Rappels

Histoire de l'appareil

Dans les années 1920, le principal bombardier de la Royal Siamese Air Service (future Royal Thaï Air Force) était le Breguet 14, désigné B.Th1 (Bombardier type 1). Il avait d'ailleurs été construit sous licence par les ateliers aéronautiques de cette force aérienne.

Mais en 1927, Renault décida de vendre plus chers les moteurs 12Fe de 300 cv qui équipaient le Breguet 14, incitant la force aérienne siamoise à envisager une autre motorisation. La mission confiée au Major Luang Vejayanrangsrit, alors directeur adjoint des ateliers aéronautiques en question, était de concevoir un banc d'essais volant afin d'étudier les caractéristiques de différentes motorisations, banc d'essais qui pouvait déboucher sur un remplaçant au Breguet 14.

Cela donna le B.Th2 (bombardier type 2), un appareil biplace et biplan, avec train classique fixe. La structure du fuselage était faite de tubes d'acier et celle des ailes de bois, notamment local. L'entoilage recouvrait les ailes et la partie arrière du fuselage, tandis que la partie avant du fuselage était recouverte de métal.

Concernant l'armement, il emportait 400 kg de bombes et 2 mitrailleuses de 7,7 mm. Outre le bombardement léger, il devait aussi servir à la reconnaissance.

La construction du prototype démarra le 5 avril 1927. et il effectua son vol inaugural dès le 23 juin. C'est peu de temps après son premier vol qu'il fut nommé Boripatra (on prononce Boripat) par le roi de Siam, Rama VII, en référence à son demi-frère alors ministre de la défense .

2 exemplaires furent construits en 1927, suivis d'un troisième en 1929. Le premier fut doté d'un BMW VI, le second d'un Curtiss D-12 et le dernier d'un Bristol Jupiter (d'après une source, c'est l'exemplaire doté du Bristol Jupiter qui fut le premier exemplaire).

Un tel surcroit de puissance donnait au Boripatra des performances supérieures au Breguet 14, mais il ne le remplaça finalement pas. En effet, Renault rabaissa le prix de vente de ses moteurs à son niveau d'origine (apparemment en réaction justement au développement du Boripatra). Bien que les Siamois aient envisagé d'équiper un escadron complet, ils en restèrent au Breguet.

Au moins 5, peut-être jusqu'à 12 Boripatra seulement furent construits jusqu'en 1933. En réalité, aucun d'eux ne survécurent : les 2 exemplaires exposés au Royal Thai Air Force Museum de Bangkok sont en réalité des répliques.

En décembre 1929, des Boripatra furent envoyés dans les Indes britanniques effectuer une visite officielle. D'après une source, ils étaient 2 et revinrent à Rangoon en janvier 1930. D'après une autre, ils étaient 3 et 2 d'entre eux s'écrasèrent pendant le voyage. 2 autres exemplaires effectuèrent une visite officielle dans l'Indochine française avec plus de succès.

Les Boripatra furent remplacés par les Vought O3U Corsair dans les années 1930. Le dernier exemplaire fut retiré du service en 1938. Il semble qu'il ait survécu à la seconde guerre mondiale, mais sous forme d'épave.

Le Siam fut un des rares pays d'Asie à ne jamais avoir été colonisé. On remarque qu'il s'est doté d'une force aérienne très tôt, manifestement moderne, bien équipée et professionnelle, tout-à-fait capable de construire des avions par elle-même. Le Boripatra fut le premier avion conçu en Thaïlande (même s'il reste un Breguet 14 remotorisé), et même si la Thaïlande en construisit peu, ce ne fut pas le dernier.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • RTAF Boripatra : Version de série, entre 5 et 12 exemplaires.
  • RTAF Paribatra : Autre nom du Boripatra.
  • RTAF B.Th2 : Désignation militaire thaïlandaise du Boripatra.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

RTAF Boripatra voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse normale au décollage : 1 846 kg (4 070 lbs)
  • Hauteur : 3,18 m (10,433 ft)
  • Envergure : 13,41 m (43,996 ft)
  • Longueur : 8,76 m (28,74 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 253 km/h (157 mph, 137 kts)
  • Vitesse de croisière : 220 km/h (137 mph, 119 kts)
  • Plafond opérationnel : 6 000 m (19 685 ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en étoile Bristol-Siddeley Jupiter VI
  • Puissance unitaire : 336 kW (456 ch, 450 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture

Forum

Sujet complet »
Boripatra à 31/01/2018 17:35 stanak
ou Paribatra
Bombardier biplan de construction thaïlandaise (siamoise à l'époque)
produit à moins d'une douzaine d'exemplaires de 1927 à 1930
Image
belle réplique
Re: Boripatra à 31/01/2018 22:07 d9pouces
On commence à sortir le bizarre, on dirait :D

j'imagine que je ne suis pas le seul à n'en avoir jamais entendu parler :D
Re: Boripatra à 31/01/2018 22:30 ciders
Celui-là, il m'a coûté des points au quiz. :mrgreen:

On dirait vraiment un avion anglais.
Re: Boripatra à 07/07/2018 15:32 Clansman

d9pouces a écrit

On commence à sortir le bizarre, on dirait :D

j'imagine que je ne suis pas le seul à n'en avoir jamais entendu parler :D

J'm' souviens l'avoir vu rapidos lorsque j'avais fait un certain nombre de fiches sur la force aérienne thaïlandaise, mais sans plus.

Pas le premier avion que j'ai appris à connaître, c'est sûr. :mrgreen:
Re: Boripatra à 23/01/2019 08:42 Clansman
Dans les années 1920, le principal bombardier de la Royal Siamese Air Service (future Royal Thaï Air Force) était le Breguet 14, désigné B.Th1 (Bombardier type 1). Il avait d'ailleurs été construit sous licence par les ateliers aéronautiques de cette force aérienne.

Mais en 1927, Renault décida de vendre plus chers les moteurs 12Fe de 300 cv qui équipaient le Breguet 14, incitant la force aérienne siamoise à envisager une autre motorisation. La mission confiée au Major Luang Vejayanrangsrit, alors directeur adjoint des ateliers aéronautiques en question, était de concevoir un banc d'essais volant afin d'étudier les caractéristiques de différentes motorisations, banc d'essais qui pouvait déboucher sur un remplaçant au Breguet 14.

Cela donna le B.Th2 (bombardier type 2), un appareil biplace et biplan, avec train classique fixe. La structure du fuselage était faite de tubes d'acier et celle des ailes de bois, notamment local. L'entoilage recouvrait les ailes et la partie arrière du fuselage, tandis que la partie avant du fuselage était recouverte de métal.

Concernant l'armement, il emportait 400 kg de bombes et 2 mitrailleuses de 7,7 mm. Outre le bombardement léger, il devait aussi servir à la reconnaissance.

La construction du prototype démarra le 5 avril 1927. et il effectua son vol inaugural dès le 23 juin. C'est peu de temps après son premier vol qu'il fut nommé Boripatra (on prononce Boripat) par le roi de Siam, Rama VII, en référence à son demi-frère alors ministre de la défense (c'est vraiment une histoire de frères siamois).

2 exemplaires furent construits en 1927, suivis d'un troisième en 1929. Le premier fut doté d'un BMW VI, le second d'un Curtiss D-12 et le dernier d'un Bristol Jupiter (d'après une source, c'est l'exemplaire doté du Bristol Jupiter qui fut le premier exemplaire).

Un tel surcroit de puissance donnait au Boripatra des performances supérieures au Breguet 14, mais il ne le remplaça finalement pas. En effet, Renault rabaissa le prix de vente de ses moteurs à son niveau d'origine (apparemment en réaction justement au développement du Boripatra). Bien que les Siamois aient envisagé d'équiper un escadron complet, ils en restèrent au Breguet.

Au moins 5, peut-être jusqu'à 12 Boripatra seulement furent construits jusqu'en 1933. En réalité, aucun d'eux ne survécurent : les 2 exemplaires exposés au Royal Thai Air Force Museum de Bangkok sont en réalité des répliques.

En décembre 1929, des Boripatra furent envoyés dans les Indes britanniques effectuer une visite officielle. D'après une source, ils étaient 2 et revinrent à Rangoon en janvier 1930. D'après une autre, ils étaient 3 et 2 d'entre eux s'écrasèrent pendant le voyage. 2 autres exemplaires effectuèrent une visite officielle dans l'Indochine française avec plus de succès.

Les Boripatra furent remplacés par les Vought O3U Corsair dans les années 1930. Le dernier exemplaire fut retiré du service en 1938. Il semble qu'il ait survécu à la seconde guerre mondiale, mais sous forme d'épave.

Le Siam fut un des rares pays d'Asie à ne jamais avoir été colonisé. On remarque qu'il s'est doté d'une force aérienne très tôt, manifestement moderne, bien équipée et professionnelle, tout-à-fait capable de construire des avions par elle-même. Le Boripatra fut le premier avion conçu en Thaïlande (même s'il reste un Breguet 14 remotorisé), et même si la Thaïlande en construisit peu, ce ne fut pas le dernier.



https://en.wikipedia.org/wiki/Boripatra

http://www.aeroflight.co.uk/waf/aa-eastasia/thailand/thai-manu-history2.htm

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/bww1/boripatra.html&prev=search

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=th&u=https://th.wikipedia.org/wiki/%25E0%25B9%2580%25E0%25B8%2584%25E0%25B8%25A3%25E0%25B8%25B7%25E0%25B9%2588%25E0%25B8%25AD%25E0%25B8%2587%25E0%25B8%259A%25E0%25B8%25B4%25E0%25B8%2599%25E0%25B8%259A%25E0%25B8%25A3%25E0%25B8%25B4%25E0%25B8%259E%25E0%25B8%25B1%25E0%25B8%2595%25E0%25B8%25A3&prev=search

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=vi&u=https://vi.wikipedia.org/wiki/Boripatra&prev=search
Re: Boripatra à 23/01/2019 12:17 Clansman
La fiche sur le site

En vrai, je pense qu'on était plus près de 5 que de 12 exemplaires.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 7 juillet 2018 14:55, modifié le . ©AviationsMilitaires