Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Essais en vol
  • Constructeur : drapeau Hunting
  • un seul appareil construit (cellule neuve)

Histoire de l'appareil

Le Hunting Aircraft H126 est un avion expérimental monoplace, monoréacteur, muni d’ailes droites en position haute avec un dièdre positif, d’un empennage horizontal installé près du sommet de la dérive et d’un train d’atterrissage tricycle fixe.

Au début des années 1950, des travaux sont effectués pour étudier s’il est possible de diminuer la vitesse de décrochage d’un avion en soufflant de l’air sur les volets. Principalement menée par le National Gas Turbine Establishment de Pyestock, cette étude débouche sur un brevet en 1952. Le gouvernement britannique émet ensuite la spécification ER.189 réclamant la construction de deux avions expérimentaux destinés à étudier l’efficacité des volets soufflés à grande échelle. Le but de cette étude est de permettre à un jet de voler à basse vitesse en toute sécurité, afin de diminuer les distances de décollage et d’atterrissage et de faciliter son utilisation sur les porte-avions.

C’est la Hunting Aircraft Ltd qui remporte le contrat en 1959 avec son H126. Pour diminuer les coûts du projet et pour gagner du temps, il est décidé d’utiliser un certain nombre de parties d’avions déjà en service dans les forces armées britanniques. Le fuselage, par exemple, est celui d’un Jet Provost modifié en monoplace et équipé dans le nez d’une entrée d’air circulaire approvisionnant le réacteur Bristol Siddeley Orpheus. Les ailes sont droites à faible corde et munie d’un dièdre de 4°. La dérive carrée avec une légère flèche est munie d’une arrête à l’avant et d’un empennage horizontal près de son sommet. Le train d’atterrissage tricycle est fixe pour diminuer les coûts.

Pour effectuer les essais avec des volets soufflés, les gaz chauds sortis du réacteur passent dans un collecteur qui en prélève entre 50 à 55% pour les dévier dans des conduites les menant aux ailes. Ces gaz sont ensuite expulsés au travers de seize buses situées le long des bords de fuite des ailes, près des volets. Un dixième des gaz sont eux détournés jusqu’à d’autres buses situées aux extrémités des ailes et près de la queue pour permettre un meilleur contrôle en roulis, lacet et tangage à basse vitesse. Au final, seuls 35 à 40% des gaz sont éjectés par deux tuyères situées sur les côtés du fuselage pour assurer la propulsion en tant que telle, mais comme les essais doivent se faire à basse vitesse, ce manque de puissance n’est pas jugé important.

Le premier H126, immatriculé XN714, est terminé en août 1962. Il effectue des essais de roulage à Luton, piloté par Stanley "Olly" B. Oliver, chef des pilotes d’essai de chez Hunting. L’appareil est ensuite transféré par la route jusqu’à la base du RAE (Royal Aircraft Establishment) de Bedford. Peint en jaune, avec une zone antireflet peinte en noir mat sur le nez, juste devant le pare-brise, il y effectue son premier vol le 26 mars 1963.
Le second appareil, immatriculé XN719 et devant être équipé d’ailes munie d’un dièdre de 8°, ne sera finalement jamais entièrement construit.

Au total, le H126 XN714 a volé 141 heures et il a fait 318 atterrissages durant un peu plus de cent vols effectués entre 1963 et 1967. Il effectue des vols à basse vitesse grâce à la portance apportée par le souffle du réacteur sur les volets. Grâce à ce système, le H126 peut voler à 52km/h tout en restant parfaitement contrôlable. Néanmoins, le système complexe et relativement lourd des conduites nécessaires pour transférer les gaz produits par le réacteur jusqu’aux ailes a découragé les responsables du projet à l’adapter sur d’autres appareils. En parallèle, la poussée dirigée, comme celle qui est testée sur le Hawker P.1127, montre des résultats plus intéressants.

Le 3 avril 1969, il est envoyé aux USA, au Moffett Naval Air Station en Californie, pour que la NASA puisse effectuer des essais en soufflerie. Il est renvoyé en Grande-Bretagne en mai 1970 où il est stocké. En 1972 ou 1974, selon les sources, il est retiré officiellement du service et exposé au musée de la RAF à Cosford.

Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Hunting H.126 : Avion expérimental doté de volets soufflés. Un exemplaire.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Hunting H.126 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 4 872 kg (10 740 lbs)
  • Masse à vide : 3 738 kg (8 240 lbs)
  • Surface alaire : 20,5 m² (220,66 sq. ft)
  • Hauteur : 4,72 m (15,486 ft)
  • Envergure : 13,82 m (45,341 ft)
  • Longueur : 15,29 m (50,164 ft)

Performances

  • Vitesse de décrochage : 51 km/h (32 mph, 28 kts)
  • Charge alaire, à vide : 182,322 kg/m² (37,342 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 237,638 kg/m² (48,672 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Bristol-Siddeley Orpheus 805
  • Puissance unitaire : 1 814 kgp (18 kN, 4 000 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Hunting H126 à 01/12/2016 10:11 Jericho
Le Hunting Aircraft H126 est un avion expérimental monoplace, monoréacteur, muni d’ailes droites en position haute avec un dièdre positif, d’un empennage horizontal installé près du sommet de la dérive et d’un train d’atterrissage tricycle fixe.

Au début des années 1950, des travaux sont effectués pour étudier s’il est possible de diminuer la vitesse de décrochage d’un avion en soufflant de l’air sur les volets. Principalement menée par le National Gas Turbine Establishment de Pyestock, cette étude débouche sur un brevet en 1952. Le gouvernement britannique émet ensuite la spécification ER.189 réclamant la construction de deux avions expérimentaux destinés à étudier l’efficacité des volets soufflés à grande échelle. Le but de cette étude est de permettre à un jet de voler à basse vitesse en toute sécurité, afin de diminuer les distances de décollage et d’atterrissage et de faciliter son utilisation sur les porte-avions.

C’est la Hunting Aircraft Ltd qui remporte le contrat en 1959 avec son H126. Pour diminuer les coûts du projet et pour gagner du temps, il est décidé d’utiliser un certain nombre de parties d’avions déjà en service dans les forces armées britanniques. Le fuselage, par exemple, est celui d’un Jet Provost modifié en monoplace et équipé dans le nez d’une entrée d’air circulaire approvisionnant le réacteur Bristol Siddeley Orpheus. Les ailes sont droites à faible corde et munie d’un dièdre de 4°. La dérive carrée avec une légère flèche est munie d’une arrête à l’avant et d’un empennage horizontal près de son sommet. Le train d’atterrissage tricycle est fixe pour diminuer les coûts.

Pour effectuer les essais avec des volets soufflés, les gaz chauds sortis du réacteur passent dans un collecteur qui en prélève entre 50 à 55% pour les dévier dans des conduites les menant aux ailes. Ces gaz sont ensuite expulsés au travers de seize buses situées le long des bords de fuite des ailes, près des volets. Un dixième des gaz sont eux détournés jusqu’à d’autres buses situées aux extrémités des ailes et près de la queue pour permettre un meilleur contrôle en roulis, lacet et tangage à basse vitesse. Au final, seuls 35 à 40% des gaz sont éjectés par deux tuyères situées sur les côtés du fuselage pour assurer la propulsion en tant que telle, mais comme les essais doivent se faire à basse vitesse, ce manque de puissance n’est pas jugé important.

Le premier H126, immatriculé XN714, est terminé en août 1962. Il effectue des essais de roulage à Luton, piloté par Stanley "Olly" B. Oliver, chef des pilotes d’essai de chez Hunting. L’appareil est ensuite transféré par la route jusqu’à la base du RAE (Royal Aircraft Establishment) de Bedford. Peint en jaune, avec une zone antireflet peinte en noir mat sur le nez, juste devant le pare-brise, il y effectue son premier vol le 26 mars 1963.
Le second appareil, immatriculé XN719 et devant être équipé d’ailes munie d’un dièdre de 8°, ne sera finalement jamais entièrement construit.

Au total, le H126 XN714 a volé 141 heures et il a fait 318 atterrissages durant un peu plus de cent vols effectués entre 1963 et 1967. Il effectue des vols à basse vitesse grâce à la portance apportée par le souffle du réacteur sur les volets. Grâce à ce système, le H126 peut voler à 52km/h tout en restant parfaitement contrôlable. Néanmoins, le système complexe et relativement lourd des conduites nécessaires pour transférer les gaz produits par le réacteur jusqu’aux ailes a découragé les responsables du projet à l’adapter sur d’autres appareils. En parallèle, la poussée dirigée, comme celle qui est testée sur le Hawker P.1127, montre des résultats plus intéressants.

Le 3 avril 1969, il est envoyé aux USA, au Moffett Naval Air Station en Californie, pour que la NASA puisse effectuer des essais en soufflerie. Il est renvoyé en Grande-Bretagne en mai 1970 où il est stocké. En 1972 ou 1974, selon les sources, il est retiré officiellement du service et exposé au musée de la RAF à Cosford.


Versions :
H126 : Avion expérimental propulsé par un réacteur Bristol Siddeley Orpheus et équipé de volets soufflés ; deux appareils commandés, un seul construit.


Utilisateurs militaires :
Royaume-Uni : En essais au sein du RAE de 1963 à 1972 ou 1974.
USA : Testé par la NASA d’avril 1969 à mai 1970.

Caractéristiques :
Equipage : 1
Passagers : 0
Longueur : 15,29m
Envergure : 13,82m
Hauteur : 4,72m
Surface alaire : 20,5m2
Masse à vide : 3’738kg
Masse maximale au décollage : 4’872kg
Points d’attache : 0

Moteurs :
Un turboréacteur Bristol Siddeley Orpheus BOr.3 Mk.805 de 17,83kN (1’820kgp).

Performances :
Vitesse de vol minimale : 52km/h

Armement :
Sans.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Hunting_H.126
http://www.rafmuseum.org.uk/research/collections/hunting-h126/
https://shortfinals.wordpress.com/2013/06/29/the-yellow-peril-the-hunting-h-126/
http://www.bredow-web.de/Museum_Cosford/Hunting_H126/hunting_h126.html
http://www.aviastar.org/air/england/hunting_h-126.php
Re: Hunting H126 à 01/12/2016 12:57 Clansman
La fiche sur le site

Il mérite sa place dans les avions les plus moches. J'avais encore jamais vu un avion à réaction et aile contreventée.
Re: Hunting H126 à 06/12/2016 20:26 Jericho

Clansman a écrit

La fiche sur le site
Merci!



Clansman a écrit

Il mérite sa place dans les avions les plus moches.
Dans cette série d'appareils expérimentaux britanniques, il y en a de magnifiques, mais… pour celui-là, je suis entièrement d'accord avec toi! :mrgreen:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Dec. 1, 2016, 12:37 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires