Rappels

Histoire de l'appareil

En février 1949, l'USAF lance le programme GEBO II, destiné à lui procurer un bombardier multirôle, capable de hautes performances afin d'échapper aux chasseurs soviétiques. Plusieurs concurrents sont sur les rangs, dont Boeing avec son XB-59 et Convair.

Celui-ci propose un projet, baptisé en interne Convair Model 4 et appelé Hustler (escroc) dès sa conception. Il est dû à Robert H. Widmer, qui travaillera plus tard sur le F-111 puis le F-16. Le projet est retenu en février 1953. Cependant, les essais en soufflerie nécessitent de redessiner l'appareil. L'appareil faillit même être abandonné en 1954. 2 XB-58 et 11 YB-58A sont commandés en juin 1955, en attendant une décision définitive.

Le prototype effectua son premier vol le 11 novembre 1956. Il s'agit d'un appareil à aile delta, d'une flèche de 60°. Le fuselage est conforme à la loi des aires et est un des premiers à faire appel aux matériaux composites (aluminium et fibre de verre). Il n'est pas encore équipé de l'énorme bidon ventral et largable, dit nacelle TCP (Two Component Pod), qui contient du carburant et qui loge la bombe atomique. Les premiers essais avec ce conteneur ont lieu le 16 février 1957.

En juin 1959, l'USAF passe commande de 290 exemplaires, commande réduite de moitié 6 mois après. C'est son premier bombardier supersonique, capable de Mach 2. Il emporte 3 membres d'équipages (un pilote, un navigateur, un opérateur des systèmes défensifs) logés dans des capsules éjéctables. L'électronique de bord est évoluée pour l'époque (le système de navigation et de bombardement Sperry AN/ASQ-42 est à inertie et est le premier du genre) et des voix féminines sont enregistrées pour diffuser des messages d'alertes.

L'appareil est équipé d'un canon M61 de 20 mm, alimenté par 1200 obus, placé dans la queue de l'appareil. Il emporte généralement une seule bombe atomique dans la nacelle TCP, mais peut recevoir 4 autres bombes atomiques B43 ou B61 sous les ailes.

L'appareil pose de nombreux problèmes qui rendent le SAC dubitatif par rapport à l'engin. Le train d'atterrissage, par exemple, doit se rétracter de manière à éviter la charge emportée… L'appareil est très complexe à piloter et à entretenir. Le programme coûte 3 milliards de dollars en 1961. Son rayon d'action est inférieur à celui du B-52.

Pourtant, non seulement ses problèmes se résolvent, mais de plus il bat de nombreux records de vitesse, et effectuera l'aller New York-Paris à la vitesse moyenne de 1752 km/h sur 5800 km le 26 mai 1961. L'appareil s'écrasera au cours du 24e Salon du Bourget, tuant son équipage…

Le B-58A effectue son premier vol en septembre 1959 et entre en service le 15 mars 1960. 86 exemplaires sont construits et n'équipent que 2 escadres : le 43rd Bomb Wing à Carswell AFB puis à Little Rock AFB, et le 305th Bomb Wing à Bunker Hill AFB. Pour piloter un tel appareil, seul l'élite des équipages du SAC est sélectionnée. D'ailleurs, le B-58, par sa silhouette et ses performances, rend les pilotes enthousiastes malgré les accidents fréquents (26 appareils perdus).

Une version d'entraînement, le TB-58A, fut construite avec un poste modifié. 8 YB-58A sont modifiés. Un autre YB-58A est modifié en NB-58A afin de tester le réacteur J93 destiné au XB-70. Un autre appareil servira à tester le radar et les missiles du YF-12.

Une variante de reconnaissance, le RB-58A, est construite à 17 exemplaires, probablement des YB-58A modifiés eux aussi. Elle emporte une nacelle de reconnaissance photographique LA-331.

Des variantes B-58B et C furent envisagées, mais non construites. Le B-58C était équipé de réacteurs J58, capable de Mach 3 et proposé comme alternative au XB-70.

Dès son entrée en service, le B-58 s'avère inadapté aux nouvelles menaces. L'apparition du fameux SA-2 a fait comprendre à tous les Etats-Majors occidentaux que le survol à haute altitude n'était plus de mise et qu'il fallait miser sur la pénétration à basse altitude. Le B-58 eut, comme tous les bombardiers de son époque, les mêmes soucis de fatigue structurelle qui s'ensuivirent. Dès 1965, McNamara impose le retrait de l'appareil pour 1970.

116 B-58 furent construits jusqu'en octobre 1962, et sont restés en service jusqu'en janvier 1970. Il en reste 8, exposés dans des musées.


Texte de Clansman, avec son aimable autorisation

Versions référencées

  • Convair XB-58 : Prototypes. 2 exemplaires.
  • Convair YB-58A : Version de présérie. 11 exemplaires.
  • Convair B-58A : Version de bombardement et de frappe nucléaire. 86 exemplaires.
  • Convair B-58B : Version non construite.
  • Convair B-58C : Version non construite.
  • Convair NB-58A : Version servant de banc d'essai au réacteur J93. 1 exemplaire.
  • Convair RB-58A : Version de reconnaissance. 17 exemplaires, peut-être des YB-58A modifiés.
  • Convair TB-58A : Version d'entraînement. 8 YB-58A modifiés.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Convair B-58A voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 80 240 kg (176 899 lbs)
  • Masse à vide : 25 200 kg (55 557 lbs)
  • Surface alaire : 143,3 m² (1 542,468 sq. ft)
  • Hauteur : 8,9 m (29,199 ft)
  • Envergure : 17,3 m (56,759 ft)
  • Longueur : 29,5 m (96,785 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 982 km/h (610 mph, 530 kts)
  • Rayon d'action : 2 800 km (1 740 mi, 1 512 nm)
  • Plafond opérationnel : 19 324 m (63 400 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 88 m/s (289 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 2 123 km/h (1 319 mph, 1 146 kts)
  • Charge alaire, à vide : 175,855 kg/m² (36,018 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 559,944 kg/m² (114,686 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 4 réacteurs General Electric J79-GE-5A
  • Puissance unitaire : 4 400 kgp (43 kN, 9 700 lbf), 7 076 kgp (69 kN, 15 600 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré - supprimé après changements du code sportif 9

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
B-58 Hustler à 13/04/2010 21:57 Vigi
Comme le transfert de données a eu la délicatesse de supprimer la quasi totalité du topic sur les bombardiers stratégiques et, accessoirement des topos que j'avais fait.
Je vous remet ici celui d'un, si ce n'est le plus beau bombardier stratégique post WWII… le B-58 Hustler.




Le B-58 Hustler fut le premier bombardier nucléaire stratégique supersonique à entrer en service dans l’US Air Force. Appareil technologiquement très avancé pour son époque, il était conçu pour la pénétration à très hautes altitude et vitesse afin d’éviter les défenses ennemies. Pourtant il ne resta qu’une dizaine d’années en service, car l’essor des missiles balistiques intercontinentaux réduisit fortement sa valeur stratégique.

La compétition pour le futur bombardier B-58 vit s’affronter deux concurrents : Boeing et Convair. Convair emporta le contrat avec un projet de grand quadriréacteur à aile delta. Le 2 décembre 1952, une production de 244 appareils sur une durée de quatre ans fut décidé, mais le programme de développement subit de nombreux problèmes et se révéla si coûteux qu’en juin 1955, le Stratégic Air Command qui ramena le nombre de commandes d’appareils de pré-série à 13 au lieu de 30, avec une possibilité d’une production ultérieure qui fut finalement lancée en août 1955. Après avoir ramené dans un premier temps la commande du nombre d’appareils à 290 unités, la production finale de B-58 fut de 116 exemplaires.

L’appareil était capable d’atteindre Mach 2 et de voler jusqu’à 26 000 mètres. Sa configuration en aile delta à angle de 60° le rendait aussi particulièrement maniable en vol rapide à basse altitude. Trois membres d’équipage prenaient place dans des habitacles séparés : un pilote, un opérateur navigation/bombardement et un opérateur des systèmes de défense. Un système innovant de capsules d’éjection alimentées en oxygène leur permettait de s’éjecter à 21 000 m d’altitude et jusqu’à Mach 2.

Bien que ses performances soient exceptionnelles, le B-58 Hustler était difficile à piloter, ne laissant aucun répit à l’équipage pendant les missions. Seuls les meilleurs pilotes de l’USAF étaient sélectionnés pour voler sur B-58, après un entraînement sur F-102 Delta Dagger, dont la configuration delta présentait des similitudes. Durant sa carrière opérationnelle, le Hustler subit un nombre élevé d’accidents, entraînant la perte de nombreux appareils et équipages, pour la plupart en raison de pertes de contrôle de l’appareil en vol à vitesse élevée.

En dépit de ses performances, le Hustler disposait d’une capacité d’emport en armement assez limitée – 8800 kg – et d’un rayon d’action inférieur à celui du B-52 Stratofortress. Il était armé d’un canon rotatif Vulcan de 20mm General Electric T-171E3 en tir arrière, ainsi que de 4 bombes conventionnelles ou nucléaires (B43 et B61), dans le pod ventral et sous voilure. Au niveau de son avionique, il était équipé du système de navigation/bombardement AN/ASQ-42 dont un des éléments principaux était le radar Doppler AN/APN-113.

Les B-58 Hustler furent retirés du service en janvier 1970, après avoir démarré une carrière opérationnelle le 15 mars 1960 au sein du 43rd Wing. Seuls deux escadres américaines ont été équipés de cet appareil : le 305th Bomb Wing, basé à Bunker Hill AFB, et le 43rd Bomb Wing de Davis AFB.

Le B-58 Hustler est surtout connu pour le nombre de record mondiaux qu’il a battus, dont entre autres :
- Vitesse moyenne de 1707 km/h sur un circuit de 2000 km, avec 2000 kg de charge, le 12 janvier 1961
- Vitesse moyenne de 2095 km/h sur un circuit de 1073 km, le 10 mai 1961
- Trajet New-York Paris (soit plus de 5800 km) à une vitesse moyenne de 1752 km/h, le 26 mai 1961, pour se rendre au 24e Salon de l’Aéronautique 1er Salon de l’Espace au Bourget
- Altitude de 26 000 mètres avec une charge de 5000 kg, le 18 septembre 1962


Caractéristiques du B-58A Hustler
* Motorisation : 4 réacteurs General Electric J79-GE-1
* Puissance : 69,4 Kn avec PC
* Envergure : 17,32 m
* Longueur du fuselage : 29,49 m
* Hauteur au sol : 9,58 m
* Surface alaire : 143,26 m²
* Masse à vide : 25 201 kg
* Masse maximale : 73 935 kg
* Plafond pratique : 19 200 m
* Distance franchissable : 8 975 km
* Rayon d'action : 2 816 km
* Vitesse maximale : 2125 km/h à 19 000 m
* Équipage : 3 membres
* Nombre d'exemplaires produits : 116



Certains reconnaitrons sans doute la fiche d'AMN…normal, c'est moi qui l'ai écrite. ;)
Re: B-58 Hustler à 13/04/2010 22:02 Polo
Ont dirais un F-102 Delta Dagger avec les réacteurs un par point du B-52. :shock:
Re: B-58 Hustler à 26/01/2011 22:06 Clansman
Le B-58 sur le site

Très bel appareil, qui rappelle le B-1 sous certains angles. Dommage qu'il n'ait pas eu la carrière qu'il méritait…
Re: B-58 Hustler à 16/12/2012 20:24 d9pouces
Pouvait-il vraiment avoir une meilleure carrière ?
Bel appareil, certainement, mais il était loin d'être dénué de défauts. Trop compliqué, trop dangereux et trop cher, ça commence à faire beaucoup pour un seul avion ;)
Re: B-58 Hustler à 18/02/2013 12:10 JFF
Une des caractéristique du B 58 est que, bien qu'étant un bombardier, il n'avait pas de soute à bombes. Sa charge offensive était transportée dans un énorme pod à deux étages, sous le fuselage. La moitié supérieure du pod contenait la bombe (généralement une seule), et la moitié inférieur, du carburant.
Par contre, je n'ai jamais entendu parlé de transport de charges offensives sous les ailes. Un moment, il avait été rêvé de le doter de missiles sous les ailes (type Skybolt), mais cela ne s'est jamais concrétisé.

Quand à la carrière, c'est surtout l'accroissement des défenses haute altitude des soviétiques qui scella la fin du B 58. En effet, dès le début des années 1960, la pénétration haute altitude / grande vitesse est devenu trop risquée. Il fallait passer en TBA. Or l'accroissement de consommation, sur un avion avec des "jambes" un peu courtes, fut fatale : il n'avait tout simplement plus l'autonomie nécessaire pour remplir son role, sauf à partir de bases en Europe.
Pour remédier à cet état de fait, il aurait fallu développer une nouvelle versions, très différente, plus grosse, plus lourde, et beaucoup plus chère surtout. Or la période dorée ou, quand le SAC demandait quelque chose, il l'avait, quelqu'en soit le cout, était révolue.
Re: B-58 Hustler à 18/02/2013 20:28 d9pouces
Cette période n'aura pas duré longtemps, au final :D

Mais j'avais donc oublié « pattes trop courtes » à la liste des qualités de l'appareil :p c'est vrai qu'il était bon dans une seule mission, mais on ne peut pas dire qu'il était très polyvalent…
Re: B-58 Hustler à 18/02/2013 21:32 Nico2

d9pouces a écrit

Pouvait-il vraiment avoir une meilleure carrière ?
Bel appareil, certainement, mais il était loin d'être dénué de défauts. Trop compliqué, trop dangereux et trop cher, ça commence à faire beaucoup pour un seul avion ;)

Présenté comme cela, on est même surpris de la longévité de sa carrière.

C'est un peu un genre de widow maker ce zinc, non :?::mrgreen:

Merci JFF pour tes précisions :) .
B-58/Pima (AZ, USA) à 16/05/2013 18:59 stanak
à retenir aussi
déjà cité plus haut, premier à utiliser des sièges éjectables encapsulés
premier à être construit avec un système de navigation inertielle stellaire
premier construit avec du nid d'abeille en acier inoxydable

B-58A
Image
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires