Rappels

Histoire de l'appareil

En 1944, le Ministère de l'Air britannique émit la spécification C.3/44, destiné à trouver un remplaçant à l'Avro York comme avion de transport utilitaire à long rayon d'action. Handley Page proposa son Model 67, un avion à ailes basses cantilever, de construction entièrement métallique, doté d'un empennage conventionnel. Ses ailes provenaient du projet HP.66, une version abandonnée du Halifax. Quand au fuselage, il était circulaire et prévu pour être pressurisé à 5.5 psi (38 kPa). Enfin, le train d'atterrissage, classique, était rétractable. Ce dernier point, pour l'époque, était déjà un anachronisme du fait que le train d'atterrissage tricycle avait fait ses preuves.

Le projet devait être motorisé par 4 Bristol Hercules 101, opéré par 5 membres d'équipage et emporter 30 parachutistes, 32 civières, 28 blessés assis ou 50 soldats, ou encore du fret. Il devait aussi remorquer des planeurs.

Cependant, une version civile de ce même appareil fut développée en priorité, l'Hermes. Ce dernier se distinguait par un train d'atterrissage tricycle et vola dès le 2 décembre 1945. Son prototype s'écrasa peu après son vol inaugural, tuant le chef pilote d'essais d'Handley Page. Au final seuls 29 Hermes furent construits jusqu'en 1951, avec une mise en service par la BOAC le 6 août 1950.

Handley Page se concentra alors sur la variante militaire, dont le prototype (TE580) effectua le vol inaugural le 7 mai 1946 à partir de la base RAF Wittering. Il fut suivi par un second prototype. Les essais en vol montrèrent que l'appareil était instable et que le décrochage se faisait avec peu de signes avant-coureurs. Une solution d'intérim fut trouvée en modifiant l'empennage horizontal, doté désormais d'un dièdre de 15°. Toutefois, cela ne l’empêcha pas d'atteindre une vitesse maximale de 342 mph.

Le premier Hastings C.1 de série entra en service en septembre 1948 au sein du 47e squadron. La RAF commanda pas moins de 100 exemplaires, les 6 derniers étant construits pour le Coastal Command comme avions de reconnaissance météorologique sous la désignation Hastings Met Mk1. Sept à dix autres exemplaires auraient été portés à ce standard, et opérèrent à partir d'Irlande du Nord et de Gibraltar.

La solution définitive aux problèmes du Hastings consista à allonger l'empennage horizontal du Hastings tout en l'installant plus bas, ce qui mena à la version C2. Celle-ci se voyait également dotée de réservoirs supplémentaires dans la partie supérieure de l'aile.

Le Hastings dut faire ses preuves dès son entrée en service, avec le pont aérien à destination de Berlin, dans le cadre de l'opération Plainfare. Sa première sortie eut lieu le 11 novembre 1948. Il servit notamment à transporter du charbon, et deux autres squadrons, les 53e et 297e, se joignirent à l'effort. 32 Hastings furent déployés et transportèrent près de 50 000 tonnes de fournitures pour la perte de deux d'entre eux. C'est un Hastings qui effectua le dernier ravitaillement, le 6 octobre 1949.

Les Hastings britanniques des 70e, 99e et 511e squadrons furent de nouveau sollicités lors de la crise de Suez en 1956 (Opération Musketeer), pour larguer des parachutistes sur le terrain d'El Gamil et de Port Saïd. Nous les retrouverons également en Malaisie lors du conflit entre l'Indonésie et la Malaisie de1962 à 1966. De façon générale, le Hastings eut une part importante dans les opérations militaires britanniques des décennies 1950 et 1960 dans le monde entier.

Son retrait du service commença avec l'arrivée du Britannia en 1959. Mais c'est surtout l'arrivée de l'Argosy et du C-130 Hercules, en 1967 et 1968, qui va sonner le glas de sa carrière militaire. La variante de reconnaissance météorologique fut utilisée de 1950 au 31 juillet 1964, avec le 202e squadron basé à RAF Aldergrove dans l'Irlande du Nord. Ils furent remplacés par des satellites. La dernière version utilisée fut le Hastings T5, destinée à l'origine à l'entraînement aux systèmes de navigation pour les équipages des bombardiers type V. Les Hastings T5 effectuèrent des missions de reconnaissance lors de l'hiver 1975-1976 avant d'être retirés du service de la RAF le 30 juin 1977.

153 exemplaires furent construits entre 1947 et 1952, les 2 prototypes inclus. 147 rejoignirent la RAF et 4 la force aérienne de la Nouvelle-Zélande. Désignés Hastings C3, ils furent opérés par le 40e squadron. L'un d'entre eux s'écrasa à RAAF Base Darwin, causant d'énormes dommages dans la ville. Quand aux autres, basés à RNZAF Base Ohakea, ils eurent de tels problèmes notamment avec les pièces d'approvisionnement en huile qu'ils furent surnommés… les meilleurs trimoteurs au monde. Ils furent finalement remplacés par le C-130 en 1965.

Les Hastings furent impliqués dans 19 accidents ou incidents. 4 exemplaires au complet sont aujourd'hui exposés, dont 3 au Royaume-Uni. 3 de ces exemplaires sont des Hastings T5.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Handley Page Hastings C.2 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 36 287 kg (80 000 lbs)
  • Masse à vide : 21 987 kg (48 472 lbs)
  • Surface alaire : 131 m² (1 408 sq. ft)
  • Hauteur : 6,86 m (22,507 ft)
  • Envergure : 34 m (113 ft)
  • Longueur : 24,89 m (81,66 ft)

Performances

  • Vitesse maximum : 560 km/h (348 mph, 302 kts) à 22200 ft (6800 mètres)
  • Vitesse de croisière : 468 km/h (291 mph, 253 kts)
  • Distance de décollage : 1 623 m (5 325 ft)
  • Distance d'atterrissage : 1 308 m (4 290 ft)
  • Distance franchissable : 2 720 km (1 690 mi, 1 469 nm) à pleine charge
  • Distance de convoyage : 6 840 km (4 250 mi, 3 693 nm)
  • Plafond opérationnel : 8 077 m (26 500 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 5,2 m/s (17,06 ft/s)
  • Charge alaire, à vide : 168,083 kg/m² (34,426 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 277,41 kg/m² (56,818 lbs/sq. ft)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Handley Page HP.67 Hastings à 10/09/2015 12:59 Clansman
Avion de transport militaire quadrimoteur britannique de la fin des années 1940.

En 1944, le Ministère de l'Air britannique émit la spécification C.3/44, destiné à trouver un remplaçant à l'Avro York comme avion de transport utilitaire à long rayon d'action. Handley Page proposa son Model 67, un avion à ailes basses cantilever, de construction entièrement métallique, doté d'un empennage conventionnel. Ses ailes provenaient du projet HP.66, une version abandonnée du Halifax. Quand au fuselage, il était circulaire et prévu pour être pressurisé à 5.5 psi (38 kPa). Enfin, le train d'atterrissage, classique, était rétractable. Ce dernier point, pour l'époque, était déjà un anachronisme du fait que le train d'atterrissage tricycle avait fait ses preuves.

Le projet devait être motorisé par 4 Bristol Hercules 101, opéré par 5 membres d'équipage et emporter 30 parachutistes, 32 civières, 28 blessés assis ou 50 soldats, ou encore du fret. Il devait aussi remorquer des planeurs.

Cependant, une version civile de ce même appareil fut développée en priorité, l'Hermes. Ce dernier se distinguait par un train d'atterrissage tricycle et vola dès le 2 décembre 1945. Son prototype s'écrasa peu après son vol inaugural, tuant le chef pilote d'essais d'Handley Page. Au final seuls 29 Hermes furent construits jusqu'en 1951, avec une mise en service par la BOAC le 6 août 1950.

Handley Page se concentra alors sur la variante militaire, dont le prototype (TE580) effectua le vol inaugural le 7 mai 1946 à partir de la base RAF Wittering. Il fut suivi par un second prototype. Les essais en vol montrèrent que l'appareil était instable et que le décrochage se faisait avec peu de signes avant-coureurs. Une solution d'intérim fut trouvée en modifiant l'empennage horizontal, doté désormais d'un dièdre de 15°. Toutefois, cela ne l’empêcha pas d'atteindre une vitesse maximale de 342 mph.

Le premier Hastings C.1 de série entra en service en septembre 1948 au sein du 47e squadron. La RAF commanda pas moins de 100 exemplaires, les 6 derniers étant construits pour le Coastal Command comme avions de reconnaissance météorologique sous la désignation Hastings Met Mk1. Sept à dix autres exemplaires auraient été portés à ce standard, et opérèrent à partir d'Irlande du Nord et de Gibraltar.

La solution définitive aux problèmes du Hastings consista à allonger l'empennage horizontal du Hastings tout en l'installant plus bas, ce qui mena à la version C2. Celle-ci se voyait également dotée de réservoirs supplémentaires dans la partie supérieure de l'aile.

Le Hastings dut faire ses preuves dès son entrée en service, avec le pont aérien à destination de Berlin, dans le cadre de l'opération Plainfare. Sa première sortie eut lieu le 11 novembre 1948. Il servit notamment à transporter du charbon, et deux autres squadrons, les 53e et 297e, se joignirent à l'effort. 32 Hastings furent déployés et transportèrent près de 50 000 tonnes de fournitures pour la perte de deux d'entre eux. C'est un Hastings qui effectua le dernier ravitaillement, le 6 octobre 1949.

Les Hastings britanniques des 70e, 99e et 511e squadrons furent de nouveau sollicités lors de la crise de Suez en 1956 (Opération Musketeer), pour larguer des parachutistes sur le terrain d'El Gamil et de Port Saïd. Nous les retrouverons également en Malaisie lors du conflit entre l'Indonésie et la Malaisie de1962 à 1966. De façon générale, le Hastings eut une part importante dans les opérations militaires britanniques des décennies 1950 et 1960 dans le monde entier.

Son retrait du service commença avec l'arrivée du Britannia en 1959. Mais c'est surtout l'arrivée de l'Argosy et du C-130 Hercules, en 1967 et 1968, qui va sonner le glas de sa carrière militaire. La variante de reconnaissance météorologique fut utilisée de 1950 au 31 juillet 1964, avec le 202e squadron basé à RAF Aldergrove dans l'Irlande du Nord. Ils furent remplacés par des satellites. La dernière version utilisée fut le Hastings T5, destinée à l'origine à l'entraînement aux systèmes de navigation pour les équipages des bombardiers type V. Les Hastings T5 effectuèrent des missions de reconnaissance lors de l'hiver 1975-1976 avant d'être retirés du service de la RAF le 30 juin 1977.

153 exemplaires furent construits entre 1947 et 1952, les 2 prototypes inclus. 147 rejoignirent la RAF et 4 la force aérienne de la Nouvelle-Zélande. Désignés Hastings C3, ils furent opérés par le 40e squadron. L'un d'entre eux s'écrasa à RAAF Base Darwin, causant d'énormes dommages dans la ville. Quand aux autres, basés à RNZAF Base Ohakea, ils eurent de tels problèmes notamment avec les pièces d'approvisionnement en huile qu'ils furent surnommés… les meilleurs trimoteurs au monde… Ils furent finalement remplacés par le C-130 en 1965.

Les Hastings furent impliqués dans 19 accidents ou incidents. 4 exemplaires au complet sont aujourd'hui exposés, dont 3 au Royaume-Uni. 3 de ces exemplaires sont des Hastings T5.


Versions :

HP.67 Hastings : Prototypes, 2 exemplaires.

Hastings C1 : 1ere version de série, moteurs Bristol Hercules 101, 94 exemplaires. 1er vol le 25 avril 1947.

Hastings Met1 : Version de reconnaissance météorologique destinée au Coastal Command, au moins 6 exemplaires neufs. Peut-être 10 à 19 Hastings C1 modifiés à partir de 1950 et utilisés par le 202e squadron, en Irlande du Nord et à Gibraltar, jusqu'au 31 juillet 1964.

Hastings C2 : Version améliorée avec un empennage horizontal agrandi, et des moteurs Bristol Hercules 106. 43 exemplaires.

Hastings C1A : 86 Hastings C1 maximum portés au standard C2.

HP.95 Hastings C3 : Hastings C2 motorisés avec des Bristol Hercules 737 et destinés à la Nouvelle-Zélande, 4 exemplaires.

HP.94 Hastings C4 : Version de transport de VIP et de liaison, 4 exemplaires. Ils furent utilisés par le 24e squadron.

HP.67 Hastings T5 : 8 Hastings C1 modifiés en 1959 à ce standard par Airwork Ltd à Blackbushe Airport, dans le Surrey.

Ils furent au départ modifiés pour entraîner les futurs équipages de bombardiers de type V (Valiant, Victor et Vulcan) au système de navigation et de bombardement H2S Mk 9, situé dans un radôme ventral. Ils servirent en tant que tel pendant les années 1970 au Bomber Command Bombing School à RAF Lindholme. En avril 1968, ils furent intégrés au Strike Command Bomber School. Entre novembre 1975 et juin 1976, ils furent utilisés dans des missions de reconnaissance contre le Pacte de Varsovie par le 230e Operational Conversion Unit (connu de manière informelle sous le nom de 1066e Squadron). Ils furent les derniers Hastings à être retirés du service, en 1977.



https://fr.wikipedia.org/wiki/Handley_Page_Hastings

https://en.wikipedia.org/wiki/Handley_Page_Hastings

https://en.wikipedia.org/wiki/Handley_Page_Hermes

https://shortfinals.wordpress.com/2011/06/11/handley-page-hastings-coal-cod-and-the-cold-war/

http://www.aviastar.org/air/england/handley_hastings.php

http://www.nationalcoldwarexhibition.org/research/collections/handley-page-hastings/

http://www.paradata.org.uk/content/handley-page-hastings-aircraft

http://www.202-sqn-assoc.co.uk/handley-page-hastings-datasheet.html

http://www.airteamimages.com/handley-page-hastings_t42-798.html
Re: Handley Page HP.67 Hastings à 10/09/2015 13:52 Clansman
La fiche sur le site
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 10 septembre 2015 13:07, modifié le . ©AviationsMilitaires