Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Entraînement
  • Constructeur : drapeau SIPA
  • un seul appareil construit (cellule neuve)

Histoire de l'appareil

Au début des années 1950, le SFA lance plusieurs appels d'offres afin de relancer l'aviation générale en France. Un exemple est de trouver un remplaçant au Stampe SV.4.

Yves Gardan se lance dans la conception du S.200 Minijet construit par SIPA, puis du S.300M. Ce dernier est d'abord conçu comme avion d'entraînement de base ab initio, et se caractérise par un train classique et un moteur Salmson AS 04.

L'appareil semble rester au stade de projet pour aboutir sur une version propulsée par réacteur, le S.300R. Celui-ci répond à une demande du SALS.

Il était motorisé par un réacteur Turbomeca Palas centrifuge de 150 ou 160 kgp, qui propulsait déjà le S.200. Il pouvait aussi servir à d'éventuelles missions de liaison. Le réacteur était alimenté par deux entrées d'air latérales de part et d'autre du cockpit, à la racines des ailes. La tuyère débouchait sous la queue du fuselage. 210 ou 220 litres de carburant étaient contenus dans 2 réservoirs, et pouvaient être complétés par 100 litres contenus dans 2 réservoirs en bout d'ailes.

L'équipage était placé en tandem, sous une canopée entièrement vitrée. Il était de construction entièrement métallique et était pourvu d'ailes basses. Le train d'atterrissage était tricycle et rétractable.

Le prototype, immatriculé F-WGVR, fit son premier vol le 4 octobre 1954 entre les mains de Max Fischl. Assez rapidement, il fut nécessaire d'agrandir l'arête dorsale. Les essais constructeurs prennent fin au bout d'une trentaine d'heures et il est transféré au CEV de Brétigny. Il fut dévoilé au salon du Bourget de 1955, et au 28 juillet il accumule 99 vols et 75 heures de vol. Ses performances sont très proches du Caproni Trento F.5, un appareil italien similaire qui utilise le même réacteur.

Il fut détruit lors d'un essai de vrille le 26 septembre 1955, l'équipage ayant pu évacuer l'appareil. Des projets pour le motoriser avec un Turbomeca Super Palas (480 lbf), Aspin II (795 lbf) ou encore le S.300R-002 avec un Marboré II (400 kgp, 880 lbf) étaient envisagées, mais furent abandonnés avec la perte du prototype.

Un seul exemplaire fut construit et le programme abandonné. Il faut dire que l'appareil, sous-motorisé, n'intéressa guère à l'époque. Bien qu'il ne fut pas formellement opposé au Magister plus lourd, il semble avoir souffert de sa concurrence. Son prédécesseur, le S.200, ne fut construit qu'à une poignée d'exemplaires à cause de sa sous-motorisation. Cependant, on peut dire de SIPA qu'il fut un pionner en matière d'avions à réaction très légers à construire en kit, destinés également au marché civil.

Versions référencées

  • SIPA S-300M : Version à moteur à pistons, apparemment non construite.
  • SIPA S-300R : Version propulsée avec un réacteur Palas, un prototype.
  • SIPA S-300R-002 : Projet d'une version remotorisée avec un Marboré II de 400 kgp, non construite.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

SIPA S-300R voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 907 kg (2 000 lbs) (varie entre 880 et 1479 kg selon les sources)
  • Masse à vide : 506 kg (1 116 lbs) (524 kg selon d'autre sources)
  • Surface alaire : 9,8 m² (105,486 sq. ft) (varie entre 6,65 et 12,74 m² selon certaines sources)
  • Hauteur : 2,5 m (8,202 ft) (2,85 m selon d'autres sources)
  • Envergure : 8,02 m (26,312 ft) (10 m selon d'autres sources)
  • Longueur : 6,71 m (22,014 ft) (7,5 m selon d'autres sources)

Performances

  • Vitesse maximum : 360 km/h (224 mph, 194 kts)
  • Vitesse de croisière : 312 km/h (194 mph, 168 kts)
  • Vitesse critique (VNE) : 500 km/h (311 mph, 270 kts)
  • Distance de décollage : 435 m (1 427 ft)
  • Facteur de charge maximal : 10 G
  • Endurance maximale : 2 h
  • Distance franchissable : 450 km (280 mi, 243 nm)
  • Distance de convoyage : 700 km (435 mi, 378 nm)
  • Plafond opérationnel : 5 000 m (16 404 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 4,6 m/s (15,092 ft/s)
  • Charge alaire, à vide : 51,633 kg/m² (10,575 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 92,551 kg/m² (18,956 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Turbomeca Palas
  • Puissance unitaire : 150 kgp (1,47 kN, 331 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Forum

Sujet complet »
SIPA S-300 à 04/02/2016 11:10 Clansman
Prototype d'avion d'entraînement monoréacteur français des années 1950.

Au début des années 1950, le SFA lance un appel d'offres afin de relancer l'aviation générale en France. Un exemple est de trouver un remplaçant au Stampe SV.4.

Yves Gardan se lance dans la conception du S.200 Minijet construit par SIPA, puis du S.300M. Ce dernier est d'abord conçu comme avion d'entraînement de base ab initio, et se caractérise par un train classique et un moteur Salmson AS 04.

L'appareil semble rester au stade de projet pour aboutir sur une version propulsée par réacteur, le S.300R. Celui-ci répond à une demande du SALS.

Il était motorisé par un réacteur Turbomeca Palas centrifuge de 160 kgp, qui propulsait déjà le S.200. Il pouvait aussi servir à d'éventuelles missions de liaison. Le réacteur était alimenté par deux entrées d'air latérales de part et d'autre du cockpit, à la racines des ailes. La tuyère débouchait sous la queue du fuselage. 220 litres de carburant étaient contenus dans 2 réservoirs, et pouvaient être complétés par 2 réservoirs en bout d'ailes.

L'équipage était placé en tandem, sous une canopée entièrement vitrée. Il était de construction entièrement métallique et était pourvu d'ailes basses. Le train d'atterrissage était tricycle et rétractable.

Le prototype, immatriculé F-WGVR, fit son premier vol le 4 octobre 1954 entre les mains de Max Fischl. Assez rapidement, il fut nécessaire d'agrandir l'arête dorsale. Les essais constructeurs prennent fin au bout d'une trentaine d'heures et il est transféré au CEV de Brétigny. Il fut dévoilé au salon du Bourget de 1955, et au 28 juillet il accumule 99 vols et 75 heures de vol.

Il fut détruit lors d'un essai de vrille le 26 septembre 1955, l'équipage ayant pu évacuer l'appareil. Des projets pour le motoriser avec un Turbomeca Super Palas (480 lbf), Aspin II (795 lbf) ou encore le S.300R-002 avec un Marboré II (400 kgp, 880 lbf) étaient envisagées, mais furent abandonnés avec la perte du prototype.

Un seul exemplaire fut construit et le programme abandonné. Il faut dire que l'appareil, sous-motorisé, n'intéressa guère à l'époque. Bien qu'il ne fut pas formellement opposé au Magister plus lourd, il semble avoir souffert de sa concurrence. Son prédécesseur, le S.200, ne fut construit qu'à une poignée d'exemplaires à cause de sa sous-motorisation. Cependant, on peut dire de SIPA qu'il fut un pionner en matière d'avions à réaction très légers à construire en kit, destinés également au marché civil.




http://www.minijets.org/index.php?id=179

http://www.minijets.org/index.php?id=48

http://minicab.canalblog.com/archives/2011/10/21/22493064.html

http://www.aviafrance.com/s-i-p-a-s-300r-aviation-france-1163.htm

http://pics-aeronef.discutfree.com/t3377p160-un-p-tit-tour-au-c-e-v-dans-les-annees-50-60

https://en.wikipedia.org/wiki/SIPA_S.300

http://www.aviastar.org/air/france/sipa_s-300.php

http://aviadejavu.ru/Site/Crafts/Craft33598.htm

https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/other/s300.html&prev=search
Re: SIPA S-300 à 04/02/2016 12:00 Clansman
La fiche sur le site

Un plan 3 vues cette fois.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 4 février 2016 11:15, modifié le . ©AviationsMilitaires