Rappels

Histoire de l'appareil

En 1954, Michel Wibault dépose un brevet de tuyère orientable pour un avion à décollage vertical. 4 soufflantes disposées autour du centre de gravité de l'appareil s'orientent pour assurer le décollage vertical, la transition et le vol horizontal. Ces soufflantes (plus exactement des compresseurs centrifuges) sont entraînés par des arbres et engrenages.

Le moteur utilisé est un turbopropulseur Bristol BE.25 Orion de 8000 hp, le plus puissant alors disponible. Il faut savoir que pour décoller verticalement, un avion a besoin d'un rapport poussée/masse supérieur à 1. L'intérêt principal était de fournir une stabilité qui manquait à tous les autres projets ou prototypes ADAV à l'époque. Ce moteur est plus tard remplacé par un BE.52.

Michel Wibault, ami personnel de Louis Bréguet, se rapproche de ce dernier pour concevoir un avion de chasse utilisant cette formule : le Br.1010 (appelé "Aptérion", ce qui signifie "sans ailes" en grec). Ce projet, première manifestation concrète de l'idée de Michel Wibault, est présenté à partir de 1955, aux services officiels français. Il est présenté en même temps que le Gyroptère (un monoplace monomoteur de frappe nucléaire tactique).

Le Br.1010 a une silhouette proche de ce que sera le Harrier, en étant tout à la fois plus court et plus effilé. Le nez est plus pointu, la flèche des ailes plus prononcée, le train est tricycle. Il ne dispose que de 3 tuyères, la dernière placée dans le ventre de l'appareil avec un dispositif de déflexion par vannes, et les 2 à l'avant orientables de 90° vers le bas. Il est destiné à l'attaque au sol. Un dessin le rapproche d'un Alpha Jet monoplace.

Le Gyroptère, lui, fait plutôt penser à un Mystère II ou IV dont les 4 tuyères orientables sont placées en dessous des ailes, elles-même en flèche et médianes. Il dispose d'une entrée d'air frontale et de deux autres entrées latérales ainsi que d'une tuyère à l'arrière. Les deux appareils disposent d'un empennage conventionnel en flèche.

Malheureusement, les Français ne voient pas le potentiel de la formule et refusent l'appareil. Il faut reconnaître que les soufflantes étaient peu efficaces. Le décès de Louis Bréguet en 1955 n'arrange rien, les nouveaux directeurs étant hostiles au projet, et le Br.1010 est abandonné, remplacé par le projet du Br.1110 (qui reprend le nom d'Aptérion).

Par contre, un service de l'OTAN, le Mutual Weapons Development Programme, s'y intéresse et son chef, le colonel Johnny Driscoll, envoie en mars 1956 un rapport à Bristol. Le consensus se fait autour de l'idée que le concept est excellent mais que les aspects techniques doivent être creusés et améliorés. C'est le point de départ de la mise au point du Pegasus, le moteur du futur Harrier, à partir de 1957.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Breguet Br.1010 Aptérion voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Envergure : 5,55 m (18,209 ft)
  • Longueur : 11,25 m (36,909 ft)

Motorisation

  • 1 turbopropulseur Bristol-Siddeley BE.25 Orion
  • Puissance unitaire : 5 966 kW (8 111 ch, 8 000 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
Bréguet Br.1010 à 07/02/2017 12:41 Clansman
En 1954, Michel Wibault dépose un brevet de tuyère orientable pour un avion à décollage vertical. 4 soufflantes disposées autour du centre de gravité de l'appareil s'orientent pour assurer le décollage vertical, la transition et le vol horizontal. Ces soufflantes (plus exactement des compresseurs centrifuges) sont entraînés par des arbres et engrenages.

Le moteur utilisé est un turbopropulseur Bristol BE.25 Orion de 8000 hp, le plus puissant alors disponible. Il faut savoir que pour décoller verticalement, un avion a besoin d'un rapport poussée/masse supérieur à 1. L'intérêt principal était de fournir une stabilité qui manquait à tous les autres projets ou prototypes ADAV à l'époque.

Michel Wibault, ami personnel de Louis Bréguet, se rapproche de ce dernier pour concevoir un avion de chasse utilisant cette formule : le Br.1010 (appelé "Aptérion", ce qui signifie "sans ailes" en grec). Ce projet, première manifestation concrète de l'idée de Michel Wibault, est présenté à partir de 1955, aux services officiels français. Il est présenté en même temps que le Gyroptère (un monoplace monomoteur de frappe nucléaire tactique) qui possède la même motorisation.

Le Br.1010 a une silhouette proche de ce que sera le Harrier, en étant tout à la fois plus court et plus effilé. Le nez est plus pointu, la flèche des ailes plus prononcée, le train est tricycle. Il ne dispose que de 3 tuyères, la dernière placée dans le ventre de l'appareil. Certaines sources indiquent qu'il est en fait motorisé par un BE.52, en réalité plus tardif.

Le Gyroptère, lui, fait plutôt penser à un Mystère II ou IV dont les 4 tuyères orientables sont placées sous les ailes, elles-même en flèche et médianes. Il dispose d'une entrée d'air frontale et de deux autres entrées latérales ainsi que d'une tuyère à l'arrière. Les deux appareils disposent d'un empennage conventionnel en flèche.

Malheureusement, les Français ne voient pas le potentiel de la formule et refusent l'appareil. Il faut reconnaître que les soufflantes étaient peu efficaces. Le décès de Louis Bréguet en 1955 n'arrange rien et le Br.1010 est abandonné, remplacé par le projet du Br.1110 (appelé lui aussi "Aptérion" par certaines sources).

Par contre, un service de l'OTAN, le Mutual Weapons Development Programme, s'y intéresse et son chef, le colonel Johnny Driscoll, envoie en mars 1956 un rapport à Bristol. Le consensus se fait autour de l'idée que le concept est excellent mais que les aspects techniques doivent être creusés et améliorés. C'est le point de départ de la mise au point du Pegasus, le moteur du futur Harrier, à partir de 1957.




http://aerostories.free.fr/dossiers/ADAV/page6.html

http://memoireairfrance.canalblog.com/archives/2016/11/04/34522511.html

https://books.google.fr/books?id=qTLAAwAAQBAJ&pg=PA81&lpg=PA81&dq=br%C3%A9guet-wibault+1010&source=bl&ots=RVVflRtIpd&sig=8BQlTKRtjRBUsSh5kA2o9XWFWzU&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiHifiG_MrQAhXH1RoKHX0YDfIQ6AEILTAC#v=onepage&q=br%C3%A9guet-wibault%201010&f=false

http://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php?topic=9738.0

http://prototypes.free.fr/vtol/vtol-1.htm

http://prototypes.free.fr/p1127/p1127-2.htm
Re: Bréguet Br.1010 à 07/02/2017 12:52 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 7 février 2017 12:45, modifié le . ©AviationsMilitaires