Rappels

Histoire de l'appareil

Aussi curieux que cela puisse paraître, les porte-avions japonais ne disposèrent pas d'avions de reconnaissance spécifiquement conçus pour ce type de missions. Les Mitsubishi 2MR furent les seuls à être brièvement embarqués (entre 1923 et 1929 environ) et les Nakajima C6N1 servirent uniquement à partir de bases terrestres. La reconnaissance était assurée par les hydravions embarqués à bord des croiseurs et cuirassés japonais mais aussi par les bombardiers embarqués eux-mêmes.

En 1935, désireuse de mettre fin à cette utilisation duale, la Marine impériale fit appel aux constructeurs japonais pour qu'ils lui proposent un avion de reconnaissance embarqué. Seul Nakajima répondit favorablement à cette offre. L'avionneur confia le travail à l'un de ses ingénieurs les plus actifs. Yasuo Fukuda travaillait déjà à d'autres projets dont celui qui allait mener au bombardier-torpilleur B5N (le futur "Kate" de la Seconde Guerre Mondiale). Ce dernier programme facilita la tâche de Fukuda qui put s'inspirer des solutions retenues pour le B5N et accélérer ainsi la conception du futur avion de reconnaissance.

Deux prototypes, baptisés Type S par le constructeur, furent assemblés dans l'usine Nakajima d'Ohta au mois d'octobre 1936 et présentés aux autorités navales dans la foulée. Après presque un an d'essais, la Marine décida d'accepter les deux appareils et attribua au modèle la désignation officielle d'avion de reconnaissance embarqué Type 97. Il fut également connu sous le nom de Nakajima C3N1. D'abord testés sur porte-avions, ils furent déployés en Chine au sein du 12. Kokutai et testés en conditions opérationnelles réelles.

Extérieurement, le C3N1 ressemblait beaucoup au B5N. Comme lui, il s'agissait d'un avion de construction entièrement métallique, avec une voilure droite implantée en bas du fuselage. Ses ailes étaient cependant plus courtes de près de deux mètres et son train d'atterrissage était fixe avec des roues carénées. L'équipage comptait lui aussi trois hommes et était installé dans un cockpit tout en longueur. A l'avant, le moteur était un Nakajima Hikari en étoile développant 750 ch (le même que celui initialement choisi pour le B5N) et entraînant une hélice tripale. Plus léger que le B5N, il disposait également d'une autonomie supérieure mais n'emportait aucun armement à l'exception d'une unique mitrailleuse légère tirant vers l'arrière.

Malheureusement, la Marine impériale japonaise finit par changer d'avis et abandonna l'idée d'une production en série, préférant continuer de se reposer sur ses bombardiers pour mener des missions de reconnaissance… et notamment ses B5N qui lui donnaient toute satisfaction. Nakajima fut donc priée de passer à autre chose et de cesser le travail sur le C3N1. Les deux seuls appareils produits demeurèrent en service au sein du 12. Kokutai jusqu'à ce qu'ils ne soient plus capables de voler. On ignore la date à laquelle ils furent retirés du service et leurs états de service sont peu connus (ils auraient servi dans la région du Bas-Yangzi, entre Hankow et Shanghaï).

Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Nakajima C3N1 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 3 000 kg (6 614 lbs)
  • Masse à vide : 1 805 kg (3 979 lbs)
  • Surface alaire : 30,7 m² (330,452 sq. ft)
  • Hauteur : 3 m (10 ft)
  • Envergure : 13,95 m (45,768 ft)
  • Longueur : 10,3 m (33,793 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 387 km/h (240 mph, 209 kts)
  • Vitesse de croisière : 300 km/h (186 mph, 162 kts)
  • Distance franchissable : 2 277 km (1 415 mi, 1 230 nm)
  • Plafond opérationnel : 6 670 m (21 883 ft)
  • Charge alaire, à vide : 58,795 kg/m² (12,042 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 97,72 kg/m² (20,015 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en étoile Nakajima Hikari 2
  • Puissance unitaire : 552 kW (750 ch, 740 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Nakajima C3N1 à 30/04/2017 16:27 ciders
Historique :

Aussi curieux que cela puisse paraître, les porte-avions japonais ne disposèrent pas d'avions de reconnaissance spécifiquement conçus pour ce type de missions. Les Mitsubishi 2MR furent les seuls à être brièvement embarqués (entre 1923 et 1929 environ) et les Nakajima C6N1 servirent uniquement à partir de bases terrestres. La reconnaissance était assurée par les hydravions embarqués à bord des croiseurs et cuirassés japonais mais aussi par les bombardiers embarqués eux-mêmes.

En 1935, désireuse de mettre fin à cette utilisation duale, la Marine impériale fit appel aux constructeurs japonais pour qu'ils lui proposent un avion de reconnaissance embarqué. Seul Nakajima répondit favorablement à cette offre. L'avionneur confia le travail à l'un de ses ingénieurs les plus actifs. Yasuo Fukuda travaillait déjà à d'autres projets dont celui qui allait mener au bombardier-torpilleur B5N (le futur "Kate" de la Seconde Guerre Mondiale). Ce dernier programme facilita la tâche de Fukuda qui put s'inspirer des solutions retenues pour le B5N et accélérer ainsi la conception du futur avion de reconnaissance.

Deux prototypes, baptisés Type S par le constructeur, furent assemblés dans l'usine Nakajima d'Ohta au mois d'octobre 1936 et présentés aux autorités navales dans la foulée. Après presque un an d'essais, la Marine décida d'accepter les deux appareils et attribua au modèle la désignation officielle d'avion de reconnaissance embarqué Type 97. Il fut également connu sous le nom de Nakajima C3N1. D'abord testés sur porte-avions, ils furent déployés en Chine au sein du 12. Kokutai et testés en conditions opérationnelles réelles.

Extérieurement, le C3N1 ressemblait beaucoup au B5N. Comme lui, il s'agissait d'un avion de construction entièrement métallique, avec une voilure droite implantée en bas du fuselage. Ses ailes étaient cependant plus courtes de près de deux mètres et son train d'atterrissage était fixe avec des roues carénées. L'équipage comptait lui aussi trois hommes et était installé dans un cockpit tout en longueur. A l'avant, le moteur était un Nakajima Hikari en étoile développant 750 ch (le même que celui initialement choisi pour le B5N) et entraînant une hélice tripale. Plus léger que le B5N, il disposait également d'une autonomie supérieure mais n'emportait aucun armement à l'exception d'une unique mitrailleuse légère tirant vers l'arrière.

Malheureusement, la Marine impériale japonaise finit par changer d'avis et abandonna l'idée d'une production en série, préférant continuer de se reposer sur ses bombardiers pour mener des missions de reconnaissance… et notamment ses B5N qui lui donnaient toute satisfaction. Nakajima fut donc priée de passer à autre chose et de cesser le travail sur le C3N1. Les deux seuls appareils produits demeurèrent en service au sein du 12. Kokutai jusqu'à ce qu'ils ne soient plus capables de voler. On ignore la date à laquelle ils furent retirés du service et leurs états de service sont peu connus (ils auraient servi dans la région du Bas-Yangzi, entre Hankow et Shanghaï).

…………………………………………………………………………………….

Caractéristiques :

Version :

Nakajima C3N1

Type :

Avion de reconnaissance embarqué

Équipage :

3 hommes (pilote, observateur, mitrailleur)

Motorisation :

1 Nakajima Hikari à 9 cylindres en étoile, à refroidissement par air, développant 750 ch (860 ch en puissance maximale au décollage)

Poids :

Masse à vide : 1 805 kg
Masse maximale au décollage : 3 000 kg

Performances :

Vitesse maximale : 387 km/h
Plafond pratique : 6 670 m
Autonomie : 2 278 km

Dimensions :

Envergure : 13,95 m
Hauteur : 3 m
Longueur : 10,30 m
Envergure : 30 mètres carrés

Armement :

1 mitrailleuse orientable calibre 7,7 mm tirant vers l'arrière, certainement une Type 92 (certaines sources mentionnent également une mitrailleuse fixe Type 97 de même calibre tirant vers l'avant)

Pays utilisateurs :

Japon (marine impériale)

…………………………………………………………………………………….

Sources :

- Michel Ledet, Samouraï sur porte-avions, tome 1, Éditions Lela Presse, 2017
- https://en.wikipedia.org/wiki/Nakajima_C3N
- http://www.daveswarbirds.com/Nippon/aircraft/C3N1.htm
- http://www.master194.com/forum/viewtopic.php?f=4&t=98120
- http://www.historyofwar.org/articles/weapons_nakajima_C3N.html
- https://pacificeagles.net/nakajima-c3n-type-97/

…………………………………………………………………………………….

Images :

:arrow: Belle vue d'un C3N au sol
:arrow: Profil en couleurs
:arrow: Plan trois vues
Re: Nakajima C3N1 à 01/05/2017 07:41 Clansman
Le C3N sur le site

Hauteur : inconnue

Le wiki… tchèque propose 3 m. C'est le seul site à donner un chiffre, mais il m'a l'air assez plausible, le C3N ayant plutôt une silhouette basse.

Sinon, Airwar.ru donne des chiffres plus précis pour les autres dimensions et pour les mitrailleuses. =)
Re: Nakajima C3N1 à 01/05/2017 12:36 ciders
Possible qu'il s'agisse d'une Type 92. Je vais modifier la fiche sur le forum.

Pour les dimensions, on va reprendre celles d'Airwar.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le May 1, 2017, 7:08 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires