Rappels

Histoire de l'appareil

Le Northrop Firebird est un avion de reconnaissance pouvant également être piloté à distance, propulsé par un moteur à pistons entrainant une hélice propulsive, muni d’ailes hautes, d’un empennage bipoutre et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

Le 9 février 2009, Rick Crooks de Northrop Grumman évoque avec les responsables de la filiale Scaled Composites les possibilités que pourrait avoir un avion de reconnaissance pouvant être à choix piloté ou guidé à distance. Ces derniers se donnent une année pour mettre au point un tel appareil et le 9 février 2010, un prototype immatriculé N355SX effectue son premier vol.

Appelé par la suite Firebird, il s’agit d’un des derniers concepts d’aéronef supervisé par Burt Rutan avant qu’il ne prenne sa retraite en avril 2011.
L’appareil est composé d’un fuselage relativement court avec un cockpit pouvant accueillir un pilote en cas de vol piloté. Le tableau de bord comporte des écrans multifonctions permettant de gérer le vol et les différents capteurs. Le moteur Lycoming TEO-540, situé à l’arrière, entraine une hélice propulsive tripale. Les ailes, en position haute, sont effilées avec un grand allongement. Elles sont en mouette inversée, avec un dièdre négatif jusqu’aux fixations des poutres de queue, puis un dièdre positif. Le train d’atterrissage tricycle est entièrement escamotable, le train avant prend place dans le nez et le train principal dans les poutres de queue. Ces dernières, fixées aux ailes, se terminent par des dérives qui sont reliées entre elles par un plan en légère flèche inversée qui fait office d’empennage horizontal.

Les différents capteurs embarqués sont installés dans des modules interchangeables. Jusqu’à quatre de ces modules peuvent prendre place dans l’appareil, pour une masse totale de 560 kg. Le matériel de reconnaissance, d’écoute et d’espionnage consiste en des capteurs électrooptiques et IR haute définition, un radar à ouverture de synthèse, un système d’identification et de poursuite de cibles mobiles, des relais de communication, ainsi que des supports électroniques d’écoutes et d’analyses des communications. Un télémètre et un désignateur laser sont également prévus. La présence d’un pilote à bord permet au Firebird d’utiliser les couloirs aériens civils. Dans le cas d’un guidage à distance uniquement, les vitres et le cockpit ne sont pas installés.

Peu de temps après ses premiers essais, il est décidé de construire un second prototype, biplace celui-ci. Cette configuration permettra de diminuer la charge du pilote durant les longues heures de vol et de faciliter l’engagement des différents capteurs. Il est désigné OPV (Optionally Piloted Vehicle).

En octobre 2010, le Firebird N355SX effectue un vol de démonstration devant des responsables de la défense à Sacramento (Californie). Il y démontre d’excellentes capacités à recueillir simultanément des informations grâce à ses différents capteurs.

Le 9 mai 2011, soit 15 mois après le premier prototype, le prototype biplace N241PH est dévoilé pour la première fois au public et, du 23 mai au 3 juin de la même année, il participe à l’exercice militaire Empire Challenge 2011. Durant cet exercice, sa grande souplesse d’utilisation et la facilité avec laquelle il est possible de modifier la configuration de ses capteurs selon les besoins des missions sont mises en évidence. 

À la différence du premier prototype, le cockpit, plus large, accueille un pilote et un opérateur côte-à-côte. Le tableau de bord comporte un système d’information de vol Garmin G3000 comportant deux écrans tactiles de 14,2cm pour la gestion de la navigation et des communications et trois grands écrans multifonctions de 35,8 cm pouvant être divisé verticalement pour suivre différentes informations concernant les capteurs servants à la prise de renseignements, la surveillance et la reconnaissance (ISR). L’appareil est équipé du même moteur Lycoming TEO-540, mais il entraine cette fois une hélice munie de cinq pales. Les ailes sont de formes semblables au premier prototype, mais elles sont plus longues. Le train d’atterrissage est également tricycle et escamotable. Les poutres de queue, bien que redessinées, sont d’une configuration proche. Le plan horizontal au sommet des deux dérives est désormais droit. Le système de modules interchangeables reste identique.

Le Firebird pourra également être équipé de points d’attaches externes pour emporter des armes de précision air-surface.
En cas d’utilisation sans pilote à grande distance, les sièges et l’équipement du cockpit sans remplacés par une antenne de communication par satellite.

En novembre 2012, une série de vols d’essais est effectuée et le Firebird OPV reçoit l’autorisation pour être produit en série. Il est prévu qu’en construire, dans un premier temps, deux appareils par années, en attendant des commandes supplémentaires. Le modèle de série diffère du prototype par des sièges plus confortables, des dimensions plus importantes, ainsi qu’une masse maximale au décollage supérieure.

Depuis, il semble qu’un client se soit prononcé pour son achat, mais son identité est encore inconnue en 2015.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Northrop-Grumman Model 355 : Prototype monoplace pouvant être piloté ou guidé à distance, immatriculé N355SX, un appareil construit.
  • Northrop-Grumman Firebird OPV : Prototype biplace pouvant être piloté ou guidé à distance, immatriculé N241PH, un appareil construit.
  • Northrop-Grumman Firebird : Version de série basée sur le démonstrateur biplace, mais avec une cabine plus confortable et des dimensions plus importantes.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Northrop-Grumman Firebird voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 3 016 kg (6 649 lbs)
  • Hauteur : 2,99 m (9,81 ft)
  • Envergure : 22 m (72 ft)
  • Longueur : 10,82 m (35,499 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 370 km/h (230 mph, 200 kts)
  • Endurance maximale : 40 h
  • Plafond opérationnel : 9 754 m (32 000 ft)

Motorisation

  • 1 moteur à pistons Lycoming TO-540
  • Puissance unitaire : 261 kW (355 ch, 350 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Northrop Grumman Firebird à 14/01/2016 09:47 Jericho
Le Northrop Firebird est un avion de reconnaissance pouvant également être piloté à distance, propulsé par un moteur à pistons entrainant une hélice propulsive, muni d’ailes hautes, d’un empennage bipoutre et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

Le 9 février 2009, Rick Crooks de Northrop Grumman évoque avec les responsables de la filiale Scaled Composites les possibilités que pourrait avoir un avion de reconnaissance pouvant être à choix piloté ou guidé à distance. Ces derniers se donnent une année pour mettre au point un tel appareil et le 9 février 2010, un prototype immatriculé N355SX effectue son premier vol.

Appelé par la suite Firebird, il s’agit d’un des derniers concepts d’aéronef supervisé par Burt Rutan avant qu’il ne prenne sa retraite en avril 2011.
L’appareil est composé d’un fuselage relativement court avec un cockpit pouvant accueillir un pilote en cas de vol piloté. Le tableau de bord comporte des écrans multifonctions permettant de gérer le vol et les différents capteurs. Le moteur Lycoming TEO-540, situé à l’arrière, entraine une hélice propulsive tripale. Les ailes, en position haute, sont effilées avec un grand allongement. Elles sont en "W", avec un dièdre négatif jusqu’aux fixations des poutres de queue, puis un dièdre positif. Le train d’atterrissage tricycle est entièrement escamotable, le train avant prend place dans le nez et le train principal dans les poutres de queue. Ces dernières, fixées aux ailes, se terminent par des dérives qui sont reliées entre elles par un plan en légère flèche inversée qui fait office d’empennage horizontal.
Les différents capteurs embarqués sont installés dans des modules interchangeables. Jusqu’à quatre de ces modules peuvent prendre place dans l’appareil, pour une masse totale de 560kg. Le matériel de reconnaissance, d’écoute et d’espionnage consiste en des capteurs électrooptiques et IR haute définition, un radar à ouverture de synthèse, un système d’identification et de poursuite de cibles mobiles, des relais de communication, ainsi que des supports électroniques d’écoutes et d’analyses des communications. Un télémètre et un désignateur laser sont également prévus.
La présence d’un pilote à bord permet au Firebird d’utiliser les couloirs aériens civils. Dans le cas d’un guidage à distance uniquement, les vitres et le cockpit ne sont pas installés.
Peu de temps après ses premiers essais, il est décidé de construire un second prototype, biplace celui-ci. Cette configuration permettra de diminuer la charge du pilote durant les longues heures de vol et de faciliter l’engagement des différents capteurs. Il est désigné OPV (Optionally Piloted Vehicle).

En octobre 2010, le Firebird N355SX effectue un vol de démonstration devant des responsables de la défense à Sacramento (Californie). Il y démontre d’excellentes capacités à recueillir simultanément des informations grâce à ses différents capteurs.

Le 9 mai 2011, soit 15 mois après le premier prototype, le prototype biplace N241PH est dévoilé pour la première fois au public et, du 23 mai au 3 juin de la même année, il participe à l’exercice militaire Empire Challenge 2011. Durant cet exercice, sa grande souplesse d’utilisation et la facilité avec laquelle il est possible de modifier la configuration de ses capteurs selon les besoins des missions sont mises en évidence.

À la différence du premier prototype, le cockpit, plus large, accueille un pilote et un opérateur côte-à-côte. Le tableau de bord comporte un système d’information de vol Garmin G3000 comportant deux écrans tactiles de 14,2cm pour la gestion de la navigation et des communications et trois grands écrans multifonctions de 35,8cm pouvant être divisé verticalement pour suivre différentes informations concernant les capteurs servants à la prise de renseignements, la surveillance et la reconnaissance (ISR). L’appareil est équipé du même moteur Lycoming TEO-540, mais il entraine cette fois une hélice munie de cinq pales. Les ailes sont de formes semblables au premier prototype, mais elles sont plus longues. Le train d’atterrissage est également tricycle et escamotable. Les poutres de queue, bien que redessinées, sont d’une configuration proche. Le plan horizontal au sommet des deux dérives est désormais droit.
Le système de modules interchangeables reste identique.
Le Firebird pourra également être équipé de points d’attaches externes pour emporter des armes de précision air-surface.
En cas d’utilisation sans pilote à grande distance, les sièges et l’équipement du cockpit sans remplacés par une antenne de communication par satellite.

En novembre 2012, une série de vols d’essais est effectuée et le Firebird OPV reçoit l’autorisation pour être produit en série. Il est prévu qu’en construire, dans un premier temps, deux appareils par années, en attendant des commandes supplémentaires. Le modèle de série diffère du prototype par des sièges plus confortables, des dimensions plus importantes, ainsi qu’une masse maximale au décollage supérieure.

Depuis, il semble qu’un client se soit prononcé pour son achat, mais son identité est encore inconnue en 2015.


Versions :
Model 355 : Prototype monoplace pouvant être piloté ou guidé à distance, immatriculé N355SX, un appareil construit.

Firebird VPO : Prototype biplace pouvant être piloté ou guidé à distance, immatriculé N241PH, un appareil construit.

Firebird : Version de série basée sur le démonstrateur biplace, mais avec une cabine plus confortable et des dimensions plus importantes.


Utilisateurs militaires :
Inconnu. Un client annoncé, peut-être militaire.
USA : testé par les forces armées US.


Caractéristiques Démontrateur:
Equipage : 2 (éventuellement)
Longueur : 10,3m
Envergure : 19,8m
Hauteur : 2,96m
Masse maximale au décollage : 2’268kg
Charge utile : 560kg
Points d’attache : 2

Moteurs :
Un moteur à pistons turbocompressé Lycoming TO-540 de 260kW (354cv).

Performances :
Vitesse max : 370km/h
Plafond opérationnel : 9’144m
Endurance : 24-40h

Armement :
Missiles air-surface.

****************************************************************************

Caractéristiques Firebird de série:
Equipage : 2 (éventuellement)
Longueur : 10,82m
Envergure : 22,0m
Hauteur : 2,99m
Masse maximale au décollage : 3’016kg
Charge utile : 560kg
Points d’attache : 2

Moteurs :
Un moteur à pistons turbocompressé Lycoming TO-540 de 260kW (354cv).

Performances :
Vitesse max : 370km/h
Plafond opérationnel : 9’754m
Endurance : 24-40h

Armement :
Missiles air-surface.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Northrop_Grumman_Firebird
http://www.northropgrumman.com/Capabilities/Firebird/Documents/data_sheet_Firebird.pdf
http://aviationweek.com/defense/northrop-grumman-reveals-bigger-firebird
http://aviationweek.com/awin/firebird-wins-northrop-grumman-production-go-ahead
http://aviationweek.com/technology/afrl-demo-sense-and-avoid-using-northrop-s-firebird
http://www.airforce-technology.com/projects/firebird/
http://www.engadget.com/2011/05/10/scaled-composites-and-northrup-grummans-new-firebird-spy-plane/
http://www.uavglobal.com/firebird/
http://aviationweek.com/blog/inside-firebird
http://www.aopa.org/News-and-Video/All-News/2012/November/20/Pilots-are-optional-in-Firebird
Re: Northrop Grumman Firebird à 14/01/2016 11:38 Clansman
La fiche sur le site

Encore pas la fête pour les photos (libres de droit). Mais une fois de plus, vous en trouverez sur Flickr.

Une petite erreur Jér' :D : pour les ailes, telles que tu les décris, on parle d'ailes en mouette inversée. Les ailes en W décrivent les ailes sur un plan horizontal Comme ici.

Sinon, avec un moteur si peu puissant, je me demande comment il fait pour avoir un plafond plus élevé en étant plus lourd pour la version de série. :roll:
Re: Northrop Grumman Firebird à 14/01/2016 15:19 Jericho

Clansman a écrit

La fiche sur le site
Merci.


Clansman a écrit

Une petite erreur Jér' :D : pour les ailes, telles que tu les décris, on parle d'ailes en mouette inversée. Les ailes en W décrivent les ailes sur un plan horizontal Comme ici.
OK, merci et désolé.

En fait, je ne savais pas qu'on pouvait inverser les ailes des mouettes… j'en ai quelques unes par ici, je vais essayer! :mrgreen:


Clansman a écrit

Sinon, avec un moteur si peu puissant, je me demande comment il fait pour avoir un plafond plus élevé en étant plus lourd pour la version de série. :roll:
C'est ce qui est écrit sur plusieurs de mes sources (et qui ne sont pas des copies les unes des autres). À part ça, l'envergure des ailes est plus importante, de même que leur surface.
Par contre, c'était typiquement une fiche pas facile à rédiger, car bien souvent il était difficile de savoir à quel appareil les textes se référençaient… :roll:
Re: Northrop Grumman Firebird à 17/01/2016 14:53 Nico2
Chouette fiche, avec une chouette illustration. :)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 14 janvier 2016 10:54, modifié le . ©AviationsMilitaires