Rappels

Histoire de l'appareil

Lorsque l'on évoque la situation des ADAV en Union Soviétique, on pense presque uniquement aux machines de Yakovlev (Yak-36, Yak-38 et Yak-41). Il semble que comparativement aux occidentaux, les Soviétiques se soient peu intéressés aux ADAV.

La formule du tail-sitter (assis sur la queue) en particulier, n'a jamais été mise au point à cause du manque de visibilité du pilote lors de l'atterrissage. Mais même en URSS, il exista au moins deux projets de tail-sitter : le Myasishchev M-58 et le Sukhoi Shkval. Sans vouloir vous spoiler, aucun des deux n'a été construit.

Le Shkval (squale) est du à un jeune ingénieur, Rolan G. Martirossow, qui décida de sa propre initiative d'en lancer l'étude avec une dizaine de personnes. Il se lança dans son projet en 1960 (le développement du Yak-36 venait d'être lancé et le P.1127, ancêtre direct du Harrier, allait voler la même année) et reçut rapidement l'autorisation de poursuivre.

Le Shkval était un monoplace destiné à l'interception, équipé d'un radar et de deux canons. Il était propulsé par deux réacteurs à post-combustion. La cellule était similaire au Su-15 Flagon, mais avec 4 ailes de petites dimensions en X, en flèche, avec des carénages au bout pour les atterrisseurs.

2 configurations, surtout pour les entrées d'air, furent testées en soufflerie : la première, avec des entrées d'air en D comparables à celles du Su-15, s'avéra insuffisante et fut remplacée par une seconde avec des entrées d'air rectangulaire, similaires à celle du MiG-25. Les plans canards changèrent de place : auparavant placés en avant du cockpit, ils furent fixés sur les entrées d'air. Au total, cela donnait au Shkval un air de Yak-41.

Le siège éjectable pivotait afin de faciliter l'atterrissage, à la manière du Coléoptère français. La différence tenait au fait que le manche latéral et la manette puissance moteur pivotaient en même temps.

Les essais en soufflerie, effectués par le TsaGi, permirent à Sukhoï d'obtenir l'accord officiel, ce qui entraînait financement et accès aux infrastructures d'essais. Une maquette partielle fut construite.

En août 1963, une commission gouvernementale fut réunie pour évaluer le projet : les ingénieurs se montrèrent incapables de répondre à toutes ses questions et, semble-t-il, le ton monta. Si les mérites de l'équipe de conception furent reconnus, le financement de la construction du prototype fut annulé.

Le projet fut abandonné en conséquence.

Versions référencées

  • Sukhoï Shkval : Projet d'avion de combat ADAV biréacteur soviétique du début des années 1960.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
Sukhoi Shkval à 31/08/2019 08:46 Clansman
Lorsque l'on évoque la situation des ADAV en Union Soviétique, on pense presque uniquement aux machines de Yakovlev (Yak-36, Yak-38 et Yak-41). Il semble que comparativement aux occidentaux, les Soviétiques se sont peu intéressés aux ADAV.

La formule du tail-sitter (assis sur la queue) en particulier, n'a jamais été mise au point à cause du manque de visibilité du pilote lors de l'atterrissage. Mais même en URSS, il exista au moins deux projets de tail-sitter : le Myasishchev M-58 et le Sukhoi Shkval. Sans vouloir vous spoiler, aucun des deux n'a été construit.

Le Shkval (squale) est du à un jeune ingénieur, Rolan G. Martirossow, qui décida de sa propre initiative d'en lancer l'étude avec une dizaine de personnes. Il se lança dans son projet en 1960 (le développement du Yak-36 venait d'être lancé et le P.1127, ancêtre direct du Harrier, allait voler la même année) et reçut rapidement l'autorisation de poursuivre.

Le Shkval était un monoplace destiné à l'interception, équipé d'un radar et de deux canons. Il était propulsé par deux réacteurs à post-combustion. La cellule était similaire au Su-15 Flagon, mais avec 4 ailes de petites dimensions en X, en flèche, avec des carénages au bout pour les atterrisseurs.

2 configurations, surtout pour les entrées d'air, furent testées en soufflerie : la première, avec des entrées d'air en D comparables à celles du Su-15, s'avéra insuffisante et fut remplacée par une seconde avec des entrées d'air rectangulaire, similaires à celle du MiG-25. Les plans canards changèrent de place : auparavant placés en avant du cockpit, ils furent fixés sur les entrées d'air. Au total, cela donnait au Shkval un air de Yak-41.

Le siège éjectable pivotait afin de faciliter l'atterrissage, à la manière du Coléoptère français. La différence tenait au fait que le manche latéral et la manette puissance moteur pivotaient en même temps.

Les essais en soufflerie, effectués par le TsaGi, permirent à Sukhoï d'obtenir l'accord officiel, ce qui entraînait financement et accès aux infrastructures d'essais. Une maquette partielle fut construite.

En août 1963, une commission gouvernementale fut réunie pour évaluer le projet : les ingénieurs se montrèrent incapables de répondre à toutes ses questions et, semble-t-il, le ton monta. Si les mérites de l'équipe de conception furent reconnus, le financement de la construction du prototype fut annulé.

Le projet fut abandonné en conséquence.




https://en.wikipedia.org/wiki/Sukhoi_Shkval

http://1-72.forumgratuit.org/t1599-sharkit-sukhoi-shkval

https://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php?topic=5099.0

https://forums.x-plane.org/index.php?/files/file/25687-sukhoi-shkval/
Re: Sukhoi Shkval à 31/08/2019 09:29 Clansman
La fiche sur le site

Une deuxième config montre un appareil franchement dérivé du MiG-25, mais ça serait un fake. Prudence donc.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Aug. 31, 2019, 9:16 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires