Rappels

Histoire de l'appareil

Le Short Brothers PD.13 est un projet d’avion biplace embarqué, propulsé par deux turboréacteurs, muni d’ailes en flèches aux extrémités mobiles, d’une dérive en flèche et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

Vers la fin des années 1940, le gouvernement britannique cherche à se doter de nouveaux bombardiers stratégiques à réaction et plusieurs constructeurs répondent à cet appel d’offre. Pour développer son PD.1, le constructeur nord-irlandais Short Brothers & Harland s’intéresse aux travaux effectués par Geoffrey Hill dans les années 1920 et début 1930 sur les Westland-Hill Pterodactyl. Ces avions sans empennages étaient munis d’ailes baptisées aéro-isocliniques par leur concepteur : en flèche, leurs extrémités mobiles leurs servaient à la fois d’ailerons et d’élevons. Très stables, ces appareils avaient en général moins tendance à décrocher ou à tomber en vrille qu’un avion traditionnel de l’époque puisque même sous un fort facteur de charge, l’aile ne subissait pas de torsions, ce qui évitait une perte de portance. Cette configuration permet également de se passer d’empennages horizontaux, ce qui diminue la masse et la traînée aérodynamique.

Des maquettes du bombardier PD.1 sont réalisées, puis un planeur désigné SB.1 à l’échelle environ 1/3. Après un crash lors du deuxième vol, principalement dû à des problèmes de vibrations engendrées par le sillage de l’avion qui le tractait, il est décidé de construire un avion propulsé par deux petits turboréacteurs. Les résultats sont satisfaisants, mais le SB.4 ne permet pas d’étudier le comportement de cette aile à grande vitesse. Pourtant ces résultats pourraient être intéressants, car il y a de très fortes chances que ces parties mobiles évitent les effets inverses souvent constatés aux vitesses transsoniques ou supersoniques.
Une demande est posée au Ministère de l’Air pour équiper un Supermarine Swift avec ce genre d’aile, mais elle est refusée sous prétexte que les avancées en aérodynamiques sont suffisantes pour utiliser des ailes conventionnelles, d’autant plus que la RAF a déjà commandé des bombardiers stratégiques, les Handley Page Victor, Avro Vulcan et Vickers Valiant.

En août 1952, un appel d’offre concernant cette fois un bombardier embarqué est lancé sous l’appellation M.148T. Short dessine le PD.13, un appareil équipé de ces ailes aéro-isocliniques munies d’une flèche importante et aux extrémités mobiles. Le pilote est installé dans un poste de pilotage protégé par une verrière en forme de goutte d’eau située sur le côté gauche du fuselage. À l’intérieur de ce dernier, à droite du pilote, se trouve le poste du navigateur, muni de petites fenêtres. Les deux turboréacteurs Rolls-Royce Avon RA19 sont installés de part et d’autre du fuselage, à l’emplanture de l’aile. Les tuyères sont équipées de déflecteurs de gaz vers le bas, facilitant les décollages depuis les porte-avions.
La dérive est en flèche et le PD.13 n’a pas d’empennages horizontaux. Le train d’atterrissage tricycle est escamotable, le train avant sous le nez et les jambes du train principal dans des carénages profilés installés vers les bords de fuite des ailes. Une crosse d’appontage est installée à l’arrière du fuselage. Sous chaque aile, deux points d’attache permettent d’emporter des réservoirs de carburant auxiliaires, des paniers à roquettes, des bombes conventionnelles ou de petites bombes atomiques. Ces dernières seraient peut-être transportées dans une soute à bombes située derrière le poste de pilotage, entre les réacteurs.

En juillet 1955, l’Amirauté britannique annonce qu’elle choisit le Blackburn B.103, qui fera carrière sous l’appellation de "Buccaneer". En effet, l’Armstrong-Whitworth AW.168 qui est lui aussi concurrent lui semble trop conventionnel et rapidement obsolète, alors que le projet de Short Brothers lui parait au contraire beaucoup trop audacieux.

Le PD.13 ne sera donc jamais construit.

Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Short PD.13 : Projet de bombardier biréacteur embarqué, jamais construit.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Short PD.13 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 10 900 kg (24 030 lbs)
  • Envergure : 14,1 m (46,26 ft)
  • Longueur : 15,5 m (50,853 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 780 km (485 mi, 421 nm)
  • Mach maximal HA : Mach 0,95

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Short PD.13 à 04/12/2016 11:01 Jericho
Le Short Brothers PD.13 est un projet d’avion biplace embarqué, propulsé par deux turboréacteurs, muni d’ailes en flèches aux extrémités mobiles, d’une dérive en flèche et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

Vers la fin des années 1940, le gouvernement britannique cherche à se doter de nouveaux bombardiers stratégiques à réaction et plusieurs constructeurs répondent à cet appel d’offre. Pour développer son PD.1, le constructeur nord-irlandais Short Brothers & Harland s’intéresse aux travaux effectués par Geoffrey Hill dans les années 1920 et début 1930 sur les Westland-Hill Pterodactyl. Ces avions sans empennages étaient munis d’ailes baptisées aéro-isocliniques par leur concepteur : en flèche, leurs extrémités mobiles leurs servaient à la fois d’ailerons et d’élevons. Très stables, ces appareils avaient en général moins tendance à décrocher ou à tomber en vrille qu’un avion traditionnel de l’époque puisque même sous un fort facteur de charge, l’aile ne subissait pas de torsions, ce qui évitait une perte de portance. Cette configuration permet également de se passer d’empennages horizontaux, ce qui diminue la masse et la traînée aérodynamique.

Des maquettes du bombardier PD.1 sont réalisées, puis un planeur désigné SB.1 à l’échelle environ 1/3. Après un crash lors du deuxième vol, principalement dû à des problèmes de vibrations engendrées par le sillage de l’avion qui le tractait, il est décidé de construire un avion propulsé par deux petits turboréacteurs. Les résultats sont satisfaisants, mais le SB.4 ne permet pas d’étudier le comportement de cette aile à grande vitesse. Pourtant ces résultats pourraient être intéressants, car il y a de très fortes chances que ces parties mobiles évitent les effets inverses souvent constatés aux vitesses transsoniques ou supersoniques.
Une demande est posée au Ministère de l’Air pour équiper un Supermarine Swift avec ce genre d’aile, mais elle est refusée sous prétexte que les avancées en aérodynamiques sont suffisantes pour utiliser des ailes conventionnelles, d’autant plus que la RAF a déjà commandé des bombardiers stratégiques, les Handley Page Victor, Avro Vulcan et Vickers Valiant.

En août 1952, un appel d’offre concernant cette fois un bombardier embarqué est lancé sous l’appellation M.148T. Short dessine le PD.13, un appareil équipé de ces ailes aéro-isocliniques munies d’une flèche importante et aux extrémités mobiles. Le pilote est installé dans un poste de pilotage protégé par une verrière en forme de goutte d’eau située sur le côté gauche du fuselage. À l’intérieur de ce dernier, à droite du pilote, se trouve le poste du navigateur, muni de petites fenêtres. Les deux turboréacteurs Rolls-Royce Avon RA19 sont installés de part et d’autre du fuselage, à l’emplanture de l’aile. Les tuyères sont équipées de déflecteurs de gaz vers le bas, facilitant les décollages depuis les porte-avions. La dérive est en flèche et le PD.13 n’a pas d’empennages horizontaux. Le train d’atterrissage tricycle est escamotable, le train avant sous le nez et les jambes du train principal dans des carénages profilés installés vers les bords de fuite des ailes. Une crosse d’appontage est installée à l’arrière du fuselage. Sous chaque aile, deux points d’attache permettent d’emporter des réservoirs de carburant auxiliaires, des paniers à roquettes, des bombes conventionnelles ou de petites bombes atomiques. Ces dernières seraient peut-être transportées dans une soute à bombes située derrière le poste de pilotage, entre les réacteurs.

En juillet 1955, l’Amirauté britannique annonce qu’elle choisit le Blackburn B.103, qui fera carrière sous l’appellation de "Buccaneer". En effet, l’Armstrong-Whitworth AW.168 qui est lui aussi concurrent lui semble trop conventionnel et rapidement obsolète, alors que le projet de Short Brothers lui parait au contraire beaucoup trop audacieux.

Le PD.13 ne sera donc jamais construit.


Versions :
PD.13 : projet de bombardier conventionnel et nucléaire biplace destiné à la Royal Navy, bimoteur et muni d’ailes aéro-isocliniques ; jamais construit.


Utilisateurs militaires :
Aucun.


Caractéristiques :
Equipage : 2
Passagers : 0
Longueur : 15,5m
Envergure : 14,1m
Masse en charge : 10’900kg
Points d’attache : 4

Moteurs :
Deux turboréacteurs Rolls-Royce Avon RA19.

Performances estimées:
Vitesse max : Mach 0.95
Distance franchissable : 780km

Armement :
Paniers à roquettes, bombes conventionnelles ou atomiques.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Short_SB.4_Sherpa
http://www.unicraft.biz/on/short-pd13/short-pd13.htm
http://www.oocities.org/heartland/village/4082/brit/odd_air.htm
http://www.airvectors.net/avbucc.html
http://fantastic-plastic.com/short-pd13---catalog.html
https://books.google.ch/books?id=YH6h8ND6t8EC&pg=PA13&lpg=PA13&dq=Short+PD.13+aircraft&source=bl&ots=3pNTWlF_C2&sig=CAQZzJgsmhAReLvOHw6MQL_PaII&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi-wYPVhMbPAhVCVywKHR-pB6EQ6AEIVjAL#v=onepage&q=Short%20PD.13%20aircraft&f=false
Re: Short PD.13 à 04/12/2016 11:40 Clansman
La fiche sur le site
Re: Short PD.13 à 05/12/2016 11:27 Jericho
Merci Clansman!
Re: Short PD.13 à 22/12/2016 16:26 Nico2
Merci Jericho :) .

Je ne me suis pas trompé d'auteur cette fois. :hehe: [/size:1ox23k8f]
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Dec. 4, 2016, 11:24 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires