Rappels

Histoire de l'appareil

La Chine doit beaucoup à l'industrie soviétique, et depuis le J-2 jusqu'au J-7, leur point de départ était des MiG obligeamment fournis par l'URSS. Avec le J-8, elle franchissait à l'époque une nouvelle étape, en y apportant ses propres idées.

Cet intercepteur eu pour origine une demande de l'armée de l'air chinoise, en 1964, d'un appareil à long rayon d'action capable de détruire les B-58 ou les U-2 américains. Ce que le J-7 ne pouvait pas faire.

De fait, le J-8 se présente comme un MiG-21 agrandi, ou, plus exactement, comme un J-7 agrandi. Il en reprenait l'entrée d'air frontale, le train d'atterrissage, la quille ventrale. En revanche, il était biréacteur. Les ingénieurs de Shenyang semblent s'être très fortement inspirés du Ye-152A.

Le prototype décolla le 5 juillet 1969. Faute de mieux, l'appareil fut équipé du radar du J-7I et de 2 missiles PL-2, mais était équipé de 2 réacteurs WP-7A, de 2 canons Type 30-1 de 30 mm alimentés par 200 obus, de bombes et de roquettes. Cela en faisait un chasseur de jour, avec des capacités d'attaque au sol et une manœuvrabilité (4,8 G max) réduites.

Le développement fut incroyablement long pour l'époque, ralenti par la Révolution Culturelle, et l'armée de l'air chinoise ne disposa pas d'appareils pour évaluation avant 1980. Opposé au projet J-9, il en sorti vainqueur.

Le J-8I, une version un peu améliorée et redessinée, fut conçue dès 1976. Son radar était plus évolué, il emportait une copie chinoise du Gsh-23L jumelé, et disposait de 5 points d'emport, dont un humide en position ventrale. La verrière s'ouvrait vers l'arrière et non plus vers l'avant. Le premier prototype fut détruit dans un accident au sol avant même son premier vol en 1980, et c'est le deuxième qui prit l'air le 24 avril 1981.

Entre 20 et 50 J-8I, une centaine au maximum, furent produits jusqu'en 1989 et retirés du service au début des années 1990. Il emportait des missiles PL-5. Les J-8I furent convertis soit en J-8E, un standard d'amélioration à mi-vie incluant des systèmes de guerre électronique, soit en JZ-8 de reconnaissance. Cette version, développée vers 1985, utilisait les rares qualités du J-8 et emportait un pod ventral contenant une caméra KA-112A. Le principal mérite du J-8I est d'avoir apporté de l'expérience à l'industrie aéronautique chinoise.

Le J-8II fut conçu à partir de 1982, afin de donner au Finback des capacités BVR. Il se distingue du J-8I d'emblée avec ses entrées d'air latérales et sa quille ventrale, qui ressemblent trop à celles du MiG-23 pour qu'on ne se pose pas certaines questions. Sa configuration générale rappelle alors le Su-15.

Quoiqu'il en soit, le J-8II effectua son premier vol le 12 juin 1984 et fut suivi d'une présérie de 12 exemplaires. Il possède 6 points d'emport et peut utiliser le PL-10. Mais son radar Type 208 (SL-4A), avec sa portée de 40 km, était clairement insuffisant. Grumman fut donc approché pour fournir l'AN/APG-66 à 50 exemplaires, dans le cadre du programme "Peace Pearl", mais les événements de Tiananmen en 1989 mirent fin au programme.

Il entra en production sous l'appellation J-8B, suivi du J-8D ravitaillable en vol. Celui-ci vola le 21 novembre 1990 et était équipé d'un système de navigation TACAN et d'un radar SL-8A, d'une portée de 70 km, à impulsion Doppler. 300 exemplaires furent construits, et au moins 30 J-8B furent convertis en J-8D. Malheureusement, si le radar commençait à être potable, le manque de missiles à moyenne portée fit que les J-8B et D furent équipés seulement de missiles à courte portée, les PL-2, 5 et 8.

Les Chinois se tournèrent alors vers Israël et la Russie pour concevoir la prochaine version. Le J-8C, une version radicalement améliorée, effectua son vol inaugural en 1993. Il était équipé de CDVE, expérimentés sur les J-8ATC (1990) et J-8IIATC (1988), d'écrans multifonctions, de réacteurs WP-14 et d'un nouveau radar dérivé du radar israélien Elta EL/M 2035. Cependant, le projet fut annulé et seuls 2 prototypes furent construits.

Le J-8IIM était équipé d'un radar russe Zhuk-8II PD d'une portée de 70 km, d'un système de navigation par GPS et de missiles R27R1 et Kh-31A. Il vola en 1996 et 100 exemplaires furent construits. Ce fut la première version à avoir enfin des capacités BVR. il fut proposé à l'exportation sous la dénomination F-8IIM, en particulier en Iran, sans succès.

Le J-8H vola en décembre 1998. Il est équipé d'une avionique plus satisfaisante (Type 1471 ou KLJ-1, d'une portée de 80 km à capacité look-down/shoot down, et pouvant suivre 10 cibles et en engager 2), de réacteurs WP-13B, de missiles PL-9, PL-11 et 12 et est ravitaillable en vol. Il aurait été construit à 50 exemplaires depuis 2001, et les derniers J-8D furent mis au standard J-8H. Il commençait à être crédible, mais les 4 tonnes de carburant emportés en interne ne lui donnaient qu'une autonomie de 600 km au mieux.

Le J-8F est la version la plus évoluée, vola en 2000 et est en production depuis 2003. Il est doté d'écrans multifonctions et d'un radar multimode Type 1492. Il est équipé de réacteurs WP-13BII plus puissants, et de missiles PL-12 et AS-17 Krypton, ainsi que de bombes à guidage laser. Ses capacités air-air et air-sol ont été notablement améliorées, et une variante de reconnaissance, le JZ-8F, en a été tirée. Le J-8F est également utilisé par la PLANAF. Une centaine d'exemplaires auront peut-être été produits.

Enfin, le J-8T est la plus récente version du Finback, et la dernière. Il emporte un radar JL-10A travaillant en bande X et des réacteurs WS-12.

On ne sait rien de la carrière opérationnelle du J-8, si ce n'est que 2 exemplaires interceptèrent un P-3 le 1er avril 2001. Le P-3 et un des J-8 entrèrent en collision, tuant le pilote chinois. Cet accident est connu sous le nom d'incident de Hainan.

On estime à 390 le nombre de J-8 construits, et à près de 300 le nombre d'exemplaires encore en service. Il ne fut jamais exporté. Cet intercepteur a souffert toute sa carrière du manque d'un radar et de missiles propres à lui donner la capacité BVR qui était sa raison d'être. De plus, il était nettement dépassé lors de son entrée en service. Rien d'étonnant alors que les Chinois préfèrent se concentrer sur les J-10 et J-11 plus récents.


Texte de Clansman, avec son aimable autorisation

Versions référencées

  • Shenyang J-8 (OTAN : Finback-A) : Version initiale de série.
  • Shenyang J-8I (OTAN : Finback-A) : Version améliorée du J-8 capable de combat par tout-temps.
  • Shenyang J-8II (OTAN : Finback-B) : Version au fuselage totalement redessiné, base de toutes les évolutions de l'appareil.
  • Shenyang J-8IIM : Version lourdement améliorée du J-8II. 1 prototype.
  • Shenyang J-8ACT : Désignation d'un J-8II modifié pour servir de banc d'essai en vol au programme J-10.
  • Shenyang J-8B : Version améliorée du J-8II dotée d'un nouveau radar et d'une nouvelle avionique et motorisation.
  • Shenyang J-8BH : Version du J-8B destinée à l'aéronavale chinoise
  • Shenyang J-8C : Version lourdement améliorée du J-8II. 2 prototypes.
  • Shenyang J-8D : Version du J-8B dotée d'une perche de ravitaillement en vol et d'une avionique légèrement améliorée.
  • Shenyang J-8DF
  • Shenyang J-8DH : Version du J-8D destinée à l'aéronavale chinoise.
  • Shenyang J-8E : Version modernisée à mi-vie du J-8I.
  • Shenyang J-8F : Version multirôle du J-8II lourdement modernisée à tous les niveaux.
  • Shenyang J-8FH : Version du J-8F destinée à l'aéronavale chinoise.
  • Shenyang J-8G : Version de suppression des défenses anti-aériennes (SEAD) du J-8II.
  • Shenyang J-8H : Version modernisée du J-8II dotée d'un nouveau radar, d'une nouvelle avionique et motorisation.
  • Shenyang J-8T : Ultime version du J-8 équipée du radar JL-10A.
  • Shenyang JZ-8 : Version de reconnaissance des J-8 et J-8I.
  • Shenyang JZ-8F : Version de reconnaissance du J-8F.
  • Shenyang F-8IIM : Version export du J-8IIM.
  • Shenyang F-8T : Version export du J-8T

Pays exploitant actuellement cet appareil

Shenyang J-8II (OTAN : Finback-B) voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 17 800 kg (39 242 lbs)
  • Masse à vide : 9 820 kg (21 649 lbs)
  • Surface alaire : 42,2 m² (454,237 sq. ft)
  • Hauteur : 5,41 m (17,749 ft)
  • Envergure : 9,34 m (30,643 ft)
  • Longueur : 21,52 m (70,604 ft)

Performances

  • Rayon d'action : 800 km (497 mi, 432 nm)
  • Plafond opérationnel : 20 500 m (67 257 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 200 m/s (656 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 2 340 km/h (1 454 mph, 1 263 kts)
  • Charge alaire, à vide : 232,701 kg/m² (47,661 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 421,801 kg/m² (86,392 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Liming WP-13A-II
  • Puissance unitaire : 4 491 kgp (44 kN, 9 900 lbf), 6 720 kgp (66 kN, 14 815 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
J-8 Finback à 11/01/2011 20:11 Clansman
Présentation du J-8

Pour en savoir plus :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Shenyang_J-8

http://www.aerodream-fr.net/index-encyclopedie-id-88.php

http://en.wikipedia.org/wiki/Shenyang_J-8

http://www.vectorsite.net/avmig21_3.html#m4

http://www.fas.org/man/dod-101/sys/ac/row/j-8.htm

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=212

http://www.globalaircraft.org/planes/j-8_finback.pl

http://www.sinodefence.com/airforce/fighter/j8.asp

http://www.military-today.com/aircraft/sac_j8_finback.htm

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Re: J-8 Finback à 11/01/2011 21:15 ciders
On n'avait pas encore de topic pour le J-8 ? Oh le vilain oubli ! :S

Personnellement, je ne sais pas trop. Les premières versions constituaient des sortes de Super MiG-21, les J-8 pourvus de nez apparaissant plutôt comme des MiG-23 à voilure delta. Je n'ai jamais pu vraiment me faire une idée précise sur cet appareil. Mais il a permis aux Chinois de faire pas mal de progrès en aéronautique. Et a priori, le résultat final n'est pas si mal.
Re: J-8 Finback à 11/01/2011 21:27 Clansman
Mais il a permis aux Chinois de faire pas mal de progrès en aéronautique

Là, on est d'accord. Pour le reste, je dirais qu'il a pas eu de chance. Je pense que la cellule en elle-même était bonne, mais entre les retards de développement dus à la révolution culturelle et des radars merdiques (40 km à 80 km de portée, quoi ! :shock: ), il a jamais pu montrer ce dont il était vraiment capable à temps.

Dans les années '70, c'aurait été un bon intercepteur. Développé dans un autre pays, avec des radars et des missiles à la hauteur, je te raconte pas.

Avec les perfos de vitesse et de plafond qu'il avait, les gars auraient du se concentrer sur l'aspect reco.
Re: J-8 Finback à 11/01/2011 21:33 ciders
Dans les années '70, c'aurait été un bon intercepteur. Développé dans un autre pays, avec des radars et des missiles à la hauteur, je te raconte pas.

Façon Tupolev Tu-128 Fiddler ?
Re: J-8 Finback à 11/01/2011 22:03 d9pouces
Ah, le J-8II !

Je pense comme vous qu'il a fait faire de sacré progrès aux Chinois ; c'est probablement la modification la plus profonde qu'ils aient fait (finalement un J-7 agrandi), avant de se lancer dans des appareils vraiment originaux.
Re: J-8 Finback à 11/01/2011 22:24 ciders
Tu parles de quels modèles quand tu parles d'appareils originaux ? Le J-10 Lavi ou le J-11 Flanker ? :bonnet:
Re: J-8 Finback à 11/01/2011 22:47 d9pouces
Du J-20 Raptor :p
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires