Rappels

Histoire de l'appareil

Le Sikorsky R-4 fut le premier hélicoptère construit en série au monde et le premier à entrer en service au sein des forces armées américaines et britanniques.

Vought-Sikorsky en proposa une nouvelle version, le VS-316B, dont les performances seraient supérieures. Le 1er janvier 1943, Sikorsky redevint indépendant et l'appareil fut rebaptisé S-49.

Le rotor et le système de transmissions étaient conservés, mais un nouveau fuselage plus aérodynamique et un moteur plus puissant permirent d'augmenter significativement la vitesse. Le R-4 avait un moteur Warner R-550 de 200 hp tandis que le prototype du S-49 avait un moteur de 225 hp (un Lycoming O-435-7), et les versions suivantes un moteur de 240 hp (Franklin O-405-9). En conséquence, la vitesse passait de 75 à 100 mph, soit 120 à 161 km/h.

L'appareil se présentait comme un hélicoptère biplace, de construction métallique, avec un train tricycle fixe et des rotors principal et de queue tripales.

L'USAAF commanda un prototype début 1943 et 5 machines de présérie supplémentaires en avril. 900 exemplaires étaient alors envisagés. Le S-49 fut désigné R-6 au sein de l'USAAF, HOS-1 au sein de l'US Navy et Hoverfly II au Royaume-Uni. Le prototype XR-6, qui vola pour la première fois le 15 octobre 1943, fut suivi par 5 XR-6A (dont 3 furent transférés à l'US Navy sous la désignation XHOS-1).

Un de ces prototypes fit sensation en battant le record de distance pour un hélicoptère le 2 mars 1944 : piloté par le colonel Frank Gregory, il effectua le trajet entre Washington DC et Dayton, distants de 700 km, en moins de 5 heures.

Sikorsky ne construisit pas d'autres exemplaires : la production fut confiée à Nash-Kelvinator, qui résultait de la fusion dans les années 1930 d'une firme automobile, Nash Motors, et d'une entreprise d'électroménager, Kelvinator. Cette décision venait du fait que l'usine de Stratford, qui appartenait à Chance Vought, avait une charge de travail plus que conséquente avec le F4U Corsair.

Nash-Kelvinator produisit 219 S-49, soit 26 YR-6A et 193 R-6A. Les premiers exemplaires produits par Nash-Kelvinator n'étaient d'ailleurs pas exempts de défauts.

Les premiers exemplaires entrèrent en service fin 1944 au sein de l'USAAF. Des 193 R-6A construits, 36 furent transférés à l'US Navy (dont 27 à l'US Coast Guards sous la désignation HOS-1G) et 27 à la Grande-Bretagne, dont 15 livrés à la Fleet Air Arm.

Il était prévu de livrer 150 exemplaires à la Grande-Bretagne, mais le changement de constructeur (l'usine de Nash-Kelvinator était à Detroit, dans le Michigan) entraîna de tels délais que seuls 27 exemplaires furent livrés. Une source évoque des exemplaires construits par Westland, mais celle-ci ne construisit d'hélicoptères qu'après la fin de la guerre : le premier fut bien le S-51 Dragonfly. De même, il fut envisagé de livrer 64 exemplaires supplémentaires à l'US Navy, mais le projet resta sans suite.

L'USAAF l'utilisa dans des rôles secondaires (entraînement et essais), mais certains rejoignirent le front asiatique, en particulier sur le trajet Inde-Birmanie-Chine où ils remplirent des missions de recherche et de sauvetage. C'est ainsi que 3 d'entre eux sauvèrent l'équipage d'un C-46 en Chine le 27 mai 1945. Quelques exemplaires restèrent en service jusqu'en mai 1949. En 1948, ils prirent la désignation H-6A.

Les exemplaires de la RAF entrèrent en service au sein du 657 Squadron RAF où ils servirent en coopération avec l'Army dans des missions de réglage d'artillerie principalement. Quelques exemplaires pouvaient être équipés de deux civières pour blessés fixées sur le fuselage. Un exemplaire fut présenté lors du salon de Farnborough en 1950, mais l'Hoverfly II fut retiré des opérations en avril 1951.

L'Hoverfly II entra en service de la Fleet Air Arm au sein du 771 Naval Air Squadron en décembre 1945, et équipa également le 705 Naval Air Squadron. Il y servit essentiellement à l'entraînement et aux missions de liaison.

2 variantes furent étudiées mais ne furent jamais construites : le R-6B à moteur Lycoming O-435-7 de 225 hp (même puissance que le prototype) et le XR-7 qui conservait le moteur de la version de série.

Enfin, Doman Helicopters Inc utilisa le R-6 comme banc d'essais volant pour tester des améliorations sur le rotor (dont un moyeu auto-lubrifiant). Cela donna les LZ-1 et LZ-1A.

Les S-49 furent mis sur le marché civil à la fin des années 1940. De nos jours, 4 exemplaires sont en exposition dont le LZ-1A et un exemplaire au Mexique, et 1 en cours de restauration.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Sikorsky S-49 : Désignation constructeur et civile du Sikorsky R-6.
  • Sikorsky XR-6 : Prototype, un exemplaire. Moteur Lycoming O-435-7 de 225 hp.
  • Sikorsky XR-6A : Prototypes dotés d'un moteur Franklin O-405-9 de 240 hp. 5 exemplaires.
  • Sikorsky YR-6A : XR-6A construits par Nash-Kelvinator, 26 exemplaires.
  • Sikorsky R-6A Hoverfly II : Version de série, 193 exemplaires.
  • Sikorsky R-6B : Version dotée d'un moteur Lycoming O-435-7 de 225 hp, non construite.
  • Sikorsky XR-7 : Version dotée d'un moteur Franklin O-405-9 de 240 hp, non construite.
  • Sikorsky XHOS-1 : 3 XR-6A transférés à l'US Navy.
  • Sikorsky HOS-1 : 36 R-6A transférés à l'US Navy.
  • Sikorsky HOS-1G : 27 HOS-1 transférés à l'US Coast Guards.
  • Doman LZ-1 : Un R-6A modifié comme banc d'essais en vol.
  • Doman LZ-1A : Un R-6A modifié avec un rotor conçu par Doman.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Sikorsky R-6A Hoverfly II voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Longueur du fuselage : 11,65 m (38,222 ft)
  • Masse maxi au décollage : 1 423 kg (3 137 lbs)
  • Masse normale au décollage : 1 179 kg (2 600 lbs)
  • Masse à vide : 786 kg (1 733 lbs)
  • Diamètre du rotor principal : 12 m (38 ft)
  • Hauteur : 3,35 m (10,991 ft)
  • Longueur : 14,61 m (47,933 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 161 km/h (100 mph, 87 kts)
  • Vitesse de croisière : 111 km/h (69 mph, 60 kts)
  • Distance franchissable : 490 km (304 mi, 265 nm)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons Franklin O-405-9
  • Puissance unitaire : 179 kW (243 ch, 240 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

picture

Forum

Sujet complet »
Sikorsky S-49 à 29/05/2017 16:34 stanak
Oh bah dit, il est même pas en liste d'attente :mrgreen:
————————————————-
Hélicoptère de construction américaine
produit à 225 exemplaires

R-6A Hoverfly II
ex FAM
Image
5 utilisés de 1945 à 1952
Re: Sikorsky S-49 à 30/05/2017 07:08 Clansman
Oh bah dit, il est même pas en liste d'attente

Dans la liste seconde guerre mondiale, puisque son premier vol date de 1943. ;)
Re: Sikorsky S-49 à 02/02/2019 08:50 Clansman
Le Sikorsky R-4 fut le premier hélicoptère construit en série au monde et le premier à entrer en service au sein des forces armées américaines et britanniques.

Vought-Sikorsky en proposa une nouvelle version, le VS-316B, dont les performances seraient supérieures. Le 1er janvier 1943, Sikorsky redevint indépendant et l'appareil fut rebaptisé S-49.

Le rotor et le système de transmissions étaient conservés, mais un nouveau fuselage plus aérodynamique et un moteur plus puissant permirent d'augmenter significativement la vitesse. Le R-4 avait un moteur Warner R-550 de 200 hp tandis que le prototype du S-49 avait un moteur de 225 hp (un Lycoming O-435-7), et les versions suivantes un moteur de 240 hp (Franklin O-405-9). En conséquence, la vitesse passait de 75 à 100 mph, soit 120 à 161 km/h.

L'appareil se présentait comme un hélicoptère biplace, de construction métallique, avec un train tricycle fixe et des rotors principal et de queue tripales.

L'USAAF commanda un prototype début 1943 et 5 machines de présérie supplémentaires en avril. 900 exemplaires étaient alors envisagés. Le S-49 fut désigné R-6 au sein de l'USAAF, HOS-1 au sein de l'US Navy et Hoverfly II au Royaume-Uni. Le prototype XR-6, qui vola pour la première fois le 15 octobre 1943, fut suivi par 5 XR-6A (dont 3 furent transférés à l'US Navy sous la désignation XHOS-1).

Un de ces prototypes fit sensation en battant le record de distance pour un hélicoptère le 2 mars 1944 : piloté par le colonel Frank Gregory, il effectua le trajet entre Washington DC et Dayton, distants de 700 km, en moins de 5 heures.

Sikorsky ne construisit pas d'autres exemplaires : la production fut confiée à Nash-Kelvinator, qui résultait de la fusion dans les années 1930 d'une firme automobile, Nash Motors, et d'une entreprise d'électroménager, Kelvinator. Cette décision venait du fait que l'usine de Stratford, qui appartenait à Chance Vought, avait une charge de travail plus que conséquente avec le F4U Corsair.

Nash-Kelvinator produisit 219 S-49, soit 26 YR-6A et 193 R-6A. Les premiers exemplaires produits par Nash-Kelvinator n'étaient d'ailleurs pas exempts de défauts.

Les premiers exemplaires entrèrent en service fin 1944 au sein de l'USAAF. Des 193 R-6A construits, 36 furent transférés à l'US Navy (dont 27 à l'US Coast Guards sous la désignation HOS-1G) et 27 à la Grande-Bretagne, dont 15 livrés à la Fleet Air Arm.

Il était prévu de livrer 150 exemplaires à la Grande-Bretagne, mais le changement de constructeur (l'usine de Nash-Kelvinator était à Detroit, dans le Michigan) entraîna de tels délais que seuls 27 exemplaires furent livrés. Une source évoque des exemplaires construits par Westland, mais celle-ci ne construisit d'hélicoptères qu'après la fin de la guerre : le premier fut bien le S-51 Dragonfly. De même, il fut envisagé de livrer 64 exemplaires supplémentaires à l'US Navy, mais le projet resta sans suite.

L'USAAF l'utilisa dans des rôles secondaires (entraînement et essais), mais certains rejoignirent le front asiatique, en particulier sur le trajet Inde-Birmanie-Chine où ils remplirent des missions de recherche et de sauvetage. C'est ainsi que 3 d'entre eux sauvèrent l'équipage d'un C-46 en Chine le 27 mai 1945. Quelques exemplaires restèrent en service jusqu'en mai 1949. En 1948, ils prirent la désignation H-6A.

Les exemplaires de la RAF entrèrent en service au sein du 657 Squadron RAF où ils servirent en coopération avec l'Army dans des missions de réglage d'artillerie principalement. Quelques exemplaires pouvaient être équipés de deux civières pour blessés fixées sur le fuselage. Un exemplaire fut présenté lors du salon de Farnborough en 1950, mais l'Hoverfly II fut retiré des opérations en avril 1951.

L'Hoverfly II entra en service de la Fleet Air Arm au sein du 771 Naval Air Squadron en décembre 1945, et équipa également le 705 Naval Air Squadron. Il y servit essentiellement à l'entraînement et aux missions de liaison.

2 variantes furent étudiées mais ne furent jamais construites : le R-6B à moteur Lycoming O-435-7 de 225 hp (même puissance que le prototype) et le XR-7 qui conservait le moteur de la version de série.

Enfin, Doman Helicopters Inc utilisa le R-6 comme banc d'essais volant pour tester des améliorations sur le rotor (dont un moyeu auto-lubrifiant). Cela donna les LZ-1 et LZ-1A.

Les S-49 furent mis sur le marché civil à la fin des années 1940. De nos jours, 4 exemplaires sont en exposition dont le LZ-1A et un exemplaire au Mexique, et 1 en cours de restauration.




https://fr.wikipedia.org/wiki/Sikorsky_S-49

https://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/sikorsky-r-6-hos-hoverfly-ii/

https://en.wikipedia.org/wiki/Sikorsky_R-6

http://www.nhahistoricalsociety.org/index.php/hos-1-r-6-sikorsky-s-49-hoverfly-ii/

https://1000aircraftphotos.com/Contributions/CrupiRay/11079.htm

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/uh/r6.html&prev=search

http://www.aviastar.org/helicopters_eng/sik_r-6.php
Re: Sikorsky S-49 à 02/02/2019 12:18 Clansman
La fiche sur le site
Re: Sikorsky S-49 à 03/02/2019 09:14 Jericho
Merci pour cette fiche Clansman, c'était un appareil historique qui manquait à nos fiches! :top:
Re: Sikorsky S-49 à 04/02/2019 22:02 d9pouces
Je ne connaissais pas bien son histoire, j'en avais tout juste entendu parler.
Je ne savais pas qu'il avait eu un rôle actif pendant la guerre… bon, ok, ce n'était peut-être pas un rôle de premier plan quand même :D

C'est impressionnant de voir à quelle vitesse les hélicoptères ont connu une certaine forme de maturité, par rapport aux avions.
On a encore en service des avions des années 50-60 (B-52, C-135 ou 737, par exemple), donc en gros après 50 ans d'existence de l'aviation et surtout de très nombreux modèles divers et variés.
En comparaison, on a encore des UH-1 ou AH-1, qui font partie des tous premiers hélicoptères…
Re: Sikorsky S-49 à 09/02/2019 09:28 Clansman
En comparaison, on a encore des UH-1 ou AH-1, qui font partie des tous premiers hélicoptères…

Ah mais c'est super fiable, un Huey, même en cas d'apocalypse comme dans Walking Dead ça vole encore ! :mrgreen:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le May 30, 2017, 7:12 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires