Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Essais en vol
  • Constructeur : drapeau Boeing
  • 4 appareils construits (cellules neuves)

Histoire de l'appareil

Dans les années 1990, le laboratoire de recherche de l'USAF (AFRL, Air Force Research Laboratory) lança l'étude du HySET (Hypersonic Scramjet Engine Technology), un superstatoréacteur. Pratt & Whittney développa en conséquence le SJX61, un superstatoréacteur dont la particularité était de pouvoir fonctionner au kérosène et non à l'hydrogène. L'avantage du kérosène est d'être plus facile d'emploi que l'hydrogène, en particulier pour la logistique. Ce moteur SJX61 était initialement prévu pour le X-43C, une variante du X-43 qui ne vit finalement jamais le jour.

Le moteur fut alors alloué au programme Scramjet Engine Demonstrator fin 2003, anciennement EFSEFD (Endothermically Fueled Scramjet Engine Flight Demonstrator). Boeing fut sélectionné en janvier 2004 pour construire la cellule du futur appareil, qui reçut la désignation X-51 le 27 septembre 2005. Il est baptisé "Waverider" en référence à une technique qui consiste à utiliser l'onde de choc supersonique pour créer de la portance. Le programme est alors dirigé par Joe Vogel.

Le but du X-51 n'était pas de dépasser le record de vitesse du X-43 (plus de Mach 9), mais de voler 300 secondes, soit bien plus longtemps que les 10 secondes du X-43, afin d'aboutir à un usage opérationnel. Il s'agit d'un missile non récupérable, d'une longueur de 25 pieds (7,62 m) au total, booster compris (4 mètres sans le booster). Il fait également appel à la technologie dite du "fuselage porteur". Il est construit principalement en métal (aluminium, acier, titane, inconel), avec des matériaux composites en carbone pour les bords d'attaque des dérives.

Des essais en soufflerie eurent lieu au centre de recherche de la NASA à Langley, à partir du 27 juillet 2006. Un vol simulé à Mach 5 fut ainsi obtenu le 30 avril 2007. Le X-51A fit son premier vol, fixé à un B-52, le 14 décembre 2009.

Le premier véritable vol était prévu pour le 25 mai 2010, mais la présence d'un navire de fret dans la zone maritime de Point Mugu prévue pour les essais retarda le largage de 24 heures.

Le premier vol eut donc lieu le 26 mai 2010. Le X-51 est largué d'un B-52 à 50000 pieds d'altitude au-dessus du Pacifique. Il est d'abord propulsé par un moteur-fusée à poudre MGM-140 ATACMS jusqu'à une vitesse d'environ Mach 4,5. Le booster est alors largué et le statoréacteur Pratt & Whitney Rocketdyne SJY61, qui utilise du JP-7 (le carburant du SR-71), prend le relais pour propulser le X-51 jusqu'à Mach 6, voire 7. Le X-51 emporte 270 livres de carburant. Le vol se fait en totale autonomie.

Ce 26 mai 2010, le X-51 atteignit la vitesse de Mach 5, une altitude de 70000 pieds et surtout, vola plus de 200 secondes. C'était inférieur aux 300 secondes espérées, mais largement supérieur aux 12 secondes du X-43.

3 autres tests étaient prévus. Boeing suggéra d'en rajouter 2 pour un total de 6 vols, le tout dans un intervalle de 4 à 6 semaines afin de prouver le succès total du concept, mais seuls 4 X-51 furent construits. Le second vol, prévu pour le 24 mai 2011, fut annulé à cause du mauvais temps et reporté au 13 juin 2011. Mais le décrochage de la prise d'air (phénomène pouvant arriver au-delà de Mach 2,2) entraîna l'échec du test.

Le 3e vol, le 14 août 2012, se solda lui aussi par un échec : le X-51 s'écrasa peu après sa séparation avec le booster, ayant perdu le contrôle. C'est au 4e vol, le 1er mai 2013, que le X-51 rencontre le succès en volant à Mach 5,1 pendant 210 secondes sur le seul statoréacteur, pour un total de 370 secondes de vol. Plus de 230 miles nautiques avaient été franchis. Cette réussite marquait la fin heureuse du programme. Sur les 4 vols, 9 minutes de données ont été recueillies.

Pour l'Air Force, cela ouvre la voie à une application pratique du vol hypersonique, pour les missiles, la reconnaissance, le transport, ou la première étape du lancement d'un système spatial.

Plus concrètement, l'USAF souhaite un dérivé opérationnel du X-51, le High Speed Strike Weapon (HSSW), qui est un missile de la taille du X-51. Celui-ci devrait voler à Mach 5 ou 6, avoir une portée de 500 à 600 miles nautiques, et être emporté par un F-35 ou un B-2. Il devrait commencer à voler en 2020 et entrer en service au milieu des années 2020.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Boeing X-51A Waverider voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 1 814 kg (4 000 lbs)
  • Longueur : 7,62 m (25 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 5 794 km/h (3 600 mph, 3 128 kts)
  • Endurance maximale : 0 h 6 mn
  • Distance franchissable : 741 km (460 mi, 400 nm)
  • Plafond opérationnel : 21 336 m (70 000 ft)
  • Mach maximal HA : 5,1

Motorisation

  • 1 statoréacteur Pratt & Whitney , Rocketdyne SJX61-2
  • Puissance unitaire : 227 kgp (2,22 kN, 500 lbf), 454 kgp (4,45 kN, 1 000 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Re: X-51 Waverider à 06/05/2009 23:45 Guns
Visiblement, ce sera un missile de croisière. Un peu comme le JSOW ou le JASSM, je pense.
Re: X-51 Waverider à 06/05/2009 23:15 Vigi
Pratt & Whitney vient de réaliser les tests du moteur PWR-9221FJ sur banc d'essai en configuration de vol à Mach +4.

Plancoët
Re: X-51 Waverider à 08/08/2009 11:22 Clansman
Allons, le B-52 enterrerra le B-2. Au pire, ils en reconstruiront. :mrgreen:
Re: X-51 Waverider à 08/08/2009 11:12 TMor

Nighthawk00 a écrit

L'homme peut quand même réaliser de belle choses.
Il faut voir à quoi il servira… :?
Re: X-51 Waverider à 08/08/2009 11:14 d9pouces

vigi a écrit

La bête a fait son premier vol…accrochée à un B-52.
Au moins, il y a des choses qui ne changent pas ! Comment feront-ils quand ils n'auront plus que des B-2 ? :lol:
Re: X-51 Waverider à 05/08/2009 08:03 Vigi
La bête a fait son premier vol…accrochée à un B-52.
Premier vol autonome prévu en Décembre.

Springs
Re: X-51 Waverider à 17/09/2009 11:24 Nico2
Tiens, ce programme n'a pas fait les frais (pas de mauvais jeu de mot… :D ) de la frénétique chasse aux coûts qui a lieu aux Etats-Unis en ce moment.

Ce projet qui peut être lui aussi qualifié de serpent de mer, serait-il en train d'aboutir ?

Et est-ce que ça correspond à un réel besoin ?
X-51 Waverider à 01/04/2009 07:43 Vigi
J'avoue avoir pas mal hésité pour placer ce sujet.
Le programme X-51, Cruise Missile ou drone Hyper-Sonique ?

Le programme de Boeing/Nasa/USAF s'orientant vers un véhicule "récupérable-réutilisable" et puis, les X-programs sont tous classé dans ce chapitre. J'ais donc fait le choix de le classer ici (et puis au pire, j'suis modo…je le déplacerais :mrgreen:).

Le programme X-51 étudie les possibilité de vol "atmosphériques" à Mach 7++.
On peut considérer le Waverider comme une variante ou une prolongation du programme X-43
Pour atteindre ces vitesses, cet appareil sera lancé comme un Cruise-missile, il utilisera un moteur fusée à carburant solide en guise de booster pour ensuite continuer son vol à l'aide de son statoréacteur fonctionnant au JP-7…le carburant du feu SR-71.

La génèse du Waverider
Quelques infos



Le programme aujourd'hui…le premier vol approche






Un petit topo sur les moteurs "Scramjet", pour les amoureux des maths et, du language de nos voisins de la rive droite du Channel
Un autre article sur les scramjets
un petit topo sur ces moteurs en dialecte Gaulois
Re: X-51 Waverider à 01/04/2009 16:31 Ex-Nighthawk00
L'homme peut quand même réaliser de belle choses.
Re: X-51 Waverider à 11/11/2016 09:19 Clansman
Dans les années 1990, le laboratoire de recherche de l'USAF (AFRL, Air Force Research Laboratory) lança l'étude du HySET (Hypersonic Scramjet Engine Technology), un superstatoréacteur. Pratt & Whittney développa en conséquence le SJX61, un superstatoréacteur dont la particularité était de pouvoir fonctionner au kérosène et non à l'hydrogène. L'avantage du kérosène est d'être plus facile d'emploi que l'hydrogène, en particulier pour la logistique. Ce moteur SJX61 était initialement prévu pour le X-43C, une variante du X-43 qui ne vit finalement jamais le jour.

Le moteur fut alors alloué au programme Scramjet Engine Demonstrator fin 2003, anciennement EFSEFD (Endothermically Fueled Scramjet Engine Flight Demonstrator). Boeing fut sélectionné en janvier 2004 pour construire la cellule du futur appareil, qui reçut la désignation X-51 le 27 septembre 2005. Il est baptisé "Waverider" en référence à une technique qui consiste à utiliser l'onde de choc supersonique pour créer de la portance. Le programme est alors dirigé par Joe Vogel.

Le but du X-51 n'était pas de dépasser le record de vitesse du X-43 (plus de Mach 9), mais de voler 300 secondes, soit bien plus longtemps que les 10 secondes du X-43, afin d'aboutir à un usage opérationnel. Il s'agit d'un missile non récupérable, d'une longueur de 25 pieds (7,62 m) au total, booster compris (4 mètres sans le booster). Il fait également appel à la technologie dite du "fuselage porteur". Il est construit principalement en métal (aluminium, acier, titane, inconel), avec des matériaux composites en carbone pour les bords d'attaque des dérives.

Des essais en soufflerie eurent lieu au centre de recherche de la NASA à Langley, à partir du 27 juillet 2006. Un vol simulé à Mach 5 fut ainsi obtenu le 30 avril 2007. Le X-51A fit son premier vol, fixé à un B-52, le 14 décembre 2009.

Le premier véritable vol était prévu pour le 25 mai 2010, mais la présence d'un navire de fret dans la zone maritime de Point Mugu retarda l'essai de 24 heures.

Le premier vol eut donc lieu le 26 mai 2010. Le X-51 est largué d'un B-52 à 50000 pieds d'altitude au-dessus du Pacifique. Il est d'abord propulsé par un moteur-fusée à poudre MGM-140 ATACMS jusqu'à une vitesse d'environ Mach 4,5. Le booster est alors largué et le statoréacteur Pratt & Whitney Rocketdyne SJY61, qui utilise du JP-7 (le carburant du SR-71), prend le relais pour propulser le X-51 jusqu'à Mach 6, voire 7. Le X-51 emporte 270 livres de carburant. Le vol se fait en totale autonomie.

Ce 26 mai 2010, le X-51 atteignit la vitesse de Mach 5, une altitude de 70000 pieds et surtout, vola plus de 200 secondes. C'était inférieur aux 300 secondes espérées, mais largement supérieur aux 12 secondes du X-43.

3 autres tests étaient prévus. Boeing suggéra d'en rajouter 2 pour un total de 6 vols, le tout dans un intervalle de 4 à 6 semaines afin de prouver le succès total du concept, mais seuls 4 X-51 furent construits. Le second vol, prévu pour le 24 mai 2011, fut annulé à cause du mauvais temps et reporté au 13 juin 2011. Mais le décrochage de la prise d'air (phénomène pouvant arriver au-delà de Mach 2,2) entraîna l'échec du test.

Le 3e vol, le 14 août 2012, se solda lui aussi par un échec : le X-51 s'écrasa peu après sa séparation avec le booster, ayant perdu le contrôle. C'est au 4e vol, le 1er mai 2013, que le X-51 rencontre le succès en volant à Mach 5,1 pendant 210 secondes sur le seul statoréacteur, pour un total de 370 secondes de vol. Plus de 230 miles nautiques avaient été franchis. Cette réussite marquait la fin heureuse du programme. Sur les 4 vols, 9 minutes de données ont été recueillies.

Pour l'Air Force, cela ouvre la voie à une application pratique du vol hypersonique, pour les missiles, la reconnaissance, le transport, ou la première étape du lancement d'un système spatial.

Plus concrètement, l'USAF souhaite un dérivé opérationnel du X-51, le High Speed Strike Weapon (HSSW), qui est un missile de la taille du X-51. Celui-ci devrait voler à Mach 5 ou 6, avoir une portée de 500 à 600 miles nautiques, et être emporté par un F-35 ou un B-2. Il devrait commencer à voler en 2020 et entrer en service au milieu des années 2020.




https://fr.wikipedia.org/wiki/Boeing_X-51

http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronautique-x-51-waverider-curieux-prototype-hypersonique-nasa-23685/

https://en.wikipedia.org/wiki/Boeing_X-51

http://www.airforce-technology.com/projects/x51-wave-rider/

http://www.boeing.com/features/2013/05/bds-x51-05-03-13.page

http://www.af.mil/AboutUs/FactSheets/Display/tabid/224/Article/104467/x-51a-waverider.aspx

http://www.designation-systems.net/dusrm/app4/x-51.html
Re: X-51 Waverider à 11/11/2016 09:54 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 11 novembre 2016 09:23, modifié le . ©AviationsMilitaires