Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Chasse
  • Constructeur : drapeau Saunders-Roe
  • 3 appareils construits (cellules neuves)

Histoire de l'appareil

Le Saunders-Roe SR.A/1 est un prototype d’hydravion de chasse à réaction, bimoteur, muni d’ailes droites en position haute, d’un empennage horizontal installé à mi-dérive, d’un fuselage dont le dessous est constitué d’une coque et de deux flotteurs sous balancines rétractables sous les ailes.

Durant la seconde guerre mondiale, l’idée japonaise de produire des hydravions de chasse, tels les Nakajima A6M2-N et les Kawanishi N1K1, intéressa le constructeur britannique Saunders-Roe. En effet, ces appareils n’ont aucun besoin de base terrestre et une simple baie abritée du vent et des vagues suffit pour les engager. S’ils sont régulièrement inférieurs aux chasseurs américains, c’est en général à cause de leur équipement de flottaison, peu adapté aux manœuvres effectuées durant un combat aérien.

Après un temps de réflexion, Saunders-Roe décide de lancer également un programme d’hydravion de chasse, mais propulsé par un réacteur. Cette option offre permet de ne pas avoir besoin de dégager de la place pour l’hélice, permettant l’utilisation d’un fuselage muni d’une coque avec un faible tirant d’eau et des flotteurs sous balancines rétractables. Cette configuration permet d’obtenir un appareil à l’aérodynamisme très convenable et tout à fait adapté au combat aérien.

En 1943, le projet SR.44 est proposé au Ministère de l’Air britannique. Muni d’un réacteur Halford H.1, il doit atteindre une vitesse de 836km/h à 12'000 mètres d’altitude. Des critiques sont faites sur le dessin des ailes, principalement en ce qui concerne le rapport entre leur épaisseur et leur corde, jugé trop élevé pour un avion devant voler à des vitesses élevées. Un second projet est présenté en avril 1944 et un contrat concernant la fabrication de trois prototypes est signé le mois suivant.

Avec la fin de la seconde guerre mondiale, le projet n’est plus jugé prioritaire pour Saunders-Roe qui concentre ses efforts sur des programmes civils. Néanmoins, le premier prototype (TG-263) effectue son premier vol le 16 juillet 1947, piloté par Geoffrey Tyson. La poussée totale de ses deux réacteurs Metropolitan Vickers Beryl est de 2’930kgp. La prise d’air ovale est située dans le nez, juste au-dessus de la coque. Le cockpit est pressurisé et la verrière est en forme de goutte d’eau. Malheureusement, après quelques essais en vol, cette verrière est perdue. Suite à cet incident, une autre verrière munie de larges montants métalliques remplace le premier modèle, malheureusement, elle ne laisse que peu de visibilité au pilote. Les deux autres prototypes sont également équipés de réacteurs Beryl, mais plus puissants : le second prototype (TG-267) prend l’air le 30 avril 1948 avec des moteurs permettant une poussée de 3’174kgp, alors que le troisième (TG-271) vole le 16 juillet de la même année avec des réacteurs Beryl offrants 3’492kgp au total.

Ces appareils démontrent de bonnes performance et une maniabilité tout à fait correcte. Un système d’amarrage automatique permet au pilote d’amarrer son appareil sans avoir besoin de sortir, n’y même d’ouvrir la verrière de son cockpit. Les prototypes sont également équipés des premiers sièges éjectables Martin-Baker.

Le succès des porte-avions dans le Pacifique durant la seconde guerre mondiale a démontré son efficacité et les forces armées se tournent vers ce nouveau système de projection des forces, laissant l’hydravion spécialisé de côté. L’autre problème que rencontre Saunders-Roe pour la fabrication du SR.A/1 en série est que Metropolitan-Vickers a abandonné la fabrication du réacteur Beryl et qu’un nombre limité de moteurs est encore disponible. Les deuxièmes et troisièmes prototypes semblent s’être abimés durant des essais en vol en 1949. Le prototype restant est stocké en 1950, avant d’être ressorti quelques mois plus tard, avec le début de la guerre de Corée. Mais après une brève évaluation de ses capacités, il se révèle largement dépassé par les nouveaux appareils basés à terre et est définitivement abandonné en 1951.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Saunders-Roe SR.A/1 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 7 257 kg (16 000 lbs)
  • Masse à vide : 5 108 kg (11 261 lbs)
  • Surface alaire : 39 m² (415 sq. ft)
  • Hauteur : 5,11 m (16,765 ft)
  • Envergure : 14 m (46 ft)
  • Longueur : 15 m (50 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 824 km/h (512 mph, 445 kts)
  • Endurance maximale : 1 h 48 mn
  • Plafond opérationnel : 14 630 m (48 000 ft)
  • Charge alaire, à vide : 132,487 kg/m² (27,135 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 188,238 kg/m² (38,554 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 réacteurs Metropolitan-Vickers F2/4 Beryl
  • Puissance unitaire : 1 746 kgp (17 kN, 3 850 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Saunders-Roe SR.A/1 à 08/10/2015 09:29 Jericho
Le Saunders-Roe SR.A/1 est un prototype d’hydravion de chasse à réaction, bimoteur, muni d’ailes droites en position haute, d’un empennage horizontal installé à mi-dérive, d’un fuselage dont le dessous est constitué d’une coque et de deux flotteurs sous balancines rétractables sous les ailes.

Durant la seconde guerre mondiale, l’idée japonaise de produire des hydravions de chasse, tels les Nakajima A6M2-N et les Kawanishi N1K1, intéressa le constructeur britannique Saunders-Roe. En effet, ces appareils n’ont aucun besoin de base terrestre et une simple baie abritée du vent et des vagues suffit pour les engager. S’ils sont régulièrement inférieurs aux chasseurs américains, c’est en général à cause de leur équipement de flottaison, peu adapté aux manœuvres effectuées durant un combat aérien. Après un temps de réflexion, Saunders-Roe décide de lancer également un programme d’hydravion de chasse, mais propulsé par un réacteur. Cette option offre permet de ne pas avoir besoin de dégager de la place pour l’hélice, permettant l’utilisation d’un fuselage muni d’une coque avec un faible tirant d’eau et des flotteurs sous balancines rétractables. Cette configuration permet d’obtenir un appareil à l’aérodynamisme très convenable et tout à fait adapté au combat aérien.
En 1943, le projet SR.44 est proposé au Ministère de l’Air britannique. Muni d’un réacteur Halford H.1, il doit atteindre une vitesse de 836km/h à 12'000 mètres d’altitude. Des critiques sont faites sur le dessin des ailes, principalement en ce qui concerne le rapport entre leur épaisseur et leur corde, jugé trop élevé pour un avion devant voler à des vitesses élevées. Un second projet est présenté en avril 1944 et un contrat concernant la fabrication de trois prototypes est signé le mois suivant.

Avec la fin de la seconde guerre mondiale, le projet n’est plus jugé prioritaire pour Saunders-Roe qui concentre ses efforts sur des programmes civils. Néanmoins, le premier prototype (TG-263) effectue son premier vol le 16 juillet 1947, piloté par Geoffrey Tyson. La poussée totale de ses deux réacteurs Metropolitan Vickers Beryl est de 2’930kgp. La prise d’air ovale est située dans le nez, juste au-dessus de la coque. Le cockpit est pressurisé et la verrière est en forme de goutte d’eau. Malheureusement, après quelques essais en vol, cette verrière est perdue. Suite à cet incident, une autre verrière munie de larges montants métalliques remplace le premier modèle, malheureusement, elle ne laisse que peu de visibilité au pilote. Les deux autres prototypes sont également équipés de réacteurs Beryl, mais plus puissants : le second prototype (TG-267) prend l’air le 30 avril 1948 avec des moteurs permettant une poussée de 3’174kgp, alors que le troisième (TG-271) vole le 16 juillet de la même année avec des réacteurs Beryl offrants 3’492kgp au total.
Ces appareils démontrent de bonnes performance et une maniabilité tout à fait correcte. Un système d’amarrage automatique permet au pilote d’amarrer son appareil sans avoir besoin de sortir, n’y même d’ouvrir la verrière de son cockpit. Les prototypes sont également équipés des premiers sièges éjectables Martin-Baker.

Le succès des porte-avions dans le Pacifique durant la seconde guerre mondiale a démontré son efficacité et les forces armées se tournent vers ce nouveau système de projection des forces, laissant l’hydravion spécialisé de côté. L’autre problème que rencontre Saunders-Roe pour la fabrication du SR.A/1 en série est que Metropolitan-Vickers a abandonné la fabrication du réacteur Beryl et qu’un nombre limité de moteurs est encore disponible. Les deuxièmes et troisièmes prototypes semblent s’être abimés durant des essais en vol en 1949. Le prototype restant est stocké en 1950, avant d’être ressorti quelques mois plus tard, avec le début de la guerre de Corée. Mais après une brève évaluation de ses capacités, il se révèle largement dépassé par les nouveaux appareils basés à terre et est définitivement abandonné en 1951.


Versions :
SR.A/1 : Version de base propulsée par deux réacteurs Metropolitan-Vickers F2/4Beryl et armés de 4 canons de 20mm et de deux paniers à roquettes ou jusqu’à deux bombes de 454kg chacune. Trois prototypes qui commencent les essais en vol en 1947, le projet est définitivement abandonné en 1951.


Utilisateurs militaires :
Aucuns. En test au sein de la RAF.

Caractéristiques :
Equipage : 1
Longueur : 15,24m
Envergure : 14,02m
Hauteur : 5,11m
Surface alaire : 38,6m2
Masse à vide : 5’108kg
Masse au décollage : 7’723kg
Charge offensive externe : 908kg
Points d’attache : 2

Moteurs :
Deux réacteurs Metropolitan-Vickers F2/4Beryl MVB.2 de 14,5 à 17,2kN (1'474 à 1’753kgp).

Performances :
Vitesse max : 824km/h
Plafond opérationnel : 14’600m
Endurance : 1h48

Armement :
4 canons Hispano Mk5 de 20mm et deux paniers à roquettes ou deux bombes de 454kg.


Liens internet :
https://en.wikipedia.org/wiki/Saunders-Roe_SR.A/1
http://www.ahctv.com/tv-shows/top-secret-weapons-revealed/videos/saunders-roe-sra-1-the-jet-seaplane/
http://worldatwar.net/chandelle/v1/v1n3/saro.html
http://www.sas1946.com/main/index.php?topic=36143.0
https://www.flightglobal.com/pdfarchive/view/1950/1950%20-%202139.html
https://www.flightglobal.com/pdfarchive/view/1950/1950%20-%202140.html
https://www.flightglobal.com/pdfarchive/view/1948/1948%20-%201167.html
https://www.flightglobal.com/pdfarchive/view/1947/1947%20-%201285.html
Re: Saunders-Roe SR.A/1 à 08/10/2015 11:10 Clansman
La fiche sur le site

il m'a toujours amusé, avec son aspect ventru. :hehe:
Re: Saunders-Roe SR.A/1 à 08/10/2015 11:22 Jericho

Clansman a écrit

il m'a toujours amusé, avec son aspect ventru. :hehe:
Tu sais ce qu'il te dis le ventru? :pascontent:


Clansman a écrit

La fiche sur le site
… il te dis "merci Clansman". :D
Re: Saunders-Roe SR.A/1 à 08/10/2015 12:38 Clansman
C'est la première fois que je voie un avion qui parle. :shock: :mrgreen:
Re: Saunders-Roe SR.A/1 à 08/10/2015 14:29 Jericho

Clansman a écrit

C'est la première fois que je voie un avion qui parle. :shock: :mrgreen:
Tssss! Imberbe de la culture aérionautique: un extrait, avec la musique qui va bien avec… :p
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 8 octobre 2015 10:16, modifié le . ©AviationsMilitaires