Rappels

Histoire de l'appareil

En 1994, les avions d'entraînement ou d'attaque légère comme l'Alpha Jet ou le Hawk commençaient à devenir vieillissants. EADS lança alors des études préliminaires pour concevoir leur remplaçant éventuel.

EADS avait en vue un appareil d'entraînement à hautes performances, avec des capacités secondaires de combat, utilisant des composants de l'Eurofighter. D'ailleurs, cet appareil devait au départ être motorisé par un EJ200.

L'avion fut d'abord appelé AT-2000, puis Mako (du nom d'une espèce de requin). Le Mako fut décliné en deux variantes : le HEAT biplace (High Energy Advanced Trainer) et le LCA monoplace (Light Combat Aircraft).

Le Mako se caractérisait par une aile en diamant, des entrées d'air latérales et un empennage horizontal monobloc. Sa construction était principalement en alliage d'aluminium, avec de la fibre de carbone pour les entrées d'air et l'empennage. Des éléments de furtivité furent inclus afin de lui donner une surface radar d'1m² à 44 km. Le train d'atterrissage était proche de celui du Gripen.

Un canon Mauser BK de 27 mm était proposé en option, et il pouvait emporter 4500 kg de charge sous 7 points d'emport : un ventral, deux en bout d'ailes, deux sous chaque aile. Les armements prévus étaient des missiles air-air (AIM-9L Sidewinder, IRIS-I, ASRAAM, AMRAAM, FMRAAM, Mica), air-sol (Maverick), anti-navires et des bombes Mk 82. Des réservoirs externes, un pod de reconnaissance et une perche de ravitaillement en vol étaient également possibles.

Selon le client, on pouvait monter un radar BAE Systems Bluehawk, Thales RD-400 ou AN/APG-67. Chaque cockpit, proche d'ailleurs de l'Eurofighter, avait 3 écrans multifonctions. Les commandes de vols étaient électriques et le système de contrôle était dérivé de celui du X-31. Un FLIR et un viseur de casque étaient en option. Il disposait aussi d'un FADEC, de manettes HOTAS et d'un mini-manche sur le côté.

Le Mako devait être supersonique (mach 1,5), capable de voler à 45° d'incidence, être peu cher et facile à entretenir, et proposer une vaste gamme de missions.

EADS chercha des partenaires, surtout européens, pour participer au projet. Aermacchi, Dassault, Saab furent contactés. Les clients potentiels étaient l'Allemagne, la France, l'Espagne, la Finlande, la Grèce, l'Italie et la Suède. La Snecma proposa comme moteur le M88-2.

Il fut présenté au programme Eurotrainer ou AEJPT (Advanced European Jet Pilot Training) qui visait à proposer un unique avion d'entraînement pour l'Europe. A cet effet, les avions auraient été répartis dans des bases aériennes utilisées par tous les pays partenaires. 7 pays proposèrent 9 bases aériennes. Mais ce programme ne fut jamais concrétisé.

Lors du salon de Dubaï en novembre 1999, la force aérienne des Émirats Arabes Unis se joignit au programme, qui fit l'objet d'une lettre d'intention au salon du Bourget en 2001. D'autres pays du golfe s'intéressèrent à l'appareil. En décembre 2002, un accord avec General Electric entraîna un changement de moteur pour le F414-GE-400 (ou F414M) avec PC.

Son vol inaugural était prévu pour 2009. Mais les Émirats Arabes Unis refusèrent de prendre le risque d'être son client de lancement et sélectionnèrent le M-346 cette année-là pour remplacer leur BAe Hawk. Le M-346, concurrent au programme Eurotrainer, effectua son vol inaugural en 2004.

Le retrait des Emirats, l'absence de clients ou d'autres partenaires, et surtout l'apparition de nombreux concurrents de qualité (M-346, T/A-50 sud-coréen, Hawk de nouvelle génération, Yak-130) firent qu'aucune décision ne fut prise pour la construction d'un prototype alors que la phase de définition était terminée. N'ayant aucun client pour le financer, le programme est considéré comme abandonné.

Versions référencées

  • EADS Mako HEAT : Version d'entraînement biplace (High Energy Advanced Trainer). Non construite.
  • EADS Mako LCA : Version monoplace de combat (Light Combat Aircraft). Non construite.
  • EADS AT-2000 : Ancienne désignation du Mako, encore parfois utilisée.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

EADS Mako HEAT voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 13 000 kg (28 660 lbs)
  • Masse à vide : 5 800 kg (12 787 lbs)
  • Surface alaire : 25,08 m² (269,959 sq. ft)
  • Hauteur : 4,5 m (14,764 ft)
  • Envergure : 8,25 m (27,067 ft)
  • Longueur : 13,75 m (45,112 ft)

Performances

  • Distance de décollage : 450 m (1 476 ft)
  • Distance d'atterrissage : 750 m (2 461 ft)
  • Facteur de charge maximal : 9 g (0,32 oz)
  • Facteur de charge minimal : -3 g (-0,11 oz)
  • Rayon d'action : 1 287 km (800 mi, 695 nm)
  • Distance de convoyage : 3 704 km (2 302 mi, 2 000 nm)
  • Plafond opérationnel : 15 240 m (50 000 ft)
  • Mach maximal HA : 1,5
  • Charge alaire, à vide : 231,26 kg/m² (47,366 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 518,341 kg/m² (106,165 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur General Electric F414-M
  • Puissance unitaire : 5 670 kgp (56 kN, 12 500 lbf), 7 643 kgp (75 kN, 16 850 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
EADS Mako à 06/08/2018 07:27 Clansman
En 1994, les avions d'entraînement ou d'attaque légère comme l'Alpha Jet ou le Hawk commençaient à devenir vieillissants. EADS lança alors des études préliminaires pour concevoir leur remplaçant éventuel.

EADS avait en vue un appareil d'entraînement à hautes performances, avec des capacités secondaires de combat, utilisant des composants de l'Eurofighter. D'ailleurs, cet appareil devait au départ être motorisé par un EJ200.

L'avion fut d'abord appelé AT-2000, puis Mako (du nom d'une espèce de requin). Le Mako fut décliné en deux variantes : le HEAT biplace (High Energy Advanced Trainer) et le LCA monoplace (Light Combat Aircraft).

Le Mako se caractérisait par une aile en diamant, des entrées d'air latérales et un empennage horizontal monobloc. Sa construction était principalement en alliage d'aluminium, avec de la fibre de carbone pour les entrées d'air et l'empennage. Des éléments de furtivité furent inclus afin de lui donner une surface radar d'1m² à 44 km. Le train d'atterrissage était proche de celui du Gripen.

Un canon Mauser BK de 27 mm était proposé en option, et il pouvait emporter 4500 kg de charge sous 7 points d'emport : un ventral, deux en bout d'ailes, deux sous chaque aile. Les armements prévus étaient des missiles air-air (AIM-9L Sidewinder, IRIS-I, ASRAAM, AMRAAM, FMRAAM, Mica), air-sol (Maverick), anti-navires et des bombes Mk 82. Des réservoirs externes, un pod de reconnaissance et une perche de ravitaillement en vol étaient également possibles.

Selon le client, on pouvait monter un radar BAE Systems Bluehawk, Thales RD-400 ou AN/APG-67. Chaque cockpit, proche d'ailleurs de l'Eurofighter, avait 3 écrans multifonctions. Les commandes de vols étaient électriques et le système de contrôle était dérivé de celui du X-31. Un FLIR et un viseur de casque étaient en option. Il disposait aussi d'un FADEC, de manettes HOTAS et d'un mini-manche sur le côté.

Le Mako devait être supersonique (mach 1,5), capable de voler à 45° d'incidence, être peu cher et facile à entretenir, et proposer une vaste gamme de missions.

EADS chercha des partenaires, surtout européens, pour participer au projet. Aermacchi, Dassault, Saab furent contactés. Les clients potentiels étaient l'Allemagne, la France, l'Espagne, la Finlande, la Grèce, l'Italie et la Suède. La Snecma proposa comme moteur le M88-2.

Il fut présenté au programme Eurotrainer ou AEJPT (Advanced European Jet Pilot Training) qui visait à proposer un unique avion d'entraînement pour l'Europe. A cet effet, les avions auraient été répartis dans des bases aériennes utilisées par tous les pays partenaires. 7 pays proposèrent 9 bases aériennes. Mais ce programme ne fut jamais concrétisé.

Lors du salon de Dubaï en novembre 1999, la force aérienne des Émirats Arabes Unis se joignit au programme, qui fit l'objet d'une lettre d'intention au salon du Bourget en 2001. D'autres pays du golfe s'intéressèrent à l'appareil. En décembre 2002, un accord avec General Electric entraîna un changement de moteur pour le F414-GE-400 (ou F414M) avec PC.

Son vol inaugural était prévu pour 2009. Mais les Émirats Arabes Unis refusèrent de prendre le risque d'être son client de lancement et sélectionnèrent le M-346 cette année-là pour remplacer leur BAe Hawk. Le M-346, concurrent au programme Eurotrainer, effectua son vol inaugural en 2004.

Le retrait des Emirats, l'absence de clients ou d'autres partenaires, et surtout l'apparition de nombreux concurrents de qualité (M-346, T/A-50 sud-coréen, Hawk de nouvelle génération, Yak-130) firent qu'aucune décision ne fut prise pour la construction d'un prototype alors que la phase de définition était terminée. N'ayant aucun client pour le financer, le programme est considéré comme abandonné.




https://fr.wikipedia.org/wiki/EADS_Mako_HEAT

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=de&u=https://de.wikipedia.org/wiki/EADS_Mako&prev=search

http://www.air-defense.net/forum/topic/4779-o%C3%B9-en-est-le-mako-deads/

https://en.wikipedia.org/wiki/EADS_Mako/HEAT

http://www.airforce-technology.com/projects/mako/

http://www.globalsecurity.org/military/world/europe/mako.htm

https://www.flightglobal.com/news/articles/dasa-prepares-for-at-2000-definition-go-ahead-10523/

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.255691634458076.86015.171070442920196&type=3

http://gulfnews.com/news/uae/general/uae-closely-watching-eads-mako-programme-1.372653

http://www.hitechweb.genezis.eu/stealth4e.htm
Re: EADS Mako à 06/08/2018 08:13 Clansman
La fiche sur le site

Donc, on avait parfois évoqué le Mako dans ce forum, mais jamais consacré un topic. C'est chose faite.

EADS n'a jamais annoncé officiellement son abandon, mais c'est tout comme. On note qu'il aurait dû être nettement plus performant que le M-346 et qu'il est plus de la classe du T-50 sud-coréen.
Re: EADS Mako à 06/08/2018 10:25 Jericho

Clansman a écrit

EADS n'a jamais annoncé officiellement son abandon, mais c'est tout comme.
Merci pour la fiche Clansman.
C'est amusant, j'étais à côté de la plaque pour le Mako: je pensais que cet appareil était plus vieux que ça et qu'il avait été officiellement abandonné au tout début des années 2000… comme quoi, une fiche permet parfois de remettre les idées en place! :D
Re: EADS Mako à 07/08/2018 09:30 Clansman
j'étais à côté de la plaque pour le Mako: je pensais que cet appareil était plus vieux que ça et qu'il avait été officiellement abandonné au tout début des années 2000

Pas si à côté de la plaque, c'est quand même à peu près ça. La conception date des années '90 et il a bel et bien été abandonné dès la 1ere moitié des années 2000. C'est juste "officiellement", que c'est pas ça.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 6 août 2018 07:32, modifié le . ©AviationsMilitaires