Rappels

Histoire de l'appareil

L’Armstrong Whitworth AW.169 est un projet d’avion biplace supersonique, propulsé par quatre turboréacteurs en nacelle et un moteur-fusée, muni d’ailes en flèche en position haute, d’une dérive en "T" et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

Suite à l’étude de son AW.166 présenté pour répondre à l’exigence ER.134T, et finalement écarté en 1954, le constructeur britannique Armstrong Whitworth décide d’utiliser ces travaux pour mettre au point un intercepteur répondant aux spécifications F.155. Une fois de plus, un effort particulier est fait pour maintenir la masse à vide de l’appareil la plus faible possible.

Ce nouveau projet, désigné AW.169, reprend le fuselage long et effilé de son prédécesseur avec des ailes fines sur lesquelles se trouvent les nacelles moteur, afin de privilégier les performances à haute altitude. L’objectif de l’appareil n’étant plus le même, de nombreuses modifications lui sont apportées. En effet, l’appareil est désormais biplace, le poste de pilotage est décalé sur le côté gauche du fuselage et il est muni d’une verrière conventionnelle prolongée vers l’arrière par une arrête. L’opérateur radar est déplacé vers la droite, à la même hauteur que le pilote, mais avec une petite verrière individuelle.

Les ailes, en position haute, sont désormais en flèche. Les nacelles nacelles-moteurs qui y sont installées contiennent chacune deux turboréacteurs de Havilland Gyron Junior qui partagent la même entrée d’air circulaire munie d’un cône central, mais qui sont tous deux équipés de leurs propres tuyères. Leur disposition côte-à-côte permet facilement d’y installer un logement pour le train d’atterrissage principal, la roulette de nez prenant alors place sous le cockpit. L’empennage, en "T", est complété par une petite quille en-dessous de la dérive. De chaque côté de l’arrière du fuselage sont installés des aérofreins. Les quatre turbopropulseurs sont secondés, à haute altitude, par un moteur-fusée de Havilland Spectre installé sous le fuselage. Les ailes particulièrement fines ne permettant pas le stockage de carburant, c’est donc dans le fuselage que sont installés les réservoirs d’une contenance totale de 5’262kg de kérosène et de 2’041kg de HTP (High-Test Peroxide).

Un radar de recherche et de conduite de tir est installé dans le nez de l’AW.169. L’antenne radar, d’un diamètre de 84cm, permet une portée de 32km en bande X. Un autre radar, fonctionnant en bande Q et installé dans un des cônes situés au centre d’une des entrée d’air, permet d’obtenir des informations supplémentaires sur des cibles distantes de 13km. Deux missiles air-air à guidage actif Red Dean ou à guidage passif Blue Jay, sont installés en bout d’ailes.

Le premier vol est prévu pour juin 1959 et l’introduction au sein de la RAF à partir d’avril 1962.

D’autres projets sont également proposés par les différents constructeurs aéronautiques britanniques et, après évaluation, l’AW.169 arrive premier ex-aequo avec le Fairey Delta III. Il est alors décidé de continuer des essais en soufflerie des deux appareils durant encore une année. En novembre 1956, Armstrong Whitworth est informé que c’est le projet de Fairey qui est retenu pour la spécification F.155 et que par conséquent son AW.169 est annulé. Le Fairey Delta III sera abandonné au printemps suivant.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Armstrong Whithworth AW.169 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 24 494 kg (54 000 lbs)
  • Surface alaire : 63 m² (678 sq. ft)
  • Envergure : 15,7 m (51,509 ft)
  • Longueur : 25,6 m (83,99 ft)

Performances

  • Vitesse ascensionnelle : 279 m/s (915 ft/s)
  • Mach maximal BA : Mach 1 +
  • Mach maximal HA : Mach 2 +
  • Charge alaire, au décollage : 388,793 kg/m² (79,631 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs De Havilland Gyron Junior PS.53
  • 1 moteur-fusée De Havilland Spectre de 6800 kgp
  • Puissance unitaire : 6 800 kgp (67 kN, 14 991 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Armstrong Whitworth AW.169 à 06/06/2017 08:53 Jericho
L’Armstrong Whitworth AW.169 est un projet d’avion biplace supersonique, propulsé par quatre turboréacteurs en nacelle et un moteur-fusée, muni d’ailes en flèche en position haute, d’une dérive en "T" et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

Suite à l’étude de son AW.166 présenté pour répondre à l’exigence ER.134T, et finalement écarté en 1954, le constructeur britannique Armstrong Whitworth décide d’utiliser ces travaux pour mettre au point un intercepteur répondant aux spécifications F.155. Une fois de plus, un effort particulier est fait pour maintenir la masse à vide de l’appareil la plus faible possible.

Ce nouveau projet, désigné AW.169, reprend le fuselage long et effilé de son prédécesseur avec des ailes fines sur lesquelles se trouvent les nacelles moteur, afin de privilégier les performances à haute altitude. L’objectif de l’appareil n’étant plus le même, de nombreuses modifications lui sont apportées. En effet, l’appareil est désormais biplace, le poste de pilotage est décalé sur le côté gauche du fuselage et il est muni d’une verrière conventionnelle prolongée vers l’arrière par une arrête. L’opérateur radar est déplacé vers la droite, à la même hauteur que le pilote, mais avec une petite verrière individuelle. Les ailes, en position haute, sont désormais en flèche. Les nacelles nacelles-moteurs qui y sont installées contiennent chacune deux turboréacteurs de Havilland Gyron Junior qui partagent la même entrée d’air circulaire munie d’un cône central, mais qui sont tous deux équipés de leurs propres tuyères. Leur disposition côte-à-côte permet facilement d’y installer un logement pour le train d’atterrissage principal, la roulette de nez prenant alors place sous le cockpit. L’empennage, en "T", est complété par une petite quille en-dessous de la dérive. De chaque côté de l’arrière du fuselage sont installés des aérofreins. Les quatre turbopropulseurs sont secondés, à haute altitude, par un moteur-fusée de Havilland Spectre installé sous le fuselage. Les ailes particulièrement fines ne permettant pas le stockage de carburant, c’est donc dans le fuselage que sont installés les réservoirs d’une contenance totale de 5’262kg de kérosène et de 2’041kg de HTP (High-Test Peroxide).

Un radar de recherche et de conduite de tir est installé dans le nez de l’AW.139. L’antenne radar, d’un diamètre de 84cm, permet une portée de 32km en bande X. Un autre radar, fonctionnant en bande Q et installé dans un des cônes situés au centre d’une des entrée d’air, permet d’obtenir des informations supplémentaires sur des cibles distantes de 13km. Deux missiles air-air à guidage actif Red Dean ou à guidage passif Blue Jay, sont installés en bout d’ailes.

Le premier vol est prévu pour juin 1959 et l’introduction au sein de la RAF à partir d’avril 1962.

D’autres projets sont également proposés par les différents constructeurs aéronautiques britanniques et, après évaluation, l’AW.169 arrive premier ex-aequo avec le Fairey Delta III. Il est alors décidé de continuer des essais en soufflerie des deux appareils durant encore une année. En novembre 1956, Armstrong Whitworth est informé que c’est le projet de Fairey qui est retenu pour la spécification F.155 et que par conséquent son AW.169 est annulé. Le Fairey Delta III sera abandonné au printemps suivant.


Caractéristiques prévues :
Equipage : 2
Passagers : 0
Longueur : 25,6m
Envergure : 15,7m
Surface alaire : 63m2
Masse au décollage : 24’496kg
Charge utile : 1’206kg
Masse de carburant : 5’262kg
Masse de comburant : 2’041kg
Points d’attache : 2

Moteurs :
Quatre turboréacteurs de Havilland Gyron Junior PS.53 et un moteur-fusée de Havilland Spectre de 66,7kN (6’800kgp).

Performances estimées :
Vitesse max haute altitude: Mach 2+
Vitesse max basse altitude: Mach 1
Vitesse ascensionnelle : 279m/s

Armement :
Deux missiles air-air, soit à guidage actif Vickers Red Dean ou à guidage passif de Havilland Blue Jay (Firestreak).


Liens internet :
https://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php?topic=9673.0
https://warmachinesdrawn.blogspot.ch/search/label/Armstrong%20Whitworth%20A.W.169

Autre source principale:
British Secret Projects - Jet Fighters Since 1950; BUTTLER Tony,Midland Publishing.
Re: Armstrong Whitworth AW.169 à 06/06/2017 13:25 Clansman
La fiche sur le site
Re: Armstrong Whitworth AW.169 à 06/06/2017 15:27 Jericho
Merci Clansman !

Et avec une photo qui donne une bonne idée de l'engin… :D
Répondre aux messages »
Texte de , créé le June 6, 2017, 12:34 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires