Rappels

Histoire de l'appareil

En 1970, le projet d’avion d’entrainement AA-107 étudié conjointement par la CAC (Commonwealth Aircraft Corporation) et la BAC (British Aircraft Corporation) est abandonné après deux ans d’études et de développement. En effet, la RAAF et la RAF sont arrivées à la conclusion qu’un avion d’entrainement supersonique coûteux n’est pas indispensable, d’autant plus que de nombreux concurrents modernes et moins chers sont déjà proposés sur le marché. Malgré cet abandon, la BAC décide de profiter de l’expérience et des connaissances du marché obtenues durant ces deux ans pour étudier la possibilité de produire un monoréacteur biplace léger pour effectuer des missions de support aérien.

L’idée est de proposer une variante d’entrainement avancé, d’appui aérien et éventuellement de supériorité aérienne basées sur la même cellule de base, avec pour seules différences un cockpit monoplace ou biplace, la géométrie des ailes, le réacteur et l’électronique embarquée. Pour cela, deux projets très proches sont lancés : le P.60 d’entrainement avec des capacités d’appuis aérien, ainsi que le P.61 d’attaque au sol et de supériorité aérienne muni d’un moteur plus puissant. Le premier doit être développé par BAC alors que c’est l’entreprise internationale PANAVIA, responsable du développement du MRCA Tornado, qui s’occupera de finaliser le projet P.61. Les deux constructeurs doivent également partager leurs compétences afin de faciliter la mise au point de ces appareils.

Plusieurs configurations du P.60 sont étudiées, regroupées en deux groupes principaux : à ailes fixes ou à géométrie variable. Dans le premier cas, qui demande le moins d’efforts de conception, l’aile retenue a une flèche de 35°. Les ailes à géométrie variable sont plus complexes à développer, même si BAC et Panavia ont déjà travaillé sur des projets munis de ce type d’aile. Il est prévu que ces dernières aient une flèche comprise entre 27° et 69° selon les conditions de vol et que la fente horizontale située dans le fuselage, qui permet aux ailes de se positionner avec une flèche maximale, reste obstruée. Par contre, fixes ou à géométrie variable, les ailes sont équipées de becs de bord d’attaque et de spoiler. Le fuselage, par contre reste très proche, avec des entrées d’air carrées, un empennage conventionnel en flèche, des aérofreins sur les côtés du fuselage et un train d’atterrissage tricycle escamotable. Pour augmenter son rayon d’action, des réservoirs de carburant largables peuvent également être emportés sous le fuselage et les ailes.

En juin 1970, au moins cinq variantes du P.60 sont présentées. Du côté du P.61, le remplacement du turboréacteur Adour par le RB.199 plus puissant pose des problèmes d’équilibre aérodynamique sur les variantes munies d’ailes à géométrie variable. Devant la complexité des réglages à effectuer, il a été décidé que les P.60 et P.61 seront tous deux munis d’ailes fixes, quitte à obtenir des performances légèrement inférieures. 

Finalement, il est décrété que les P.60 et P.61 ne sont financièrement pas assez compétitifs par rapport à d’autres programmes déjà existants et que leurs développements coûteraient trop cher. Ils sont par conséquent abandonnés.

Versions référencées

  • BAC P.60 F1 : Projet d’avion biplace d’entrainement de base à ailes fixes propulsé par un turboréacteur Adour sans postcombustion ; jamais construit.
  • BAC P.60 F2 : Projet d’avion biplace de soutien rapproché à ailes fixes avec une capacité d'entraînement avancé.
  • BAC P.60 V1 : Projet d’avion biplace d’entrainement de base et avancé à ailes à géométrie variable pouvant être converties en ailes fixes, propulsé par un turboréacteur Adour sans postcombustion; jamais construit.
  • BAC P.60 V2 : Projet d’avion biplace d’entrainement avancé et d’attaque au sol, monoréacteur et à ailes à géométrie variable.
  • BAC P.60 V3 : Projet d’avion biplace, monoréacteur, à ailes à géométrie variable, directement dérivé du CAC/BAC AA.107.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
BAC P.60 à 29/12/2017 23:36 Jericho
Le British Aircraft Corporation P.60 est un projet d’avion d’entrainement et d’attaque au sol monomoteur équipé, selon les versions, d’ailes fixes ou à géométrie variable.
En 1970, le projet d’avion d’entrainement AA-107 étudié conjointement par la CAC (Commonwealth Aircraft Corporation) et la BAC (British Aircraft Corporation) est abandonné après deux ans d’études et de développement. En effet, la RAAF et la RAF sont arrivées à la conclusion qu’un avion d’entrainement supersonique coûteux n’est pas indispensable, d’autant plus que de nombreux concurrents modernes et moins chers sont déjà proposés sur le marché. Malgré cet abandon, la BAC décide de profiter de l’expérience et des connaissances du marché obtenues durant ces deux ans pour étudier la possibilité de produire un monoréacteur biplace léger pour effectuer des missions de support aérien.

L’idée est de proposer une variante d’entrainement avancé, d’appui aérien et éventuellement de supériorité aérienne basées sur la même cellule de base, avec pour seules différences un cockpit monoplace ou biplace, la géométrie des ailes, le réacteur et l’électronique embarquée. Pour cela, deux projets très proches sont lancés : le P.60 d’entrainement avec des capacités d’appuis aérien, ainsi que le P.61 d’attaque au sol et de supériorité aérienne muni d’un moteur plus puissant. Le premier doit être développé par BAC alors que c’est l’entreprise internationale PANAVIA, responsable du développement du MRCA Tornado, qui s’occupera de finaliser le projet P.61. Les deux constructeurs doivent également partager leurs compétences afin de faciliter la mise au point de ces appareils.

Plusieurs configurations du P.60 sont étudiées, regroupées en deux groupes principaux : à ailes fixes ou à géométrie variable. Dans le premier cas, qui demande le moins d’efforts de conception, l’aile retenue a une flèche de 35°. Les ailes à géométrie variable sont plus complexes à développer, même si BAC et Panavia ont déjà travaillé sur des projets munis de ce type d’aile. Il est prévu que ces dernières aient une flèche comprise entre 27° et 69° selon les conditions de vol et que la fente horizontale située dans le fuselage, qui permet aux ailes de se positionner avec une flèche maximale, reste obstruée. Par contre, fixes ou à géométrie variable, les ailes sont équipées de becs de bord d’attaque et de spoiler. Le fuselage, par contre reste très proche, avec des entrées d’air carrées, un empennage conventionnel en flèche, des aérofreins sur les côtés du fuselage et un train d’atterrissage tricycle escamotable. Pour augmenter son rayon d’action, des réservoirs de carburant largables peuvent également être emportés sous le fuselage et les ailes.

En juin 1970, au moins cinq variantes du P.60 sont présentées. Du côté du P.61, le remplacement du turboréacteur Adour par le RB.199 plus puissant pose des problèmes d’équilibre aérodynamique sur les variantes munies d’ailes à géométrie variable. Devant la complexité des réglages à effectuer, il a été décidé que les P.60 et P.61 seront tous deux munis d’ailes fixes, quitte à obtenir des performances légèrement inférieures.

Finalement, il est décrété que les P.60 et P.61 ne sont financièrement pas assez compétitifs par rapport à d’autres programmes déjà existants et que leurs développements coûteraient trop cher. Ils sont par conséquent abandonnés.


Versions :
P.60 F1 : Projet d’avion biplace d’entrainement de base à ailes fixes propulsé par un turboréacteur Adour sans postcombustion ; jamais construit.

P.60 F2 : Projet d’avion biplace de soutien rapproché à ailes fixes avec une capacité d'entraînement avancé, propulsé par un turboréacteur Adour avec postcombustion, emportant 1’450kg de carburant et un canon DEFA en interne, muni de quatre pylônes sous voilure et cinq sous fuselage dont un central pour un réservoir externe; jamais construit.

P.60 V1 : Projet d’avion biplace d’entrainement de base et avancé à ailes à géométrie variable pouvant être converties en ailes fixes, propulsé par un turboréacteur Adour sans postcombustion; jamais construit.

P.60 V2 : Projet d’avion biplace d’entrainement avancé et d’attaque au sol à ailes à géométrie variable pouvant être converties en ailes fixes, propulsé par un turboréacteur Adour avec postcombustion, armé d’un canon DEFA en interne, muni de quatre pylônes sous voilure et cinq sous fuselage dont un central pour un réservoir externe; jamais construit.

P.60 V3 : Projet d’avion biplace à ailes à géométrie variable directement dérivé du CAC/BAC AA.107, propulsé par un turboréacteur Adour avec postcombustion, emportant 1’588kg de carburant et un canon DEFA en interne, de quatre pylônes pivotants sous voilure et cinq sous fuselage dont un central pour un réservoir externe; jamais construit.
Re: BAC P.60 à 29/12/2017 23:39 Jericho
La fiche sur le site.
Re: BAC P.60 à 11/01/2018 21:34 Nico2
Merci pour cette fiche Jericho.

Index màj.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Dec. 14, 2017, 9:58 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires