Rappels

Histoire de l'appareil

Dès la fin des années 1970 commença à se développer un marché qui allait se révéler très lucratif : les avions d'entraînement primaire à turbopropulseur. Pilatus fit voler son PC-7 en 1978 (dans sa version de série) et Embraer son Tucano en 1980.

Dans les années 1980, d'autres constructeurs s'engouffrèrent dans la brèche, et on vit même un prototype sud-africain (l'ACE d'Atlas). Et en France me demanderez-vous ? Et bien oui, la France tenta l'aventure avec le TB-31 Omega de Socata.

Celui-ci était en fait dérivé du TB-30 Epsilon, qui avait connu un succès modeste : il avait surtout été vendu à l'Armée de l'Air française, mais aussi au Togo et au Portugal. Socata décida de l'équiper d'un turbopropulseur TP319 Arrius. La puissance passait ainsi de 300 hp à un peu moins de 500 hp. Dans le même temps, la masse à vide ne changeait pas ou si peu.

La verrière fut également remise au goût du jour, en bulle, sans montants, plus moderne que celle de l'Epsilon. Des écrans EFIS furent installés dans le cockpit. Enfin, 2 sièges éjectables (des Martin-Baker Mk 15FC) utilisables à altitude 0 furent installés.

Le premier prototype de l'Epsilon fut remotorisé avec ce turbopropulseur, simplement comme banc d'essais, et vola sous cette forme pour la première fois le 9 novembre 1985. Les autres modifications furent apportées plus tard, entrainant le changement de désignation en TB-31 Omega. Il vola sous cette nouvelle forme pour la première fois le 30 avril 1989.

Le TB-31 fut proposé à l'Armée de l'Air, mais celle-ci fit le choix de l'Embraer Tucano (en contrepartie d'hélicoptères d'Aérospatiale) en juillet 1990. Lorsque le programme JPATS fut lancé au début des années 1990, afin de remplacer les T-34 et T-37 de l'USAF, il aurait également été proposé, mais on n'en trouve pas trace dans la liste des concurrents. Il fut peut-être rejeté dès les phases primaires, sans pouvoir bénéficier de l'aide d'un constructeur américain.

Il faut reconnaître que l'Omega n'apportait peut-être pas grand chose par rapport à des machines éprouvées comme les PC-7, PC-9 et autres Tucano, alors déjà en service. Il était deux fois plus léger qu'eux (et bien moins puissant), globalement moins performant, et dépourvu d'armement (même si sur ce dernier point, une source indique 300 kg de charge offensive sur 4 points d'emport).

L'unique exemplaire de l'Omega est toujours conservé aujourd'hui, et est exposé à l'aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées.


Texte de Clansman.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Socata TB-31 Omega voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 1 400 kg (3 086 lbs)
  • Masse à vide : 860 kg (1 896 lbs)
  • Surface alaire : 9 m² (97 sq. ft)
  • Hauteur : 2,68 m (8,793 ft)
  • Envergure : 7,92 m (25,984 ft)
  • Longueur : 7,81 m (25,623 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 434 km/h (270 mph, 234 kts)
  • Vitesse de décrochage : 119 km/h (74 mph, 64 kts)
  • Distance franchissable : 1 300 km (808 mi, 702 nm)
  • Plafond opérationnel : 9 145 m (30 003 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 10,66 m/s (34,974 ft/s)
  • Vitesse maximale BA : 520 km/h (323 mph, 281 kts)
  • Charge alaire, à vide : 95,556 kg/m² (19,571 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 155,556 kg/m² (31,86 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 turbopropulseur Turbomeca TP 319-1A2 Arrius IA2
  • Puissance unitaire : 359 kW (488 ch, 481 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Socata TB31 Omega à 29/08/2018 19:11 ouakamois
TB Omega
Re: Socata TB31 Omega à 04/12/2018 08:01 Clansman
Dès la fin des années 1970 commença à se développer un marché qui allait se révéler très lucratif : les avions d'entraînement primaire à turbopropulseur. Pilatus fit voler son PC-7 en 1978 (dans sa version de série) et Embraer son Tucano en 1980.

Dans les années 1980, d'autres constructeurs s'engouffrèrent dans la brèche, et on vit même un prototype sud-africain (l'ACE d'Atlas). Et en France me demanderez-vous ? Et bien oui, la France tenta l'aventure avec le TB-31 Omega de Socata.

Celui-ci était en fait dérivé du TB-30 Epsilon, qui avait connu un succès modeste : il avait surtout été vendu à l'Armée de l'Air française, mais aussi au Togo et au Portugal. Socata décida de l'équiper d'un turbopropulseur TP319 Arrius. La puissance passait ainsi de 300 hp à un peu moins de 500 hp. Dans le même temps, la masse à vide ne changeait pas ou si peu.

La verrière fut également remise au goût du jour, en bulle, sans montants (faut dire que celle de l'Epsilon, bonjour…). Des écrans EFIS furent installés dans le cockpit. Enfin, 2 sièges éjectables (des Martin-Baker Mk 15FC) utilisables à altitude 0 furent installés.

Le premier prototype de l'Epsilon fut remotorisé avec ce turbopropulseur, simplement comme banc d'essais, et vola sous cette forme pour la première fois le 9 novembre 1985. Les autres modifications furent apportées plus tard, entrainant le changement de désignation en TB-31 Omega. Il vola sous cette nouvelle forme pour la première fois le 30 avril 1989.

Le TB-31 fut proposé à l'Armée de l'Air, mais celle-ci fit le choix de l'Embraer Tucano (en contrepartie d'hélicoptères d'Aérospatiale) en juillet 1990. Lorsque le programme JPATS fut lancé au début des années 1990, afin de remplacer les T-34 et T-37 de l'USAF, il aurait également été proposé, mais on n'en trouve pas trace dans la liste des concurrents. Il fut peut-être rejeté dès les phases primaires, sans pouvoir bénéficier de l'aide d'un constructeur américain.

Il faut reconnaître que l'Omega n'apportait peut-être pas grand chose par rapport à des machines éprouvées comme les PC-7, PC-9 et autres Tucano, alors déjà en service. Il était deux fois plus léger qu'eux (et bien moins puissant), globalement moins performant, et dépourvu d'armement.

L'unique exemplaire de l'Omega est toujours conservé aujourd'hui, et est exposé à l'aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées.



https://fr.wikipedia.org/wiki/Socata_TB-31_Om%C3%A9ga

https://en.wikipedia.org/wiki/Socata_TB_30_Epsilon

https://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/socata-tb-31-omega/

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/other/tb31.html&prev=search
Re: Socata TB31 Omega à 04/12/2018 08:30 Clansman
La fiche sur le site
Re: Socata TB31 Omega à 04/12/2018 09:12 Jericho
Merci pour cette fiche Clansman!


Clansman a écrit

Et en France me demanderez-vous ?
Ben oui, et la France? :interr:

Ah ben c'est bon, j'ai ma réponse! :D


Clansman a écrit

Il était deux fois plus léger qu'eux (et bien moins puissant), globalement moins performant, et dépourvu d'armement.
Quand on voit que le PC-9 a été alourdi de plus de 20% pour répondre aux besoins/envies de l'USAF et de l'US Navy… fallait vraiment que l'appareil soit costaud. Quand au fait qu'il soit dépourvu d'armement, contrairement au Tucano le PC-9 l'était aussi dans sa version d'origine, mais comme tu le dis: la Socata n'a peut-être pas reçu l'appuis d'un constructeur US et là… :blesse:
Re: Socata TB31 Omega à 04/12/2018 11:05 Clansman
Ben quand tu te renseignes sur le concours JPATS, et lui seul seulement, le TB-31 n'apparait nulle part. Je pense qu'il y en a un qui a fait une erreur et tout le monde l'a recopié sans chercher plus loin.
Re: Socata TB31 Omega à 04/12/2018 11:21 Jericho

Clansman a écrit

Ben quand tu te renseignes sur le concours JPATS, et lui seul seulement, le TB-31 n'apparait nulle part. Je pense qu'il y en a un qui a fait une erreur et tout le monde l'a recopié sans chercher plus loin.
Bien vu. ;)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 4 décembre 2018 08:12, modifié le . ©AviationsMilitaires