Rappels

Histoire de l'appareil

L’Armstrong Whitworth AW.166 est un projet d’avion biréacteur supersonique, muni d’ailes effilées en position haute, d’une dérive cruciforme et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

Au début des années 1950, le gouvernement britannique décide de mettre en service un avion de reconnaissance stratégique pour épauler les bombardiers "V" de dissuasion nucléaire : l’Avro 730. Mais son développement nécessite l’éclaircissement de nombreux points, notamment en ce qui concerne les contraintes dues à l’échauffement des revêtements durant des vols de plusieurs heures à grande vitesse.

L’exigence opérationnelle ER.134T est alors publiée pour demander la construction d’un avion expérimental capable de voler à Mach 2.5 durant plusieurs heures, afin d’étudier le comportement de son revêtement aux températures de l’ordre de 300°C qu’il devrait atteindre. Pour répondre à cette demande, Armstrong Whitworth commence l’étude de son projet AW.166 en 1953.

La configuration de l’AW.166 est dictée par le besoin de le munir d’ailes particulièrement fines. Par conséquent, il n’est pas possible d’y installer des réservoirs de carburant qui doivent être placés dans le fuselage. Afin d’éviter un fuselage avec une section trop importante, il est décidé d’installer les moteurs dans des nacelles sous les ailes. Le fuselage est donc profilé et de faible section, avec un long nez pointu et un poste de pilotage dont la verrière est munie de montants. L’empennage cruciforme est constitué d’une dérive et d’un empennage effilés.

Les ailes, en position haute, sont également effilées et possèdent un léger dièdre positif. Particulièrement fines avec une épaisseur relative de 4%, elles supportent les deux nacelles contenant les turboréacteurs Sapphire Sa.7. Les entrées d’air sont équipées de cône réglables, permettant de faire varier le débit, et un système de postcombustion permet d’augmenter la puissance de près de 25%. Le train d’atterrissage tricycle est escamotable, la roue avant sous le nez et le train principal sous les nacelles-moteurs. Des aérofreins sont installés de chaque côté de l’arrière du fuselage.

Selon les calculs, l’AW.166 doit pouvoir voler à plus de Mach2 entre 11'000 et 15'000 mètres dans les 10 minutes après son décollage, comme cela était exigé.

En 1954, c’est le Bristol T.188 qui est choisi pour effectuer les essais à grande vitesse, l’AW.166 finissant deuxième devant les Boulton Paul P.128, English-Electric P.6, Saro P.163, Vickers-Supermarine-553, Hawker P.1096 et P.1097.

Suite aux travaux effectués, un chasseur biplace quadriréacteur dérivé de l’AW.166 est par la suite étudié sous la désignation d’AW.169.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Armstrong Whithworth AW.166 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse normale au décollage : 12 701 kg (28 000 lbs)
  • Surface alaire : 35,8 m² (385,348 sq. ft)
  • Hauteur : 3,1 m (10,171 ft)
  • Envergure : 11,2 m (36,745 ft)
  • Longueur : 20,3 m (66,601 ft)

Performances

  • Mach maximal HA : Mach 2,3
  • Charge alaire, masse normale : 354,765 kg/m² (72,662 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Armstrong Siddeley Sapphire SA.7 avec PC
  • Puissance unitaire : 4 990 kgp (49 kN, 11 000 lbf), 6 237 kgp (61 kN, 13 750 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Armstrong Whitworth AW.166 à 04/06/2017 08:05 Jericho
L’Armstrong Whitworth AW.166 est un projet d’avion biréacteur supersonique, muni d’ailes effilées en position haute, d’une dérive cruciforme et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

Au début des années 1950, le gouvernement britannique décide de mettre en service un avion de reconnaissance stratégique pour épauler les bombardiers "V" de dissuasion nucléaire : l’Avro 730. Mais son développement nécessite l’éclaircissement de nombreux points, notamment en ce qui concerne les contraintes dues à l’échauffement des revêtements durant des vols de plusieurs heures à grande vitesse. L’exigence opérationnelle ER.134T est alors publiée pour demander la construction d’un avion expérimental capable de voler à Mach 2.5 durant plusieurs heures, afin d’étudier le comportement de son revêtement aux températures de l’ordre de 300°C qu’il devrait atteindre. Pour répondre à cette demande, Armstrong Whitworth commence l’étude de son projet AW.166 en 1953.

La configuration de l’AW.166 est dictée par le besoin de le munir d’ailes particulièrement fines. Par conséquent, il n’est pas possible d’y installer des réservoirs de carburant qui doivent être placés dans le fuselage. Afin d’éviter un fuselage avec une section trop importante, il est décidé d’installer les moteurs dans des nacelles sous les ailes. Le fuselage est donc profilé et de faible section, avec un long nez pointu et un poste de pilotage dont la verrière est munie de montants. L’empennage cruciforme est constitué d’une dérive et d’un empennage effilés. Les ailes, en position haute, sont également effilées et possèdent un léger dièdre positif. Particulièrement fines avec une épaisseur relative de 4%, elles supportent les deux nacelles contenant les turboréacteurs Sapphire Sa.7. Les entrées d’air sont équipées de cône réglables, permettant de faire varier le débit, et un système de postcombustion permet d’augmenter la puissance de près de 25%. Le train d’atterrissage tricycle est escamotable, la roue avant sous le nez et le train principal sous les nacelles-moteurs. Des aérofreins sont installés de chaque côté de l’arrière du fuselage.

Selon les calculs, l’AW.166 doit pouvoir voler à plus de Mach2 entre 11'000 et 15'000 mètres dans les 10 minutes après son décollage, comme cela était exigé.

En 1954, c’est le Bristol T.188 qui est choisi pour effectuer les essais à grande vitesse, l’AW.166 finissant deuxième devant les Boulton Paul P.128, English-Electric P.6, Saro P.163, Vickers-Supermarine-553, Hawker P.1096 et P.1097.

Suite aux travaux effectués, un chasseur biplace quadriréacteur dérivé de l’AW.166 est par la suite étudié sous la désignation d’AW.169.


Caractéristiques :
Equipage : 1
Passagers : 0
Longueur : 20,3m
Envergure : 11,2m
Hauteur : 3,1m
Surface alaire : 35,8m2
Volume total des réservoirs de carburant : 4’090L
Points d’attache : 0

Moteurs :
Deux turboréacteurs Sapphire Sa.7 de 48,9kN (4’990kgp) à sec et 61,1kN (6’230kgp) avec postcombustion de poussée unitaire.

Performances estimées:
Vitesse max : Mach 2+

Armement :
Sans.


Liens internet :
http://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php?topic=10400.0
https://www.flickr.com/photos/camperdown/6261131425
http://alternathistory.com/vysokoskorostnye-issledovatelskie-samolety-1952-62-godov-proekt-eksperimentalnogo-samoleta-armstrong
Re: Armstrong Whitworth AW.166 à 04/06/2017 10:21 Clansman
La fiche sur le site

A.. A.. Avec une photo !

Autre lien
Re: Armstrong Whitworth AW.166 à 04/06/2017 20:18 Jericho
Merci Clansman! Pis une photo, c'est chouette. :D

Il y a certains projets britanniques que j'ai répertorié (et que j'énumèrerai par la suite) dont je n'ai même pas vu un croquis… :?
Re: Armstrong Whitworth AW.166 à 05/06/2017 22:46 Nico2
Y a pas à dire, avec une photo c'est top !
Répondre aux messages »
Texte de , créé le June 4, 2017, 9:59 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires