Rappels

Histoire de l'appareil

L’US Aircraft A-67 Dragon est un avion léger d’attaque au sol et de reconnaissance monomoteur, biplace, à ailes basses, empennage conventionnel et train d’atterrissage tricycle escamotable.

En 2003, Raymond F. Williams et Charles Jones, respectivement entrepreneur et brigadier-général de l’USAF à la retraite, commencent une étude sur la maintenance des aéronefs. Ils axent leur travail principalement sur les problèmes rencontrés sur le terrain et les moyens de les résoudre au sein des forces armées américaines, mais surtout parmi les forces étrangères alliées qui rencontrent des problèmes récurrents dans ce domaine. En effet, l’expérience professionnelle de C. Jones lui a permis de constater qu’à partir de la fin de la seconde guerre mondiale, les USA ont fourni de nombreux appareils à divers pays n’ayant pas les moyens financiers de remplacer leurs flottes aussi rapidement qu’eux. Ces appareils n’étant plus utilisés par le pays constructeur, leurs pièces de rechange deviennent plus rares et régulièrement leur manque oblige ces forces aériennes à cannibaliser leurs appareils pour maintenir une flotte minimale.

À la même époque, le gouvernement américain observe qu’un risque d’attaque terroriste sur son territoire devient plus important, avec éventuellement des ennemis se déplaçant à pied ou dans des véhicules armés, donc difficile à localiser. Une menace courante dans de nombreux pays.

R. Williams et C. Jones forment une équipe consultative composée de sept membres de l’USAF à la retraite et possédants une expertises dans les domaines aussi variés que les opérations aériennes, le combat, la tactique, la logistique, l’entretient, les essais en vol, la formation et les facteurs humains. Pour obtenir un aperçu des besoins au sein des marchés internationaux, Edward Luttwark, conseiller principal au Center for Strategic International Studies (centre d’études stratégiques internationales), rejoint également l’équipe.

En 2004, une entreprise est créée sous le nom d’US Aircraft Corporation afin de proposer un avion léger bon marché, polyvalent et facile à entretenir, capable de missions aussi variées que la patrouille aérienne, l’observation, la reconnaissance, la lutte insurrectionnelle et l’appui aérien des forces au sol.

En 2005, le Pentagone qui est intéressé par un avion de lutte insurrectionnelle, capable également de lutter contre les narcotrafiquants en effectuant des patrouilles aux frontières, sonde le marché afin de se renseigner sur les avions pouvant effectuer ce genre de missions.

US Aircraft Corporation signe un contrat de collaboration avec Golden Aviation, une entreprise spécialisée dans la restauration de warbirds aux USA, afin de bénéficier de son expérience dans le domaine de la construction aéronautique.

L’appareil est donc dessiné, puis un prototype est construit sous la désignation d’A-67 "Dragon". Pour atteindre les objectifs fixés, il lui faut une grande capacité d’emport en carburant et un armement conséquent. L’utilisation d’un seul type d’avion pour différentes missions facilite la logistique, l’entretient et la formation des pilotes et des mécaniciens. De plus, un revêtement issu de technologie récente et particulièrement résistant aux conditions météorologiques et à la corrosion, permet de diminuer les frais de maintenance et prolonger la vie de la cellule.

Propulsé par un turbopropulseur actionnant une hélice quadripale, le premier prototype est un biplace côte-à-côte, muni d’ailes basses droites, d’un empennage conventionnel en flèche et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable. Il effectue son premier vol en octobre 2006 à Monett, dans le Missouri, mais le train d’atterrissage s’affaisse à l’atterrissage et l’avion ne peut pas être réparé.

Après concertation, il est décidé de travailler avec l’entreprise brésilienne Geometra sur un avion ayant désormais une configuration basée sur les travaux de Josef Kovaks, ancien désigner chez Embraer pour le programme EMB-312 Tucano. En mars 2007, la nouvelle configuration de l’avion est présentée, mais sa désignation reste A-67. La principale modification visible est la configuration biplace en tandem du cockpit permettant un fuselage plus étroit. Le siège arrière est surélevé, afin d’offrir une meilleure visibilité à son occupant. Le moteur actionne désormais une hélice équipée de cinq pales.

Bien que reprenant le même moteur, son aérodynamisme retravaillé permet au nouvel appareil d’obtenir de meilleures performances, principalement en ce qui concerne la vitesse. Selon les calculs effectués, le nouvel A-67 aurait une vitesse de croisière maximale de 706 km/h, une endurance de 10 heures et emporterait jusqu’à 1’620 kg de charge externe comprenant l’armement et éventuellement du matériel de reconnaissance en nacelle.

US Aircraft annonce ainsi en 2007 qu’un second prototype pourrait être construit dans cette configuration biplace en tandem, en environ 15 mois, s’il trouve des investisseurs capables de financer la fin du développement et le début de la production en série.

Bien que l’A-67 ne doive pas coûter plus de 4 à 5 millions de dollars, soit nettement moins que les 6 à 8 millions des Raytheon T-6, à la fin de l’année 2015 le programme ne semble pas encore avoir repris. On peut imaginer les clients plus enclins à choisir des avions déjà construits en série et qui ont déjà fait leurs preuves comme les Super-Tucano et les AT-6 Texan II.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

US Aircraft A-67 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 4 627 kg (10 200 lbs)
  • Masse à vide : 2 177 kg (4 800 lbs)
  • Surface alaire : 20 m² (211 sq. ft)
  • Envergure : 12 m (38 ft)
  • Longueur : 10,4 m (34,121 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 3 026 km (1 880 mi, 1 634 nm)
  • Plafond opérationnel : 10 668 m (35 000 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 24,8 m/s (81,365 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 687 km/h (427 mph, 371 kts) à 20000 pieds
  • Charge alaire, à vide : 111,069 kg/m² (22,749 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 236,022 kg/m² (48,341 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C
  • Puissance unitaire : 1 193 kW (1 622 ch, 1 600 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Aucune photo n'est encore répertoriée. Aidez-nous à changer cela !

Forum

Sujet complet »
US Aircraft A-67 Dragon à 15/01/2016 11:08 Jericho
L’US Aircraft A-67 Dragon est un avion léger d’attaque au sol et de reconnaissance monomoteur, biplace, à ailes basses, empennage conventionnel et train d’atterrissage tricycle escamotable.

En 2003, Raymond F. Williams et Charles Jones, respectivement entrepreneur et brigadier-général de l’USAF à la retraite, commencent une étude sur la maintenance des aéronefs. Ils axent leur travail principalement sur les problèmes rencontrés sur le terrain et les moyens de les résoudre au sein des forces armées américaines, mais surtout parmi les forces étrangères alliées qui rencontrent des problèmes récurrents dans ce domaine. En effet, l’expérience professionnelle de C. Jones lui a permis de constater qu’à partir de la fin de la seconde guerre mondiale, les USA ont fourni de nombreux appareils à divers pays n’ayant pas les moyens financiers de remplacer leurs flottes aussi rapidement qu’eux. Ces appareils n’étant plus utilisés par le pays constructeur, leurs pièces de rechange deviennent plus rares et régulièrement leur manque oblige ces forces aériennes à cannibaliser leurs appareils pour maintenir une flotte minimale.

À la même époque, le gouvernement américain observe qu’un risque d’attaque terroriste sur son territoire devient plus important, avec éventuellement des ennemis se déplaçant à pied ou dans des véhicules armés, donc difficile à localiser. Une menace courante dans de nombreux pays.
R. Williams et C. Jones forment une équipe consultative composée de sept membres de l’USAF à la retraite et possédants une expertises dans les domaines aussi variés que les opérations aériennes, le combat, la tactique, la logistique, l’entretient, les essais en vol, la formation et les facteurs humains. Pour obtenir un aperçu des besoins au sein des marchés internationaux, Edward Luttwark, conseiller principal au Center for Strategic International Studies (centre d’études stratégiques internationales), rejoint également l’équipe.
En 2004, une entreprise est créée sous le nom d’US Aircraft Corporation afin de proposer un avion léger bon marché, polyvalent et facile à entretenir, capable de missions aussi variées que la patrouille aérienne, l’observation, la reconnaissance, la lutte insurrectionnelle et l’appui aérien des forces au sol.

En 2005, le Pentagone qui est intéressé par un avion de lutte insurrectionnelle, capable également de lutter contre les narcotrafiquants en effectuant des patrouilles aux frontières, sonde le marché afin de se renseigner sur les avions pouvant effectuer ce genre de missions.

US Aircraft Corporation signe un contrat de collaboration avec Golden Aviation, une entreprise spécialisée dans la restauration de warbirds aux USA, afin de bénéficier de son expérience dans le domaine de la construction aéronautique.
L’appareil est donc dessiné, puis un prototype est construit sous la désignation d’A-67 "Dragon". Pour atteindre les objectifs fixés, il lui faut une grande capacité d’emport en carburant et un armement conséquent. L’utilisation d’un seul type d’avion pour différentes missions facilite la logistique, l’entretient et la formation des pilotes et des mécaniciens. De plus, un revêtement issu de technologie récente et particulièrement résistant aux conditions météorologiques et à la corrosion, permet de diminuer les frais de maintenance et prolonger la vie de la cellule.

Propulsé par un turbopropulseur actionnant une hélice quadripale, le premier prototype est un biplace côte-à-côte, muni d’ailes basses droites, d’un empennage conventionnel en flèche et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable. Il effectue son premier vol en octobre 2006 à Monett, dans le Missouri, mais le train d’atterrissage s’affaisse à l’atterrissage et l’avion ne peut pas être réparé.

Après concertation, il est décidé de travailler avec l’entreprise brésilienne Geometra sur un avion ayant désormais une configuration basée sur les travaux de Josef Kovaks, ancien désigner chez Embraer pour le programme EMB-312 Tucano. En mars 2007, la nouvelle configuration de l’avion est présentée, mais sa désignation reste A-67. La principale modification visible est la configuration biplace en tandem du cockpit permettant un fuselage plus étroit. Le siège arrière est surélevé, afin d’offrir une meilleure visibilité à son occupant. Le moteur actionne désormais une hélice équipée de cinq pales.
Bien que reprenant le même moteur, son aérodynamisme retravaillé permet au nouvel appareil d’obtenir de meilleures performances, principalement en ce qui concerne la vitesse. Selon les calculs effectués, le nouvel A-67 aurait une vitesse de croisière maximale de 706km/h, une endurance de 10 heures et emporterait jusqu’à 1’620kg de charge externe comprenant l’armement et éventuellement du matériel de reconnaissance en nacelle.

US Aircraft annonce ainsi en 2007 qu’un second prototype pourrait être construit dans cette configuration biplace en tandem, en environ 15 mois, s’il trouve des investisseurs capables de financer la fin du développement et le début de la production en série.

Bien que l’A-67 ne doive pas coûter plus de 4 à 5 millions de dollars, soit nettement moins que les 6 à 8 millions des Raytheon T-6, à la fin de l’année 2015 le programme ne semble pas encore avoir repris. On peut imaginer les clients plus enclins à choisir des avions déjà construits en série et qui ont déjà fait leurs preuves comme les Super-Tucano et les AT-6 Texan II.


Versions :
A-67 : Un prototype construit, biplace côte-à-côte, détruit lors de son premier vol. Le programme devrait continuer, sous la même désignation, avec un biplace en tandem.


Utilisateurs militaires :
Aucun.


Caractéristiques Prototype #1:
Equipage : 2
Longueur : 10,4m
Envergure : 11,6m
Surface alaire : 19,6m2
Masse à vide : 2’200kg
Masse maximale au décollage : 4’640kg
Charge utile : 1’620kg

Moteurs :
Un turbopropulseur Pratt &Whitney PT6A-68/3 de 930kW (1’264cv).

Performances :
Vitesse max : 687km/h
Vitesse ascensionnelle : 24,8m/s
Plafond opérationnel : 11’000m
Distance franchissable : 3’008km

Armement :
Canons et mitrailleuses en nacelles, paniers à roquettes, bombes, éventuellement missiles air-sol ou missiles d’autoprotection air-air.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/US_Aircraft_A-67_Dragon
http://usaircraftcorp.com/aircraft.php
https://www.flightglobal.com/news/articles/us-aircraft-taps-tucanos-former-designer-for-new-look-a-67-212539/
http://www.ovguide.com/us-aircraft-a-67-dragon-9202a8c04000641f80000000055ef5f4
https://sites.google.com/a/mapsairmuseum.org/experimental-airplane/
http://web.archive.org/web/20080628044123/http://www.flightglobal.com/articles/2007/03/13/212539/us-aircraft-taps-tucanos-former-designer-for-new-look-a-67.html
Re: US Aircraft A-67 Dragon à 15/01/2016 13:26 Clansman
La fiche sur le site

Pas une seule photo libre de droits. Mais bon, à le voir, il n'a de militaire que le nom. Un proto qui s'écrase à son premier vol, autant dire que c'est mort pour ce programme.
Re: US Aircraft A-67 Dragon à 15/01/2016 15:19 Jericho

Clansman a écrit

Un proto qui s'écrase à son premier vol, autant dire que c'est mort pour ce programme.
J'essaie en général de rester le plus objectif possible en rédigeant mes fiches, mais j'ai pas beaucoup d'espoir pour eux non plus.
En plus, le nouvel appareil ne semble rien avoir de plus qu'un Tucano, à moins que ce ne soit au niveau de la maintenance… Même s'ils arrivent à le proposer moins cher qu'un Super-Tucano ou qu'un AT-6B, il semble aussi rester inférieur à ces appareils tant en équipement de protection qu'en armement (ou plutôt, il va encore falloir les intégrer) et je doute qu'ils trouvent les budgets pour finir son développement et qu'ils aient beaucoup de commande… :roll:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Jan. 15, 2016, 1:08 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires