Rappels

Histoire de l'appareil

À la fin des années 1950, l’armée suisse décide de se doter de chasseurs supersoniques et plusieurs concurrents sont évalués. L’A-4 "Skyhawk", le F-8 "Crusader" et le G-91 ne sont pas jugés à la hauteur. Le F-104 "Starfighter" demande un pilotage trop pointu pour des pilotes de milice et ne bénéficie pas encore de missiles à guidage radar. Le F-11F-1F "Supertiger" n’est pas encore (et ne sera jamais) produit en série et le J-35 "Draken" est jugé un cran en dessous du Mirage III…

En 1962, c’est un crédit de 871 millions de francs qui est débloqué pour l’achat de 100 Mirage III polyvalents, à construire sous licence en Suisse.

Un premier Mirage IIIC est livré au service technique de l’armée suisse pour être testé et pour définir les modifications à apporter aux appareils de série. Les Troupes d’Aviations devront tenir compte de l’avis d’ "experts" de l’État-major Général pour prendre ses décisions. Ces derniers, un peu dépassés, ne vont pas se rendre compte du gouffre financier dans lequel ils foncent en réclamants de nombreuses modifications, alors que le crédit est prévu pour l’achat de 100 Mirage IIIC de base :

- Le système de tir et de navigation américain Hughes TARAN-18, pouvant tirer des missiles Falcon guidés par radar HM-55S et infrarouge AIM-26B, est préféré au radar Cyrano jugé insuffisant.
- Le système d’arme Hughes TARAN ne rentrant pas dans le nez de l’appareil, c’est une cellule de Mirage IIIE, qui bénéficie de plus de place, qui est retenue. Plus long et plus lourd, cette version est équipée du réacteur ATAR 9C plus puissant… et plus cher.
- Le fuselage étant plus long de 30cm, il n’est plus possible de manœuvrer correctement l’avion dans les cavernes : un système de basculement du nez sur le côté est mis au point.
- Les entrées des cavernes sont trop basses et il est impossible de limer le haut des entrées en béton armé de plusieurs mètres d’épaisseur… on modifie la jambe du train avant avec un système pneumatique qui permet, en se gonflant, de lever le nez de l’appareil et par conséquent de baisser la dérive pour qu’elle passe de justesse.
- Des points d’accrochage au dessus de la cellule sont installés afin de pouvoir suspendre les appareils pour les déplacer dans les cavernes.
- Le train d’atterrissage doit être renforcé pour supporter les atterrissages en général plus durs sur les pistes des vallées encaissées.
- L’appareil doit disposer de capacités air-sol, on adapte le système d’arme aux bombes lisses de 454 kg, mais également pour l’utilisation du missile AS-30 NORAS. Le Mirage IIIS est donc équipé de trois manches : un pour piloter l’appareil, un pour diriger l’antenne radar et un pour guider l’AS-30.
- Un système est adapté pour pouvoir utiliser des fusées d’appoints au décollage JATO permettant des décollages en moins de 400 mètres.
- L’idée que l’appareil doit aussi pouvoir effectuer la reconnaissance aérienne est abandonnée, et il est décidé de commander 18 Mirage III R.

Au moment de faire les comptes… le Conseil Fédéral demande un crédit additionnel de 576 millions de francs (dont 93 que pour le système d’arme). Ce dépassement du budget de 66% déclenche une tempête : commissions d’enquêtes parlementaires, rapports accablants… Le chef des Troupes d’Aviation est licencié, le chef de l’Etat-major et le Conseiller fédéral responsable de l’armée démissionnent.

En 1964, il est décidé de ne commander que 56 appareils en plus du premier Mirage IIIC : 2 Mirage IIIBS d’entrainement, 18 Mirage IIIRS de reconnaissance et seulement 36 Mirage IIIS d’interception et d’attaque au sol.

Deux Mirage IIBS sont achetés quelques années plus tard, puis deux autres Mirage IIIDS en 1983.

Par la suite, tous les Mirage III suisses seront également équipés de missiles AIM-9 Sidewinder.

Au début des années 1980, une étude désignée KAWEST 85 est lancée pour améliorer les performances des Mirage. Elle aboutira à certaines modifications des cellules et de l’électronique : empennages canard, déflecteurs de nez, nouveau frein de bouche pour les canons DEFA 30 mm, bidon ventral à basse traînée de 730 L, bidons supersoniques de 500 L largables, système de contre-mesures électroniques avec détecteurs radar AN/ALR-67, lances-leurres électromagnétiques et infrarouge AN/ALE-40, nouvelles radios UHF/VHF, nouvel indicateur d’incidence et nouveau siège éjectable zéro-zéro SRM 6. Les missiles AS-30 sont abandonnés. Les Mirage IIIRS sont repeints en gris et verts, les autres en gris basse-visibilité.
Les Mirage IIIS sont mis à la retraite en 1999, les Mirage IIIBS, DS et RS en 2003.

Une dizaine d’appareils se sont crashés, faisant 3 morts. Plusieurs ont "fauchés" des arbres et ont pu être ramenés à la base. D’autres cellules ont encaissés jusqu’à +12 G durant des manœuvre d’évitement, sans dégâts structurels dus au facteur de charge, permettant au pilote de s’en sortir sain et sauf…


Texte de Jericho, avec son aimable autorisation.

Informations techniques

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 12 000 kg (26 455 lbs)
  • Masse à vide : 6 740 kg (14 859 lbs)
  • Surface alaire : 34,8 m² (374,584 sq. ft)
  • Hauteur : 4,5 m (14,764 ft)
  • Envergure : 8,22 m (26,969 ft)
  • Longueur : 15,27 m (50,098 ft)

Performances

  • Rapport poussée/masse, à vide : 0,64
  • Rapport poussée/masse, à vide, avec PC : 0,89
  • Charge alaire, à vide : 193,678 kg/m² (39,668 lbs/sq. ft)
  • Rapport poussée/masse, au décollage : 0,36
  • Rapport poussée/masse, au décollage, avec PC : 0,5
  • Charge alaire, au décollage : 344,828 kg/m² (70,626 lbs/sq. ft)

Équipage

  • Équipage : 1
  • Siège éjectable : Martin-Baker SRM-6

Motorisation

  • 1 réacteur SNECMA Atar 9C-3
  • Puissance unitaire : 4 300 kgp (42 kN, 9 480 lbf) , 6 000 kgp (59 kN, 13 228 lbf) avec post-combustion

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Charge utile et armement

  • 2 canons DEFA 552
  • Calibre : 30 mm (1,18 in)
  • Munitions : 125 coups
  • Charge militaire : 5 260 kg (11 596 lbs)
  • Note : Equipements : Viseur Ferranti, radio VHF et UHF, centrale gyroscopique Sperry 810, centrale aérodynamique Litton LC3, système d’arme et de navigation Hughes TARAN-18, IFF, détecteur de radar AN/ALR-67, lance-leurres AN/ALE-40 IR et EM.

Charges externes

Bombes
  • 2 bombes lisses Mk 65
Missiles

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Exemplaires construits

  • Aucun exemplaire n'a été enregistré pour cet appareil.

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
à 22/11/2005 14:28 Ex-sam
j ai commencé par ca mais a par une photo elle ne parle pas du tout de la version suisse.
à 22/11/2005 14:34 Ex-daniel
voici une photo intéressante dit moi si c'est ça que tu voulais:
http://www.globalsecurity.org/military/world/europe/images/mirage-3s-005.jpg
à 22/11/2005 17:31 Ex-Draken
A part le Radar, et le plan canard. Il n'y a pas d'autre différence avec le Model E sam.

Le plan canard améliore aussi la manoeuvrabilité bien entendu, désolé d'avoir oublié de le préciser.
à 22/11/2005 20:19 Ex-hadri
Est ce qu'il est manoeuvrable sur le mirage ??? ça m'étonerai fort … je pense que ce genre de plans fixes augmente la trainée mais doit mieux canaliser le flux d'air à la surface de l'aile….
à 22/11/2005 20:23 Ex-airazor
Je pense qu'il joue le meme role que les arretes du 2000, améliorer l'écoulement d'air.
à 22/11/2005 23:03 Ex-RaZieL
video mirage III S suisse sur les Alpes (long a dl)

[url:cfba6]http://www.patricksaviation.com/videos.php?action=view&id=14&go=download[/url:cfba6]

on y apercoie les ailes canard
à 22/11/2005 23:48 Ex-sam
ce sont des plans canard fixes???
dans ce cas en quoi peuvent ils ralentir en phase d aterissage??
à 23/11/2005 11:54 Ex-Draken
Le Plan canard augmente la trainée, c'est connu.

Augmentation de trainée = diminution de vitesse. CQFD

Pas besoin qu'il se braque a la verticale pour servir d'aérofrein, quand même, sinon, celà servirai plus comme "ancre" :lol:
à 24/11/2005 16:47 Ex-sam
ok merci beaucoup pr toutes ces infos.

si j'ai bien compris, ils ne servent pas a grand chose non?

ou du moin, ils n offrent aucun avantage concret face a un mirage III.

dites moi si jme trompe. :) :) :)
à 24/11/2005 17:02 Ex-Draken
Ben disont, que fondamentalement, non.

Le plan canard fixe, qui comme expliqué, permet une meilleur circulation de l'air et permet de diminuer un petit peu la vitesse d'atterissage et donc la longueur de la piste nécessaire.

Autrement dit, avec ou sans plan canard fixe, ils valent la même chose à peu de chose près.
à 24/11/2005 17:49 Ex-sam
ok merci beaucoup. ca m intrigué. :lol: :lol: :lol:
à 24/11/2005 18:54 Ex-daniel
moi non plus je ne savais pas tout cela.
merci à tous ceux qui ont donné toutes ces réponses complètes.
:navy:
Mirage IIIDS à 02/09/2008 13:00 Ex-cedric
Bonjour à tous,
Pour ceux qui ont les moyens (environ 10000€), vous pouvez dès maintenant vous offrir un vol en Mirage III.
Allez voir à l'adresse suivante : http://www.clindailes.ch. Il existait déjà la possibilité de voler en Huntrer, mais ils viennent d'obtenir l'immatriculation civile pour leur Mirage IIIDS.
Cédric
Re: Mirage III S à 02/09/2008 13:32 PCmax
Merci pour l'info Cédric… 8)

Vais-je enfin pouvoir faire un tour de MIII ?
Mmmmouais… Y'a quand même un truc qui me gêne…. :?





















…ce sont ces foutus plans canards ! :mrgreen:
Re: Mirage III S à 02/09/2008 17:57 Ex-HB-JVR

PCmax a écrit

Merci pour l'info Cédric… 8)

Vais-je enfin pouvoir faire un tour de MIII ?
Mmmmouais… Y'a quand même un truc qui me gêne…. :?





…ce sont ces foutus plans canards ! :mrgreen:

Quoi, sa te dérange ???



:mrgreen:
Re: Mirage III S à 11/02/2009 09:24 Ex-Beegee
Bonjour!

Il ne faudrait pas prendre les ingénieurs Helvètes pour des idiots, s'ils on mis des plans canard au IIIS c'est pas pour faire joli, les Suisses ont très grandement amélioré le Mirage III et le IIIS probablement le tout meilleur Mirage III à moteur ATAR . Les modifications des diverses versions du Mirage III l'ont alourdi et surtout le centrage idéal du Mirage IIIc s'est vu avancé sur les versions ultérieures comme par exemple le IIIe, centrage avancé = diminution de manouevrabilité et perte de performances, Le canard permet donc d'avancer le centre de poussé et le foyer de l'avion, permettant d'équilibrer un centrage de plus en plus avant à cause de l'emport de système plus sophistiqués mais aussi plus lourds. Il faut aussi prendre en compte la spécificité des aérodromes militaires Suisses situé en fond de vallée comme par exemple Meiringen, avec la possibilité d'atterrissage mauvais temps au GCA sur de très fortes pentes, économiser quelques kt sur la vitesse d'approche peut faire toute la différence opérationnelle dans ces conditions.
Re: Mirage III S à 11/02/2009 10:09 Clansman
Personne ici ne prend les ingénieurs suisses pour des idiots. :lol:

Merci pour le reste.
Re: Mirage III S à 18/03/2009 11:48 Ex-AMAUSPI974
Avant la guerre des 6 jours, Israel avait commandé des mirages français, et quand cette guerre a éclatée, la France a arrêté de livrer des mirages à l'Israel.Du coup, ils ont envoyés des commandos pour voler les plans du mirage pour créer leur propre avion, le KFIR.Depuis, Israel n'achète plus beaucoup de matériels français mais plutôt du matériel américain.
Re: Mirage III S à 18/03/2009 11:57 Guns
Amauspi,

Participe aux discussions, ça veut dire qu'il faut suivre le fil de la discussion en cours. Et non pas lancer par-ci par là des arguments que nous savons déjà. Ce n'est pas ça participer à un forum…

Et lorsqu'on avance un argument, on cite la source. Merci.
Re: Mirage III S à 18/03/2009 12:10 Clansman

AMAUSPI974 a écrit

Avant la guerre des 6 jours, Israel avait commandé des mirages français, et quand cette guerre a éclatée, la France a arrêté de livrer des mirages à l'Israel.Du coup, ils ont envoyés des commandos pour voler les plans du mirage pour créer leur propre avion, le KFIR.Depuis, Israel n'achète plus beaucoup de matériels français mais plutôt du matériel américain.

De plus, il y a des erreurs : pas de commandos, mais un espion qui a récupéré les plans du Mirage III ainsi que des machines-outils, en Suisse. Cela n'a pas donné naissance d'abord au Kfir, mais au Nammer (ou Nesher), qui peut être considéré comme un clone du Mirage 5. Le Kfir est dérivé de ce Nammer.

Depuis, Israël n'achète plus de matos français du tout ! :lol:

Source ? Ben tout cela est assez connu, en fait. :wink:
Répondre aux messages »

Comparaison

Comparer avec :
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:58, modifié le . ©AviationsMilitaires