Rappels

Histoire de l'appareil

Au tout début des années 1980, un accord de coopération pour le développement et la production de futurs avions est signé entre l’Argentine et le constructeur aéronautique allemand Dornier. Dans un premier temps, ce dernier doit travailler avec FMA (Fabrica Militar de Aviones) sur trois projets qui correspondent aux besoins de l’Argentine. Le premier est l’avion d’entrainement avancé et d’attaque légère IA-63 Pampa, le second le bimoteur de transport à décollage court IA-67 Cordoba, et le troisième l’avion de supériorité aérienne et d’attaque au sol répondant au programme ACA (Avión Caza Argentino) désigné SAIA 90.

Ce dernier programme prévoit qu’après l’acceptation du projet par le gouvernement argentin et la Fuerza Aérea Argentina en 1987, le prototype effectuerait ses premiers vols au plus tard en 1989. Les premiers appareils devront être livrés à partir de 1991.

Dornier, qui a déjà travaillé de son côté sur plusieurs projets de chasseur pour la Luftwaffe, fait plusieurs propositions au gouvernement argentin et à la Fuerza Aérea Argentina pour qu’ils choisissent selon leurs besoins. Le SAIA doit être capable de voler à plus de Mach2 à haute altitude, d’avoir une vitesse de manœuvre obtenue à Mach 0.9 à 6’000m et une autonomie raisonnable grâce à ses réservoirs internes. Il doit posséder une faible signature radar et IR et emporter des missiles air-air AIM-9 et AIM-120 pour les missions de supériorité aérienne ou jusqu’à 5’000kg d’armement air-sol. Son radar devra être capable de détecter une cible de 5m2 à 90km et de suivre et identifier avec son IFF six cibles simultanément, ainsi que posséder des capacités de cartographie du terrain survolé pour les missions air-sol.

Le SAIA 90 doit recevoir une voilure, en position haute, sont effilées avec une flèche importante. Elles sont munies d’apex rappelant ceux du F/A-18 et, à leur extrémité, de rail pour l’emport de missiles AIM-9 Sidewinder. Les empennages horizontaux sont en flèche et les deux dérives sont légèrement inclinées vers l’extérieur. Le train d’atterrissage tricycle s’escamote sous le fuselage. Les deux réacteurs, éventuellement des General Electric F404 sont alimentés en air par deux ouvertures rectangulaires situées sous les apex d’ailes. Pour permettre de garder une masse à vide relativement faible pour améliorer les performances et améliorer la discrétion face aux radars adverses, il est décidé d’utiliser d’assez grandes proportions de matériaux composites, en général des polymères renforcés de fibres de carbone.

Alors que l'unique prototype construit semble effectuer quelques vols d'essais au début de l'année 1985, la Fábrica Militar de Aviones est confrontée à de graves difficultés financières, avec un déficit annuel de 50 millions de dollars. Il devient évident que le constructeur argentin ne peut plus achever seul ce projet. Par conséquent, il annonce être prêt à revendre jusqu’à 49% des parts du projet à un ou plusieurs partenaires intéressés. Des contacts sont établis, notamment avec Aermacchi-Aeritalia, McDonnell Douglas et Fairchild. Malheureusement, suite aux crises financières que rencontre le pays, ces partenaires potentiels refusent de prendre le risque.

Incapable de finaliser ce projet, la FMA n’a d’autres possibilités que d’abandonner son SAIA 90.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

FMA SAIA 90 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 14 500 kg (31 967 lbs)
  • Masse à vide : 7 800 kg (17 196 lbs)
  • Surface alaire : 30 m² (323 sq. ft)
  • Hauteur : 3,96 m (12,992 ft)
  • Envergure : 10,95 m (35,925 ft)
  • Longueur : 15,53 m (50,951 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 3 380 km (2 100 mi, 1 825 nm)
  • Plafond opérationnel : 15 000 m (49 213 ft)
  • Mach maximal HA : Mach 2,25
  • Charge alaire, à vide : 260 kg/m² (53 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 483,333 kg/m² (98,995 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 turbofans General Electric F404-GE-100
  • Puissance unitaire : 7 711 kgp (76 kN, 17 000 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
FMA SAIA 90 à 12/05/2018 23:34 Jericho
Le FMA SAIA 90 est un prototype de chasseur argentin, biréacteur et bidérive.

Au tout début des années 1980, un accord de coopération pour le développement et la production de futurs avions est signé entre l’Argentine et le constructeur aéronautique allemand Dornier. Dans un premier temps, ce dernier doit travailler avec FMA (Fabrica Militar de Aviones) sur trois projets qui correspondent aux besoins de l’Argentine. Le premier est l’avion d’entrainement avancé et d’attaque légère IA-63 Pampa, le second le bimoteur de transport à décollage court IA-67 Cordoba, et le troisième l’avion de supériorité aérienne et d’attaque au sol répondant au programme ACA (Avión Caza Argentino) désigné SAIA 90.

Ce dernier programme prévoit qu’après l’acceptation du projet par le gouvernement argentin et la Fuerza Aérea Argentina en 1987, le prototype effectuerait ses premiers vols au plus tard en 1989. Les premiers appareils devront être livrés à partir de 1991.

Dornier, qui a déjà travaillé de son côté sur plusieurs projets de chasseur pour la Luftwaffe, fait plusieurs propositions au gouvernement argentin et à la Fuerza Aérea Argentina pour qu’ils choisissent selon leurs besoins. Le SAIA doit être capable de voler à plus de Mach2 à haute altitude, d’avoir une vitesse de manœuvre obtenue à Mach 0.9 à 6’000m et une autonomie raisonnable grâce à ses réservoirs internes. Il doit posséder une faible signature radar et IR et emporter des missiles air-air AIM-9 et AIM-120 pour les missions de supériorité aérienne ou jusqu’à 5’000kg d’armement air-sol. Son radar devra être capable de détecter une cible de 5m2 à 90km et de suivre et identifier avec son IFF six cibles simultanément, ainsi que posséder des capacités de cartographie du terrain survolé pour les missions air-sol.

Le SAIA 90 doit recevoir une voilure, en position haute, sont effilées avec une flèche importante. Elles sont munies d’apex rappelant ceux du F/A-18 et, à leur extrémité, de rail pour l’emport de missiles AIM-9 Sidewinder. Les empennages horizontaux sont en flèche et les deux dérives sont légèrement inclinées vers l’extérieur. Le train d’atterrissage tricycle s’escamote sous le fuselage. Les deux réacteurs, éventuellement des General Electric F404 sont alimentés en air par deux ouvertures rectangulaires situées sous les apex d’ailes. Pour permettre de garder une masse à vide relativement faible pour améliorer les performances et améliorer la discrétion face aux radars adverses, il est décidé d’utiliser d’assez grandes proportions de matériaux composites, en général des polymères renforcés de fibres de carbone.

Alors que l'unique prototype construit semble effectuer quelques vols d'essais au début de l'année 1985, la Fábrica Militar de Aviones est confrontée à de graves difficultés financières, avec un déficit annuel de 50 millions de dollars. Il devient évident que le constructeur argentin ne peut plus achever seul ce projet. Par conséquent, il annonce être prêt à revendre jusqu’à 49% des parts du projet à un ou plusieurs partenaires intéressés. Des contacts sont établis, notamment avec Aermacchi-Aeritalia, McDonnell Douglas et Fairchild. Malheureusement, suite aux crises financières que rencontre le pays, ces partenaires potentiels refusent de prendre le risque.

Incapable de finaliser ce projet, la FMA n’a d’autres possibilités que d’abandonner son SAIA 90.


Versions :
SAIA 90 : Version initiale propulsée par deux General Electric F404 ou équivalents.


Caractéristiques et performances prévues :
Equipage : 1
Longueur : 15,53m
Envergure : 10,95m
Hauteur : 3,96m
Surface alaire : 30m2
Masse à vide : 7’800kg
Masse maximale au décollage : 14’500kg
Points d’attache : 11
Moteurs : deux General Electric F404 ou équivalents.
Vitesse max haute altitude: Mach 2.25
Vitesse ascensionnelle : 250m/s
Plafond opérationnel : 15’000m
Distance franchissable : 3’380km
Charge offensive : 5’000kg
Armement : 1 canon Mauser de 27mm en interne ; deux missiles courte portée (AIM-9 ou équivalent) en bout d’ailes et 4 missiles de moyenne portée (AIM-120 ou équivalent) sous le fuselage ou les ailes en air-air; jusqu’à 5’000kg de bombes roquettes ou missiles air-sol divers sous les ailes et le fuselage en air-sol.



Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/F%C3%A1brica_Argentina_de_Aviones
https://en.wikipedia.org/wiki/FMA_SAIA_90
Re: FMA SAIA 90 à 13/05/2018 00:25 Jericho
Sa fiche sur le site.

Remarque: la seule photographie trouvée libre de droit trouvée sur le net semble être une photo de F/A-18 Hornet maquillée, car certaines caractéristiques avancées ne correspondent pas à la description de l'appareil (ailes hautes en diamant, entrées d'air rectangulaires, etc. Par conséquent, j'ai préféré ne pas la mettre.
Re: FMA SAIA 90 à 15/05/2018 22:51 Nico2
Sage décision Jericho

Et merci pour la fiche (index màj)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 12 mai 2018 23:39, modifié le . ©AviationsMilitaires