Histoire de l'appareil

Dans les années 1950, les États-majors réalisent que les avions deviennent de plus en gros et lourds, ce qui nécessitent des pistes de plus en plus longues… et vulnérables en cas d'attaque. Une des solutions envisagées pour y remédier est la construction d'hydravions : en cas de frappe nucléaire, de tels avions peuvent être dispersés sur les mers et lacs de l'URSS, et contre-attaquer.

Les VVS (forces aériennes soviétiques) réclament un bombardier hydravion stratégique et le conseil des ministres les suit en édictant un décret, le N°1119-582 du 15 août 1956. Les spécifications demandées sont les suivantes : vitesse maximale de 1700 ou 1800 km/h, distance franchissable de 7500 à 8000 km, charge militaire de 5 tonnes, possibilité de déjauger avec des vagues de 1,5 mètres et d'amerrir avec des vagues de 1,8 mètres.

Beriev, Myasishchev et Tupolev y participent : ils présentent respectivement le SD-MBR, le M-70, et pour Tupolev apparemment le Tu-504.

Pour Beriev, il devient vite évident que 2 réacteurs ne suffiront pas et que 4 seront nécessaires pour atteindre les performances demandées. De même, le futur réacteur NK-10 est plus prometteur que les Kuznetsov NK-6 prévus au départ. Enfin, il est prévu d'avoir recours à des sous-marins pour ravitailler l'avion et porter son autonomie à 20000 km avec 2 ravitaillements.

Beriev fait appel au TsaGi pour des calculs et essais en soufflerie qui concernent non seulement l'aérodynamique, mais aussi l'hydrodynamique. Il en résulte un appareil avec 14 compartiments étanches, une soute de 11 mètres pour un missile de croisière et 22 réservoirs de carburant, dont 3 protégés contre des projectiles de calibre 20 mm.

L'équipage est constitué de 3 personnes. Le SD-MBR fait 60 mètres de long, pour 240 tonnes au décollage. Il emporte 144 tonnes de carburant. Les ailes sont double deltas, avec 2 réacteurs en nacelles posées sur l'aile. Les deux autres réacteurs sont placés dans une unique nacelle à la base de la dérive. Cette dernière semble en T avec un empennage horizontal en diamant.

L'avionique était prévue : pilote automatique AP-33, système de communication Planeta, station de radio VHF Dub-5, équipement de communication avec les sous-marins Okhotsk, système de navigation Sphere-2, compas radio automatique ARK-54B. Des sièges éjectables et même un radeau gonflable LAS-5M étaient prévus.

Une version de reconnaissance, destinée à détecter des cibles pour les sous-marins, était prévue. Elle emportait un missile anti-navires K-21, des bombes ou des mines, et des appareils photographiques.

Cependant, les autorités soviétiques changèrent d'avis et abandonnèrent l'idée d'acquérir des hydravions supersoniques. Aucun des projets ne fut concrétisé, pas même sous forme de prototype.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Beriev SD-MBR : Projet de bombardier hydravion quadriréacteur soviétique des années 1950.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Beriev SD-MBR voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 240 000 kg (529 110 lbs)
  • Masse normale au décollage : 114 000 kg (251 327 lbs)
  • Surface alaire : 325 m² (3 498 sq. ft)
  • Hauteur : 11,5 m (37,73 ft)
  • Envergure : 26,4 m (86,614 ft)
  • Longueur : 61,5 m (201,772 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière maximum : 2 440 km/h (1 516 mph, 1 317 kts)
  • Distance franchissable : 7 700 km (4 785 mi, 4 158 nm)
  • Plafond opérationnel : 20 000 m (65 617 ft)
  • Charge alaire, masse normale : 350,769 kg/m² (71,843 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 738,462 kg/m² (151,249 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 4 réacteurs Kuznetsov NK-10B
  • Puissance unitaire : 26 000 kgp (255 kN, 57 320 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
Beriev SD-MBR à 19/04/2019 12:56 Clansman
Dans les années 1950, les États-majors réalisent que les avions deviennent de plus en gros et lourds, ce qui nécessitent des pistes de plus en plus longues… et vulnérables en cas d'attaque. Une des solutions envisagées pour y remédier est la construction d'hydravions : en cas de frappe nucléaire, de tels avions peuvent être dispersés sur les mers et lacs de l'URSS, et contre-attaquer.

Les VVS (forces aériennes soviétiques) réclament un bombardier hydravion stratégique et le conseil des ministres les suit en édictant un décret, le N°1119-582 du 15 août 1956. Les spécifications demandées sont les suivantes : vitesse maximale de 1700 ou 1800 km/h, distance franchissable de 7500 à 8000 km, charge militaire de 5 tonnes, possibilité de déjauger avec des vagues de 1,5 mètres et d'amerrir avec des vagues de 1,8 mètres.

Beriev, Myasishchev et Tupolev y participent : ils présentent respectivement le SD-MBR, le M-70, et pour Tupolev apparemment le Tu-504.

Pour Beriev, il devient vite évident que 2 réacteurs ne suffiront pas et que 4 seront nécessaires pour atteindre les performances demandées. De même, le futur réacteur NK-10 est plus prometteur que les Kuznetsov NK-6 prévus au départ. Enfin, il est prévu d'avoir recours à des sous-marins pour ravitailler l'avion et porter son autonomie à 20000 km avec 2 ravitaillements.

Beriev fait appel au TsaGi pour des calculs et essais en soufflerie qui concernent non seulement l'aérodynamique, mais aussi l'hydrodynamique. Il en résulte un appareil avec 14 compartiments étanches, une soute de 11 mètres pour un missile de croisière et 22 réservoirs de carburant, dont 3 protégés contre des projectiles de calibre 20 mm.

L'équipage est constitué de 3 personnes. Le SD-MBR fait 60 mètres de long, pour 240 tonnes au décollage. Il emporte 144 tonnes de carburant. Les ailes sont double deltas, avec 2 réacteurs en nacelles posées sur l'aile. Les deux autres réacteurs sont placés dans une unique nacelle à la base de la dérive. Cette dernière semble en T avec un empennage horizontal en diamant.

L'avionique était prévue : pilote automatique AP-33, système de communication Planeta, station de radio VHF Dub-5, équipement de communication avec les sous-marins Okhotsk, système de navigation Sphere-2, compas radio automatique ARK-54B. Des sièges éjectables et même un radeau gonflable LAS-5M étaient prévus.

Une version de reconnaissance, destinée à détecter des cibles pour les sous-marins, était prévue. Elle emportait un missile anti-navires K-21, des bombes ou des mines, et des appareils photographiques.

Cependant, les autorités soviétiques changèrent d'avis et abandonnèrent l'idée d'acquérir des hydravions supersoniques. Aucun des projets ne fut concrétisé, pas même sous forme de prototype.



https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://airspot.ru/catalogue/item/beriev-sd-mbr&prev=search

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/xplane/sdmbr.html&prev=search

https://www.globalsecurity.org/wmd/world/russia/sd-mbr.htm

http://www.redstar.gr/Foto_red/Eng/X_Planes/SD_MBR.html

https://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,741.0.html

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://foro.rkka.es/index.php%3Ftopic%3D5111.0&prev=search
Re: Beriev SD-MBR à 19/04/2019 13:12 Clansman
La fiche sur le site

Projet assez impressionnant.
Re: Beriev SD-MBR à 24/04/2019 22:04 Jericho

Clansman a écrit

Projet assez impressionnant.
:shock: Euh… ouais, assez, en effet!

Cet engin aurait été vraiment impressionnant à voir en vrai. :D
Re: Beriev SD-MBR à 25/04/2019 10:56 Clansman
Pour le budget aussi ça aurait été impressionnant. :bonnet:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le April 19, 2019, 1:03 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires