Rappels

Histoire de l'appareil

A l'automne 1952, une équipe dirigée par Tore Edlen et comprenant Carl-Gustaf Ahremark, Åke Sundén et Aarne Lakomaa (un ingénieur finlandais ayant participé au développement du Morko-Morane) entama l'étude d'un nouvel appareil, le projet 1300.

Son but n'était alors pas clairement défini, si ce n'est qu'il devait être supersonique. La toute première configuration, le 1300-01, était un intercepteur de zone ADAV de type "tail-sitter" à moteur-fusée. Plus tard il devint biréacteur et des réacteurs britanniques étaient prévus, en particulier des De Havilland Gyron ou Gyron Junior. Les vitesses, selon les configurations, étaient comprises entre Mach 1,4 et Mach 3.

Pas moins d'une centaine de configurations furent envisagées : ailes en flèche ou delta (comme le Saab 35), réacteurs en nacelle sous les ailes (projet 1300-23) ou dans les ailes (projet 1300-71).

A partir de février 1954, il fut envisagé comme futur remplaçant du Saab 32 Lansen. A partir de juillet 1955, Saab reçut des instructions plus claires : l'appareil devait être polyvalent, servant à la chasse, l'attaque au sol et la reconnaissance. En conséquence, il devait être monoplace, voler à Mach 1,2 à basse altitude (Mach 2,14 à haute altitude) et emporter 600 kg de charges offensives sur 350 km, dont des missiles Rb 04.

A partir d'octobre 1956, il fut conçu comme vecteur aérien de la future bombe atomique suédoise. Celle-ci était à l'étude depuis 1945, afin de dissuader l'URSS d'attaquer la Suède.

Les dernières configurations furent dessinées autour du Bristol Olympus 22 de 10000 lbf. L'Olympus équipait déjà le Vulcan, et à terme le TSR.2 et le Concorde. Il permettait d'envisager une version monoréacteur, le projet 1300-76C à entrée d'air ventrale ou le 1300-77A à entrée d'air dorsale. L'armement devait être emportée dans une soute interne, afin de limiter la traînée aérodynamique et d'améliorer les performances. Cela réduisait cependant la capacité interne à une bombe non guidée de 800 kg, aux dimensions comparables à la Mark 7.

En 1957, la variante -76C représentait la configuration presque définitive du projet 1300, désormais désigné officiellement A 36 par la force aérienne suédoise. L'appareil était un avion à ailes delta médiane d'une flèche de 62°, un peu plus petit qu'un F-105. Son rayon d'action de 500 km lui permettait d'atteindre les pays baltes situés à 410 km de la Suède.

Cependant, cette même année, alors que le programme était sur le point d'aboutir aux essais souterrains, le Saab 36 fut annulé. A cette époque, le Riksdag (parlement suédois) gela toute recherche sur le nucléaire au vu de ses capacités offensives. L'A 36 n'ayant aucune autre capacité que nucléaire, il fut abandonné par manque de moyens financiers qui furent transférés au développement des projets 1350, 1400 et 1500, ce dernier étant le futur Saab 37 Viggen. Il faut dire qu'on prévoyait un coût unitaire de 400 millions de couronnes en 1964.

La signature par la Suède du Traité de Non-Prolifération en 1968 enterra définitivement la bombe nucléaire suédoise.

Versions référencées

  • SAAB 1300 : Désignation constructeur du projet.
  • SAAB A 36 : Désignation militaire de la version prévue pour la frappe nucléaire.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

SAAB A 36 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 15 000 kg (33 069 lbs)
  • Masse à vide : 9 000 kg (19 842 lbs)
  • Surface alaire : 54 m² (581 sq. ft)
  • Hauteur : 5 m (16 ft)
  • Envergure : 9,6 m (31,496 ft)
  • Longueur : 17 m (56 ft)

Performances

  • Distance de décollage : 490 m (1 608 ft)
  • Rayon d'action : 410 km (255 mi, 221 nm)
  • Plafond opérationnel : 18 000 m (59 055 ft)
  • Mach maximal BA : Mach 1,2
  • Mach maximal HA : Mach 2,14
  • Charge alaire, à vide : 166,667 kg/m² (34,136 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 277,778 kg/m² (56,893 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Bristol-Siddeley Olympus 22
  • Puissance unitaire : 4 536 kgp (44 kN, 10 000 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Saab 36 à 02/08/2018 07:09 Clansman
A l'automne 1952, une équipe dirigée par Tore Edlen et comprenant Carl-Gustaf Ahremark, Åke Sundén et Aarne Lakomaa (un ingénieur finlandais ayant participé au développement du Morko-Morane) entama l'étude d'un nouvel appareil, le projet 1300.

Son but n'était alors pas clairement défini, si ce n'est qu'il devait être supersonique. La toute première configuration, le 1300-01, était un intercepteur de zone ADAV de type "tail-sitter" à moteur-fusée. Plus tard il devint biréacteur et des réacteurs britanniques étaient prévus, en particulier des De Havilland Gyron ou Gyron Junior. Les vitesses, selon les configurations, étaient comprises entre Mach 1,4 et Mach 3.

Pas moins d'une centaine de configurations furent envisagées : ailes en flèche ou delta (comme le Saab 35), réacteurs en nacelle sous les ailes (projet 1300-23) ou dans les ailes (projet 1300-71).

A partir de février 1954, il fut envisagé comme futur remplaçant du Saab 32 Lansen. A partir de juillet 1955, Saab reçut des instructions plus claires : l'appareil devait être polyvalent, servant à la chasse, l'attaque au sol et la reconnaissance. En conséquence, il devait être monoplace, voler à Mach 1,2 à basse altitude (Mach 2,14 à haute altitude) et emporter 600 kg de charges offensives sur 350 km, dont des missiles Rb 04.

A partir d'octobre 1956, il fut conçu comme vecteur aérien de la future bombe atomique suédoise. Celle-ci était à l'étude depuis 1945, afin de dissuader l'URSS d'attaquer la Suède.

Les dernières configurations furent dessinées autour du Bristol Olympus 22 de 10000 lbf. L'Olympus équipait déjà le Vulcan, et à terme le TSR.2 et le Concorde. Il permettait d'envisager une version monoréacteur, le projet 1300-76C à entrée d'air ventrale ou le 1300-77A à entrée d'air dorsale. L'armement devait être emportée dans une soute interne, afin de limiter la traînée aérodynamique et d'améliorer les performances. Cela réduisait cependant la capacité interne à une bombe non guidée de 800 kg, aux dimensions comparables à la Mark 7.

En 1957, la variante -76C représentait la configuration presque définitive du projet 1300, désormais désigné officiellement A 36 par la force aérienne suédoise. L'appareil était un avion à ailes delta médiane d'une flèche de 62°, un peu plus petit qu'un F-105. Son rayon d'action de 500 km lui permettait d'atteindre les pays baltes situés à 410 km de la Suède.

Cependant, cette même année, alors que le programme était sur le point d'aboutir aux essais souterrains, le Saab 36 fut annulé. A cette époque, le Riksdag (parlement suédois) gela toute recherche sur le nucléaire au vu de ses capacités offensives. L'A 36 n'ayant aucune autre capacité que nucléaire, il fut abandonné par manque de moyens financiers qui furent transférés au développement des projets 1350, 1400 et 1500, ce dernier étant le futur Saab 37 Viggen. Il faut dire qu'on prévoyait un coût unitaire de 400 millions de couronnes en 1964.

La signature par la Suède du Traité de Non-Prolifération en 1968 enterra définitivement la bombe nucléaire suédoise.




https://en.wikipedia.org/wiki/Saab_36

https://en.wikipedia.org/wiki/Swedish_nuclear_weapons_program

http://sturgeonshouse.ipbhost.com/index.php?/topic/995-the-swedish-nuclear-bomber-saab-a36/

http://www.x-plane.org/home/urf/aviation/text/saabcanc/

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=sv&u=https://sv.wikipedia.org/wiki/Saab_36&prev=search
Re: Saab 36 à 02/08/2018 07:33 Clansman
La fiche sur le site

Et quelqu'un l'a fait en maquette :

https://www.britmodeller.com/forums/index.php?/topic/235020448-172-saab-a-36-broplan-vacform/
Re: Saab 36 à 02/08/2018 09:59 Jericho
Bel appareil, merci Clans'!
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Aug. 2, 2018, 7:15 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires