Rappels

Histoire de l'appareil

En 1979, le gouvernement soviétique lança le programme MFI (Mnogo-funksionalni Frontovoy Istrebitel, chasseur tactique multirôle), destiné à remplacer les MiG-29 et Su-27. En conséquence, la mission première du future appareil était la supériorité aérienne, avec une bonne capacité d'attaque au sol.

Sukhoï, MiG et Yakovlev répondirent à l'appel, mais seuls les deux premiers furent retenus et le projet de Yakovlev resta à l'état de maquette. Les appareils construits furent respectivement le S-37 Berkut et le MiG 1.44. Ce dernier fut conçu par une équipe menée d'abord par Grigori Sedov, puis par Youri Vorontnikov. La collaboration avec le TsAGI pour définir l'aérodynamique du futur appareil commença en 1983.

Les premiers tests aérodynamiques furent effectués à l'aide de maquettes radio-contrôlées, pesant une demie-tonne et larguées d'un hélicoptère, sous la responsabilité du TsaGi. Ces tests montrèrent que l'appareil restait contrôlable à des angles d'attaque de 60°. C'est en 1986, que les projets furent soumis à une revue de détail pour approbation, marquant le véritable départ du programme MFI, dont l'entrée en service était prévue entre 2006 et 2008. Le MFI avait reçut une nouvelle mission : contrer le chasseur qui serait issu du concours ATF aux États-Unis, le futur F-22.

En 1988, MiG reçut des spécifications opérationnelles de l'éventuelle version de série MiG 1.44. En 1991 la force aérienne soviétique accepta le concept, ouvrant la voie à la construction d'un démonstrateur. Celui-ci était à moitié construit lors que le mur de Berlin tomba, entraînant l'URSS dans sa chute.

Ce prototype, destiné à valider la formule aérodynamique et l'avionique, sortit d'usine début 1994. Les essais au sols démarrèrent dans l'année à Zhukovsky avec Roman Taskayev aux commandes, et un premier vol était prévu pour 1995. Mais la situation de la Russie, des difficultés de mise au point et le manque de financement fit que le programme fut retardé de plusieurs années. De plus, MiG essaya en 1995 et 1997 de convaincre le gouvernement russe de déclassifier le projet, afin de le faire participer à des shows aériens, mais en pure perte.

Le programme MFI lui-même fut annulé par l'armée en mars 1997 car coûtant trop cher. MiG lui-même dut se restructurer au niveau directorial pour survivre et trouver des sources de financement, notamment auprès du ministère de la Défense. C'est fin 1998 que le gouvernement russe accepta de dévoiler l'existence du MiG 1.44. Il fut finalement dévoilé au public le 12 janvier 1999. On a longtemps cru à l'existence d'un second prototype, il s'agit sans doute de la cellule d'essai statique. Le démonstrateur portait le code "01 bleu" et porte désormais le code "144 bleu".

La désignation 1.44 renvoie au prototype lui-même, tandis que la désignation Izdeliye 1.42, qui intrigua l'Occident pendant une décennie, renvoie à une éventuelle version de série. Des sources attribuent au MiG 1.44 la désignation OTAN Flatpack (meuble en kit). D'autres sources vont même jusqu'à attribuer au MiG 1.42 la désignation OTAN "Foxglove" (digitale, comme la fleur). Enfin, les désignation MiG-35 et MiG-39 lui furent même un temps attribuées officieusement.

Le MiG 1.44 s'inspire de concepts aérodynamiques édictés par le TsAGI. De fait, avec ses plans canards mobiles (suggérés par le TsAGI), ses entrées d'air ventrales et ses ailes delta, il rappelle le MiG YE-8 des années 1960, mais il est biréacteur et plus grand. On peut aussi le voir comme une sorte de mélange entre MiG-29 et Typhoon. Ces plans canards sont situés juste derrière le cockpit et la flèche des ailes est de 52°. 2 quilles ventrales sont situées juste sous les dérives.

La silhouette générale reflète un certain degré de furtivité, et la version de série aurait sans doute été construite en matériaux absorbants. Le MiG 1.44 a lui été construit en alliages d'aluminium pour 35% du poids, en acier et titane pour 30% et en composites pour 30%. Le MiG 1.44 est propulsé par 2 Soloviev D-30F6 (ceux du MiG-31) qui lui donnent une vitesse maximale de mach 2,35. Ces réacteurs sont alimentés par des conduits en S masquant les aubes des réacteurs. Ils furent testés sur un Tu-16 et un MiG-25 et prouvèrent que le MiG 1.44 aurait pu disposer d'une distance franchissable de 2500 miles, supérieure à celle du Su-27 de base. Le plafond aurait été supérieur à 70000 pieds.

Il est doté de commandes de vols électriques et d'écrans multifonctions. Le train est tricycle et rétractable, avec une roulette de nez diabolo se repliant vers l'arrière tandis que le train principal, à roue unique, se rétracte vers l'avant.

La version de série aurait été dotée d'un radar Phazotron N-014 à impulsions Doppler et antenne PESA, capable de suivre 20 cibles et d'en attaquer 6 simultanément, et d'un radar N-012 voyant sur les côtés. Les entrées d'air auraient été redessinées pour des réacteurs Saturn AL-41F de 17840 kgp chacun avec PC qui lui auraient donné une capacité de supercroisière et une vitesse maximale de mach 2,6. Ses tuyères auraient été à poussée vectorielle, ces dernières pour améliorer tant la maniabilité que les performances ADAC. Les pétales, obliquant verticalement et horizontalement, auraient été en céramique afin de limiter la signature infrarouge.

Il aurait disposé d'un canon GSh-301 de 30 mm avec 250 obus et d'une soute interne dotée de 12 points d'emport et capable de contenir 8 missiles R-77. Des points d'emport sous voilure permettaient d'emporter au total 6000 kg de charges externes. Des missiles AA-11 et AA-12, ainsi que K-37 et K-74, étaient prévus. Des contres-mesures électroniques auraient été installés à la base des canards, des quilles ventrales et des dérives. Une rumeur courut même sur une technologie furtive à base de plasma… Le prix unitaire était alors estimé à la moitié de celle du F-22, soit 70 millions de dollars.

Toutes ces données firent dire aux experts russes que la version de série aurait eu une section radar égale à celle du F-22, tandis que les experts occidentaux jugeaient l'appareil plutôt fait pour les grandes vitesses, certes maniable même à haute incidence, mais que la furtivité reste secondaire malgré certains efforts. La suite des événements fit que l'on en saura jamais rien.

Le MiG 1.44 effectua son vol inaugural le 29 février 2000, avec Vladimir Gorbunov aux commandes. Il s'agissait certainement de sauver l'honneur face à Sukhoï, dont le S-37 Berkut avait volé dès 1997. Ce vol dura 18 minutes et l'appareil atteignit la vitesse de 600 km/h et l'altitude de 1000 m. Le pilote décrivit l'appareil comme "docile". Il n'effectua qu'un second vol d'essai, le 27 avril pendant 22 minutes, avant l'annulation du programme. On se posa alors des questions sur d'éventuels défauts, mais on sait désormais que le programme PAK-FA avait été lancé dès 1999. Le prototype fut mis sous cocon dans un hangar.

MiG avait prévu une version biplace, de même qu'un dérivé plus léger et monoréacteur, le MiG 4.12. Ce dernier devait sans doute répondre au programme LFI (Lyogkiy Frontovoy Istrebitel, chasseur léger de première ligne), qui fut annulé dès 1992.

Le sort du MiG 1.44 est longtemps resté inconnu, et l'apparition du Chengdu J-20 en 2011 entraîna même des rumeurs comme quoi il aurait été inspiré par le MiG 1.44. Mais il fut dévoilé en décembre 2013 qu'il avait été placé en stockage à long terme à l'extérieur de l'institut de recherche aéronautique de Gromov, à Zhukovsky. Il fut transféré dans un hangar en 2013. Sa destruction n'est pas envisagée. 4 autres cellules auraient été commencées mais non achevées, et seraient peut-être toujours stockées à l'usine de Sokol. Bien qu'il soit vieux de 15 ans, la plupart des informations concernant le MiG 1.44 sont toujours classifiées.

Le MiG 1.44 fut dévoilé pour la première fois au public au salon du MAKS 2015, en août.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Mikoyan-Gourevitch MiG 1.44 (OTAN : Flatpack) : Prototype motorisé par des Soloviev D-30F6. 1 exemplaire.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG 1.42 : Désignation d'une éventuelle version de série.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG 4.12 : Projet d'une version monoréacteur plus légère.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Mikoyan-Gourevitch MiG 1.42 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Flèche des ailes : 52 °
  • Envergure des canards : 5 m (16 ft)
  • Masse maxi au décollage : 35 000 kg (77 162 lbs)
  • Masse normale au décollage : 28 000 kg (61 729 lbs)
  • Masse à vide : 18 000 kg (39 683 lbs)
  • Hauteur : 4,5 m (14,764 ft)
  • Envergure : 15 m (49 ft)
  • Longueur : 19 m (62 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 4 000 km (2 485 mi, 2 160 nm)
  • Plafond opérationnel : 21 555 m (70 719 ft)
  • Mach maximal HA : Mach 2,6
  • Vitesse maximale HA : 2 760 km/h (1 715 mph, 1 490 kts)

Motorisation

  • 2 turbofans AL-41F
  • Puissance unitaire : 18 000 kgp (177 kN, 39 683 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
à 02/09/2005 22:05 Ex-Lionel
:lol: :lol:

Et bien en plus
à 03/09/2005 01:04 Ex-airazor
ca serait bien s'il vienne au quebec
à 02/09/2005 23:35 Ex-Lionel
J'avais oublier le non c'est bien celuit la :wink: :wink:

Et je peut te dir que il était avec mois à Payerne en Suisse lors du dernier grand meeting et ont à vu ensemble voler le Rafale le Typhoon le Gripen

Il m'a confirmer que les apareil suivant était bien plus redoutable a voir voler

SU-37

SU-27SKM

MIG-29SMT

MIG-29OVT

Et le fameux SU-47

de toute sa vie il n'a jamais vu voler un tel avions
il fait carrément des demitour en s'érrêtant dans l'aire comme le SU-37 mais il les fait beaucoup plus vite et même plus lentement

Ce qui prouve sont agilité tans tout les domaine

Il m'a même mentionner que le SU-37 était redoutable à voir mais ridicule par rapport au SU-47 :wink: :wink:
à 02/09/2005 23:36 Ex-Lionel
Il à ajouter que les avions occidentaux présent l'année précédante à Payerne était pathétique et ridicule
à 02/09/2005 23:22 Ex-airazor
moi j'ai vu aucun avion voler
ton ami est-i allé a joukowski
à 03/09/2005 15:37 Ex-Lionel
Faudrait déjà qu'il vienne en Europe :wink: :wink:
à 03/09/2005 17:40 Ex-airazor
http://jpcolliat.free.fr/mig144/histoire.htm



un lien
à 03/09/2005 18:30 Ex-Lionel
Très intéressant :wink: :wink:
Re: MIG-1.44 à 23/06/2015 07:56 Clansman
Je m'excuse d'avance pour la faiblesse de mon texte par rapport aux autres fiches françaises. :mrgreen:



En 1979, le gouvernement soviétique lança le programme MFI (Mnogo-funksionalni Frontovoy Istrebitel, chasseur tactique multirôle), destiné à remplacer les MiG-29 et Su-27. En conséquence, la mission première du future appareil était la supériorité aérienne, avec une bonne capacité d'attaque au sol.

Sukhoï, MiG et Yakovlev répondirent à l'appel, mais seuls les deux premiers furent retenus et le projet de Yakovlev resta à l'état de maquette. Les appareils construits furent respectivement le S-37 Berkut et le MiG 1.44. Ce dernier fut conçu par une équipe menée d'abord par Grigori Sedov, puis par Youri Vorontnikov. La collaboration avec le TsAGI pour définir l'aérodynamique du futur appareil commença en 1983.

Les premiers tests aérodynamiques furent effectués à l'aide de maquettes radio-contrôlées, pesant une demie-tonne et larguées d'un hélicoptère, sous la responsabilité du TsaGi. Ces tests montrèrent que l'appareil restait contrôlable à des angles d'attaque de 60°. C'est en 1986, que les projets furent soumis à une revue de détail pour approbation, marquant le véritable départ du programme MFI, dont l'entrée en service était prévue entre 2006 et 2008. Le MFI avait reçut une nouvelle mission : contrer le chasseur qui serait issu du concours ATF aux États-Unis, le futur F-22.

En 1988, MiG reçut des spécifications opérationnelles de l'éventuelle version de série MiG 1.44. En 1991 la force aérienne soviétique accepta le concept, ouvrant la voie à la construction d'un démonstrateur. Celui-ci était à moitié construit lors que le mur de Berlin tomba, entraînant l'URSS dans sa chute.

Ce prototype, destiné à valider la formule aérodynamique et l'avionique, sortit d'usine début 1994. Les essais au sols démarrèrent dans l'année à Zhukovsky avec Roman Taskayev aux commandes, et un premier vol était prévu pour 1995. Mais la situation de la Russie, des difficultés de mise au point et le manque de financement fit que le programme fut retardé de plusieurs années. De plus, MiG essaya en 1995 et 1997 de convaincre le gouvernement russe de déclassifier le projet, afin de le faire participer à des shows aériens, mais en pure perte.

Le programme MFI lui-même fut annulé par l'armée en mars 1997 car coûtant trop cher. MiG lui-même dut se restructurer au niveau directorial pour survivre et trouver des sources de financement, notamment auprès du ministère de la Défense. C'est fin 1998 que le gouvernement russe accepta de dévoiler l'existence du MiG 1.44. Il fut finalement dévoilé au public le 12 janvier 1999. On a longtemps cru à l'existence d'un second prototype, il s'agit sans doute de la cellule d'essai statique. Le démonstrateur portait le code "01 bleu" et porte désormais le code "144 bleu".

La désignation 1.44 renvoie au prototype lui-même, tandis que la désignation Izdeliye 1.42, qui intrigua l'Occident pendant une décennie, renvoie à l 'éventuelle version de série. Des sources attribue au MiG 1.44 la désignation OTAN Flatpack (meuble en kit), qui est fausse puisque l'OTAN n'attribue plus de codes OTAN depuis la chute de l'URSS. D'autres sources vont même jusqu'à attribuer au MiG 1.42 la désignation OTAN "Foxglove" (digitale, comme la fleur). Enfin, les désignation MiG-35 et MiG-39 lui furent même un temps attribuées officieusement.

Le MiG 1.44 s'inspire de concepts aérodynamiques édictés par le TsAGI. De fait, avec ses plans canards mobiles (suggérés par le TsAGI), ses entrées d'air ventrales et ses ailes delta, il rappelle le MiG YE-8 des années 1960, mais il est biréacteur et plus grand. On peut aussi le voir comme une sorte de mélange entre MiG-29 et Typhoon. Ces plans canards sont situés juste derrière le cockpit et la flèche des ailes est de 45°. 2 quilles ventrales sont situées juste sous les dérives.

La silhouette générale reflète un certain degré de furtivité, et la version de série aurait sans doute été construite en matériaux absorbants. Le MiG 1.44 a lui été construit en alliages d'aluminium pour 35% du poids, en acier et titane pour 30% et en composites pour 30%. Le MiG 1.44 est propulsé par 2 Soloviev D-30F6 (ceux du MiG-31) qui lui donnent une vitesse maximale de mach 2,35. Ces réacteurs sont alimentés par des conduits en S masquant les aubes des réacteurs. Ils furent testés sur un Tu-16 et un MiG-25 et prouvèrent que le MiG 1.44 aurait pu disposer d'une distance franchissable de 2500 miles, supérieure à celle du Su-27 de base. Le plafond aurait été supérieur à 70000 pieds.

Il est doté de commandes de vols électriques et d'écrans multifonctions. Le train est tricycle et rétractable, avec une roulette de nez diabolo se repliant vers l'arrière tandis que le train principal, à roue unique, se rétracte vers l'avant.

La version de série aurait été dotée d'un radar Phazotron N-014 à impulsions Doppler et antenne PESA, capable de suivre 20 cibles et d'en attaquer 6 simultanément, et d'un radar N-012 voyant sur les côtés. Les entrées d'air auraient été redessinées pour des réacteurs Saturn AL-41F de 17840 kgp chacun avec PC qui lui auraient donné une capacité de supercroisière et une vitesse maximale de mach 2,6. Ses tuyères auraient été à poussée vectorielle, ces dernières pour améliorer tant la maniabilité que les performances ADAC. Les pétales, obliquant verticalement et horizontalement, auraient été en céramique afin de limiter la signature infrarouge.

Il aurait disposé d'un canon GSh-301 de 30 mm avec 250 obus et d'une soute interne dotée de 12 points d'emport et capable de contenir 8 missiles R-77. Des points d'emport sous voilure permettaient d'emporter au total 6000 kg de charges externes. Des missiles AA-11 et AA-12, ainsi que K-37 et K-74, étaient prévus. Des contres-mesures électroniques auraient été installés à la base des canards, des quilles ventrales et des dérives. Une rumeur courut même sur une technologie furtive à base de plasma… Le prix unitaire était alors estimé à la moitié de celle du F-22, soit 70 millions de dollars.

Toutes ces données firent dire aux experts russes que la version de série aurait eu une section radar égale à celle du F-22, tandis que les experts occidentaux jugeaient l'appareil plutôt fait pour les grandes vitesses, certes maniable même à haute incidence, mais que la furtivité reste secondaire malgré certains efforts. La suite des événements fit que l'on en saura jamais rien.

Le MiG 1.44 effectua son vol inaugural le 29 février 2000, avec Vladimir Gorbunov aux commandes. Il dura 18 minutes et l'appareil atteignit la vitesse de 600 km/h et l'altitude de 1000 m. Le pilote décrivit l'appareil comme "docile". Il n'effectua qu'un second vol d'essai, le 27 avril pendant 22 minutes, avant l'annulation du programme. On se posa alors des questions sur d'éventuels défauts, mais on sait désormais que le programme PAK-FA avait été lancé dès 1999. Le prototype fut mis sous cocon dans un hangar.

MiG avait prévu une version biplace, de même qu'un dérivé plus léger et monoréacteur, le MiG 4.12. Ce dernier devait sans doute répondre au programme LFI (Lyogkiy Frontovoy Istrebitel, chasseur léger de première ligne), qui fut annulé dès 1992.

Le sort du MiG 1.44 est longtemps resté inconnu, et l'apparition du Chengdu J-20 en 2011 entraîna même des rumeurs comme quoi il aurait été inspiré par le MiG 1.44. Mais il fut dévoilé en décembre 2013 qu'il avait été placé en stockage à long terme au hangar de l'institut de recherche aéronautique de Gromov, à Zhukovsky. En 2012, il était même stocké à l'extérieur et put être photographié de loin. Sa destruction n'est pas envisagée. 4 autres cellules auraient été commencées mais non achevées, et seraient peut-être toujours stockées à l'usine de Sokol. Bien qu'il soit vieux de 15 ans, la plupart des informations concernant le MiG 1.44 sont toujours classifiées.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Mikoyan_MiG_1.44

http://tomcat85.free.fr/Mig-1.44.php

http://www.avion-de-combat.com/Avion-de-combat/MiG-144_Izdelle/MiG-144_Izdelle.html

http://red-stars.org/spip.php?article79

http://jpcolliat.free.fr/mig144/histoire.htm

http://jpcolliat.free.fr/mig144/description.htm



http://en.wikipedia.org/wiki/Mikoyan_Project_1.44

http://www.airvectors.net/avruff.html#m1

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=724

http://www.military-today.com/aircraft/mikoyan_mig_mfi.htm

http://fas.org/man/dod-101/sys/ac/row/mfi.htm

http://www.aviastar.org/air/russia/mig-142.php

http://www.fighter-planes.com/info/mig142.htm

http://www.ruaviation.com/news/2013/12/30/2114/

http://www.globalaircraft.org/planes/mig-142.pl
Re: MIG-1.44 à 23/06/2015 09:28 Jericho
Je m'excuse d'avance pour la faiblesse de mon texte par rapport aux autres fiches françaises. :mrgreen:
C'est surtout en versions et numéros de série par force aériennes utilisatrices qu'il est un peu "léger"… :mrgreen:

Merci Clansman pour cette fiche. ;)
Re: MIG-1.44 à 23/06/2015 11:11 Clansman
La fiche sur le site

Avec une première photo qui, malgré sa relative qualité, est un véritable scoop puisqu'on sait ce qu'il est devenu (il est tout au fond).
Re: MIG-1.44 à 23/06/2015 11:29 Ansierra117
L'OTAN n'attribue plus de code de désignation des appareils russes depuis la chute de l'URSS? Ah oui? Je savais pas :)
Super fiche très instructive :)
Re: MIG-1.44 à 23/06/2015 12:08 Clansman
L'OTAN n'attribue plus de code de désignation des appareils russes depuis la chute de l'URSS? Ah oui ? Je savais pas.

Ben, avec les tensions actuelles ça va peut-être revenir. :mrgreen:

Super fiche très instructive

Merci !
Re: MIG-1.44 à 26/06/2015 20:55 Nico2
Merci pour cette fiche.:)

Aucune faiblesse dans le texte de mon point de vue. ;)
Re: MIG-1.44 à 06/08/2015 01:33 Ansierra117
MiG ressort des cartons le MiG 1.44 MFI
Re: MIG-1.44 à 21/08/2015 18:00 Ansierra117
Je savais que j'aurais pas du quitter la Russie trop tôt…j'ai raté l'expo navale de Saint-Pétersbourg et pire…le MAKS :

Le MiG 1.44 MFI sera présenté au public (et en plus il y a des infos sur le développement de l'appareil).

Préparez vos appareils photos les gars !
Re: MIG-1.44 à 21/08/2015 18:12 Clansman
Eh ben voilà, il suffit que je fasse une fiche pour que les choses bougent. :mrgreen:
Re: MIG-1.44 à 21/08/2015 21:42 d9pouces
C'est toujours mieux que le faire crasher rien qu'en le photographiant ! :p

On aura peut-être de jolies photos de l'appareil.

Ansierra > pourtant, le MAKS était prévisible !
Re: MIG-1.44 à 22/08/2015 10:11 Tyreann
Oui ! Ça fait un bail que j'avais regardé les prix Yerevan-Moscou moi. Mais c'est hélas hors budget !
Re: MIG-1.44 à 22/08/2015 10:46 Ansierra117

d9pouces a écrit

Ansierra > pourtant, le MAKS était prévisible !

Oui mais la fin de mon visa en juin et mon blacklistage de Russie, beaucoup moins :mrgreen:

Tyreann a écrit

Oui ! Ça fait un bail que j'avais regardé les prix Yerevan-Moscou moi. Mais c'est hélas hors budget !

J'en avais eu pour une centaine d'euros 2 mois en avance sur Aeroflot (et les hôtesses d'Aeroflot…)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le May 30, 2015, 12:07 a.m., modifié le . ©AviationsMilitaires