Rappels

Histoire de l'appareil

Origines

En 1916, Antoine Odier reprend pour le compte des entreprises Borel un projet datant de 1915. Ce projet désigné « BO T » consiste en un hydravion armé qui pourrait emporter une torpille.

La conception effectuée, la cellule fut testée à la soufflerie d’Auteuil et son premier vol s’effectua en aout 1916. Malheureusement l’appareil s’écrasa peu de temps après son décollage. Le prototype, avec ses 2 moteurs Salmson de 160CV, fut considéré comme sous motorisé.

Un nouveau prototype fut donc construit autour de 2 moteurs Hispano-Suiza 8Bc de 220CV chacun. L‘avion était tout en bois, le fuselage et les flotteurs étant en contreplaqué, tandis que les ailes et l’empennage étaient constituées en toile de lin. L’empennage à 3 dérives était une caractéristique de l’appareil et permettait d’améliorer les manœuvres sur l’eau.

L'armement consistait en deux mitrailleuses mobiles Lewis de 7.7 mm installées dans le nez de l'avion et derrière les ailes, quatre bombes de 70 kg et une torpille de 450 mm. L'équipage était composé de trois personnes.

Présenté au commandement de l'Aéronautique Navale en août 1917, ce second prototype fut nommé « BO 2 » et fut rapidement transféré à la commission d'études pratiques d'aéronautique (Cepa) à Saint Raphael pour des essais plus poussés. Au vu des résultats, une première commande de 40 appareils est effectuée en décembre 1917. Le premier appareil arrive en unité le 10 juillet 1918 alors que l’aéronautique navale a déjà passée une nouvelle commande de 50 unités supplémentaires.

Arrivant trop tard, les hydravions Borel - Odier T n’ont pas pris part aux hostilités. Bon nombre d’appareils arrivés en unité sont restés dans leurs caisses sans jamais être assemblés.

Après l’armistice, l’appareil est transformé en biplace, la position de tir avant étant utilisée comme soute.
En avril 1919, les BO T sont peu à peu envoyés au rebut. Antoine Odier propose alors un avion de transport civil désigné BO C en modifiant un BO T. Mais l’appareil ainsi créé ne suscita que peu d’intérêt et la société Borel devenue la société SGCIM (Société Générale des Constructions Industrielles et Mécaniques) au début des années 1920 stoppa définitivement la production d'avions.

Utilisateurs militaires

France , aéronautique navale : 90 appareils commandés dont près de 70 livrés de 1917 à 1919.

Principales unités ayant utilisées le Borel-Odier T :

• CAM de Toulon Saint-Mandrier
• CAM de Perpignan Canet-Plage et PC de Sète
• CAM d’Antibes et PC de Nice
• Centre école d’apprentissage de Berre


Texte de FoxKilo02, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Borel-Odier BO 2 : Désignation du second prototype, un exemplaire. Moteurs Hispano-Suiza 8Bc de 220CV chacun.
  • Borel-Odier BO T : Version de série basée sur le BO 2. 90 appareils commandés dont près de 70 livrés de 1917 à 1919.
  • Borel-Odier BO C : Hydravion de transport réalisé en 1919. 10 passagers pouvaient ainsi être transportés avec leurs bagages. 1 appareil modifié. Pas de mise en production.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Borel-Odier BO T voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 2 650 kg (5 842 lbs)
  • Masse à vide : 1 650 kg (3 638 lbs)
  • Surface alaire : 86 m² (926 sq. ft)
  • Hauteur : 4,28 m (14,042 ft)
  • Envergure : 19,8 m (64,961 ft)
  • Longueur : 11,75 m (38,55 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 140 km/h (87 mph, 76 kts)
  • Vitesse de croisière : 117 km/h (73 mph, 63 kts)
  • Endurance maximale : 2 h 30 mn.
  • Distance franchissable : 300 km (186 mi, 162 nm)
  • Plafond opérationnel : 3 000 m (9 843 ft)
  • Charge alaire, à vide : 19,186 kg/m² (3,93 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 30,814 kg/m² (6,311 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 moteurs à cylindres en V Hispano-Suiza 8Bc
  • Puissance unitaire : 162 kW (220 ch, 217 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Borel-Odier T ou BO 2 à 23/01/2018 15:04 foxkilo02
Un autre appareil qui a disparu aussi vite qu'il est apparu


Origines

En 1916, Antoine Odier reprend pour le compte des entreprises Borel un projet datant de 1915. Ce projet désigné « BO T » consiste en un hydravion armé qui pourrait emporter une torpille.
La conception effectuée, la cellule fut testée à la soufflerie d’Auteuil et son premier vol s’effectua en aout 1916. Malheureusement l’appareil s’écrasa peu de temps après son décollage. Le prototype, avec ses 2 moteurs Salmson de 160CV, fut considéré comme sous motorisé.
Un nouveau prototype fut donc construit autour de 2 moteurs Hispano-Suiza 8Bc de 220CV chacun. L‘avion était tout en bois, le fuselage et les flotteurs étant en contreplaqué, tandis que les ailes et l’empennage étaient constituées en toile de lin. L’empennage à 3 dérives était une caractéristique de l’appareil et permettait d’améliorer les manœuvres sur l’eau.
L'armement consistait en deux mitrailleuses mobiles Lewis de 7.7 mm installées dans le nez de l'avion et derrière les ailes, quatre bombes de 70 kg et une torpille de 450 mm. L'équipage était composé de trois personnes.

Présenté au commandement de l'Aéronautique Navale en août 1917, ce second prototype fut nommé « BO 2 » et fut rapidement transféré à la commission d'études pratiques d'aéronautique (Cepa) à Saint Raphael pour des essais plus poussés. Au vu des résultats, une première commande de 40 appareils est effectuée en décembre 1917. Le premier appareil arrive en unité le 10 juillet 1918 alors que l’aéronautique navale a déjà passée une nouvelle commande de 50 unités supplémentaires.
Arrivant trop tard, les hydravions Borel - Odier T n’ont pas pris part aux hostilités. Bon nombre d’appareils arrivés en unité sont restés dans leurs caisses sans jamais être assemblés.
Après l’armistice, l’appareil est transformé en biplace, la position de tir avant étant utilisée comme soute.
En avril 1919, les BO T sont peu à peu envoyés au rebut. Antoine Odier propose alors un avion de transport civil désigné BO C en modifiant un BO T. Mais l’appareil ainsi créé ne suscita que peu d’intérêt et la société Borel devenue la société SGCIM (Société Générale des Constructions Industrielles et Mécaniques) au début des années 1920 stoppa définitivement la production d'avions.

Versions

:arrow: Bo T: Hydravion torpilleur et de reconnaissance maritime conçu en 1916
:arrow: Bo C: Hydravion de transport réalisé en 1919. 10 passagers pouvaient ainsi être transportés avec leurs bagages. 1 appareil modifié. Pas de mise en production

Utilisateurs militaires

:arrow: France , aéronautique navale : 90 appareils commandés dont près de 70 livrés de 1917 à 1919.
Principales unités ayant utilisées le Borel-Odier T

• CAM de Toulon Saint-Mandrier
• CAM de Perpignan Canet-Plage et PC de Sète
• CAM d’Antibes et PC de Nice
• Centre école d’apprentissage de Berre


Caractéristiques :

Premier vol en août 1916
Rôle : hydravion torpilleur et de reconnaissance
Équipage: 3
Longueur : 11,75 m
Hauteur : 4,28 m
Envergure : 19,80 m
Masse à vide : 1650 kg
Masse totale : 2650 kg

Motorisation:
2 Hispano-Suiza 8Bc de 220 ch

Performances:
Vitesse maximale : 140 km/h
Vitesse de croisière : 117 km/h
Plafond max. : 3000m
Autonomie : 300 km ou 2,5 h

Armement :
2 mitrailleuses Lewis de 7.7 mm (une à l’avant et une autre à l’arrière.)
1 torpille de 650 kg ou 4 bombes de 70 kg

Liens Internet :
aviafrance
Wikipédia
flyingmachines.ru
Re: Borel-Odier T ou BO 2 à 23/01/2018 15:16 Jericho
Merci Foxkilo02.

Un autre appareil qui a disparu aussi vite qu'il est apparu
Oui, c'est vrai qu'ils n'ont pas fait une longue carrière. Mais 70 exemplaires construits et livrés, c'est plutôt pas mal à l'époque, non?
Re: Borel-Odier T ou BO 2 à 23/01/2018 22:16 foxkilo02

Jericho a écrit

Oui, c'est vrai qu'ils n'ont pas fait une longue carrière. Mais 70 exemplaires construits et livrés, c'est plutôt pas mal à l'époque, non?
En 1918, l'industrie aéronautique française sortait près de 2000 appareils par mois. Donc 70 en à peu près un an , on ne peut pas dire que la productivité de la société Borel était des plus performantes ! :mrgreen:
Re: Borel-Odier T ou BO 2 à 23/01/2018 23:29 Jericho
Je suis d'accord avec toi, mais tout dépend de la taille de l'entreprise. Et comme chaque constructeur de l'époque, ils devaient aussi construire d'autres appareils sous licence, ce qui ne leur laissait peut-être pas beaucoup de possibilités pour développer et construire leurs propres aéroplanes.
Re: Borel-Odier T ou BO 2 à 24/01/2018 09:39 foxkilo02
Effectivement, c'était une petite entreprise qui sous traitait déjà la construction d'appareils sous licence.
Mais si leur appareil avait été exceptionnel, je pense qu'on aurait largement dépassé les 70 unités. Et puis l'Armistice a bien cassé la dynamique pour les différents constructeurs aéronautiques !
Re: Borel-Odier T ou BO 2 à 10/02/2018 17:18 Nico2
Merci pour cette fiche FK02 :)

Index màj
Re: Borel-Odier T ou BO 2 à 13/07/2018 09:22 Clansman
La fiche sur le site

Y'a pas, FoxKilo s'y entend pour nous faire des fiches d'avions dont j'ai jamais entendu parler. :D
Répondre aux messages »
Texte de , créé le July 13, 2018, 9:01 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires