Rappels

Histoire de l'appareil

Le 20 avril 1990, le commandant en chef des forces aériennes soviétiques, Yefimov, exprima officiellement le besoin de remplacer le millier de L-39 utilisés pour l'entraînement, insuffisants pour passer sur les nouveaux avions de combat MiG-29 et Su-27. Le premier document officiel est émis le 25 juin suivant par la Commission d’État de l'industrie militaire.

Les spécifications sont émises en octobre 1990 : l'appareil doit être biréacteur, décoller voire atterrir sur 500 m, avoir une distance de convoyage de 2500 km et avoir un rapport poussée/masse de 0,6 ou 0,7. L'avion doit aussi pouvoir opérer à partir de terrain non préparés (une obligation en Russie) et avoir une stabilité et un contrôle reprogrammables. Enfin, l'avion ne doit comporter que des composants russes. L'achat d'au moins 1200 exemplaires est envisagé, dont les premiers doivent être livrés en 1994.

C'est en janvier 1991 qu'est formellement lancé le concours UTS (Uchebno-Trenirovochnyi Samolyot) pour un appareil d'entraînement avancé, avec des capacités secondaires de chasse, d'attaque et de reconnaissance.

4 avionneurs se mirent sur les rangs : MiG avec son MiG-AT, Myasishchev avec son M-200, Sukhoï avec son S-54 et Yakovlev avec son Yak-130. Certaines sources évoquaient un 5e candidat, mais on n'en sait pas plus et ce n'est pas certain.

Le Myasishchev M-200 (appelé apparemment Master) était un biréacteur doté de turbofans Ivchenko R-35M (Klimov RD-35) de 16,67 kN chacun, alors en développement. Il pesait moins de 4 tonnes à vide et moins de 5 en charge. Il mesurait à peine plus de 10 mètres de long et volait à 850 km/h maximum au niveau de la mer.

Son système de contrôle en vol était reprogrammable, ce qui permettait de simuler différentes conditions de vol tout en gardant de la stabilité. Avec le système au sol NUTK-200, il formait le complexe UTK-200.

Le M-200 avait un air d'Alpha Jet, en plus trapu et avec des entrées d'air très en arrière sous les ailes. Les ailes étaient hautes et en flèche (avec un bord de fuite droit), l'empennage conventionnel et en flèche (bord de fuite droit pour l'empennage horizontal aussi), les réacteurs placés en carénage de chaque côté du fuselage. Le train était tricycle et rétractable. Les 2 membres d'équipage étaient placés en tandem, avec un poste arrière surélevé. Une variante monoplace était prévue, très certainement pour des missions d'attaque légère.

Une première sélection eut lieu dès 1992. Dans un premier temps, Sukhoï et Mikoyan furent rejetés au profit de Yakovlev et Myasishchev. Mikoyan protesta et finalement, à la fin de 1992, Yakovlev et Mikoyan furent autorisés à produire des prototypes. Myasishchev abandonna tout travail sur son M-200. Quand au vainqueur du concours, ce fut le Yak-130.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Myasishchev M-200 : Projet d'avion d'entraînement biréacteur soviétique du début des années 1990.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Myasishchev M-200 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 4 700 kg (10 362 lbs)
  • Masse à vide : 3 805 kg (8 389 lbs)
  • Hauteur : 4,2 m (13,78 ft)
  • Envergure : 9,4 m (30,84 ft)
  • Longueur : 10,37 m (34,022 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 700 km/h (435 mph, 378 kts)
  • Vitesse de décollage : 180 km/h (112 mph, 97 kts)
  • Distance de décollage : 200 m (656 ft)
  • Vitesse d'atterrissage : 155 km/h (96 mph, 84 kts)
  • Distance d'atterrissage : 480 m (1 575 ft)
  • Facteur de charge maximal : 8 g (0,28 oz) (- 3 G)
  • Distance franchissable : 1 400 km (870 mi, 756 nm)
  • Distance de convoyage : 2 200 km (1 367 mi, 1 188 nm)
  • Plafond opérationnel : 13 100 m (42 979 ft)
  • Vitesse maximale BA : 850 km/h (528 mph, 459 kts)

Motorisation

  • 2 turbofans Ivchenko-Progress R-35M
  • Puissance unitaire : 1 700 kgp (17 kN, 3 748 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
Myasishchev M-200 à 02/08/2019 16:37 Clansman
Allez, un dernier Myasishchev pour la route :

Le 20 avril 1990, le commandant en chef des forces aériennes soviétiques, Yefimov, exprima officiellement le besoin de remplacer le millier de L-39 utilisés pour l'entraînement, insuffisants pour passer sur les nouveaux avions de combat MiG-29 et Su-27. Le premier document officiel est émis le 25 juin suivant par la Commission d’État de l'industrie militaire.

Les spécifications sont émises en octobre 1990 : l'appareil doit être biréacteur, décoller voire atterrir sur 500 m, avoir une distance de convoyage de 2500 km et avoir un rapport poussée/masse de 0,6 ou 0,7. L'avion doit aussi pouvoir opérer à partir de terrain non préparés (une obligation en Russie) et avoir une stabilité et un contrôle reprogrammables. Enfin, l'avion ne doit comporter que des composants russes. L'achat d'au moins 1200 exemplaires est envisagé, dont les premiers doivent être livrés en 1994.

C'est en janvier 1991 qu'est formellement lancé le concours UTS (Uchebno-Trenirovochnyi Samolyot) pour un appareil d'entraînement avancé, avec des capacités secondaires de chasse, d'attaque et de reconnaissance.

4 avionneurs se mirent sur les rangs : MiG avec son MiG-AT, Myasishchev avec son M-200, Sukhoï avec son S-54 et Yakovlev avec son Yak-130. Certaines sources évoquaient un 5e candidat, mais on n'en sait pas plus et ce n'est pas certain.

Le Myasishchev M-200 (appelé apparemment Master) était un biréacteur doté de turbofans Ivchenko R-35M (Klimov RD-35) de 16,67 kN chacun, alors en développement. Il pesait moins de 4 tonnes à vide et moins de 5 en charge. Il mesurait à peine plus de 10 mètres de long et volait à 850 km/h maximum au niveau de la mer.

Son système de contrôle en vol était reprogrammable, ce qui permettait de simuler différentes conditions de vol tout en gardant de la stabilité. Avec le système au sol NUTK-200, il formait le complexe UTK-200.

Le M-200 avait un air d'Alpha Jet, en plus trapu et avec des entrées d'air très en arrière sous les ailes. Les ailes étaient hautes et en flèche (avec un bord de fuite droit), l'empennage conventionnel et en flèche (bord de fuite droit pour l'empennage horizontal aussi), les réacteurs placés en carénage de chaque côté du fuselage. Le train était tricycle et rétractable. Les 2 membres d'équipage étaient placés en tandem, avec un poste arrière surélevé. Une variante monoplace était prévue, très certainement pour des missions d'attaque légère.

Une première sélection eut lieu dès 1992. Dans un premier temps, Sukhoï et Mikoyan furent rejetés au profit de Yakovlev et Myasishchev. Mikoyan protesta et finalement, à la fin de 1992, Yakovlev et Mikoyan furent autorisés à produire des prototypes. Myasishchev abandonna tout travail sur son M-200. Quand au vainqueur du concours, ce fut le Yak-130.



https://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,779.msg47150.html#msg47150

https://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,27.0/nowap.html

https://www.globalsecurity.org/military/world/russia/myasishchev-projects.htm

http://chezpeps.free.fr/plus/russie/mail/aout-2009/05_08_2009.html
Re: Myasishchev M-200 à 03/08/2019 09:29 Clansman
La fiche sur le site

Enfin un projet réaliste. :mrgreen:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Aug. 3, 2019, 9:05 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires