Rappels

Histoire de l'appareil

Le Fairchild Hiller YOH-5 est un prototype d’hélicoptère léger d’observation et de liaison, monoturbine, muni d’un rotor de sustentation et d’un rotor anticouple bipales, de patins et capables de transporter jusqu’à quatre personnes.

En octobre 1960, l’US Army effectue un appel d’offre concernant un hélicoptère léger d’observation LOH (Light Observation Helicopter). Hiller Aircraft lance l’étude d’un hélicoptère qu’elle désigne Model 1100. Cet appareil a un design assez classique, avec une cellule semi-monocoque en aluminium. Le poste de pilotage est muni de deux sièges côte-à-côte avec un nez arrondi presque entièrement vitré, permettant une très bonne visibilité au pilote. À l’arrière, deux passagers peuvent prendre place. La motorisation est assurée par une turbine Allison T63-A-5 (250-C10) de 250ch entraînant un rotor de sustentation bipale. La poutre de queue, en position basse, est munie de deux stabilisateurs horizontaux et d’un stabilisateur vertical avec une hélice anticouple bipale à son sommet. Le train d’atterrissage est constitué de deux patins tubulaires, mais il peut également être muni de flotteurs.
Un système de stabilisation automatique permet de diminuer la charge du pilote et de faciliter le pilotage.

En mai 1961, le Model 1100 est sélectionné parmi 13 candidats pour être évalué sous la désignation d’YHO-5, en concurrence avec les Bell YHO-4 et Hughes YHO-6. La fabrication des cinq prototypes commandés débute en novembre 1961 et le premier vol est effectué le 21 janvier 1963 par le premier exemplaire (N81005). Suite aux modifications apportées pour homogénéiser les désignations au sein des forces armées américaines, il devient l’YOH-5.

Toujours en 1963, les cinq YOH-5 sont testés comparativement avec les deux autres concurrents à Camp Ruker, en Alabama. Il démontre de bonnes performances et fait preuve d’une excellente fiabilité, d’une grande robustesse, ainsi que de faibles coûts d’exploitation et de maintenance.
Après cette compétition, le Bell YHO-4 est écarté et les constructeurs Hiller et Hughes sont priés de présenter leur programme d’industrialisation, afin d’en évaluer les coûts. Suite à cela, la proposition de Hughes est retenue par l’US Army, car proposant un prix extrêmement bas. Hiller proteste, mais le contrat de production des OH-6 "Cayuse" est signé.

En mai 1964, Hiller est racheté par Fairchild Aircraft et, le 20 juillet de la même année, le FH-1100 reçoit sa certification de la FAA. L’appareil est ensuite présenté sur le marché et reçoit plusieurs commandes de forces armées et de sécurités, ainsi que d’entreprises civiles. Livrés à partir de juin 1966, il devient le premier hélicoptère léger américain motorisé par une turbine à être livré sur le marché civil.

En 1967, Hughes n’est plus capable de répondre aux exigences de production contractuelles de ses OH-6 et une seconde compétition LOH est lancée afin de répondre aux besoins de l’US Army. Fairchild Hiller refuse de présenter son YOH-5, considérant avoir été volé durant la première compétition et décide de se consacrer au marché civil. Ce sera finalement le Bell 206A, le successeur de l’YHO-4, qui sera choisi dans cette seconde compétition sous la désignation d’OH-58A "Kiowa".

En 1968, le FH-1100 devient également le premier hélicoptère léger à être vendu en configuration d’ambulance aérienne. Dans cette configuration, el peut transporter deux, voire trois blessés sur civière en plus d’un assistant médical.

L’appareil est construit par Fairchild Hiller jusqu’en 1973 à 253 exemplaires. La même année est créé Hiller Aviation qui devient en 1984 Rogerson-Hiller Helicopters.
Quelques exemplaires sont encore construits sous la désignation de RH-1100A, mais le nouveau constructeur entreprend aussi la remise à niveau des anciens FH-1100, dont une modernisation du poste de pilotage et du reste de l’avionique.

Plusieurs pays l’ont utilisé dans leurs forces armées: l’Argentine, le Brésil, Chypre, l’Équateur, El Salvador, le Panama et les Philippines. Ils y ont principalement effectué des missions d’observation, de liaison, de recherche et sauvetage et d’évacuation sanitaire.

Une version militarisée RH-1100M permet d’effectuer des missions d’appui rapproché et de lutte antichar. La grande stabilité de l’appareil de diminuer le temps nécessaire à l’acquisition d’une cible. Cette version est munie de doubles commandes hydrauliques, de réservoirs de carburant auto-obturant et il est possible de fixer des plaques de blindages sur la cellule afin d’améliorer les capacités de survie de l’appareil et de l’équipage face aux tirs adverses. Le RH-1100M peut être armé de mitrailleuses et de canons en nacelle, de paniers à roquettes, de missiles antichars et même de missiles air-air d’autoprotection.

En 2000, Manufacturing Corporation rachète les droits de production et tente d’en relancer la fabrication sous la désignation de FHoenix, mais il semble que l’entreprise n’ait pas reçu les autorisations de production de la part des autorités.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Fairchild-Hiller Model 1100 : Prototype à quatre places motorisé par une turbine Allison 250-C10 de 250ch.
  • Fairchild-Hiller FH-1100 : Version de série.
  • Rogerson-Hiller RH-1100A Pegasus : Version modernisée du FH-1100, au moins un exemplaire construit.
  • Rogerson-Hiller RH-1100B Pegasus : 5 exemplaires construits entre 1983 et 1986.
  • Rogerson-Hiller RH-1100M Hornet : Version militaire du RH-1100 ; 1 RH-1100B converti en 1985.
  • Fairchild-Hiller YOH-5A YHO-5 : Prototypes participant au programme LOH.
  • Fairchild-Hiller H-5 : Désignation des 6 FH-1100 de la marine brésilienne.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Fairchild-Hiller FH-1100 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Diamètre du rotor de queue : 1,83 m (6,004 ft)
  • Surface du rotor de queue : 2,63 m² (28,309 sq. ft)
  • Masse maxi au décollage : 1 247 kg (2 749 lbs)
  • Masse à vide : 621 kg (1 369 lbs)
  • Surface du rotor : 91,6 m² (985,974 sq. ft)
  • Diamètre du rotor principal : 10,8 m (35,433 ft)
  • Hauteur : 2,83 m (9,285 ft)
  • Longueur : 8,48 m (27,822 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 204 km/h (127 mph, 110 kts)
  • Vitesse de croisière : 196 km/h (122 mph, 106 kts)
  • Endurance maximale : 3 h
  • Distance franchissable : 560 km (348 mi, 302 nm)
  • Plafond opérationnel : 4 325 m (14 190 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 8,1 m/s (26,575 ft/s)
  • Charge alaire, à vide : 6,779 kg/m² (1,39 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 13,614 kg/m² (2,79 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 turbine Allison 250-C18
  • Puissance unitaire : 239 kW (324 ch, 320 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Fairchild Hiller YOH-5 (FH-1100) à 09/07/2016 09:15 Jericho
Le Fairchild Hiller YOH-5 est un prototype d’hélicoptère léger d’observation et de liaison, monoturbine, muni d’un rotor de sustentation et d’un rotor anticouple bipales, de patins et capables de transporter jusqu’à quatre personnes.

En octobre 1960, l’US Army effectue un appel d’offre concernant un hélicoptère léger d’observation LOH (Light Observation Helicopter). Hiller Aircraft lance l’étude d’un hélicoptère qu’elle désigne Model 1100. Cet appareil a un design assez classique, avec une cellule semi-monocoque en aluminium. Le poste de pilotage est muni de deux sièges côte-à-côte avec un nez arrondi presque entièrement vitré, permettant une très bonne visibilité au pilote. À l’arrière, deux passagers peuvent prendre place. La motorisation est assurée par une turbine Allison T63-A-5 (250-C10) de 250ch entraînant un rotor de sustentation bipale. La poutre de queue, en position basse, est munie de deux stabilisateurs horizontaux et d’un stabilisateur vertical avec une hélice anticouple bipale à son sommet. Le train d’atterrissage est constitué de deux patins tubulaires, mais il peut également être muni de flotteurs.
Un système de stabilisation automatique permet de diminuer la charge du pilote et de faciliter le pilotage.

En mai 1961, le Model 1100 est sélectionné parmi 13 candidats pour être évalué sous la désignation d’YHO-5, en concurrence avec les Bell YHO-4 et Hughes YHO-6. La fabrication des cinq prototypes commandés débute en novembre 1961 et le premier vol est effectué le 21 janvier 1963 par le premier exemplaire (N81005). Suite aux modifications apportées pour homogénéiser les désignations au sein des forces armées américaines, il devient l’YOH-5.

Toujours en 1963, les cinq YOH-5 sont testés comparativement avec les deux autres concurrents à Camp Ruker, en Alabama. Il démontre de bonnes performances et fait preuve d’une excellente fiabilité, d’une grande robustesse, ainsi que de faibles coûts d’exploitation et de maintenance.
Après cette compétition, le Bell YHO-4 est écarté et les constructeurs Hiller et Hughes sont priés de présenter leur programme d’industrialisation, afin d’en évaluer les coûts. Suite à cela, la proposition de Hughes est retenue par l’US Army, car proposant un prix extrêmement bas. Hiller proteste, mais le contrat de production des OH-6 "Cayuse" est signé.

En mai 1964, Hiller est racheté par Fairchild Aircraft et, le 20 juillet de la même année, le FH-1100 reçoit sa certification de la FAA. L’appareil est ensuite présenté sur le marché et reçoit plusieurs commandes de forces armées et de sécurités, ainsi que d’entreprises civiles. Livrés à partir de juin 1966, il devient le premier hélicoptère léger américain motorisé par une turbine à être livré sur le marché civil.

En 1967, Hughes n’est plus capable de répondre aux exigences de production contractuelles de ses OH-6 et une seconde compétition LOH est lancée afin de répondre aux besoins de l’US Army. Fairchild Hiller refuse de présenter son YOH-5, considérant avoir été volé durant la première compétition et décide de se consacrer au marché civil. Ce sera finalement le Bell 206A, le successeur de l’YHO-4, qui sera choisi dans cette seconde compétition sous la désignation d’OH-58A "Kiowa".

En 1968, le FH-1100 devient également le premier hélicoptère léger à être vendu en configuration d’ambulance aérienne. Dans cette configuration, el peut transporter deux, voire trois blessés sur civière en plus d’un assistant médical.

L’appareil est construit par Fairchild Hiller jusqu’en 1973 à 253 exemplaires. La même année est créé Hiller Aviation qui devient en 1984 Rogerson-Hiller Helicopters.
Quelques exemplaires sont encore construits sous la désignation de RH-1100A, mais le nouveau constructeur entreprend aussi la remise à niveau des anciens FH-1100, dont une modernisation du poste de pilotage et du reste de l’avionique.

Plusieurs pays l’ont utilisé dans leurs forces armées: l’Argentine, le Brésil, Chypre, l’Equateur, El Salvador, le Panama et les Philippines. Ils y ont principalement effectué des missions d’observation, de liaison, de recherche et sauvetage et d’évacuation sanitaire.

Une version militarisée RH-1100M permet d’effectuer des missions d’appui rapproché et de lutte antichar. La grande stabilité de l’appareil de diminuer le temps nécessaire à l’acquisition d’une cible. Cette version est munie de doubles commandes hydrauliques, de réservoirs de carburant auto-obturant et il est possible de fixer des plaques de blindages sur la cellule afin d’améliorer les capacités de survie de l’appareil et de l’équipage face aux tirs adverses. Le RH-1100M peut être armé de mitrailleuses et de canons en nacelle, de paniers à roquettes, de missiles antichars et même de missiles air-air d’autoprotection.

En 2000, Manufacturing Corporation rachète les droits de production et tente d’en relancer la fabrication sous la désignation de FHoenix, mais il semble que l’entreprise n’ait pas reçu les autorisations de production de la part des autorités.


Versions :
Hiller Model 1100 : Prototype de quatre places, motorisé par une turbine Allison 250-C10 de 250ch.

Fairchild-Hiller FH-1100 : Version civile cinq places, motorisée par une turbine Allison 250-C18 de 236kW (320ch) ou une turbine Allison 250-C20B de 310kW (420ch) au décollage et 275kW (375ch) en croisière.

Rogerson Hiller RH-1100A "Pegasus": Version modernisée du FH-1100, au moins un exemplaire construit.

Rogerson Hiller RH-1100B "Pegasus": 5 exemplaires construits entre 1983 et 1986.

Rogerson Hiller RH-1100M "Hornet": Version militaire du RH-1100 ; 1 RH-1100B converti en 1985.

Rogerson Hiller RH-1100S : Projet de 7 places, jamais construit.

YHO-5 : Prototypes participant au programme LOH (Light Observation Helicopter), 5 exemplaires construits, N° d’immatriculation 62-4207 à 62-4211.

YOH-5 : Nouvelle désignation des YHO-5 après l’unification des désignations des appareils servant au sein des différentes forces armées US.

H-5 : Désignation des 6 FH-1100 de la marine brésiliennes, en service entre 1968 et 1976.


Utilisateurs militaires :
Argentine : 10 FH-1100 au sein de l’Armée argentine (AE-300 à 306, AE-389, AE-398 et AE-399) entre 1968 et 1979 et un au sein de la Garde nationale (GN-351), plus en service.

Brésil : 6 FH-1100 au sein de l’Aéronavale brésilienne (N-7018 à N-7023) entre 1968 et 1976.

Chypre : Un exemplaire au sein de la force aérienne chypriote pour le transport VIP des membres du gouvernement, plus en service.

Equateur : 1 FH-1100 comme transport VIP au sein de la force aérienne équatorienne à partir de 1967, plus en service.

El Salvador : 1 exemplaire au sein de la force aérienne jusqu’au 10.09.1969 (crash).

Panama : 3 exemplaires au sein de la force aérienne à partir de 1969, plus en service.

Philippines : Au minimum 8 FH-1100 au sein de la force aérienne, plus en service.

USA : 5 YHO-5 en évaluation au sein de l’US Army en 1963.


Caractéristiques (FH-1100/YOH-5):
Equipage : 1
Passagers : 4
Longueur : 8,48m
Hauteur : 2,83m
Diamètre du rotor principal : 10,80m
Surface du rotor principal: 91,6m2
Diamètre du rotor de queue : 1,83m
Surface du rotor de queue: 2,63m2
Masse à vide : 621kg
Masse maximale au décollage : 1’247kg
Charge utile : 390kg
Volume des réservoirs de carburant : 259L
Points d’attache : 2

Moteurs :
Une turbine Allison 250-C18 de 236kW (320ch).

Performances :
Vitesse max. : 204 km/h
Vitesse de croisière : 196km/h
Vitesse ascensionnelle : 8,1m/s
Plafond opérationnel : 4’325m
Autonomie : 560km
Endurance : 3h
Distance franchissable : 560km
Distance de décollage : 0m
Distance d’atterrissage : 0m

Armement :
Sans.
Version RH-1100M : mitrailleuses ou canons en nacelle, paniers à roquettes, missiles antichars et missiles air-air d’autoprotection.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Fairchild_Hiller_FH-1100
http://www.aviastar.org/helicopters_eng/fair_fh-100.php
http://www.helis.com/timeline/hiller2.php
http://www.helistart.com/helicopters/Fairchild-Hiller/FH-1100
https://aviation-safety.net/wikibase/dblist.php?AcType=FH11
http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_fh1100_en.php
http://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/oh-5.htm
Re: Fairchild Hiller YOH-5 (FH-1100) à 10/07/2016 09:21 Clansman
La fiche sur le site

Davantage de photos (et de meilleure qualité) sur Internet, mais pas libres de droit.
Re: Fairchild Hiller YOH-5 (FH-1100) à 10/07/2016 10:59 Jericho

Clansman a écrit

La fiche sur le site

Davantage de photos (et de meilleure qualité) sur Internet, mais pas libres de droit.
Merci!
Les images sont déjà pas mal. ;)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le July 10, 2016, 8:43 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires