Rappels

Histoire de l'appareil

Lorsque l'OTAN lance son concours d'avion d'attaque au sol léger, le LWTSF de 1953, plusieurs concurrents se mirent sur les rangs. Ceux-ci étaient surtout français (Breguet 1001 Taon, Dassault Étendard VI, SIPA S-800), mais aussi britanniques (Folland Gnat et Avro 727) et italien (Fiat G.91). Il s'agit de remplacer les F-84 alors en service par 1000 exemplaires du nouvel appareil.

Comme ses concurrents, le SIPA S.800 était un monoplace monoréacteur, conçu autour d'un Bristol-Siddeley Orpheus 3 de 2200 kgp. Cette première fiche-programme de l'OTAN (NBMR-1 ou NATO Basic Military Requirements) précise que l'avion doit être simple à construire et entretenir, être conçu uniquement pour l'attaque de jour (le combat aérien en ultime recours), peser 5000 livres (2268 kg) à vide tout au plus, pouvoir opérer à partir de terrains herbeux.

Concernant l'armement, il peut emporter soit des canons (20 ou 30 mm, avec 200 ou 120 obus chacun respectivement) ou des mitrailleuses de 12,7 mm avec 300 coups chacune). La charge externe doit être d'au moins 2 bombes de 500 livres et des roquettes (soit 4 de gros calibre, soit 36 de 75 mm). 4 points d'emport "humides" doivent être prévus.

L'appareil doit voler à Mach 0,95 à basse altitude et son taux de roulis minimum doit être de 100°/s à Mach 0,9 au niveau de la mer. Avec une vitesse de croisière de 650 km/h, il doit disposer d'un rayon d'action de 240 km avec 15 minutes de réserve. Enfin, le poste de pilotage, le pare-brise et les réservoirs de carburant doivent être suffisamment blindés pour résister aux armes légères.

Le jury du concours sélectionne le Br.1001, l’Étendard VI et le G.91 pour les évaluations. Le S-800 est donc rejeté sans avoir été construit. Une variante, le S.801, semble avoir été prévue.

Versions référencées

  • SIPA S-800 : Version de base, jamais construite.
  • SIPA S-801 : Variante du S-800, jamais construite.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

SIPA S-800 voir la fiche complète

Motorisation

  • 1 réacteur Bristol-Siddeley Orpheus B.Or.3
  • Puissance unitaire : 2 200 kgp (22 kN, 4 850 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
SIPA S-800 à 17/04/2017 09:06 Clansman
Lorsque l'OTAN lance son concours d'avion d'attaque au sol léger, le LWTSF de 1953, plusieurs concurrents se mirent sur les rangs. Ceux-ci étaient surtout français (Breguet 1001 Taon, Dassault Etendard VI, SIPA S-800), mais aussi britanniques (Folland Gnat et Avro 727) et italien (Fiat G.91). Il s'agit de remplacer les F-84 alors en service par 1000 exemplaires du nouvel appareil.

Comme ses concurrents, le SIPA S.800 était un monoplace monoréacteur, conçu autour d'un Bristol-Siddeley Orpheus 3 de 2200 kgp. Cette première fiche-programme de l'OTAN (NBMR-1 ou NATO Basic Military Requirements) précise que l'avion doit être simple à construire et entretenir, être conçu uniquement pour l'attaque de jour (le combat aérien en ultime recours), peser 5000 livres (2268 kg) à vide tout au plus, pouvoir opérer à partir de terrains herbeux.

Concernant l'armement, il peut emporter soit des canons (20 ou 30 mm, avec 200 ou 120 obus chacun respectivement) ou des mitrailleuses de 12,7 mm avec 300 coups chacune). La charge externe doit être d'au moins 2 bombes de 500 livres et des roquettes (soit 4 de gros calibre, soit 36 de 75 mm). 4 points d'emport "humides" doivent être prévus.

L'appareil doit voler à Mach 0,95 à basse altitude et son taux de roulis minimum doit être de 100°/s à Mach 0,9 au niveau de la mer. Avec une vitesse de croisière de 650 km/h, il doit disposer d'un rayon d'action de 240 km avec 15 minutes de réserve. Enfin, le poste de pilotage, le pare-brise et les réservoirs de carburant doivent être suffisamment blindés pour résister aux armes légères.

Le jury du concours sélectionne le Br.1001, l’Étendard VI et le G.91 pour les évaluations. Le S-800 est donc rejeté sans avoir été construit. Une variante, le S.801, semble avoir été prévue.


Le Fana de l'Aviation n°439 de juin 2006

http://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,15974.msg154006.html#msg154006

http://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,758.msg112673.html#msg112673

http://www.globalsecurity.org/military/world/europe/nbmr-1.htm
Re: SIPA S-800 à 17/04/2017 09:13 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le April 17, 2017, 9:11 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires