Rappels

  • Missions :
  • Constructeur : drapeau Dewoitine
  • Voir également : Comte AC-1

Versions référencées

  • Aucune variante référencée

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Il n'y a pas encore de sujet dédié. En attendant d'en créer un, voici les derniers messsages de la catégorie France.
Voir la catégorie complète » Créer un nouveau sujet »
Re: Remplacement de l'Atlantique 2 à 11/11/2018 08:10 Clansman
Tout pareil, merci Cinétic.

ça reste bien en dessous des Atlantique 2.

Quid en effet des charges de profondeur, par exemple ? J'imagine que le progrès se fera sur les radars et autres capteurs, donc plus de chance de tirs au but.
Re: Remplacement de l'Atlantique 2 à 11/11/2018 11:24 Cinétic
Quid en effet des charges de profondeur, par exemple ? J'imagine que le progrès se fera sur les radars et autres capteurs, donc plus de chance de tirs au but
A ma connaissance, cela fait depuis la fin des ATL1 que la Marine nationale n'a plus de charge de profondeur.

Jericho a écrit

Eh bien merci pour l'info! ça me semble déjà mieux, mais ça reste bien en dessous des Atlantique 2.
Sinon, un Falcon 2000 va vers les 20 tonnes au max, quand un ATL2 fait 46 tonnes. Normal que ça reste bien en dessous niveau capacité offensive. Et enfin, le Falcon 2000 est là pour remplacer les Falcon 10 / Guardian qui eux aussi n'ont aucune capacité anti-sous-marine à la base et non pas des ATL2/P-3 Orion.
Re: Dassault : projets à 16/11/2018 15:33 Clansman
Nouveau topic spécifique pour parler du NGF qui fait partie du SCAF
Re: Socata TB31 Omega à 04/12/2018 08:01 Clansman
Dès la fin des années 1970 commença à se développer un marché qui allait se révéler très lucratif : les avions d'entraînement primaire à turbopropulseur. Pilatus fit voler son PC-7 en 1978 (dans sa version de série) et Embraer son Tucano en 1980.

Dans les années 1980, d'autres constructeurs s'engouffrèrent dans la brèche, et on vit même un prototype sud-africain (l'ACE d'Atlas). Et en France me demanderez-vous ? Et bien oui, la France tenta l'aventure avec le TB-31 Omega de Socata.

Celui-ci était en fait dérivé du TB-30 Epsilon, qui avait connu un succès modeste : il avait surtout été vendu à l'Armée de l'Air française, mais aussi au Togo et au Portugal. Socata décida de l'équiper d'un turbopropulseur TP319 Arrius. La puissance passait ainsi de 300 hp à un peu moins de 500 hp. Dans le même temps, la masse à vide ne changeait pas ou si peu.

La verrière fut également remise au goût du jour, en bulle, sans montants (faut dire que celle de l'Epsilon, bonjour…). Des écrans EFIS furent installés dans le cockpit. Enfin, 2 sièges éjectables (des Martin-Baker Mk 15FC) utilisables à altitude 0 furent installés.

Le premier prototype de l'Epsilon fut remotorisé avec ce turbopropulseur, simplement comme banc d'essais, et vola sous cette forme pour la première fois le 9 novembre 1985. Les autres modifications furent apportées plus tard, entrainant le changement de désignation en TB-31 Omega. Il vola sous cette nouvelle forme pour la première fois le 30 avril 1989.

Le TB-31 fut proposé à l'Armée de l'Air, mais celle-ci fit le choix de l'Embraer Tucano (en contrepartie d'hélicoptères d'Aérospatiale) en juillet 1990. Lorsque le programme JPATS fut lancé au début des années 1990, afin de remplacer les T-34 et T-37 de l'USAF, il aurait également été proposé, mais on n'en trouve pas trace dans la liste des concurrents. Il fut peut-être rejeté dès les phases primaires, sans pouvoir bénéficier de l'aide d'un constructeur américain.

Il faut reconnaître que l'Omega n'apportait peut-être pas grand chose par rapport à des machines éprouvées comme les PC-7, PC-9 et autres Tucano, alors déjà en service. Il était deux fois plus léger qu'eux (et bien moins puissant), globalement moins performant, et dépourvu d'armement.

L'unique exemplaire de l'Omega est toujours conservé aujourd'hui, et est exposé à l'aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées.



https://fr.wikipedia.org/wiki/Socata_TB-31_Om%C3%A9ga

https://en.wikipedia.org/wiki/Socata_TB_30_Epsilon

https://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/socata-tb-31-omega/

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/other/tb31.html&prev=search
Re: Socata TB31 Omega à 04/12/2018 08:30 Clansman
La fiche sur le site
Re: Socata TB31 Omega à 04/12/2018 09:12 Jericho
Merci pour cette fiche Clansman!


Clansman a écrit

Et en France me demanderez-vous ?
Ben oui, et la France? :interr:

Ah ben c'est bon, j'ai ma réponse! :D


Clansman a écrit

Il était deux fois plus léger qu'eux (et bien moins puissant), globalement moins performant, et dépourvu d'armement.
Quand on voit que le PC-9 a été alourdi de plus de 20% pour répondre aux besoins/envies de l'USAF et de l'US Navy… fallait vraiment que l'appareil soit costaud. Quand au fait qu'il soit dépourvu d'armement, contrairement au Tucano le PC-9 l'était aussi dans sa version d'origine, mais comme tu le dis: la Socata n'a peut-être pas reçu l'appuis d'un constructeur US et là… :blesse:
Re: Socata TB31 Omega à 04/12/2018 11:05 Clansman
Ben quand tu te renseignes sur le concours JPATS, et lui seul seulement, le TB-31 n'apparait nulle part. Je pense qu'il y en a un qui a fait une erreur et tout le monde l'a recopié sans chercher plus loin.
Re: Socata TB31 Omega à 04/12/2018 11:21 Jericho

Clansman a écrit

Ben quand tu te renseignes sur le concours JPATS, et lui seul seulement, le TB-31 n'apparait nulle part. Je pense qu'il y en a un qui a fait une erreur et tout le monde l'a recopié sans chercher plus loin.
Bien vu. ;)
Re: Mirage Balzac et III V à 05/12/2018 07:59 Clansman
Dès les années 1950, la plupart des États-majors réalisent la vulnérabilité des aérodromes en cas d'attaque ennemie. La réponse qu'ils envisagent alors est la conception d'un avion à décollage et atterrissage verticaux. Cela donnera naissance à des dizaines de prototypes et projets différents, mais au bout du compte seulement trois sont devenus réellement opérationnels : le Harrier, le F-35B et dans une moindre mesure le Yak-38 Forger.

En France, plusieurs prototypes sont construits. Parmi les formules proposées par Dassault se trouve le Mirage III V (V pour Vertical), qui est un dérivé de son Mirage III.

Ce Mirage III V répond à une demande de l'Armée de l'Air datant d'août 1960 et acceptée en septembre la même année. Associée avec Sud-Aviation, Dassault propose un démonstrateur, subsonique, sans armement ni équipement opérationnel : ce sera le Balzac V, version réduite et moins puissante que le futur Mirage III V.

Le prototype est commandé le 2 février 1961. Afin de réduire les risques, il fait appel à des réacteurs déjà éprouvés, des Rolls Royce RB 108 pour la poussée verticale et un Bristol Siddeley Orpheus 3 pour la poussée horizontale. C'est en fait le même principe que le Short SC.1 qui venait de voler.

Les RB 108 (1000 kgp chacun) sont placés verticalement, par paire dans 4 compartiments. Ils sont alimentés par 4 entrées d'air sous le fuselage, et leurs tuyères se trouvent sur le dos, avec des trappes qui se ferment en vol horizontal. Ces 8 réacteurs entourent le manche à air du Bristol Orpheus ainsi que le centre de gravité de l'appareil.

Le Balzac V réutilise la voilure du Mirage III 001, le tout premier prototype du Mirage III. La cellule, conçue en collaboration avec Sud-Aviation pour loger les réacteurs de sustentation, est nouvelle, mais bon ça reste une cellule de Mirage III. Le 001 rappelant cette fameuse publicité au cinéma où l'on voit un mineur lancer sa pioche dans une cible, l'avion est surnommé Balzac d'après le numéro de téléphone de l'époque (Balzac 00 01).

Le train principal est changé, avec des roues diabolo, lui donnant un aspect cabré. Enfin, le Balzac V est le premier appareil Dassault à disposer de commandes de vol électrique, et à transmettre ses données de vol au sol par télémesure.

Le vol inaugural a lieu le 12 octobre 1962 à Melun, avec René Bigand aux commandes. C'est un vol stationnaire, l'avion est encore entravé au sol à l'aide de saisines.

Le premier vol libre a lieu le 18 octobre (2 mois plus tôt que prévu), et la première transition le 18 mars 1963 (à son 17e vol). C'est le 29 mars 1963 qu'il effectue son premier cycle complet (décollage vertical, vol horizontal, atterrissage vertical).

L'appareil est testé par le CEV, et même par des pilotes américains. Si le Balzac est une réussite technique (le Mirage III V sera un des rares, voir le seul ADAV à atteindre Mach 2), la formule est complexe : réacteurs de sustentation de trop faible puissance, 9 réacteurs à entretenir… Sans oublier les contraintes inhérentes aux ADAV : autonomie réduite et faible charge emportée. Les 1650 litres de carburant du Balzac ne lui permettent de voler que pendant un quart d'heure après un décollage vertical, 30 minutes après un décollage conventionnel.

Le Balzac s'écrase d'ailleurs une première fois à son 112e vol le 10 janvier 1964, tuant son pilote Jacques Pinier. Il avait alors 44 heures de vol. Survenu lors d'une descente verticale, le crash est attribué à une perte de contrôle, le roulis excédent les capacités du système d'auto-stabilisation sur les 3 axes.

Les réparations et modifications du Balzac prirent un an. Les essais reprirent le 2 février 1965. Il s'écrasa une nouvelle fois le 8 septembre 1965, tuant son pilote le major Phillip E. Neale de l'USAF. Le Balzac avait totalisé 179 vols. La cause du crash n'a pas été rendue publique.

Il aurait pu être réparé, mais à l'époque, le premier prototype du Mirage III V vole déjà. En conséquence, il est ferraillé. Le programme Mirage III V est abandonné en mai 1966 devant la complexité de la formule.





https://www.dassault-aviation.com/fr/passion/avions/dassault-militaires/balzac/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dassault_Mirage_III_V#Le_Balzac_V

https://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/dassault-mirage-iii-v-balzac-v/

http://jn.passieux.free.fr/html/Balzac.php

http://echoradar.eu/2016/12/16/france-explorait-piste-mirage-a-decollage-vertical/

https://www.aerobuzz.fr/culture-aero/henri-matthews-livre-sa/

http://maquette72.free.fr/amis/CSourdet/2014_48_balzac/index_as48.php

https://www.museeairespace.fr/aller-plus-haut/collections/dassault-mirage-iii-v-01/

https://en.wikipedia.org/wiki/Dassault_Balzac_V

http://www.airvectors.net/avmir3_2.html#m3
Re: Mirage Balzac et III V à 05/12/2018 09:32 Clansman
La fiche sur le site

Avec une jolie photo de l'avion en vol et 2 vidéos. :)
Re: Mirage Balzac et III V à 10/12/2018 15:10 ovni73
Bonjour.
Concernant les RB108 du Mirage III V, ils ne seraient pas plutôt alimentés par quatre entrées d'air sur le dos et des tuyères sous le fuselage ? Parce que là il va avoir du mal à décoller ;-)
Re: Mirage Balzac et III V à 11/12/2018 10:47 Clansman
C'est parce que ce sont des réacteurs anglais, la logique est différente. :mrgreen:

Oups oui, c'est corrigé sur le site. :bourre: Merci de me l'avoir fait remarqué. :)
Re: Mirage Balzac et III V à 11/12/2018 14:19 Jericho

Clansman a écrit

C'est parce que ce sont des réacteurs anglais, la logique est différente. :mrgreen:
Ah? J'avais cru que sur les prototypes c'était fait exprès pour pouvoir se poser plus vite en cas de problème technique… :bonnet:
Re: Mirage Balzac et III V à 24/12/2018 13:57 ovni73
Bonjour.
Dans le tome 3 de l'encyclopédie du Mirage III aux éditions DTU (et Lela Presse pour le tome 4), les auteurs donnent page 385 l'explication de l'accident du major Neal.
Je résume : l'avion a subi une panne hydraulique au décollage, empêchant la rentrée du train. Or les pompes permettant l'équilibrage de l'avion par transfert de carburant étaient des pompes hydrauliques. Le transfert ne se faisait plus et le réservoir de fuselage alimentant les réacteurs s'est vidé. Les réacteurs se sont arrêtés et l'avion est tombé.
Le major Neal s'est éjecté mais la vitesse d'enfoncement de l'avion a empêché le bon fonctionnement du siège éjectable qui n'était évidemment pas un 'zéro/zéro', entraînant la mort du pilote.

Quant à l'accident du Cdt Jarriges sur le mirage III V, il y a une photographie en page 395 du même ouvrage le montrant s'installant à bord de l'avion juste avant l'accident et indiquant qu'il s'installe pour ce qui allait devenir "son dernier vol ainsi que celui de l'avion". Je crains donc que s'il s'en est effectivement sorti vivant, il n'ait été blessé assez sérieusement pour interrompre sa carrière. Il s'est éjecté mais trop bas et presque à l'horizontale selon les auteurs du livre.
Re: Remplacement de l'Atlantique 2 à 05/01/2019 10:35 DahliaBleue
Pour ma part, j'imagine plutôt des Xian KJ-1. À reproduire en quelques exemplaires..
Re: Remplacement de l'Atlantique 2 à 05/01/2019 13:27 Clansman
Bah dis donc, j'savais qu'il était plutôt pourri comme avion de veille aérienne, mais de là à en faire un patrouilleur maritime. :mrgreen:
Re: Remplacement de l'Atlantique 2 à 05/01/2019 13:29 ciders
Si on avait des sous et un peu de volonté politique, le P-2 japonais serait un excellent choix. Coûteux mais performant, sur le papier en tout cas.
Re: Remplacement de l'Atlantique 2 à 08/01/2019 06:46 d9pouces
Oui, sur le papier, comme tu dis. Ça doit être dur de savoir ce qu'il vaut réellement… Peut-être est-il réellement performant, bien sûr.

L'A320, ou même l'A319, serait beaucoup plus gros que l'Atlantic (peut-être un A319CJ ?). Quant au CN235, il serait nettement plus petit.
Re: Caractéristiques RAFALE à 14/01/2019 14:11 foxkilo02
C'est parti !
2 Milliards d'euros pour des Rafale au standard F4
Re: / Mirage 2000/Taiwan à 17/01/2019 07:38 stanak
RoCAF

Mirage 2000-5Ei
Image

Mirage 2000-5Di
Image
Texte de , créé le 4 janvier 2018 09:20, modifié le . ©AviationsMilitaires