Rappels

Histoire de l'appareil

Vers la fin des années 1960, Lockheed cherche à développer un nouveau chasseur léger et bon marché afin de le présenter pour l' "International Fighter Aircraft Competition". Ce programme d’armement lancé par l'US Air Force doit permettre aux USA de proposer un appareil bon marché capable de se mesurer à la nouvelle génération d'avions de combat soviétiques. Pour son projet, désigné CL-1200, Lockheed désire profiter des installations et des machines-outils utilisées pour le F-104 Starfighter pour réduire les coûts et les délais de développement et de fabrication, ce qui permettrait les premières livraisons en 1972 déjà.

La conception de l'appareil et les essais en soufflerie sont confiés aux fameux Skunk Works, dirigés à l'époque par Clarence Johnson. Plusieurs parties de la structure du CL-1200 sont construites en alliage de Titane. Le fuselage est très proche de celui du Starfighter, mais rallongé d’environ 76 centimètres, ce qui permet une augmentation de 46% de sa capacité en carburant interne. L'installation électrique, les circuits hydrauliques et le train d'atterrissage sont similaires, voir identiques, à ceux du F-104. Le pare-brise est celui du F-104S, qui est spécialement renforcé et conçu pour résister à l'échauffement cinétique des vols supersoniques. Le CL-1200 se différencie cependant du Starfighter par ses ailes en position haute de plus grande envergure. D’une surface plus importante de 53%, elles sont équipées d’apex, de becs de bord d’attaque et de volets. L’empennage est de type conventionnel, avec une dérive en flèche et deux empennages horizontaux monoblocs situés à l’arrière du fuselage. Par rapport à l’empennage en "T" du Starfighter, cette configuration permet de réduire les interactions entre la voilure et l'empennage lors de manœuvres à forte incidence. Ces modifications, tant au niveau des ailes que de l’empennage, doivent également lui permettre d'améliorer ses performances à basse vitesse, de réduire sa vitesse d’approche et de lui permettre d’utiliser des pistes plus courtes.

L’armement est constitué d’un canon General Electric M61 Vulcan de 20mm en interne, mais à la demande du client, il peut être remplacé par un DEFA de 30mm. Neuf points d'emports, un sous le fuselage, trois sous chaque aile et un à chaque bout d'aile, permettent d’emporter jusqu'à 5’450 kg de bombes, paniers à roquette, missiles AS-30L, ainsi que des missiles air-air AIM-9 et AIM-7 Sparrow. Des réservoirs de carburant auxiliaires similaires à ceux du Starfighter peuvent aussi être montés sur les pylônes de voilure et l’extrémité des ailes.

La première version, qui est désignée CL-1200-1, doit être motorisée par un réacteur General Electric J79-GE-19, une version améliorée du moteur qui équipe le F-104. Ce projet est donc proposé dans le cadre de l'International Fighter Aircraft Competition. Sa vitesse maximale de Mach 2.5, sa vitesse ascensionnelle, ses distances de décollage et d’atterrissage d’environ 440 mètres doivent en faire, selon son directeur du projet Clarence Johnson, un appareil supérieur à tous ses adversaires de l'époque. De plus, selon les chiffres présentés par Lockheed, le prix et le coût opérationnel de CL-1200 sera largement inférieur à ceux de ces deux principaux concurrents, à savoir le Dassault Mirage F-1 et le McDonnell Douglas F-4 Phantom II. Mais en novembre 1970, c’est le projet F-5-21 de Northrop qui est retenu pour devenir ensuite le F-5E Tiger II. Le Projet CL-1200-1 est abandonné avant même que le prototype ne soit construit.

Alors que la décision définitive, l’US Air Force est intéressée à utiliser le CL-1200 comme avion de recherche à hautes performances. Désigné CL-1600 par Lockheed et X-27 par l’USAF, cet appareil doit permettre de tester en vol des technologies avancées dans les domaines des équipements électroniques, de l'avionique, ainsi que de la propulsion. Semblable au CL-1200, il s’en différencie principalement par des entrées d’air rectangulaires et par un empennage modifié. Une maquette taille réelle, destinée à des essais en soufflerie, et trois fuselages sont construits avant que le programme X-27 ne soit annulé à la suite de l'abandon du projet CL-1200, faute de soutien politique et militaire. Selon certaines sources, les forces armées américaines et le congrès américain auraient craint que la concurrence du CL-1200 ne gêne le financement nécessaire à l’achèvement des programmes Grumman F-14 et McDonnell Douglas F-15.

Profitant des améliorations apportées au X-27, Lockheed propose en 1972, dans le cadre de la Lightweight Fighter Competition, une version améliorée désignée CL-1200-2. Propulsée par un réacteur Pratt & Whitney TF30-P-100, cet appareil se différencie toutefois du X-27 avec ses entrées d’air semi-circulaires munies de souris. En cas de succès, une version embarquée destinée à l’US Navy est également étudiée par Lockheed sous la désignation de CL-1400, ou CL-1400N. Dans le cadre de la Lightweight Fighter Competition, le CL-1200 est devancé par les General Dynamics YF-16 et Northrop YF-17. Le projet CL-1200, avec ses différentes versions, est alors définitivement abandonné.

Versions référencées

  • Lockheed CL-1200-1 Lancer : Version de base motorisée par un General Electric J79-GE-19, développée dans le cadre de l'International Fighter Aircraft Competition, restée sous forme de projet.
  • Lockheed CL-1200-2 Lancer : Projet d’une version améliorée motorisée par un Pratt & Whitney TF30-P-100, développée dans le cadre de la Lightweight Fighter Competition.
  • Lockheed CL-1400N : Projet d’une version embarquée du CL-1200-2 ; parfois désignée seulement CL-1400.
  • Lockheed CL-1600 : Désignation d’usine du X-27.
  • Lockheed X-27 : Projet d'un avion de recherche à haute performances destiné à tester en conditions de vol des technologies avancées dans les domaines de la propulsion, de l'avionique et des équipements électroniques.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Lockheed CL-1200-2 Lancer voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 15 900 kg (35 054 lbs)
  • Masse normale au décollage : 11 061 kg (24 385 lbs)
  • Masse à vide : 8 112 kg (17 884 lbs)
  • Surface alaire : 28 m² (301 sq. ft)
  • Hauteur : 5,23 m (17,159 ft)
  • Envergure : 8,89 m (29,167 ft)
  • Longueur : 17,45 m (57,251 ft)

Performances

  • Distance de décollage : 440 m (1 444 ft)
  • Distance d'atterrissage : 930 m (3 051 ft)
  • Rayon d'action : 680 km (423 mi, 367 nm) avec 4’000 lb de bombes
  • Distance franchissable : 3 400 km (2 113 mi, 1 836 nm)
  • Plafond opérationnel : 18 300 m (60 039 ft) +
  • Vitesse ascensionnelle : 304,8 m/s (1 000 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : Mach 2,57
  • Charge alaire, à vide : 289,714 kg/m² (59,338 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 395,036 kg/m² (80,91 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 567,857 kg/m² (116,306 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur TF30-P-100
  • Puissance unitaire : 6 799,185 kgp (66,7 kN, 14 989,648 lbf), 11 335,372 kgp (111,2 kN, 24 990,238 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
Lockheed CL-1200 Lancer / X-27 à 09/01/2020 14:51 Jericho
Le Lockheed CL-1200 Lancer est un projet de chasseur léger américain de la fin des années 1960, il a par la suite servi de base pour le projet d’avion expérimental X-27.

Vers la fin des années 1960, Lockheed cherche à développer un nouveau chasseur léger et bon marché afin de le présenter pour l' "International Fighter Aircraft Competition". Ce programme d’armement lancé par l'US Air Force doit permettre aux USA de proposer un appareil bon marché capable de se mesurer à la nouvelle génération d'avions de combat soviétiques. Pour son projet, désigné CL-1200, Lockheed désire profiter des installations et des machines-outils utilisées pour le F-104 Starfighter pour réduire les coûts et les délais de développement et de fabrication, ce qui permettrait les premières livraisons en 1972 déjà.

La conception de l'appareil et les essais en soufflerie sont confiés aux fameux Skunk Works, dirigés à l'époque par Clarence Johnson. Plusieurs parties de la structure du CL-1200 sont construites en alliage de Titane. Le fuselage est très proche de celui du Starfighter, mais rallongé d’environ 76 centimètres, ce qui permet une augmentation de 46% de sa capacité en carburant interne. L'installation électrique, les circuits hydrauliques et le train d'atterrissage sont similaires, voir identiques, à ceux du F-104. Le pare-brise est celui du F-104S, qui est spécialement renforcé et conçu pour résister à l'échauffement cinétique des vols supersoniques. Le CL-1200 se différencie cependant du Starfighter par ses ailes en position haute de plus grande envergure. D’une surface plus importante de 53%, elles sont équipées d’apex, de becs de bord d’attaque et de volets. L’empennage est de type conventionnel, avec une dérive en flèche et deux empennages horizontaux monoblocs situés à l’arrière du fuselage. Par rapport à l’empennage en "T" du Starfighter, cette configuration permet de réduire les interactions entre la voilure et l'empennage lors de manœuvres à forte incidence. Ces modifications, tant au niveau des ailes que de l’empennage, doivent également lui permettre d'améliorer ses performances à basse vitesse, de réduire sa vitesse d’approche et de lui permettre d’utiliser des pistes plus courtes.

L’armement est constitué d’un canon General Electric M61 Vulcan de 20mm en interne, mais à la demande du client, il peut être remplacé par un DEFA de 30mm. Neuf points d'emports, un sous le fuselage, trois sous chaque aile et un à chaque bout d'aile, permettent d’emporter jusqu'à 5’450 kg de bombes, paniers à roquette, missiles AS-30L, ainsi que des missiles air-air AIM-9 et AIM-7 Sparrow. Des réservoirs de carburant auxiliaires similaires à ceux du Starfighter peuvent aussi être montés sur les pylônes de voilure et l’extrémité des ailes.

La première version, qui est désignée CL-1200-1, doit être motorisée par un réacteur General Electric J79-GE-19, une version améliorée du moteur qui équipe le F-104. Ce projet est donc proposé dans le cadre de l'International Fighter Aircraft Competition. Sa vitesse maximale de Mach 2.5, sa vitesse ascensionnelle, ses distances de décollage et d’atterrissage d’environ 440 mètres doivent en faire, selon son directeur du projet Clarence Johnson, un appareil supérieur à tous ses adversaires de l'époque. De plus, selon les chiffres présentés par Lockheed, le prix et le coût opérationnel de CL-1200 sera largement inférieur à ceux de ces deux principaux concurrents, à savoir le Dassault Mirage F-1 et le McDonnell Douglas F-4 Phantom II. Mais en novembre 1970, c’est le projet F-5-21 de Northrop qui est retenu pour devenir ensuite le F-5E Tiger II. Le Projet CL-1200-1 est abandonné avant même que le prototype ne soit construit.

Alors que la décision définitive, l’US Air Force est intéressée à utiliser le CL-1200 comme avion de recherche à hautes performances. Désigné CL-1600 par Lockheed et X-27 par l’USAF, cet appareil doit permettre de tester en vol des technologies avancées dans les domaines des équipements électroniques, de l'avionique, ainsi que de la propulsion. Semblable au CL-1200, il s’en différencie principalement par des entrées d’air rectangulaires et par un empennage modifié. Une maquette taille réelle, destinée à des essais en soufflerie, et trois fuselages sont construits avant que le programme X-27 ne soit annulé à la suite de l'abandon du projet CL-1200, faute de soutien politique et militaire. Selon certaines sources, les forces armées américaines et le congrès américain auraient craint que la concurrence du CL-1200 ne gêne le financement nécessaire à l’achèvement des programmes Grumman F-14 et McDonnell Douglas F-15.

Profitant des améliorations apportées au X-27, Lockheed propose en 1972, dans le cadre de la Lightweight Fighter Competition, une version améliorée désignée CL-1200-2. Propulsée par un réacteur Pratt & Whitney TF30-P-100, cet appareil se différencie toutefois du X-27 avec ses entrées d’air semi-circulaires munies de souris. En cas de succès, une version embarquée destinée à l’US Navy est également étudiée par Lockheed sous la désignation de CL-1400, ou CL-1400N. Dans le cadre de la Lightweight Fighter Competition, le CL-1200 est devancé par les General Dynamics YF-16 et Northrop YF-17. Le projet CL-1200, avec ses différentes versions, est alors définitivement abandonné.


Versions :
CL-1200-1 Lancer : Version de base motorisée par un General Electric J79-GE-19, développée dans le cadre de l'International Fighter Aircraft Competition, restée sous forme de projet.

CL-1200-2 Lancer : Projet d’une version améliorée motorisée par un Pratt & Whitney TF30-P-100, développée dans le cadre de la Lightweight Fighter Competition.

CL-1400 : Ou CL-1400N ; Projet d’une version embarquée du CL-1200-2.

CL-1600 : Désignation d’usine du X-27.

X-27 : Projet d'un avion de recherche à haute performances destiné à tester en conditions de vol des technologies avancées dans les domaines de la propulsion, de l'avionique et des équipements électroniques.


Utilisateurs militaires :
Aucun.


Caractéristiques et performances du CL-1200-2 :
Equipage : 1
Longueur : 17,45 m
Envergure : 8,89 m
Hauteur : 5,23 m
Surface alaire : 28 m2
Masse à vide : 8'112 kg
Masse en charge : 11’061 kg
Masse maximale au décollage : 15'900 kg
Points d’emport : 9
Moteurs : Pratt & Whitney TF30-P-100 d’une poussée de 66,7 kN à sec et 111,2 kN avec PC.
Vitesse max haute altitude: Mach 2.57
Vitesse ascensionnelle : 304,8 m/s
Plafond opérationnel : 18'300 m+
Rayon d’action : 680 km (avec 4’000lb de bombes)
Distance franchissable : 3400 km
Distance de décollage : 440 m
Distance d’atterrissage : 930 m
Armement : un canon General Electric M61 Vulcan (725 cps) ou DEFA de 30mm (400 cps) en interne ; plus de 5’400kg de charge diverses composées de missiles air-air AIM-7 Sparrow ou AIM-9 Sidewinder, des bombes, roquettes et missiles air-sol et air-surface divers.


Caractéristiques et performances du X-27 :
Equipage : 1
Longueur : 16,2 m
Envergure : 8,70 m
Hauteur : 4,9 m
Surface alaire : 28 m2
Masse à vide : 7'800 kg
Masse maximale au décollage : 15'900 kg
Points d’emport : 9
Moteurs : Pratt & Whitney TF30-P-100 d’une poussée de 66,7 kN à sec et 111,2 kN avec PC.
Vitesse max haute altitude: Mach 2.19
Plafond opérationnel : 18'300 m+
Distance franchissable : 3400 km
Armement : Aucun



Liens internet :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lockheed_CL-1200_Lancer
https://en.wikipedia.org/wiki/Lockheed_CL-1200_Lancer
https://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/x-27.htm
https://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=2037
https://history.nasa.gov/monograph31.pdf
Re: Lockheed CL-1200 Lancer / X-27 à 09/01/2020 15:49 Jericho
La fiche sur le site.
Re: Lockheed CL-1200 Lancer / X-27 à 10/01/2020 14:10 d9pouces
Je ne connaissais pas le X-27, merci pour l’info !
Le CL-1200 est un peu plus connu, on le retrouve toujours cité au moins une ou deux fois quand on parle de cette période.
Je ne trouve pas le projet très convaincant : le F-104 restait un appareil très spécialisé à la base, qui ne donne pas l’impression d’avoir beaucoup de potentiel d’évolution.
Re: Lockheed CL-1200 Lancer / X-27 à 10/01/2020 16:29 Jericho

d9pouces a écrit

Je ne connaissais pas le X-27, merci pour l’info !
Mais de rien: ça a été un plaisir, je ne le connaissais pas non plus. Et je n'avais juste entendu un peu parler du CL-1200, mais je n'en avais pas une idée précise.


d9pouces a écrit

Le CL-1200 est un peu plus connu, on le retrouve toujours cité au moins une ou deux fois quand on parle de cette période.
Je ne trouve pas le projet très convaincant : le F-104 restait un appareil très spécialisé à la base, qui ne donne pas l’impression d’avoir beaucoup de potentiel d’évolution.
Le CL-1200 a tout de même quelques améliorations qui auraient été les bienvenues, mais c'est clairement un avion taillé pour l'interception. Pour le potentiel d'évolution… c'est probablement assez faible, en effet : remplacement du radar et des missiles air-air (comme sur le F-104 ASA italien), des calculateurs et de l'armement air-sol. Pour ce dernier type de mission, il aurait probablement été plus adapté que les F-104G allemands. :?
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Jan. 9, 2020, 2:58 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires