Rappels

Histoire de l'appareil

Le Fairey Rotodyne fut conçu par les ingénieurs de Cierva, le Dr. Bennett et le Captain A. Graham Forsyth, comme appareil de transport destiné aussi bien à un usage civil que militaire.

Deux démonstrateurs se succédèrent avant son propre développement : le Fairey FB-1 Gyrodyne et le Fairey Jet Gyrodine. Ils volèrent pour la première fois respectivement le 4 décembre 1947 et en janvier 1954. Ils s'agissait d'appareils monomoteurs. Le premier pouvait emporter 4 à 5 passagers, tandis que le second était destiné à étudier la propulsion en bouts de pales, à la manière du Sud-Ouest Djinn. En 1953, le Ministry of Supply avança les fonds pour la construction du prototype XE521.

Le Rotodyne vola pour la première fois le 6 novembre 1957, entre les mains de W. Ron Gellatly. Il était prévu pour pas moins de 44 passagers et était propulsé par deux turbopropulseurs Napier Eland N.El.7 de 2800 hp chacun, ainsi que 4 réacteurs de 1000 lbf (454 kgp) en bout de pales. Le rotor principal et les deux hélices tractrices étaient quadripales. Ce rotor était actionné, permettant des décollages et atterrissages verticaux. Les turbopropulseurs, placés en nacelles sous des ailes de petite taille, envoyaient alors l'air compressé en bout d'ailes. A partir de 60 mph (ou 110 nœuds), le Rotodyne passait du mode hélicoptère en mode autogire. Aucun rotor de queue n'était nécessaire, le Rotodyne avait simplement deux dérives carrées montées en H.

L'appareil se montra impressionnant, avec une vitesse de pointe de 320 km/h. La première transition vol vertical/vol horizontal se fit le 10 avril 1958 et le 5 janvier 1959, le record de vitesse sur 100 km en circuit fermé fut battu avec 307,2 km/h. Il fut battu deux ans plus tard par le Ka-22 soviétique. On vit également le Rotodyne soulever un pont de 30 mètres de long. Il était de plus très sûr, étant capable de se soutenir en l'air sur un seul moteur ou d'atterrir en mode autogire. Il participa à plusieurs éditions des salons du Bourget et de Farnborough.

British European Airways, New York Airways et Japan Air Lines furent intéressés par le Rotodyne du côté civil (respectivement 6 et 5 exemplaires chacun pour les deux premiers), tandis que la RAF et l'US Army envisageaient l'achat de respectivement 12 et 200 exemplaires.

Kaman obtint une production sous licence en 1958, afin de construire les exemplaires envisagés par l'US Army, appelés Type Y. Fairey étudia également une version allongée pour 75 passagers avec deux turbopropulseurs Rolls-Royce Tyne de 5250 hp, le Type Z, par ailleurs capable d'emporter 7 tonnes de fret et de voler à 370 km/h. En mai 1960, le Rotodyne avait déjà effectué 350 vols totalisant 120 heures de vol, ainsi que 230 transitions, et transporter 1000 personnes.

Cependant, le principal problème du Rotodyne venait du bruit engendré par les réacteurs en bout d'ailes (pas moins de 106 décibels), ce qui entraîna la perte d'intérêt de tout client potentiel. Les efforts menés par Fairey, bien que conséquents, furent insuffisants pour inciter BEA à concrétiser sa commande. Aucune commande ne fut enregistrée et le gouvernement britannique, bien qu'enthousiaste au début, cessa de financer le programme dès 1959. Fairey fut absorbée par Westland en mai 1960, sur ordre du gouvernement.

L'unique exemplaire construit fut alors ferraillé en 1962, et une portion de fuselage a été conservé au musée de l'hélicoptère à Weston.

Versions référencées

  • Fairey Rotodyne : Prototype, un exemplaire.
  • Fairey Rotodyne Type Y : Projet de version destinée à l'US Army.
  • Fairey Rotodyne Type Z : Projet de version au fuselage allongé pour 75 passagers motorisée par des Rolls-Royce Tyne de 5250 hp.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Fairey Rotodyne voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Longueur du fuselage : 17,88 m (58,661 ft)
  • Masse maxi au décollage : 14 969 kg (33 000 lbs)
  • Masse à vide : 9 979 kg (22 000 lbs)
  • Surface du rotor : 591 m² (6 361 sq. ft)
  • Diamètre du rotor principal : 27,43 m (89,993 ft)
  • Surface alaire : 44 m² (475 sq. ft)
  • Hauteur : 6,76 m (22,178 ft)
  • Envergure : 14,17 m (46,49 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 322 km/h (200 mph, 174 kts)
  • Vitesse de croisière : 298 km/h (185 mph, 161 kts)
  • Distance franchissable : 724 km (450 mi, 391 nm)
  • Plafond opérationnel : 4 000 m (13 123 ft)
  • Charge alaire, à vide : 226,133 kg/m² (46,316 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 339,2 kg/m² (69,474 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 turbines Napier Eland N.EI.3
  • Puissance unitaire : 2 092 kW (2 844 ch, 2 805 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Fairey Rotodyne à 18/05/2016 07:59 Clansman
Prototype d'avion hybride bimoteur britannique de la fin des années 1950.

Le Fairey Rotodyne fut conçu par les ingénieurs de Cierva, le Dr. Bennett et le Captain A. Graham Forsyth, comme appareil de transport destiné aussi bien à un usage civil que militaire.

Deux démonstrateurs se succédèrent avant son propre développement : le Fairey FB-1 Gyrodyne et le Fairey Jet Gyrodine. Ils volèrent pour la première fois respectivement le 4 décembre 1947 et en janvier 1954. Ils s'agissait d'appareils monomoteurs. Le premier pouvait emporter 4 à 5 passagers, tandis que le second était destiné à étudier la propulsion en bouts de pales, à la manière du Sud-Ouest Djinn. En 1953, le Ministry of Supply avança les fonds pour la construction du prototype XE521.

Le Rotodyne vola pour la première fois le 6 novembre 1957, entre les mains de W. Ron Gellatly. Il était prévu pour pas moins de 44 passagers et était propulsé par deux turbopropulseurs Napier Eland N.El.7 de 2800 hp chacun, ainsi que 4 réacteurs de 1000 lbf (454 kgp) en bout de pales. Le rotor principal et les deux hélices tractrices étaient quadripales. Ce rotor était actionné, permettant des décollages et atterrissages verticaux. Les turbopropulseurs, placés en nacelles sous des ailes de petite taille, envoyaient alors l'air compressé en bout d'ailes. A partir de 60 mph (ou 110 nœuds), le Rotodyne passait du mode hélicoptère en mode autogire. Aucun rotor de queue n'était nécessaire, le Rotodyne avait simplement deux dérives carrées montées en H.

L'appareil se montra impressionnant, avec une vitesse de pointe de 320 km/h. La première transition vol vertical/vol horizontal se fit le 10 avril 1958 et le 5 janvier 1959, le record de vitesse sur 100 km en circuit fermé fut battu avec 307,2 km/h. Il fut battu deux ans plus tard par le Ka-22 soviétique. On vit également le Rotodyne soulever un pont de 30 mètres de long. Il était de plus très sûr, étant capable de se soutenir en l'air sur un seul moteur ou d'atterrir en mode autogire. Il participa à plusieurs éditions des salons du Bourget et de Farnborough.

British European Airways, New York Airways et Japan Air Lines furent intéressés par le Rotodyne du côté civil (respectivement 6 et 5 exemplaires chacun pour les deux premiers), tandis que la RAF et l'US Army envisageaient l'achat de respectivement 12 et 200 exemplaires.

Kaman obtint une production sous licence en 1958, afin de construire les exemplaires envisagés par l'US Army, appelés Type Y. Fairey étudia également une version allongée pour 75 passagers avec deux turbopropulseurs Rolls-Royce Tyne de 5250 hp, le Type Z, par ailleurs capable d'emporter 7 tonnes de fret et de voler à 370 km/h. En mai 1960, le Rotodyne avait déjà effectué 350 vols totalisant 120 heures de vol, ainsi que 230 transitions, et transporter 1000 personnes.

Cependant, le principal problème du Rotodyne venait du bruit engendré par les réacteurs en bout d'ailes (pas moins de 106 décibels), ce qui entraîna la perte d'intérêt de tout client potentiel. Les efforts menés par Fairey, bien que conséquents, furent insuffisants pour inciter BEA à concrétiser sa commande. Aucune commande ne fut enregistrée et le gouvernement britannique, bien qu'enthousiaste au début, cessa de financer le programme dès 1959. Fairey fut absorbée par Westland en mai 1960, sur ordre du gouvernement.

L'unique exemplaire construit fut alors ferraillé en 1962, et une portion de fuselage a été conservé au musée de l'hélicoptère à Weston.



https://fr.wikipedia.org/wiki/Fairey_Rotodyne

http://jn.passieux.free.fr/html/Rotodyne.php

https://en.wikipedia.org/wiki/Fairey_Rotodyne

http://www.airvectors.net/avgyro.html#m3

http://www.aviastar.org/helicopters_eng/fairey_rotodyne.php

http://www.groenaeronautics.com/technology/fairey-rotodyne/

http://www.helis.com/50s/h_rotdyn.php

http://www.historynet.com/fairey-rotodyne-an-ingenious-blend-of-airplane-and-helicopter.htm

http://www.helicoptermuseum.co.uk/fairey.htm
Re: Fairey Rotodyne à 18/05/2016 09:16 Jericho
C'est un peu l’ancêtre de Eurocopter X³, non? :hehe:

Dommage qu'il ait fait tant de bruit (dans le sens premier du mot), il aurait permis une sacrée avancée technique dans le transport aérien! :shock:
Re: Fairey Rotodyne à 18/05/2016 10:52 Clansman
La fiche sur le site

Avec le premier écorché du site. :)

C'est un peu l’ancêtre de Eurocopter X³

J'ai encore mieux comme ancêtre, patience. :mrgreen:

Dommage qu'il ait fait tant de bruit (dans le sens premier du mot), il aurait permis une sacrée avancée technique dans le transport aérien!

Tu m'étonnes. D'autant plus que Fairey semble avoir réussi à réduire le niveau de bruit et à le rendre acceptable. Encore une occasion manquée…
Re: Fairey Rotodyne à 18/05/2016 12:36 Jericho

Clansman a écrit

C'est un peu l’ancêtre de Eurocopter X³
J'ai encore mieux comme ancêtre, patience. :mrgreen:
Et alors, que crois-tu qu'on fasse d'autre que patienter, hein? :boing:

Faire d'autres fiches?!? :shock:
OK, j'y retourne vite, vite… :fuite:
Re: Fairey Rotodyne à 18/05/2016 14:30 Clansman
C'te réputation que vous me faites… :S :mrgreen: :fouet:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le May 18, 2016, 8:03 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires