Rappels

Histoire de l'appareil

Le Ki-61 est issu d'un programme portant sur deux appareils équipés de moteurs en ligne, moteurs sur lesquels la firme Kawasaki s'était spécialisée avant guerre. Le Ki-60 devait être un intercepteur à haute altitude mais il fut un échec et ne fut pas mis en production. En revanche, le Ki-61 y parvint. Il reçut l’appellation officielle de Chasseur de l'Armée Type 3.

Développé par Takeo Doi et Shin Owada, sous la direction de l'ingénieur allemand Richard Vogt sur demande l'armée japonaise à partir de février 1940, le Hien (Hirondelle) est mis en chantier en décembre 1940 et fait son premier vol l'année suivante. Les premiers appareils arrivent en escadrille durant l'année 1942 et en combat à partir de 1943, sur le théâtre de Nouvelle-Guinée.

Immédiatement, les Hien obtinrent de bons résultats. Ils remplaçaient avantageusement les Nakajima Ki-43 Hayabusa. La protection du pilote et de l'appareil était importante et le Hien pouvait encaisser beaucoup de coups qu'un Zero. Enfin, les Ki-61 se montraient très rapides en terme de vitesse ascensionnelle et en piqué. Ils remportèrent ainsi de nombreux succès sur les appareils mis en ligne par les Alliés.

L'apparition du Hien surprit les états-majors alliés. L'apparence du Hien était très différente des autres appareils nippons. Aussi crut-on au début à une production d'origine italienne. Ce qui explique le nom de code attribué au Hien par les Alliés, le Tony. Il arriva aussi qu'on le prenne pour un Me-109 fabriqué sous licence. Mais le Hien avait des ailes plus longues de trois mètres et une plus grande surface alaire que le Messerschmitt.

Comme de coutume au Japon durant la guerre, le Ki-61 donna naissance à de nombreuses versions et sous-versions. Les premiers appareils étaient des Ki-61-I, équipés de quatre mitrailleuses de 12,7 mm. Mais cet armement apparut vite insuffisant. Une version équipée de deux canons de 20 mm dans le nez fut mise au point, le Ki-61-I KAIc, tandis que le Ki-61 KAId, fabriqué en petite série, recevait des canons de 30 mm. Il est intéressant de noter que les canons de 20 mm étaient en fait des Mauser MG-151/20 importés par sous-marin, le Japon ne disposant pas à cette époque d'armes de ce type. [ nota : sur d'autres sources, les canons sont montés dans les ailes. Wikipédia parle aussi d'erreurs de dénomination sur les versions, le passage en question se trouve sur le site, paragraphe sur le Ki-61-Id ].

En 1944, une version améliorée du Hien entra en service, le Ki-61-II. Il était équipé d'un moteur en ligne Ha-140 de 1500 ch. Son apparition devait permettre aux Japonais de disposer d'un intercepteur de haute altitude, susceptible de pouvoir contrer les B29 qui volaient à 9000 m d'altitude. Malheureusement, la destruction des usines d'Akashi en janvier 1945, chargées de produire le Ha-140, ne permit pas la production en grande série du Ki-61-II. Devant l'urgence de la situation, Kawasaki reçut l'ordre de convertir 275 cellules non motorisés subsistant dans ses ateliers de Kagamigahara avec des moteurs en étoile Mitsubishi Ha-112-II développant 1500 ch.

Cette version donna naissance au fameux Ki-100.

Les Hien furent engagés au combat partout où le Japon combattait. Mais la fin de la guerre approchant, ils se retrouvèrent à combattre pour la défense du territoire national. Des KAIc opérèrent notamment à Okinawa et un grand nombre de Hien fut engagé contre les formations de bombardiers lourds qui attaquaient sans répit les villes japonaises. Plusieurs pilotes nippons se couvrirent de gloire aux commandes de Hien. Ainsi, Teruhiro Kobayashi, qui fut le plus jeune commandant de Sentai de l'armée japonaise, fut abattu lors de sa première attaque de B-29, en ressortit indemne et survécut par la suite à un éperonnage de Superfortress le 27 janvier 1945. Il reçut la fameuse distinction du Bushido, et abattit personnellement une douzaine de B-29.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Kawasaki Ki-61-I : première version de production 2 mitrailleuses Type 89 de 7,7mm d'ailes et 2 Ho-103 de 12,7mm de fuselage.
  • Kawasaki Ki-61-Ib : plus de blindage, 4 mitrailleuses Ho-103 de 12,7mm ou armement du Ia, roulette de queue fixe
  • Kawasaki Ki-61-Ic : (Ib modifié) : canons MG-151 de 20mm d'ailes en plus des deux Ho-103 de fuselage.
  • Kawasaki Ki-61-I KAId : capot rallongé, aile renforcée, 2 canons Ho-5 de 20mm dans le fuselage, 2 mitrailleuses d'ailes Ho-103.
  • Kawasaki Ki-61-II : prototype avec moteur Ha-140 de 1500ch, longueur acrue, nouvelle aile et poste de pilotage modifié.
  • Kawasaki Ki-61-II KAI : présérie, grande dérive, cockpit modifié, aile du Ki-61-I KAI.
  • Kawasaki Ki-61-II KAIa : version de série avec armement du I KAI
  • Kawasaki Ki-61-II KAIb : 4 canons Ho-5 (selon sources)
  • Kawasaki Ki-61-III : prototype créé par une conversion d'un Ki-61 II KAI
  • Kawasaki Ki-100 : excellent appareil réalisé à partir de cellules de Ki-61-II KAI sans moteur.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Kawasaki Ki-61-Ic voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 3 470 kg (7 650 lbs)
  • Masse à vide : 2 630 kg (5 798 lbs)
  • Surface alaire : 20 m² (215 sq. ft)
  • Hauteur : 3,7 m (12,139 ft)
  • Envergure : 12 m (39 ft)
  • Longueur : 8,94 m (29,331 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 580 km (360 mi, 313 nm)
  • Plafond opérationnel : 11 600 m (38 058 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 15,2 m/s (49,869 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 580 km/h (360 mph, 313 kts)
  • Charge alaire, à vide : 131,5 kg/m² (26,933 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 173,5 kg/m² (35,536 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en V Kawasaki Ha-40
  • Puissance unitaire : 864 kW (1 175 ch, 1 159 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Ki-61 à 03/03/2007 22:50 Ex-tomcat101
Kawasaki Ki-61 et Ki 100[/size:d00a4]

[b:d00a4]Ki-61[/b:d00a4]
Premier vol : 1943
Pays d’origine : Japon
Motorisation : Kawasaki Ha-40 (Daimler-Benz DB-601A) de 1175ch
Armement :4 Mitrailleuses de 12.7mm
Envergure : 12m
Longueur : 8.94m
Hauteur : 3.70m
Surface alaire : 20m²
Poids à vide : 2238kg
Masse maximale : 2950kg
Vitesse maximale : 590km/h
Plafond : 11600m
Dist. franchissable :1100km
Production: 2654 appareils

[b:d00a4]Ki-100[/b:d00a4]
Premier vol : 1945
Pays d’origine : Japon
Motorisation : Mitsubishi Ha-112 de 1500ch
Armement :2 canons de 20mm et 2 mitrailleuses de 12.7mm
Envergure : 12m
Longueur : 8.82m
Hauteur : 3.75m
Surface alaire : 20m²
Poids à vide : 2700
Masse maximale: 3670kg
Vitesse maximale : 590km/h
Plafond : 10670m
Dist. franchissable :2000km
Production: 2396 appareils

Le Ki 61 Hien (hirondelle) fut le seul appareil propulsé par un moteur en ligne mis en service du coté japonais. En fait, les japonais ont bénéficié comme les italiens de la license pour produire des moteurs Daimler Benz. Le Ki-61 est équipé d'un moteur Kawasaki Ha-40, qui est en fait un DB-601A. (moteur équipant les Bf 109).

Il se distingua dès son entrée en service et surpris les alliés grâce à de bonnes performances notament en vitesse ascensionnelle et en piqué. Néanmoins, il se montra moins réussi dans le domaine de la maniabilité. La bonne maniabilité était pourtant la "marque de fabrique" des chasseurs japonais.

Il effectua son premier combat en juin 1943 en Nouvelle Guinée. Il fut constament amélioré au niveau de l'armement par exemple mais sa principale modification fut apportée au début de 1945.

Il faut savoir que les Ki-61 avaient un gros problème de fiabilité pour ce qui est du refroidissement du moteur. L'Etat Major décida alors de le rééquiper avec un moteur en étoile Mitsubishi Ha-112 de 1500 ch. Le Ki 100 était né.

Le Ki-100 fut le meilleur appareil japonais de la seconde guerre mondiale, il ne put cependant pas s'opposer efficacement au raz de marée américain. En effet, le bombardement continuel des usines de fabrication entraîna un baisse de la qualité et du rythme de fabrication. Malgré cela, l'appareil pouvait s'opposer aux Mustang et Corsair dans complexes!

photo Ki-61[/url:d00a4]
photo Ki-100[/url:d00a4]

Le nom de code chez les alliés du Ki-61 fut "Tony".
à 04/04/2007 10:17 ciders
Bah moi qui voulait faire une fiche sur le Hien… ^^

Je vais apporter des infos en plus et infirmer certaines choses.

Le Ki-61 est issu d'un programme portant sur deux appareils équipés de moteurs en ligne, moteurs sur lesquels la fireme Kawasaki s'était spécialisée avant guerre. Le Ki-60 devait être un intercepteur à haute altitude mais il fut un échec et ne fut pas mis en production. En revanche, le Ki-61 y parvint. Il reçut l'appelation officielle de Chasseur de l'Armée Type 3.

Développé par Takeo Doi et Shin Owada, sous la direction de l'ingénieur allemand Richard Vogt sur demande l'armée japonaise à partir de fevrier 1940, le Hien ( Hirondelle ) est mis en chantier en décembre 1940 et fait son premier vol l'année suivante. Les premiers appareils arrivent en escadrille durant l'année 1942 et en combat à partir de 1943, sur le théatre de Nouvelle-Guinée.

Immédiatement, les Hien obtinrent de bons résultats. Ils remplaçaient avantageusement les Nakajima Ki-43 Hayabusa. La protectiion du pilote et de l'lappareil était importante et le Hien pouvait encaisser beaucoup de coups qu'un Zero. Enfin, les Ki-61 se montraient très rapides en terme de vitesse ascensionnelle et en piqué. Ils remportèrent ainsi de nombreux succès sur les appareils mis en ligne par les Alliés.

L'apparition du Hien surprit les états-majors alliés. L'apparence du Hien était très différente des autres appareils nippons. Aussi crut-on au début à une production d'origine italienne. Ce qui explique le nom de code attribué au Hien par les Alliés, le Tony. Il arriva aussi qu'on le prenne pour un Me-109 fabriqué sous licence. Mais le Hien avait des ailes plus longues de trois mètres et une plus grande surface alaire que le Messerschmitt.

Comme de coutume au Japon durant la guerre, le Ki-61 donna naissance à de nombreuses versions et sous-versions. Les premiers appareils étaient des Ki-61-I, équipés de quatre mitrailleuses de 12,7 mm. Mais cet armement apparut vite insuffisant. Une version équipée de deux canons de 20 mm dans le nez fut mise au point, le Ki-61-I KAIc, tandis que le Ki-61 KAId, fabriqué en petite série, recevait des canons de 30 mm. Il est intéressant de noter que les canons de 20 mm étaient en fait des Mauser MG-151/20 importés par sous-marin, le Japon ne disposant pas à cette époque d'armes de ce type. [ nota : sur d'autres sources, les canons sont montés dans les ailes. Wikipédia parle aussi d'erreurs de dénomination sur les versions, le passage en question se trouve sur le site, paragraphe sur le Ki-61-Id ].

En 1944, une version améliorée du Hien entra en service, le Ki-61-II. Il était équipé d'un moteur en ligne Ha-140 de 1500 ch. Son apparitition devait permettre aux Japonais de disposer d'un intercepteur de haute altitude, susceptible de pouvoir contrer les B29 qui volaient à 9000 m d'altitude. Malheureusement, la destruction des usines d'Akashi en janvier 1945, chargées de produire le Ha-140, ne permit pas la production en grande série du Ki-61-II. Devant l'urgence de la situation, Kawasaki reçut l'ordre de convertir 275 cellules non motorisés subsistant dans ses ateliers de Kagamigahara avec des moteurs en étoile Mitsubishi Ha-112-II développant 1500 ch.

Cette version donna naissance au fameux Ki-100.

Les Hien furent engagés au combat partout où le Japon combattait. Mais la fin de la guerre approchant, ils se retrouvèrent à combattre pour la défense du territoire national. Des KAIc opérerent notamment à Okinawa et un grand nombre de Hien fut engagé contre les formations de bombardiers lourds qui attaquaient sans répit les villes japonaises. Plusieurs pilotes nippons se couvrirent de gloire aux commandes de Hien. Ainsi, Teruhiro Kobayashi, qui fut le plus jeune commandant de Sentai de l'armée japonaise, fut abattu lors de sa première atatque de B29, en ressortit indemne et survécut par la suite à un éperonnage de Superfortress le 27 janvier 1945. Il reçut la fameuse distinction du Bushido, et abattit personnellement une douzaine de B29.

Variantes relevées par Wikipédia :

- Ki-61 : prototypes, moteur Ha-40 de 1175ch très proche de la série
- Ki-61 I : première version de production 2 mitrailleuses Type 89 de 7,7mm d'ailes et 2 Ho-103 de 12,7mm de fuselage.
- Ki-61 Ib : plus de blindage, 4 mitrailleuses Ho-103 de 12,7mm ou armement du Ia, roulette de queue fixe
- Ki-61 Ic (Ib modifié) : canons MG-151 de 20mm d'ailes en plus des deux Ho-103 de fuselage
- Ki-61 I KAId : capot rallongé, aile renforcée, 2 canons Ho-5 de 20mm dans le fuselage, 2 mitrailleuses d'ailes Ho-103
- Ki-61 II : prototype avec moteur Ha-140 de 1500ch, longueur acrue, nouvelle aile et poste de pilotage modifié
- Ki-61 II KAI : présérie, grande dérive, cockpit modifié, aile du Ki-61-I KAI
- Ki-61 II KAIa : version de série avec armement du I KAI
- Ki-61 II KAIb :4 canons Ho-5 (selon sources)
- Ki-61 III : prototype créé par une conversion d'un Ki-61 II KAI
- Ki-100 : excellent appareil réalisé à partir de cellules de Ki-61-II KAI sans moteur
à 04/04/2007 18:25 Ex-Taurus

tomcat101 a écrit

Le Ki 61 Hien (hirondelle) fut le seul appareil propulsé par un moteur en ligne mis en service du coté japonais.[/quote:bcb3f]Il n'est pas le seul avion japonais mis en service équipé d'un moteur en ligne. En effet, il y eu par exemple la première version du D4Y Suisei 'Judy', le successeur du D3A Val.
http://www.waffenhq.de/specials/jap-flugzeuge-ww2-02.jpg
Les versions suivantes seront équipées d’un moteur en étoile. A l’instar du Ki61 le moteur en ligne c’était révélé peu fiable.
D’autre avion japonais ont utilisé des moteurs en ligne, je n’ai pas le nombre en tête mais le chiffre est faible. Je vais chercher et faire une liste qui j’ai bien peur sera non exhaustive. :wink:
à 04/04/2007 21:18 ciders
Ah bah oui, tiens le Judy. :wink:

En revanche, c'est bien le seul chasseur. ^^
à 06/04/2007 20:33 Ex-tomcat101
oui en effet le seul chasseur…
pardon pour cette erreur :?
à 06/04/2007 21:27 ciders
Ca revient souvent dans un certain nombre de sources. Il est vrai que les moteurs en ligne sont rares dans l'aviation japonaise durant la guerre.
Re: Ki-61 à 31/08/2012 21:32 Clansman
La fiche sur le site

Un très bel avion. C'est vrai que les moteurs en ligne étaient rares au Japon à cette époque.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires