Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Transport de fret
  • Constructeur : drapeau Curtiss-Wright
  • 2 appareils construits (cellules neuves)

Histoire de l'appareil

Le Curtiss-Wright VZ-7 est un appareil expérimental monoplace à décollage vertical, motorisé par une turbine actionnant quatre hélices de sustentation disposées de part et d’autre d’un fuselage équipé d’un train d’atterrissage tricycle fixe.
En 1956, l’US Army désire s’équiper d’un aéronef utilitaire léger polyvalent et facile à faire fonctionner, un peu comme une Jeep aérienne. Cet appareil devra décoller et atterrir à la verticale, être capable de voler à une vitesse de 80km/h et transporter 450kg de charge utile pendant plusieurs heures à quelques mètres au-dessus du sol. Curtiss-Wright, Piasecki et Chrysler se disent intéressés par ce projet et, en 1957, l’US Army signe des contrats de développement avec ces trois constructeurs.

Pour cette compétition désignée "Flying Jeep", Curtiss-Wright base son appareil sur un fuselage constitué d’une sorte de poutre de section rectangulaire. À l’avant, le pilote est sanglé sur un siège, sans autre protection qu’un petit pare-brise et une structure pyramidale en tubes métalliques soudés installés derrière son siège. Ensuite, se trouve les réservoirs de carburant et d’huile, puis une turbine Turbomeca Artouste IIB installée à l’arrière.
Dans un premier temps, il est décidé d’équiper l’appareil avec quatre hélices de sustentation carénées, mais l’amélioration de la poussée apportée par ce dispositif n’est pas jugé suffisante pour compenser l’augmentation de la masse. Par conséquent, ce sont un total de quatre hélices de sustentation bipales, installées par deux sur les côté de l’appareil, qui sont retenues. Des montants circulaires sont installés afin de les protéger d’éventuels chocs contre des obstacles durant le vol, mais ils sont par la suite ôtés, n’étant pas jugés nécessaire et permettant ainsi d’alléger encore l’appareil. Le train d’atterrissage tricycle est fixe, la roulette avant étant directrices pour faciliter les manœuvres au sol. Le système de contrôle est simple et les mouvements sont gérés en faisant varier la poussée de chaque hélice de façon individuelle ou deux par deux. Une partie mobile située à l’arrière du flux éjecté de la turbine permet un contrôle supplémentaire en lacet.

Les essais d’usine sont concluants et, durant l’année 1958, les deux prototypes sont livrés à l’US Army qui les désigne VZ-7 et leur donne les numéros de série 58-5508 et 58-5509.

Les deux VZ-7 se montrent faciles à contrôler, stables et d’un entretient aisés. Par contre, leur vitesse maximale ne dépasse pas les 51 km/h et il n’est pas capable de soulever la charge utile exigée. Par conséquent, les deux prototypes sont retournés au constructeur durant l’année 1960.

Un VZ-7 est entreposé à l’US Army Aviation Museum à Fort Rucker, en Alabama.

Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Curtiss-Wright VZ-7AP voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 952 kg (2 099 lbs)
  • Masse à vide : 771 kg (1 700 lbs)
  • Surface du rotor : 12,92 m² (139,07 sq. ft)
  • Diamètre du rotor principal : 2,03 m (6,66 ft)
  • Hauteur : 2,83 m (9,285 ft)
  • Envergure : 4,87 m (15,978 ft)
  • Longueur : 5,18 m (16,995 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 51 km/h (32 mph, 28 kts)
  • Plafond opérationnel : 61 m (200 ft)
  • Charge alaire, à vide : 59,675 kg/m² (12,222 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 73,684 kg/m² (15,092 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 turbine Turbomeca Artouste IIB de 430 hp
  • Puissance unitaire : 321 kW (436 ch, 430 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Curtiss-Wright VZ-7 à 23/12/2016 09:27 Jericho
Le Curtiss-Wright VZ-7 est un appareil expérimental monoplace à décollage vertical, motorisé par une turbine actionnant quatre hélices de sustentation disposées de part et d’autre d’un fuselage équipé d’un train d’atterrissage tricycle fixe.
En 1956, l’US Army désire s’équiper d’un aéronef utilitaire léger polyvalent et facile à faire fonctionner, un peu comme une Jeep aérienne. Cet appareil devra décoller et atterrir à la verticale, être capable de voler à une vitesse de 80km/h et transporter 450kg de charge utile pendant plusieurs heures à quelques mètres au-dessus du sol. Curtiss-Wright, Piasecki et Chrysler se disent intéressés par ce projet et, en 1957, l’US Army signe des contrats de développement avec ces trois constructeurs.

Pour cette compétition désignée "Flying Jeep", Curtiss-Wright base son appareil sur un fuselage constitué d’une sorte de poutre de section rectangulaire. À l’avant, le pilote est sanglé sur un siège, sans autre protection qu’un petit pare-brise et une structure pyramidale en tubes métalliques soudés installés derrière son siège. Ensuite, se trouve les réservoirs de carburant et d’huile, puis une turbine Turbomeca Artouste IIB installée à l’arrière. Dans un premier temps, il est décidé d’équiper l’appareil avec quatre hélices de sustentation carénées, mais l’amélioration de la poussée apportée par ce dispositif n’est pas jugé suffisante pour compenser l’augmentation de la masse. Par conséquent, ce sont un total de quatre hélices de sustentation bipales, installées par deux sur les côté de l’appareil, qui sont retenues. Des montants circulaires sont installés afin de les protéger d’éventuels chocs contre des obstacles durant le vol, mais ils sont par la suite ôtés, n’étant pas jugés nécessaire et permettant ainsi d’alléger encore l’appareil. Le train d’atterrissage tricycle est fixe, la roulette avant étant directrices pour faciliter les manœuvres au sol. Le système de contrôle est simple et les mouvements sont gérés en faisant varier la poussée de chaque hélice de façon individuelle ou deux par deux. Une partie mobile située à l’arrière du flux éjecté de la turbine permet un contrôle supplémentaire en lacet.

Les essais d’usine sont concluants et, durant l’année 1958, les deux prototypes sont livrés à l’US Army qui les désigne VZ-7 et leur donne les numéros de série 58-5508 et 58-5509.

Les deux VZ-7 se montrent faciles à contrôler, stables et d’un entretient aisés. Par contre, leur vitesse maximale ne dépasse pas les 51km/h et il n’est pas capable de soulever la charge utile exigée. Par conséquent, les deux prototypes sont retournés au constructeur durant l’année 1960.

Un VZ-7 est entreposé à l’US Army Aviation Museum à Fort Rucker, en Alabama.


Versions :
VZ-7 : Prototype de Jeep volante motorisée par une turbine Turbomeca Artouste IIB entraînant quatre hélices de sustentation sur les côtés; deux appareils construits.


Utilisateurs militaires :
USA : Deux prototypes en essais de 1958 à 1960 au sein de l’US Army.

Caractéristiques :
Equipage : 1
Passagers : 0
Longueur : 5,18m
Envergure : 4,87m
Hauteur : 2,83m
Diamètre des hélices : 2,03m
Surface de chaque hélice : 3,23m2
Masse à vide : 771kg
Masse au décollage : 952kg

Moteurs :
Une turbine Turbomeca Artouste IIB de 320kW (435ch).

Performances :
Vitesse max : 51km/h
Hauteur de vol : 60m
Distance de décollage : 0m
Distance d’atterrissage : 0m

Armement :
Sans.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Curtiss-Wright_VZ-7
http://www.aviastar.org/helicopters_eng/curtiss_vz-7.php
http://www.diseno-art.com/news_content/2012/09/strange-vehicles-curtiss-wright-vz-7/
http://ca.complex.com/sports/2013/06/a-history-of-the-flying-car/1958-curtiss-wright-vz-7
http://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/vz-7.htm
Re: Curtiss-Wright VZ-7 à 23/12/2016 11:06 Clansman
La fiche sur le site

Dommage, il avait du potentiel celui-là, de par sa stabilité et sa facilité de pilotage et d'entretien. Avec un moteur plus puissant, peut-être…
Re: Curtiss-Wright VZ-7 à 23/12/2016 11:13 Jericho

Clansman a écrit

La fiche sur le site
Merci Clans' !


Clansman a écrit

Dommage, il avait du potentiel celui-là, de par sa stabilité et sa facilité de pilotage et d'entretien. Avec un moteur plus puissant, peut-être…
Mais que vas-tu dire demain? :D
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Dec. 23, 2016, 10:40 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires