Rappels

Histoire de l'appareil

En 1943, alors que la seconde guerre mondiale n'était même pas terminée, le comité Brabazon commença à étudier les futurs avions de ligne britanniques. Elle fit plusieurs propositions d'avions avec des capacités bien différentes.

Le Marathon conçu par Miles répondait sans doute à la spécification VA, concernant un avion de ligne à moyenne capacité, régional, à moteurs à pistons et destiné à remplacer les DC-3 et Dragon Rapide. Elle fut traduite en spécification 18/44 par le ministère de l'Air, et le Marathon remporta l'appel d'offres qui en ressortit.

Cet appareil, désigné M.60, était un quadrimoteur à ailes hautes pour 2 membres d'équipage et 20 passagers, construit entièrement en métal. Pour Miles, il s'agissait d'ailleurs de son premier quadrimoteur et de son premier avion de construction métallique. Il était propulsé par 4 de Havilland Gipsy Queen 70-3 de 340 hp chacun. Son train d'atterrissage était tricycle et rétractable. Il disposait de 3 dérives de forme ovale.

3 prototypes furent commandés en octobre 1944, 2 M.60 et un M.69 Marathon II, propulsé par deux Mamba et conçu pour British European Airways. Le premier d'entre eux, U-10, vola pour la première fois le 19 mai 1946 entre les mains de Ken Waller, et le deuxième le 27 février 1947. Le M.69 vola en 1949. Le premier prototype n'avait alors que deux dérives, montées en H.

50 exemplaires furent commandés, 25 par le ministère de l'équipement et autant par British European Airways. Mais Miles, en proie à des difficultés financières, avait besoin d'en vendre 100 pour rentrer dans ses frais. De plus le premier prototype, immatriculé depuis G-AGPD, s'écrasa le 10 (ou 28) mai 1948, ce qui ne favorisa pas les ventes malgré le fait que le crash fut attribué à une erreur de pilotage.

Miles fit faillite et fut reprise par Handley Page, dont l'usine de Reading. Cette dernière donna naissance à une gamme d'appareils chez Handley Page, baptisés HPR (pour Handley Page Reading). Le premier d'entre eux fut le Marathon, redesigné dès lors HPR.1, et dont la construction en série fut prise en charge par Handley Page.

Le premier exemplaire de série, immatriculé G-ALUB, quitta Reading le 14 janvier 1950 pour une opération marketing en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il fut testé par British European Airways à partir de septembre 1951, mais fut refusé par celle-ci. Arguant qu'il était incapable de remplacer le Dragon Rapide, elle réduisit la commande à 7 exemplaires et n'en accepta aucun, en tout cas pas pour le transport de passagers.

40 Marathon I de série furent construits entre 1946 et 1951. 6 furent livrés à la West African Airways Corporation, au Nigéria, pour des opérations entre les colonies britanniques de la région. Ils furent utilisés de 1952 à 1954 avant d'être remplacés par des De Havilland Heron. La Far East Airlines (ancêtre d'All Nippon Airways) acquit 2 exemplaires à partir de juillet 1954 : ils furent apparemment les derniers à voler, jusqu'au début des années 1960. Les 3 derniers exemplaires construits furent livrés à l'Union of Burma Airways. Enfin, Derby Aviation utilisa 2 appareils de 1955 à décembre 1960. La direction civile allemande utilisa un exemplaire pour la calibration de juillet 1955 à fin 1961.

La RAF utilisa pas moins de 28 exemplaires, soit invendus, soit retournés par leur opérateur. après modifications internes, ils furent utilisés pour l'entraînement à la navigation sous la désignation Marathon T.11. Ils entrèrent en service début 1953 au sein de la N°2 Air Navigation School basée à RAF Thorney Island. Ils équipèrent également les N°1 Air Navigation School et N°8 Flying Training School, ainsi que l'Aeroplane and Armament Experimental Establishment et
l'Empire Test Pilot School. Dès février 1959, seuls 8 exemplaires étaient encore en état de vol : outre son manque de fiabilité, le Marathon était victime de performances médiocres (plafond de 9500 pieds et vitesse ascensionnelle de 300 pieds/minutes) et d'un gros problème d'équilibre à la queue. Ils furent retirés du service en avril 1959 et très rapidement ferraillés, pour être remplacés par les Vickers Varsity.

La Jordanie reçut un ancien exemplaire de West African Airways en septembre 1954 pour l'usage personnel du roi Hussein. Il fut codé VK501.

43 exemplaires, prototypes inclus, furent construits. Le Marathon ne subit que 2 accidents : outre celui du prototype, un exemplaire de la RAF s'écrasa le 30 septembre 1954. En revanche, pas moins de 8 Marathon furent endommagés et irréparables, le plus souvent à cause du train d'atterrissage défaillant. Aucun survivant n'a survécu et seule subsiste aujourd'hui une portion de fuselage au musée aéronautique de Berkshire.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Handley Page Marathon Mk I voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 8 278 kg (18 250 lbs)
  • Masse normale au décollage : 7 484 kg (16 500 lbs)
  • Masse à vide : 5 198 kg (11 460 lbs) (de 5313 à 6058 kg selon les sources)
  • Surface alaire : 43 m² (468 sq. ft)
  • Hauteur : 4,27 m (14,009 ft)
  • Envergure : 20 m (65 ft)
  • Longueur : 15,93 m (52,264 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 370 km/h (230 mph, 200 kts)
  • Vitesse de croisière : 324 km/h (201 mph, 175 kts)
  • Distance franchissable : 1 505 km (935 mi, 812 nm) (850 mi selon une autre source)
  • Plafond opérationnel : 5 029 m (16 500 ft) (18000 ft selon une autre source)
  • Vitesse ascensionnelle : 3 m/s (10 ft/s)
  • Charge alaire, à vide : 119,557 kg/m² (24,487 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 172,137 kg/m² (35,256 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 190,394 kg/m² (38,996 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 4 moteurs à pistons De Havilland Gipsy Queen 70-3
  • Puissance unitaire : 254 kW (345 ch, 340 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Handley Page HPR.1 Marathon à 30/03/2016 07:59 Clansman
Avion de transport quadrimoteur britannique de la fin des années 1940.

En 1943, alors que la seconde guerre mondiale n'était même pas terminée, le comité Brabazon commença à étudier les futurs avions de ligne britanniques. Elle fit plusieurs propositions d'avions avec des capacités bien différentes.

Le Marathon conçu par Miles répondait sans doute à la spécification VA, concernant un avion de ligne à moyenne capacité, régional, à moteurs à pistons et destiné à remplacer les DC-3 et Dragon Rapide. Elle fut traduite en spécification 18/44 par le ministère de l'Air, et le Marathon remporta l'appel d'offres qui en ressortit.

Cet appareil, désigné M.60, était un quadrimoteur à ailes hautes pour 2 membres d'équipage et 20 passagers, construit entièrement en métal. Pour Miles, il s'agissait d'ailleurs de son premier quadrimoteur et de son premier avion de construction métallique. Il était propulsé par 4 de Havilland Gipsy Queen 70-3 de 340 hp chacun. Son train d'atterrissage était tricycle et rétractable. Il disposait de 3 dérives de forme ovale.

3 prototypes furent commandés en octobre 1944, 2 M.60 et un M.69 Marathon II, propulsé par deux Mamba et conçu pour British European Airways. Le premier d'entre eux, U-10, vola pour la première fois le 19 mai 1946 entre les mains de Ken Waller, et le deuxième le 27 février 1947. Le M.69 vola en 1949. Le premier prototype n'avait alors que deux dérives, montées en H.

50 exemplaires furent commandés, 25 par le ministère de l'équipement et autant par British European Airways. Mais Miles, en proie à des difficultés financières, avait besoin d'en vendre 100 pour rentrer dans ses frais. De plus le premier prototype, immatriculé depuis G-AGPD, s'écrasa le 10 (ou 28) mai 1948, ce qui ne favorisa pas les ventes malgré le fait que le crash fut attribué à une erreur de pilotage.

Miles fit faillite et fut reprise par Handley Page, dont l'usine de Reading. Cette dernière donna naissance à une gamme d'appareils chez Handley Page, baptisés HPR (pour Handley Page Reading). Le premier d'entre eux fut le Marathon, redesigné dès lors HPR.1, et dont la construction en série fut prise en charge par Handley Page.

Le premier exemplaire de série, immatriculé G-ALUB, quitta Reading le 14 janvier 1950 pour une opération marketing en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il fut testé par British European Airways à partir de septembre 1951, mais fut refusé par celle-ci. Arguant qu'il était incapable de remplacer le Dragon Rapide, elle réduisit la commande à 7 exemplaires et n'en accepta aucun, en tout cas pas pour le transport de passagers.

40 Marathon I de série furent construits entre 1946 et 1951. 6 furent livrés à la West African Airways Corporation, au Nigéria, pour des opérations entre les colonies britanniques de la région. Ils furent utilisés de 1952 à 1954 avant d'être remplacés par des De Havilland Heron. La Far East Airlines (ancêtre d'All Nippon Airways) acquit 2 exemplaires à partir de juillet 1954 : ils furent apparemment les derniers à voler, jusqu'au début des années 1960. Les 3 derniers exemplaires construits furent livrés à l'Union of Burma Airways. Enfin, Derby Aviation utilisa 2 appareils de 1955 à décembre 1960. La direction civile allemande utilisa un exemplaire pour la calibration de juillet 1955 à fin 1961.

La RAF utilisa pas moins de 28 exemplaires, soit invendus, soit retournés par leur opérateur. après modifications internes, ils furent utilisés pour l'entraînement à la navigation sous la désignation Marathon T.11. Ils entrèrent en service début 1953 au sein de la N°2 Air Navigation School basée à RAF Thorney Island. Ils équipèrent également les N°1 Air Navigation School et N°8 Flying Training School, ainsi que l'Aeroplane and Armament Experimental Establishment et
l'Empire Test Pilot School. Dès février 1959, seuls 8 exemplaires étaient encore en état de vol : outre son manque de fiabilité, le Marathon était victime de performances médiocres (plafond de 9500 pieds et vitesse ascensionnelle de 300 pieds/minutes) et d'un gros problème d'équilibre à la queue. Ils furent retirés du service en avril 1959 et très rapidement ferraillés, pour être remplacés par les Vickers Varsity.

La Jordanie reçut un ancien exemplaire de West African Airways en septembre 1954 pour l'usage personnel du roi Hussein. Il fut codé VK501.

43 exemplaires, prototypes inclus, furent construits. Le Marathon ne subit que 2 accidents : outre celui de prototype, un exemplaire de la RAF s'écrasa le 30 septembre 1954. En revanche, pas moins de 8 Marathon furent endommagés et irréparables, le plus souvent à cause du train d'atterrissage défaillant. Aucun survivant n'a survécu et seule subsiste aujourd'hui une portion de fuselage au musée aéronautique de Berkshire.


Versions :

M.60 : Prototypes, 2 exemplaires.

M.69 Marathon II : Prototype bimoteur, un exemplaire.

Il fut utilisé comme banc d'essais volant pour les Alvis Leonides par Handley Page, sous la désignation HPR.5.

Marathon I : Version de série, 40 exemplaires.

Marathon T.11 : Version utilisée par la RAF, 28 exemplaires modifiés.



http://richard.ferriere.free.fr/bleneau/marathon/marathon.pdf

https://en.wikipedia.org/wiki/Handley_Page_Marathon

http://www.aviastar.org/air/england/miles_m-60.php

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/craft/marathon.html&prev=search

http://www.airliners.net/search/photo.search?aircraftsearch=Handley%20Page%20HPR-1%20Marathon%201A&distinct_entry=true
Re: Handley Page HPR.1 Marathon à 30/03/2016 11:55 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le March 30, 2016, 8:05 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires