Rappels

Histoire de l'appareil

Le Tupolev 156 (à ne pas confondre avec le Tu-156, un dérivé du Tu-154) était un projet d'avion de veille aérienne destiné à remplacer le Tu-126 Moss.

Le Tu-126 pouvait se montrer satisfaisant dans la seconde moitié des années 1960, lorsque les avions ennemis volaient systématiquement à haute altitude. Mais dans les années 1970, les doctrines furent mises à jour avec les frappes à basse altitude. Le Tu-126 était alors dépassé car incapable de distinguer les avions du sol, à moins de voler lui-même à basse altitude et d'illuminer la cible, ce qui n'est pas précisément une solution.

La priorité était donc de concevoir un nouveau radar en remplacement du système "liana" (celui du Tu-126, surnommé "Flat Jack" par l'OTAN). Les spécifications demandées étaient les suivantes : repérer et donner des informations précises sur des cibles volants à haute vitesse, à 500 ou 600 km à haute altitude et 200 km à basse altitude. Dès le départ, il était certain qu'on utiliserait une antenne tournante en forme de disque, comme sur le Tu-126.

Le gouvernement soviétique lança l'étude en 1969 et les équipages de Tu-126 furent sollicités afin de bénéficier de leur expérience dans la conception. En 1970, Tupolev fut chargé de concevoir le futur DRLO (sans doute l'acronyme russe pour AWACS). Celui-ci reçut la désignation "Avion 156".

3 avions furent présélectionnés comme base pour la cellule du futur appareil : le Tu-142M, le Tu-154 et le Tu-126 lui-même. Les VVS avaient une préférence pour le Tu-142M, mais sa cellule était trop étroite pour le futur système. En fait, le Tu-126 avait eu exactement le même problème, avec le Tu-95 à l'origine. Le Tu-154 réclamait trop de modifications importantes et avait de toute façon une autonomie insuffisante. Le Tu-126, malgré ses limites, était encore le meilleur choix, mais sa production s'était arrêtée en 1968.

Le Tu-126 fut donc entièrement retravaillé, avec en particulier 4 réacteurs D-30KP (12000 kgp chacun) à la place des turbopropulseurs. Le résultat donnait un résultat très proche du E-3A Sentry américain. De nouveaux systèmes de contrôle de tir, de protection, de communications étaient prévus, mais les Soviétiques souhaitaient conserver la tourelle arrière, une [TKB]-635 avec un canon de 30 mm, pour l'auto-protection. C'est ce qu'une source appelle le "syndrome du Vietnam".

Le Tupolev 156 avait une longueur de plus de 50 mètres et pesait 182 tonnes au décollage. Il croisait à 700 km/h. Sa distance franchissable était de 5200 km, équivalente à celle d'un Tu-154 dans sa version M (modernisée donc), mais inférieure à celle du Tu-126. Il embarquait 9 opérateurs.

Les forces aériennes insistèrent pour que le futur avion de veille aérienne soit basé sur un appareil en production, et l'Il-76 fut sélectionné, ce qui donnera l'A-50 "Manstay". Le Tupolev 156 ne fut jamais construit.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Tupolev Tu-156 : Projet d'avion de veille aérienne quadriréacteur soviétique du début des années 1970.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Tupolev Tu-156 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 182 000 kg (401 242 lbs)
  • Surface alaire : 307 m² (3 305 sq. ft)
  • Hauteur : 14,6 m (47,9 ft)
  • Envergure : 45,8 m (150,262 ft)
  • Longueur : 52,5 m (172,244 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 720 km/h (447 mph, 389 kts)
  • Distance franchissable : 5 200 km (3 231 mi, 2 808 nm)
  • Plafond opérationnel : 10 000 m (32 808 ft)
  • Charge alaire, au décollage : 592,834 kg/m² (121,422 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 4 réacteurs Aviadvigatel D-30 KP
  • Puissance unitaire : 12 020 kgp (118 kN, 26 500 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
Tupolev Tu-156 à 12/11/2019 14:01 Clansman
Le Tupolev 156 (à ne pas confondre avec le Tu-156, un dérivé du Tu-154) était un projet d'avion de veille aérienne destiné à remplacer le Tu-126 Moss.

Le Tu-126 pouvait se montrer satisfaisant dans la seconde moitié des années 1960, lorsque les avions ennemis volaient systématiquement à haute altitude. Mais dans les années 1970, les doctrines furent mises à jour avec les frappes à basse altitude. Le Tu-126 était alors dépassé car incapable de distinguer les avions du sol, à moins de voler lui-même à basse altitude et d'illuminer la cible, ce qui n'est pas précisément une solution.

La priorité était donc de concevoir un nouveau radar en remplacement du système "liana" (celui du Tu-126, surnommé "Flat Jack" par l'OTAN). Les spécifications demandées étaient les suivantes : repérer et donner des informations précises sur des cibles volants à haute vitesse, à 500 ou 600 km à haute altitude et 200 km à basse altitude. Dès le départ, il était certain qu'on utiliserait une antenne tournante en forme de disque, comme sur le Tu-126.

Le gouvernement soviétique lança l'étude en 1969 et les équipages de Tu-126 furent sollicités afin de bénéficier de leur expérience dans la conception. En 1970, Tupolev fut chargé de concevoir le futur DRLO (sans doute l'acronyme russe pour AWACS). Celui-ci reçut la désignation "Avion 156".

3 avions furent présélectionnés comme base pour la cellule du futur appareil : le Tu-142M, le Tu-154 et le Tu-126 lui-même. Les VVS avaient une préférence pour le Tu-142M, mais sa cellule était trop étroite pour le futur système. En fait, le Tu-126 avait eu exactement le même problème, avec le Tu-95 à l'origine. Le Tu-154 réclamait trop de modifications importantes et avait de toute façon une autonomie insuffisante. Le Tu-126, malgré ses limites, était encore le meilleur choix, mais sa production s'était arrêtée en 1968.

Le Tu-126 fut donc entièrement retravaillé, avec en particulier 4 réacteurs D-30KP (12000 kgp chacun) à la place des turbopropulseurs. Le résultat donnait un résultat très proche du E-3A Sentry américain. De nouveaux systèmes de contrôle de tir, de protection, de communications étaient prévus, mais les Soviétiques souhaitaient conserver la tourelle arrière, une [TKB]-635 avec un canon de 30 mm, pour l'auto-protection. C'est ce qu'une source appelle le "syndrome du Vietnam".

Le Tupolev 156 avait une longueur de plus de 50 mètres et pesait 182 tonnes au décollage. Il croisait à 700 km/h. Sa distance franchissable était de 5200 km, équivalente à celle d'un Tu-154 dans sa version M (modernisée donc), mais inférieure à celle du Tu-126. Il embarquait 9 opérateurs.

Les forces aériennes insistèrent pour que le futur avion de veille aérienne soit basé sur un appareil en production, et l'Il-76 fut sélectionné, ce qui donnera l'A-50 "Manstay". Le Tupolev 156 ne fut jamais construit.


https://www.globalsecurity.org/military/world/russia/tu-156-drlo.htm

https://www.redstar.gr/index.php?option=com_content&view=article&id=2309:tu-156-aew-c-air-system-of-early-warning&catid=418&lang=en&Itemid=526

http://www.redstar.gr/Foto_red/Eng/Aircraft/Tu_156.html
Re: Tupolev Tu-156 à 12/11/2019 14:44 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Nov. 12, 2019, 2:36 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires