Rappels

Histoire de l'appareil

En 1923, la force aérienne française lance un appel d'offres pour acquérir un nouvel avion de chasse monoplace, le programme C1 (C pour Chasse et 1 pour monoplace). Le futur appareil devra remplacer le Nieuport NiD.29 et pas moins de 30 compagnies y répondent. Parmi les spécifications demandées, une vitesse de 240 km/h à 5000 mètres d'altitude et 4 mitrailleuses alimentées par 500 cartouches chacune.

Dewoitine y participe avec pas moins de 3 prototypes : le D.9, le D.12 et le D.19, tous dérivés en réalité du D.1 qui fut le premier modèle et le premier succès de Dewoitine.

Le D.9 est donc un D.1 remotorisé avec un Gnome-Rhône 9Ab (Bristol jupiter à 9 cylindres en étoile construit sous licence) de 420 ch. La compétition étant retardée de 6 mois, Dewoitine en profite pour agrandir l'aile de 2,5 m².

Le Dewoitine D.9 se présente donc comme un avion à train classique fixe, monomoteur, monoplan à ailes hautes contreventée (plus précisément, aile parasol). Sa construction est entièrement métallique. L'empennage est conventionnel et le cockpit ouvert. Il est armé de pas moins de 4 mitrailleuses : 2 Vickers de 7,7 mm montées sur le fuselage et 2 Darne modèle 1919 de même calibre, montées dans l'aile.

L'avion vole pour la première fois en juin 1924 et deux prototypes sont construits, dont un participe à la compétition. Mais c'est un échec : il arrive sixième de la compétition. Pour monter à 5000 mètres, il ne met que 9 secondes de moins que le D.1. Le D.12 et le D.19 n'ont d'ailleurs pas plus de chance. C'est finalement le Nieuport-Delage NiD-42 qui est choisi. Le premier prototype est détruit (à priori ferraillé) le 15 octobre 1925.

Cependant, il intéresse des forces étrangères : la Yougoslavie en achète 2 ou 8 (selon les sources) en 1927 et EKW en assemble 3 pour la force aérienne suisse, qui sont livrés en 1928. Immatriculés 676, 677 et 678, ils servent à l'entraînement à la chasse. Le 678 s'écrasa le 15 mars 1930, mais les 2 autres servirent jusqu'en 1940.

Désireuse de remplacer ses Nieuport NiD.29 C1 considérés comme fragiles et peu appréciés de ses pilotes, la Belgique lance à son tour un appel d'offres pour son remplacement en 1926. Un unique D.9, le N°304, est acheté (de même qu'un D.19) et est livré le 6 août 1926. Il reçoit alors l'immatriculation J.2. Evalué face à l'Avia BH.21 tchèque, il n'est pas retenu et sera finalement revendu sur le marché civil le 15 octobre 1935.

La Hongrie en aurait acquis un certain nombre, mais ce n'est pas confirmé. Il faut dire que depuis la fin de la première guerre mondiale, il lui était interdit de posséder une force aérienne. Il est donc possible qu'ils aient été acquis sous une couverture civile. En tout, Dewoitine aurait construit 13 Dewoitine D.9 en plus des 2 prototypes.

C'est surtout l'Italie qui va s'intéresser au Dewoitine D.9 : Ansaldo ayant déjà construit plus de 100 Dewoitine D.1 sous la désignation d'AC-2 pour la Regia Aeronautica, elle va en construire pas moins de 147 sous la désignation d'AC.3. Ils furent dotés du Bristol Jupiter IV construit sous licence en Italie par Alfa Roméo.

Par rapport au Dewoitine D.9, l'AC.3 serait un peu plus court avec une aile un peu plus longue, modifications qui caractérisent déjà le D.9 par rapport au Dewoitine D.1. Les 2 mitrailleuses placées dans les ailes furent aussi remplacées par une seule mitrailleuse tirant vers le haut.

Le premier AC.3 vola début 1926 et ils furent livrés entre septembre 1926 et avril 1927. A partir des années 1930, la Regia Aeronautica les utilisa dans des missions d'attaque au sol. Les derniers furent retirés lors de l'été 1938.

Ce furent donc au total 165 exemplaires qui furent construits. Aucun semble n'avoir survécu jusqu'à nos jours.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Dewoitine D.9 : Prototypes et exemplaires de série construits par Dewoitine, respectivement 2 et 13 exemplaires.
  • Dewoitine D.9 (construit sous licence par EKW) : 3 exemplaires assemblés par EKW pour la force aérienne suisse.
  • Ansaldo AC.3 : 147 exemplaires construits pour la force aérienne italienne.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Dewoitine D.9 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 1 333 kg (2 939 lbs)
  • Masse à vide : 945 kg (2 083 lbs)
  • Surface alaire : 25 m² (269 sq. ft)
  • Hauteur : 3 m (10 ft)
  • Envergure : 12,8 m (41,995 ft)
  • Longueur : 7,3 m (23,95 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 245 km/h (152 mph, 132 kts) au niveau de la mer.
  • Distance franchissable : 400 km (249 mi, 216 nm)
  • Plafond opérationnel : 8 500 m (27 887 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 8,75 m/s (28,707 ft/s)
  • Charge alaire, à vide : 37,8 kg/m² (7,742 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 53,32 kg/m² (10,921 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en étoile Gnôme et Rhône 9Ab
  • Puissance unitaire : 309 kW (420 ch, 414 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Dewoitine D.9 à 26/01/2019 08:43 Clansman
En 1923, la force aérienne française lance un appel d'offres pour acquérir un nouvel avion de chasse monoplace, le programme C1 (C pour Chasse et 1 pour monoplace). Le futur appareil devra remplacer le Nieuport NiD29 et pas moins de 30 compagnies y répondent. Parmi les spécifications demandées, une vitesse de 240 km/h à 5000 mètres d'altitude et 4 mitrailleuses alimentées par 500 cartouches chacune.

Dewoitine y participe avec pas moins de 3 prototypes : le D.9, le D.12 et le D.19, tous dérivés en réalité du D.1 qui fut le premier modèle et le premier succès de Dewoitine.

Le D.9 (en référence à un certain webmestre, sans doute) est donc un D.1 remotorisé avec un Gnome-Rhône 9Ab (Bristol jupiter à 9 cylindres en étoile construit sous licence) de 420 ch. La compétition étant retardée de 6 mois, Dewoitine en profite pour agrandir l'aile de 2,5 m².

Le Dewoitine D.9 se présente donc comme un avion à train classique fixe, monomoteur, monoplan à ailes hautes contreventée (plus précisément, aile parasol). Sa construction est entièrement métallique. L'empennage est conventionnel et le cockpit ouvert. Il est armé de pas moins de 4 mitrailleuses : 2 Vickers de 7,7 mm montées sur le fuselage et 2 Darne 19 de 7,5 mm montées dans l'aile.

L'avion vole pour la première fois en juin 1924 et deux prototypes sont construits, dont un participe à la compétition. Mais c'est un échec : il arrive sixième de la compétition. Pour monter à 5000 mètres, il ne met que 9 secondes de moins que le D.1. Le D.12 et le D.19 n'ont d'ailleurs pas plus de chance. C'est finalement le Nieuport-Delage NiD-42 qui est choisi. Le premier prototype est détruit (à priori ferraillé) le 15 octobre 1925.

Cependant, il intéresse des forces étrangères : la Yougoslavie en achète 2 ou 8 (selon les sources) en 1927 et EKW en assemble 3 pour la force aérienne suisse, qui sont livrés en 1928. Immatriculés 676, 677 et 678, ils servent à l'entraînement à la chasse. Le 678 s'écrasa le 15 mars 1930, mais les 2 autres servirent jusqu'en 1940.

Désireuse de remplacer ses Nieuport NiD29 C1 considérés comme fragiles et peu appréciés de ses pilotes, la Belgique lance à son tour un appel d'offres pour son remplacement en 1926. Un unique D.9, le N°304, est acheté (de même qu'un D.19) et est livré le 6 août 1926. Il reçoit alors l'immatriculation J.2. Evalué face à l'Avia BH.21 tchèque, il n'est pas retenu et sera finalement revendu sur le marché civil le 15 octobre 1935.

La Hongrie en aurait acquis un certain nombre, mais ce n'est pas confirmé. Il faut dire que depuis la fin de la première guerre mondiale, il lui était interdit de posséder une force aérienne. Il est donc possible qu'ils aient été acquis sous une couverture civile. En tout, Dewoitine aurait construit 13 Dewoitine D.9 en plus des 2 prototypes.

C'est surtout l'Italie qui va s'intéresser au Dewoitine D.9 : Ansaldo ayant déjà construit plus de 100 Dewoitine D.1 sous la désignation d'AC-2 pour la Regia Aeronautica, elle va en construire pas moins de 147 sous la désignation d'AC.3. Ils furent dotés du Bristol Jupiter IV construit sous licence en Italie par Alfa Roméo.

Par rapport au Dewoitine D.9, l'AC.3 serait un peu plus court avec une aile un peu plus longue, modifications qui caractérisent déjà le D.9 par rapport au Dewoitine D.1. Les 2 mitrailleuses placées dans les ailes furent aussi remplacées par une seule mitrailleuse tirant vers le haut.

Le premier AC.3 vola début 1926 et ils furent livrés entre septembre 1926 et avril 1927. A partir des années 1930, la Regia Aeronautica les utilisa dans des missions d'attaque au sol. Les derniers furent retirés lors de l'été 1938.

Ce furent donc au total 165 exemplaires qui furent construits. Aucun semble n'avoir survécu jusqu'à nos jours.




https://fr.wikipedia.org/wiki/Dewoitine_D.1

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dewoitine_D.9

https://www.aviafrance.com/dewoitine-d-9-aviation-france-305.htm

https://en.wikipedia.org/wiki/Dewoitine_D.9

http://www.aviastar.org/air/italy/ansaldo_ac-3.php

http://all-aero.com/index.php/45-planes-d-e-f/2905-dewoitine-d9

http://www.belgian-wings.be/Webpages/Navigator/Photos/MilltaryPics/interbellum/Dewoitine%20D.9%20-%20D.19/Dewoitine%20D9%20-%20D19%20%20frontpage.htm

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=it&u=https://it.wikipedia.org/wiki/Dewoitine_D.9&prev=search

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/fww1/dewd9.html&prev=search

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/fww1/ac2.html&prev=search

http://aviadejavu.ru/Site/Crafts/Craft30705.htm
Re: Dewoitine D.9 à 26/01/2019 10:49 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 4 janvier 2018 09:20, modifié le . ©AviationsMilitaires