Rappels

Histoire de l'appareil

Le Hiller Helicopters ROE-1 Rotorcycle est un hélicoptère léger monoplace, monomoteur, muni d’un rotor de sustentation et d’un rotor anticouple bipales, d’un stabilisateur horizontal et de patins.

En 1953, Hiller commence l’étude de son Model 1033, un petit hélicoptère monoplace pliable. Cette étude est effectuée pour répondre à la demande des forces armées américaines concernant un petit appareil pouvant être parachuté sur une zone de crash derrière les lignes ennemies, afin de permettre au pilote abattu de s’exfiltrer. Il devrait également permettre aux unités proches de la ligne de front, et dans un environnement peu accessible, d’effectuer des missions de liaison ou d’observation.

Parmi les nombreuses propositions, deux projets sont retenus pour l’US Marine Corps, tous deux désignés "Rotorcycle" : le Gyrodyne XRON-1 et le Hiller XROE-1.

Le XROE-1 est de conception très simple. L’appareil repose sur une sorte de trépied dont les axes, terminés par des petits patins, sont écartés d’environ 120°. Le pilote est assis sur un siège très simple en forme de selle de vélo, les pieds posés sur les palonniers installés sur l’axe avant. Il est sanglé, le dos appuyé contre une sorte de carénage cylindrique vertical. À l’intérieur sont installés l’axe du rotor de sustentation, le réservoir de carburant et le moteur deux-temps Nelson H-59 de 0,975L de cylindrée offrant une puissance de 30kW (40ch). Le rotor, bipale, est muni de barres stabilisatrices. Une poutre de queue tubulaire est fixée au sommet du "fuselage" vertical. Elle est équipée d’un stabilisateur horizontal et à son extrémité est installé le rotor de queue bipale. Si le pilote pèse moins de 82kg, il est prévu d’ajouter un contrepoids au patin avant pour maintenir un centre de gravité correct.

L’appareil peut prendre place dans un conteneur profilé de 4,25m de long sur 0,70 x 0,50m de côté. Il peut ainsi être aisément emporté sous l’aile d’un avion d’appui tactique et être largué au-dessus de la zone de crash. Il est ensuite facilement mis en état de voler, puisqu’à part la poutre de queue qui doit être vissée, tout le reste doit simplement être déplié. Un homme seul peut assembler le XROE-1 en 10 ou 15 minutes sans avoir besoin d’outils spécifiques. Le moteur est mis en marche en tirant sur une petite corde, comme pour un moteur de tondeuse à gazon. Une fois l’appareil remonté et le moteur en marche, le décollage peut se faire rapidement.

Deux prototypes sont construits et le premier vol est effectué en novembre 1956, avec le pilote d’essai Richard "Dick" L. Peck aux commandes. En juillet 1957, l’US Navy annonce publiquement que le XROE-1 a terminé ses essais en vol. Durant ces évaluations, des modifications lui ont été apportées, dont l’installation d’un moteur Nelson H-63 plus puissant et démarrant à l’aide d’une batterie de 12V, ainsi que la suppression du stabilisateur horizontal. L’US Marine Corps commande cinq YROE-1 de présérie.

Les ateliers de Hiller sont à ce moment-là dédiés uniquement à la recherche et au développement, ainsi qu’à la production en série de quelques autres appareils. Il lui est alors impossible de gérer la fabrication des YROE-1 de présérie. Par conséquent, un accord est signé avec le britannique Saunders-Roe Ltd, basé à Eastleight, pour la construction sous licence de cinq exemplaires pour l’US Marines Corps, ainsi que cinq autres ROE-1 destinés au marché européen.

Les cinq YROE-1 sont livrés à l’US Marine Corps au printemps 1960, les cinq autres appareils sont présentés aux forces armées européennes à partir de décembre 1961. Il semble qu’ils aient finalement tous été vendu sur le marché civil français quelques années plus tard.
Entre temps, le XROE-1 reçoit sa certification de navigabilité de la part de la CAA (Civil Aviation Authority) le 24 janvier 1958. Grâce à elle, Hiller espère vendre son appareil d’observation également dans les sociétés de sécurités, les forces de l’ordre, les gardes-frontières, les sociétés de lignes électriques, etc. En 1958, le pilote d’essai Dick Peck effectue de nombreuses démonstrations en vol en Italie, en France, en Suisse, en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas.

Les évaluations continuent aux USA, mais finalement l’YROE-1 n’entre pas en service. Il est jugé trop vulnérable et ses performances limitées. Il est vrai que c’est juste l’époque où les nouveaux hélicoptères munis de turbines font leur apparition, améliorant également les capacités de recherche et sauvetage.

Bien que présenté comme étant facile à piloter, il semble que ses commandes étaient sensibles. De plus, sans aucun point de repère, il était difficile pour un pilote peu chevronné d’arriver à s’orienter par rapport à l’horizon et le risque de perdre le contrôle de l’appareil n’était pas aussi faible qu’il était annoncé par le constructeur.

Deux prototypes et 10 appareils de présérie sont donc construits. Cinq de ces derniers, ainsi que les prototypes, ont été évalués au sein de l’US Marine Corps.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Hiller Model 1033 : Désignation d'usine du ROE Rotorcycle.
  • Hiller XROE-1 : Prototypes construits selon les plans du Hiller Model 1033, 2 exemplaires construits.
  • Saunders-Roe YROE-1 : Version de présérie destinée à l’US Marine Corps fabriquée par le constructeur britannique Saunders-Roe, 5 exemplaires construits.
  • Saunders-Roe ROE-1 : Version de série destinée au marché européen, fabriquée par le constructeur britannique Saunders-Roe, 5 exemplaires construits.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Saunders-Roe YROE-1 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Diamètre du rotor de queue : 0,91 m (2,99 ft)
  • Surface du rotor de queue : 0,65 m² (6,997 sq. ft)
  • Masse maxi au décollage : 255 kg (562 lbs)
  • Masse à vide : 136 kg (300 lbs)
  • Surface du rotor : 25 m² (269 sq. ft)
  • Diamètre du rotor principal : 5,64 m (18,504 ft)
  • Hauteur : 2,29 m (7,513 ft)
  • Longueur : 3,81 m (12,5 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 113 km/h (70 mph, 61 kts)
  • Vitesse de croisière : 84 km/h (52 mph, 45 kts)
  • Endurance maximale : 0 h 45 mn.
  • Distance franchissable : 65 km (40 mi, 35 nm)
  • Distance de convoyage : 267 km (166 mi, 144 nm)
  • Plafond sans effet de sol : 1 950 m (6 398 ft)
  • Plafond avec effet de sol : 2 800 m (9 186 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 5,9 m/s (19,357 ft/s)
  • Charge alaire, à vide : 5,44 kg/m² (1,11 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 10,2 kg/m² (2,09 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons Nelson YO-65-2
  • Puissance unitaire : 32 kW (44 ch, 43 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Hiller ROE-1 "Rotorcycle" à 05/07/2016 08:42 Jericho
Le Hiller Helicopters ROE-1 Rotorcycle est un hélicoptère léger monoplace, monomoteur, muni d’un rotor de sustentation et d’un rotor anticouple bipales, d’un stabilisateur horizontal et de patins.

En 1953, Hiller commence l’étude de son Model 1033, un petit hélicoptère monoplace pliable. Cette étude est effectuée pour répondre à la demande des forces armées américaines concernant un petit appareil pouvant être parachuté sur une zone de crash derrière les lignes ennemies, afin de permettre au pilote abattu de s’exfiltrer. Il devrait également permettre aux unités proches de la ligne de front, et dans un environnement peu accessible, d’effectuer des missions de liaison ou d’observation.

Parmi les nombreuses propositions, deux projets sont retenus pour l’US Marine Corps, tous deux désignés "Rotorcycle" : le Gyrodyne XRON-1 et le Hiller XROE-1.

Le XROE-1 est de conception très simple. L’appareil repose sur une sorte de trépied dont les axes, terminés par des petits patins, sont écartés d’environ 120°. Le pilote est assis sur un siège très simple en forme de selle de vélo, les pieds posés sur les palonniers installés sur l’axe avant. Il est sanglé, le dos appuyé contre une sorte de carénage cylindrique vertical. À l’intérieur sont installés l’axe du rotor de sustentation, le réservoir de carburant et le moteur deux-temps Nelson H-59 de 0,975L de cylindrée offrant une puissance de 30kW (40ch). Le rotor, bipale, est muni de barres stabilisatrices. Une poutre de queue tubulaire est fixée au sommet du "fuselage" vertical. Elle est équipée d’un stabilisateur horizontal et à son extrémité est installé le rotor de queue bipale. Si le pilote pèse moins de 82kg, il est prévu d’ajouter un contrepoids au patin avant pour maintenir un centre de gravité correct.
L’appareil peut prendre place dans un conteneur profilé de 4,25m de long sur 0,70 x 0,50m de côté. Il peut ainsi être aisément emporté sous l’aile d’un avion d’appui tactique et être largué au-dessus de la zone de crash. Il est ensuite facilement mis en état de voler, puisqu’à part la poutre de queue qui doit être vissée, tout le reste doit simplement être déplié. Un homme seul peut assembler le XROE-1 en 10 ou 15 minutes sans avoir besoin d’outils spécifiques. Le moteur est mis en marche en tirant sur une petite corde, comme pour un moteur de tondeuse à gazon. Une fois l’appareil remonté et le moteur en marche, le décollage peut se faire rapidement.

Deux prototypes sont construits et le premier vol est effectué en novembre 1956, avec le pilote d’essai Richard "Dick" L. Peck aux commandes. En juillet 1957, l’US Navy annonce publiquement que le XROE-1 a terminé ses essais en vol.
Durant ces évaluations, des modifications lui ont été apportées, dont l’installation d’un moteur Nelson H-63 plus puissant et démarrant à l’aide d’une batterie de 12V, ainsi que la suppression du stabilisateur horizontal.
L’US Marine Corps commande cinq YROE-1 de présérie.

Les ateliers de Hiller sont à ce moment-là dédiés uniquement à la recherche et au développement, ainsi qu’à la production en série de quelques autres appareils. Il lui est alors impossible de gérer la fabrication des YROE-1 de présérie. Par conséquent, un accord est signé avec le britannique Saunders-Roe Ltd, basé à Eastleight, pour la construction sous licence de cinq exemplaires pour l’US Marines Corps, ainsi que cinq autres ROE-1 destinés au marché européen.
Les cinq YROE-1 sont livrés à l’US Marine Corps au printemps 1960, les cinq autres appareils sont présentés aux forces armées européennes à partir de décembre 1961. Il semble qu’ils aient finalement tous été vendu sur le marché civil français quelques années plus tard.
Entre temps, le XROE-1 reçoit sa certification de navigabilité de la part de la CAA (Civil Aviation Authority) le 24 janvier 1958. Grâce à elle, Hiller espère vendre son appareil d’observation également dans les sociétés de sécurités, les forces de l’ordre, les gardes-frontières, les sociétés de lignes électriques, etc. En 1958, le pilote d’essai Dick Peck effectue de nombreuses démonstrations en vol en Italie, en France, en Suisse, en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas.

Les évaluations continuent aux USA, mais finalement l’YROE-1 n’entre pas en service. Il est jugé trop vulnérable et ses performances limitées. Il est vrai que c’est juste l’époque où les nouveaux hélicoptères munis de turbines font leur apparition, améliorant également les capacités de recherche et sauvetage.

Bien que présenté comme étant facile à piloter, il semble que ses commandes étaient sensibles. De plus, sans aucun point de repère, il était difficile pour un pilote peu chevronné d’arriver à s’orienter par rapport à l’horizon et le risque de perdre le contrôle de l’appareil n’était pas aussi faible qu’il était annoncé par le constructeur.

Deux prototypes et 10 appareils de présérie sont donc construits. Cinq de ces derniers, ainsi que les prototypes, ont été évalués au sein de l’US Marine Corps.


Versions :
Hiller Model 1033 : Désignation d’usine de la proposition faite à l’US Navy et à l’US Marine Corps pour un hélicoptère monoplace léger démontable.

XROE-1 : Prototypes construits selon les plans du Hiller Model 1033, 2 exemplaires construits.

YROE-1 : Version de présérie destinée à l’US Marine Corps fabriquée par le constructeur britannique Saunders-Roe, 5 exemplaires construits.

ROE-1 : Version de série destinée au marché européen, fabriquée par le constructeur britannique Saunders-Roe, 5 exemplaires construits.


Utilisateurs militaires :
USA : 2 XROE-1 et 5 YROE-1 en évaluation au sein de l’US Marine Corps.


Caractéristiques YROE-1:
Equipage : 1
Passagers : 0
Longueur : 3,81m
Hauteur : 2,29m
Diamètre du rotor principal : 5,64m
Surface du rotor principal: 25,0m2
Diamètre du rotor anticouple : 0,91m
Surface du rotor anticouple: 0,65m2
Masse à vide : 136kg
Masse maximale au décollage : 255kg
Volume du réservoir de carburant : 9,1L
Points d’attache : 0

Moteurs :
Un moteur deux temps Nelson YO-65-2 (H-63C) de 1’030cc de cylindrée offrant une puissance de 32kW (44ch).

Performances :
Vitesse max : 113km/h
Vitesse de croisière : 84km/h
Vitesse ascensionnelle : 5,9m/s
Plafond opérationnel sans effet de sol : 1’950m
Plafond opérationnel avec effet de sol : 2’800m
Endurance : 45 minutes
Distance franchissable : 65km
Distance franchissable en convoyage (39kg de carburant) : 267km
Distance de décollage : 0m
Distance d’atterrissage : 0m

Armement :
Sans.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Hiller_ROE_Rotorcycle
http://www.heli-archive.ch/en/helicopters/in-depth-articles/hiller-xroe-1-rotorcycle/
http://www.airwar.ru/enc/oh/roe1.html
http://airandspace.si.edu/collections/artifact.cfm?object=nasm_A19610202000
http://www.aviastar.org/helicopters_eng/hiller_roe-1.php
http://www.hiller.org/event/rotorcycle/
Re: Hiller ROE-1 "Rotorcycle" à 05/07/2016 11:30 Clansman
La fiche sur le site
Re: Hiller ROE-1 "Rotorcycle" à 05/07/2016 11:41 Jericho

Clansman a écrit

La fiche sur le site
Merci Clansman!
Répondre aux messages »
Texte de , créé le July 5, 2016, 10:42 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires