Rappels

Histoire de l'appareil

En 1945, l'US Navy lança un concours afin de disposer d'un hélicoptère de transport, de recherche et de sauvetage. Celui-ci devait être compact afin d'embarquer sur ses navires, non seulement les porte-avions mais aussi les cuirassés et les croiseurs.

Piasecki proposa son PV-14, désigné XHJP-1 (le futur HUP Retriever), et Sikorsky son S-53 ou XHJS-1. Ce dernier était dérivé du S-51 (HO3S pour l'US Navy), mais avec un moteur Continental R-975-34 de 525 hp. Ce dernier était placé directement sous le rotor principal. Le rotor de queue fut placé en haut d'une dérive afin de donner plus d'espace au sol et donc de sécurité. Le train d'atterrissage fut renforcé pour permettre les opérations à partir d'un pont d'envol. Le rotor principal était repliable et il était possible d'installer un train d'atterrissage amphibie (sans doute des flotteurs) en option. Ce fut le second hélicoptère de Sikorsky, après le S-52, à utiliser des pales en métal. Une trappe dans le plancher de la cabine permettait d'utiliser une caméra ou un treuil.

Pour le reste, le S-53 reprenait la silhouette générale du S-51 : l'appareil était quadriplace, le train d'atterrissage était tricycle et fixe, le rotor tripale, le rotor de queue bipale.

L'US Navy en commanda 2 prototypes en 1946, les BuNo 30368 (c/n 53001) et 30370 ((c/n 53.002), qui furent désignés XHJS-1. Un troisième aurait été commandé, peut-être une cellule d'essais statiques. Le premier d'entre eux vola pour la première fois le 22 septembre 1947 entre les mains de Bob Decker, soit avant son concurrent le XHJP-1 qui ne vola qu'en mars 1948.

Cela ne suffit pas à convaincre : l'hélicoptère de Piasecki fut sélectionné pour la production en série sous la désignation HUP Retriever. Si le S-53 était plus grand que son prédécesseur le S-51, il était plus petit que son concurrent et en tout état de cause trop petit. Les essais menés par la Navy à Patuxent River montrèrent des déficiences, en particulier concernant le centre de gravité. Cela entraînait des difficultés de contrôle en vol, en particulier lors de l'embarquement ou du débarquement des rescapés.

Le S-53 ne fut pas développé et Sikorsky en resta là pour cet appareil. Il préféra repartir de zéro et proposer le S-55, futur H-19, bien mieux adapté comme hélicoptère de servitude.

Versions référencées

  • Sikorsky S-53 : Désignation constructeur du XHJS-1.
  • Sikorsky XHJS-1 : Prototypes, 2 exemplaires.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Sikorsky XHJS-1 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 2 155 kg (4 750 lbs)
  • Surface du rotor : 175 m² (1 885 sq. ft)
  • Diamètre du rotor principal : 15 m (49 ft)

Performances

  • Charge alaire, au décollage : 12,303 kg/m² (2,52 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons Continental R-975-34
  • Puissance unitaire : 391 kW (532 ch, 525 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
Sikorsky XHJS/S-53 à 27/06/2016 07:01 Clansman
Prototype d'hélicoptère embarqué monomoteur américain de la fin des années 1940.

En 1945, l'US Navy lança un concours afin de disposer d'un hélicoptère de transport, de recherche et de sauvetage. Celui-ci devait être compact afin d'embarquer sur ses navires, non seulement les porte-avions mais aussi les cuirassés et les croiseurs.

Piasecki proposa son PV-14, désigné XHJP-1, et Sikorsky son S-53 ou XHJS-1. Ce dernier était dérivé du S-51 (HO3S pour l'US Navy), mais avec un moteur Continental R-975-34 de 525 hp. Ce dernier était placé directement sous le rotor principal. Le rotor de queue fut placé en haut d'une dérive afin de donner plus d'espace au sol et donc de sécurité. Le train d'atterrissage fut renforcé pour permettre les opérations à partir d'un pont d'envol. Le rotor principal était repliable et il était possible d'installer un train d'atterrissage amphibie (sans doute des flotteurs) en option. Ce fut le second hélicoptère de Sikorsky, après le S-52, à utiliser des pales en métal. Une trappe dans le plancher de la cabine permettait d'utiliser une caméra ou un treuil.

Pour le reste, le S-53 reprenait la silhouette générale du S-51 : l'appareil était quadriplace, le train d'atterrissage était tricycle et fixe, le rotor tripale, le rotor de queue bipale.

L'US Navy en commanda 2 prototypes en 1946, les BuNo 30368 (c/n 53001) et 30370 ((c/n 53.002), qui furent désignés XHJS-1. Un troisième aurait été commandé, peut-être une cellule d'essais statiques. Le premier d'entre eux vola pour la première fois le 22 septembre 1947 entre les mains de Bob Decker, soit avant son concurrent le XHJP-1 qui ne vola qu'en mars 1948.

Cela ne suffit pas à convaincre : l'hélicoptère de Piasecki fut sélectionné pour la production en série sous la désignation HUP Retriever. Si le S-53 était plus grand que son prédécesseur le S-51, il était plus petit que son concurrent et en tout état de cause trop petit. Les essais menés par la Navy à Patuxent River montrèrent des déficiences, en particulier concernant le centre de gravité. Cela entraînait des difficultés de contrôle en vol, en particulier lors de l'embarquement ou du débarquement des rescapés.

Le S-53 ne fut pas développé et Sikorsky en resta là pour cet appareil. Il préféra repartir de zéro et proposer le S-55, futur H-19, bien mieux adapté comme hélicoptère de servitude.




https://en.wikipedia.org/wiki/Sikorsky_XHJS

http://www.sikorskyarchives.com/S-53%20%28U.S.Navy%20%28%20XHJS-1%29.php

http://www.aviastar.org/helicopters_eng/sik_s-53.php

http://1000aircraftphotos.com/Contributions/WatkinsRay/9269.htm
Re: Sikorsky XHJS/S-53 à 27/06/2016 07:23 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le June 27, 2016, 7:09 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires