Histoire de l'appareil

L’Armstrong Whitworth Aircraft AW.681 est un projet d’avion de transport quadriréacteur à ailes hautes en flèche, muni d’un empennage en "T" et d’un train d’atterrissage escamotable.

Le gouvernement britannique décide, en 1961, de remplacer les Handley Page Hastings et Blackburn Beverley C.1 équipant encore le Transport Command de la RAF. Pour cela, il publie l’OR.351 (Operation Requirement 351) et trois appareils sont présentés : le BAC.208, le BAC.222 et l’AW.681. Au début du mois de mars 1962, c’est ce dernier qui est choisi. Le contrat stipule qu’Armstrong Whitworth doit faire voler son prototype en 1966. Une cinquantaine d’appareils devraient ensuite être commandés.

L’AW.681 se présente comme un avion de transport militaire assez conventionnel. Les ailes, en flèche, sont en position haute et leurs longerons passent au-dessus de la soute, permettant ainsi de garder un volume de charge maximal. Elles supportent les quatre turboréacteurs Rolls-Royce RB.141 Medway installés dans des nacelles et sont munies de dispositifs hypersustentateurs constitués d’un système de contrôle de la couche limite, ainsi que des déviateurs de jets installés sur les nacelles-moteurs qui permettent de dévier le souffle sur les volets. À l’arrière, une porte de soute s’abaissant sous forme de rampe permet de faciliter le chargement et le débarquement du matériel. L’empennage, en flèche, est en "T". Le train d’atterrissage avant s’escamote sous le nez de l’appareil, alors que le train principal prend place dans des compartiments profilés situés sur les côtés du fuselage.

Les dispositifs hypersustentateurs doivent permettre à l’AW.681 de décoller et d’atterrir sur des pistes courtes et sommairement aménagées. L’objectif est de décoller avec 15 tonnes de charge utile depuis une piste en dur, d’atterrir sur une piste courte sommairement aménagée située à quelques milliers de kilomètres pour décharger, puis redécoller à vide, ou presque, pour rejoindre le point de départ.

Une étude complémentaire est entreprise ensuite pour tenter d’améliorer ses performances de décollage court, voire même de le doter de la capacité à décoller et atterrir verticalement, et deux solutions sont retenues. Il serait éventuellement possible de doter l’AW.681 de 18 réacteurs de sustentation additionnels Rolls Royce RB.162-64, soit plus de 42 tonnes de poussée, ou de remplacer les turboréacteurs Medway par quatre Rolls-Royce Pegasus 5-6 à flux dirigé.

L’AW.681 est encore en cours de développement lorsqu’en 1965 le projet est abandonné, le nouveau gouvernement préférant acheter des Lockheed C-130 Hercules. Les responsables du projet essayent de proposer un nouvel appareil muni du fuselage de l’AW.681 avec les ailes du Comet 4 sous la désignation de HS.802, mais la proposition est refusée. Suite à ces décisions, l'usine d'Armstrong Whitworth située à Coventry doit fermer, entraînant la perte de 5'000 emplois.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Armstrong Whithworth AW.681 : Version de base de l'AW.681, jamais construite.
  • Armstrong Whithworth AW.682 : Dérivé civil de l'AW.681, non construite.
  • Hawker Siddeley HS.802 : Projet d’avion de transport militaire reprenant le fuselage de l’AW.681 sur lequel sont montées les ailes du Comet 4 ; jamais construit.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Armstrong Whithworth AW.681 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 82 360 kg (181 573 lbs)
  • Surface alaire : 209 m² (2 250 sq. ft)
  • Hauteur : 11,53 m (37,828 ft)
  • Envergure : 40,84 m (133,99 ft)
  • Longueur : 31,75 m (104,167 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 7 725 km (4 800 mi, 4 171 nm)
  • Plafond opérationnel : 7 620 m (25 000 ft)
  • Mach maximal HA : Mach 0,71
  • Charge alaire, au décollage : 394,067 kg/m² (80,711 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 4 turbofans Rolls-Royce RB.141 Medway
  • Puissance unitaire : 6 255 kgp (61 kN, 13 790 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Armstrong Whitworth AW.681 à 08/06/2017 08:39 Jericho
L’Armstrong Whitworth Aircraft AW.681 est un projet d’avion de transport quadriréacteur à ailes hautes en flèche, muni d’un empennage en "T" et d’un train d’atterrissage escamotable.

Le gouvernement britannique décide, en 1961, de remplacer les Handley Page Hastings et Blackburn Beverley C.1 équipant encore le Transport Command de la RAF. Pour cela, il publie l’OR.351 (Operation Requirement 351) et trois appareils sont présentés : le BAC.208, le BAC.222 et l’AW.681. Au début du mois de mars 1962, c’est ce dernier qui est choisi. Le contrat stipule qu’Armstrong Whitworth doit faire voler son prototype en 1966. Une cinquantaine d’appareils devraient ensuite être commandés.

L’AW.681 se présente comme un avion de transport militaire assez conventionnel. Les ailes, en flèche, sont en position haute et leurs longerons passent au-dessus de la soute, permettant ainsi de garder un volume de charge maximal. Elles supportent les quatre turboréacteurs Rolls-Royce RB.141 Medway installés dans des nacelles et sont munies de dispositifs hypersustentateurs constitués d’un système de contrôle de la couche limite, ainsi que des déviateurs de jets installés sur les nacelles-moteurs qui permettent de dévier le souffle sur les volets. À l’arrière, une porte de soute s’abaissant sous forme de rampe permet de faciliter le chargement et le débarquement du matériel. L’empennage, en flèche, est en "T". Le train d’atterrissage avant s’escamote sous le nez de l’appareil, alors que le train principal prend place dans des compartiments profilés situés sur les côtés du fuselage.

Les dispositifs hypersustentateurs doivent permettre à l’AW.681 de décoller et d’atterrir sur des pistes courtes et sommairement aménagées. L’objectif est de décoller avec 15 tonnes de charge utile depuis une piste en dur, d’atterrir sur une piste courte sommairement aménagée située à quelques milliers de kilomètres pour décharger, puis redécoller à vide, ou presque, pour rejoindre le point de départ.

Une étude complémentaire est entreprise ensuite pour tenter d’améliorer ses performances de décollage court, voire même de le doter de la capacité à décoller et atterrir verticalement, et deux solutions sont retenues. Il serait éventuellement possible de doter l’AW.681 de 18 réacteurs de sustentation additionnels Rolls Royce RB.162-64, soit plus de 42 tonnes de poussée, ou de remplacer les turboréacteurs Medway par quatre Rolls-Royce Pegasus 5-6 à flux dirigé.

L’AW.681 est encore en cours de développement lorsqu’en 1965 le projet est abandonné, le nouveau gouvernement préférant acheter des Lockheed C-130 Hercules. Les responsables du projet essayent de proposer un nouvel appareil muni du fuselage de l’AW.681 avec les ailes du Comet 4 sous la désignation de HS.802, mais la proposition est refusée. Suite à ces décisions, l'usine d'Armstrong Whitworth située à Coventry doit fermer, entraînant la perte de 5'000 emplois.


Caractéristiques prévues :
Equipage : 2-3
Passagers : 60
Longueur : 31,75m
Envergure : 40,84m
Hauteur : 11,53m
Surface alaire : 209m2
Masse maximale au décollage : 82’360 kg
Charge utile : 15’876kg
Points d’attache : 0

Moteurs :
Quatre turboréacteurs Rolls-Royce RB.141 de 61,3kN (6’250kgp) de poussée unitaire.

Performances estimées :
Vitesse max : Mach 0.71
Plafond opérationnel : 7’620m
Distance franchissable : 7’725km

Armement :
Sans.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Armstrong_Whitworth_AW.681
http://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,306.0.html
https://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php?topic=9673.0
http://britishaviation-ptp.com/aw.html
Re: Armstrong Whitworth AW.681 à 08/06/2017 13:01 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le June 8, 2017, 12:47 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires