’atterrissage : 0m

Armement :
Deux canons en interne ; paniers à roquettes, bombes, missiles air-sol et air-air sous des points d’emports sous les ailes.


Source principale:
British Secret Projects - Jet Bombers Since 1949; BUTTLER Tony,Midland Publishing.
Re: PAC CT/4 Airtrainer/ Kamphaeng Saen à 17/01/2018 07:52 stanak
CT/4E
RTAF
Image
Aller au forum »