Rappels

Histoire de l'appareil

Au début des années 1970, l'armée de l'air éprouva le besoin de disposer d'un appareil très spécifique, apte à recueillir des renseignements électroniques, qu'ils viennent des radars ou des communications. La mission principale est appelée SIGINT (Signal Intelligence), et est composée d'une partie ELINT (Electronic Intelligence, ou localisation des radars), et COMINT (Communication Intelligence, ou écoute des communications). 3 appareils furent prévus.

Le vecteur devait être capable d'effectuer de longues missions sans ravitaillement en vol, en clair être dérivé d'un avion de ligne. L'armée de l'air proposa un DC-8, dont elle disposait déjà de plusieurs exemplaires. Un DC-8-33, c/n 45570 et immatriculé F-BIUZ, fut acheté à UTA le 17 décembre 1973. Il reçoit l'immatriculation F-ZARK pour la durée des essais.

Il sera également modifié par UTA, dans un hangar au Bourget, pendant 3 ans. Le travail, très secret à l'époque, sera mené dans la plus grande discrétion. Extérieurement, il se distingue par un radôme ventral de 10 m, des nacelles en bout d'ailes et des antennes. Le travail est coordonné par l'Armée de l'Air, Thomson, ONERA, le CEV, la DGA, qui sont aidés d'ingénieurs de chez Douglas pour la partie aérodynamique.

Après des modifications et des tests qui durèrent 3 ans, l'appareil est finalement pris en compte par l'Armée de l'air le 15 juillet 1976. Il entre en service le 1er juin 1977 au sein de l’Escadron électronique 51 "Aubrac", spécialement créé le 1er avril 1976, et basé à Brétigny jusqu'au 12 décembre 1977, puis à Evreux.

Unique appareil de l'escadron, l'appareil est immatriculé F-RAFE et nommé SARIGuE (Système Aéroporté de Recueil des Informations de GUerre Électronique). L'équipage est constitué de 2 pilotes et d'un ingénieur de vol, ainsi que de 15 à 16 opérateurs systèmes (au moins 6 pour l'ELINT et 5 pour le COMINT), qui appartiennent tous à l'escadron. L'appareil sera toujours déployé vers les zones sensibles et envoyé en avant des troupes, notamment lors de la guerre du Golfe ou dans les Balkans.

Sa mission essentielle, stratégique, est de constituer une banque de données en analysant et classifiant les signaux de nouveaux systèmes d'armes, tels que batteries de radars,  navires, voire SNLE soviétiques, et, le cas échéant, les photographier. A ce titre, il survolait le nord de l'URSS vers Mourmansk, ou la Mer noire.

L'appareil restera discret pendant toute sa carrière, et loin des regards. Le secret est encore maintenu sur ses équipements, conçus par Thomson puis Thalès. Il sera retiré du service le 22 août 2001 après 19500 heures de vol pour l'armée de l'air. D'après le général Wolsztynski, "le coût d’entretien du DC-8 SARIGuE a atteint le budget de fonctionnement de six bases aériennes."

Il fut remplacé par un DC-8-72 à moteurs CFM-56, appelé SARIGuE-NG et immatriculé F-RAFD. Le projet avait commencé en 1993, à la demande de Pierre Joxe. L'appareil fut prélèvé sur l’ET 03/60 Estérel du COTAM, et modifié à partir de 1995 par l'AIA de Clermont-Ferrand. Les nouveaux équipements, d'un poids de 12 tonnes, viennent une fois de plus de Thomson-CSF. Il emporte 24 opérateurs et doit rester en service jusqu'en 2017.

Après 1 million d'heures de travail, il rejoint le premier DC-8 le 12 avril 2001 au sein de l'EE.51. Mais l'appareil est retiré du service dès le 17 septembre 2004, puis ferraillé fin 2006. En effet, le soutien de la cellule, le manque de pièces de rechange pour un appareil déjà ancien devenait de plus en plus onéreux, ainsi que les coûts d'exploitation.

Quand au F-RAFE, Il a été confié au musée du Bourget, qui l'a restauré et l'expose sur son parking depuis décembre 2009. Les C-160 Gabriel opéraient en complément du SARIGuE, mais sur un plan plus tactique : ils sont destinés à la détection, l'analyse et l'emplacement des sources de radar via leur systèmes de contre-mesures. Ils ont malgré tout repris les missions du SARIGuE depuis 2005.

Informations techniques

Éléments de reconnaissance

Aile basse, Aile cantilever, Aile en flèche, Monoplan, Aile à dièdre positif, 1 dérive, Dérive en flèche, Empennage conventionnel, Empennage horizontal à dièdre positif, Empennage horizontal en flèche, Train rétractable, Train tricycle, Nacelles sous les ailes, Quadriréacteur, Biplace côte-à-côte, Cockpit fermé

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 142 900 kg (315 041 lbs)
  • Masse à vide : 67 600 kg (149 033 lbs)
  • Surface alaire : 257 m² (2 771 sq. ft)
  • Hauteur : 11,67 m (38,287 ft)
  • Envergure : 43,53 m (142,815 ft)
  • Longueur : 45,95 m (150,755 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 954 km/h (593 mph, 515 kts)
  • Distance franchissable : 12 139 km (7 543 mi, 6 555 nm)
  • Plafond opérationnel : 12 192 m (40 000 ft)
  • Mach maximal HA : Mach 0,8
  • Rapport poussée/masse, à vide : 0,48
  • Charge alaire, à vide : 262,591 kg/m² (53,783 lbs/sq. ft)
  • Rapport poussée/masse, au décollage : 0,23
  • Charge alaire, au décollage : 555,093 kg/m² (113,692 lbs/sq. ft)

Équipage

  • Équipage : 3

Motorisation

  • 4 réacteurs Pratt & Whitney JT3D-3B
  • Puissance unitaire : 8 150 kgp (80 kN, 17 968 lbf)
  • Carburant (volume) : 87 500 l (23 115 US Gal., 19 247 UK Gal.)

Train d'atterrissage

  • Note : plus 15 à 16 opérateurs systèmes (24 pour le Sarigue NG)

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Charge utile et armement

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Exemplaires construits

  • Aucun exemplaire n'a été enregistré pour cet appareil.

Images

Images

Forum

Sujet complet »
à 28/06/2006 20:00 little boy
[quote:65443]d'autre part une forme de receuil qui n'est plus adaptée aux besoins actuels en matiere de recueils electronique .Ces appareils ne sont d'aucune discrétion ,peu polyvalents ,difficile à intégrer dans des opérations aériennes actuelles[/quote:65443]

le dc-8 SARIGUE était envoyé en avant des troupes, avant les opérations.
pour obtenir du renseignement pure et disposait de toutes les capacités en renseignement (6 postes ELINT, 5 COMINT, SIGINT et peut-être autres choses) alors que le C-160 gabriel ne fait que du ELINT et COMINT

il est vrai que son utilisation sur les théatre actuels n'était plus tout à fait adapté.

le C-160 gabriel représente la bonne alternative pour des conflits locaux tel que l'afrique…. (alors que le DC-8 avait des zones d'activités à l'échelle mondiale).

pourr le moment les seuls moyen qui ont-été mis en oeuvres pour compenser le DC-8 sont HELIOS et dans un proche avenir le drone NEURON.

mais je pense que la france doit disposer d'un appareil d'écoute électronique (même dans la perspective d'une future armée européenne) si elle veut rester maître de ses actions.
à 28/06/2006 20:23 ogotaï
quelque chose comme ça[/url:84685] ?
Il ne s'agit pour l'instant que d'un
démonstrateur[/url:84685], mais il semble prometteur, non ? :wink:
En tout cas, voici toujours une
"vue d'artiste"[/url:84685]
à 28/06/2006 20:30 little boy
c'était le terrain préféré du DC-8 SARIGUE.

car plus au nord se situait ce qu'on appelait "le bastion de la mer de kara" haut lieu de passage des avions d'écoutes suédois, américains… :?
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 15/07/2011 13:01 Clansman
au début des années 1970, l'armée de l'air éprouva le besoin de disposer d'un appareil très spécifique, apte à recueillir des renseignements électroniques, qu'ils viennent des radars ou des communications. La mission principale est appelée SIGINT (Signal Intelligence), et est composée d'une partie ELINT (Electronic Intelligence, ou localisation des radars), et COMINT (Communication Intelligence, ou écoute des communications).

Le vecteur devait être capable d'effectuer de longues missions sans ravitaillement en vol, en clair être dérivé d'un avion de ligne. L'armée de l'air proposa un DC-8, dont elle disposait déjà de plusieurs exemplaires. Un DC-8-33, c/n 45570 et immatriculé F-BIUZ, fut acheté à UTA le 17 décembre 1973. Il reçoit l'immatriculation F-ZARK.

Il sera également modifié par UTA, dans un hangar au Bourget, pendant 3 ans. Le travail, très secret à l'époque, sera mené dans la plus grande discrétion. Extérieurement, il se distingue par un radôme ventral de 10 m, des nacelles en bout d'ailes et des antennes. Le travail est coordonné par l'Armée de l'Air, Thomson, ONERA, le CEV, la DGA, qui sont aidés d'ingénieurs de chez Douglas pour la partie aérodynamique.

Après des modifications et des tests qui durèrent 3 ans, l'appareil est finalement pris en compte par l'Armée de l'air le 15 juillet 1976. Il entre en service le 1er juin 1977 au sein de l’Escadron électronique 51 "Aubrac", spécialement créé le 1er avril 1976, et basé à Brétigny jusqu'au 12 décembre 1977, puis à Evreux.

Unique appareil de l'escadron, l'appareil est immatriculé F-RAFE et nommé SARIGuE (Système Aéroporté de Recueil des Informations de GUerre Électronique). L'équipage est constitué de 2 pilotes et d'un ingénieur de vol, ainsi que de 15 à 16 opérateurs systèmes (au moins 6 pour l'ELINT et 5 pour le COMINT), qui appartiennent tous à l'escadron. L'appareil sera toujours déployé vers les zones sensibles et envoyé en avant des troupes, notamment lors de la guerre du Golfe ou dans les Balkans.

L'appareil restera discret pendant toute sa carrière, et loin des regards. Le secret est encore maintenu sur ses équipements, conçus par Thomson puis Thalès. Il sera retiré du service le 22 août 2001 après 19500 heures de vol pour l'armée de l'air. D'après le général Wolsztynski, "le coût d’entretien du DC-8 SARIGuE a atteint le budget de fonctionnement de six bases aériennes."

Il fut remplacé par un DC-8-72 à moteurs CFM-56, appelé SARIGuE-NG et immatriculé F-RAFD. Le projet avait commencé en 1993, à la demande de Pierre Joxe. L'appareil fut prélèvé sur l’ET 03/60 Estérel du COTAM, et modifié à partir de 1995 par l'AIA de Clermont-Ferrand. Les nouveaux équipements, d'un poids de 12 tonnes, viennent une fois de plus de Thomson-CSF. Il emporte 24 opérateurs. Après 1 million d'heures de travail, il rejoint le premier DC-8 le 12 avril 2001 au sein de l'EE.51. Mais l'appareil est retiré du service dès le 17 septembre 2004, puis ferraillé fin 2006. En effet, l'entretien de la cellule elle-même devenait de plus en plus onéreux, ainsi que les coûts d'exploitation. Il semble aussi que les équipements étaient chers et peu fiables.

Quand au F-RAFE, Il a été confié au musée du Bourget, qui l'a restauré et l'expose sur son parking depuis décembre 2009. Des C-160 Gabriel ont pris la place du SARIGuE depuis 2005.


La fiche sur la site


http://www.esterel-club.fr/sarigue.htm

http://www.esterel-club.fr/sarigue_ng.htm

http://www.esterel-club.fr/fin_dc8.htm

http://blog.museeairespace.fr/visite-du-dc8-sarigue-f-rafe-expose-sur-le-tarmac/

http://www.spyflight.co.uk/db8.htm

http://www.fas.org/man/dod-101/sys/ac/row/dc8-sarigue.htm

http://www.pyperpote.tonsite.biz/listinmae/index.php?option=com_content&view=article&id=218:douglas-dc-8-33-sarigue-45570-fe-cn-45570134-f-rafe-ex-f-biuz&catid=35:les-reserves-du-musee-de-lair&Itemid=55


Les fans du Sarigue sont priés de vérifier que je ne raconte pas d'âneries. :mrgreen:
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 18/07/2011 10:24 Niko
Belle fiche.

Par contre, pour moi, il me semblait que les Transall Gabriel venaient en complément du Sarigue, et non en remplacement. Les Gabriel existaient déjà à l'époque du Sarigue.

Quelqu'un pour appuyer ou non mes dires ?
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 18/07/2011 11:31 Clansman
Effectivement, plus haut dans le fil j'ai lu ça :

Mais ce n'est pas vrai : on n'a pas attendu le retrait du DC8 Sarrigue pour faire le C160G - Gabriel. Celui-ci existe depuis les années 80, à la suite de la réouverture de la production des Transall pour faire des NG ! Il y en a toujours deux exemplaires basés à Metz, et ils fonctionnent toujours parfaitement. Seul bémol, je ne pense pas qu'il puisse remplir le même rôle que le DC8 Sarrigue, je pense qu'ils étaient plutôt complémentaires en matière d'Elint, ainsi qu'avec nos F1CR

Tandure & Laverguy doivent savoir ça.

Little Boy doit aussi en savoir un peu plus : la question à laquelle il a répondu
c'était le terrain préféré du DC-8 SARIGUE.
a disparu, hors j'aimerai bien connaître le terrain en question.
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 12/08/2011 15:33 little boy
j'adore cet appareil, je me suis constitué 8 pages word sur le sujet et j'en ai un autre de 10 pages… :geek:

c'est un bon résumé CLAN'S! 8-)
au tout départ, il était prévu 3 appareils, mais déjà pour des raisons budgétaire, le programme passa à une unité!
le NG était prévu de rester en service jusqu'en 2017…

par contre pour l'immat du 45570 je l'ai sous F-BJUZ? à voir
et pour le F-ZARK cela a été uniquement pour les essais.

Par contre, pour moi, il me semblait que les Transall Gabriel venaient en complément du Sarigue, et non en remplacement. Les Gabriel existaient déjà à l'époque du Sarigue.

oui les deux appareils ont toujours eu un rôle complémentaire.

le SARIGUE avait un rôle stratégique, il devait renseigner sur les nouveaux systèmes d'armes (donc les signaux qui allaient avec) de les fixer (batterie de radar…) afin de les classifier et ainsi constituer une base de donné.

Le Gabriel opérait (nord atlas puis C-160 du temps du sarigue) sur le plan tactique, il est composé de radars de contre-mesures destiné à la détection, l'analyse et l'emplacement des sources de radar.

ce n'est qu'une fois le DC-8 mis au rebut, que les C-160 ont repris, en autre, les missions du sarigue (quoique…)

En effet, l'entretien de la cellule elle-même devenait de plus en plus onéreux, ainsi que les coûts d'exploitation. Il semble aussi que les équipements étaient chers et peu fiables.

Le vieillissement de la cellule, bien qu’entretenue ne soulevait pas de problèmes majeurs.
Mais ce qui commençait à coûter cher, c'est qu'il constituait un micro parc à lui tout seul, le soutient de la cellule devenait plus coûteux à gérer en termes de rechanges, car le DC-8 n'étant presque plus utilisé par les compagnies civiles, trouver des pièces de rechanges devenait, à la fois, compliqué et trop cher et les nouveaux appareils arrivant sur le marché faisait difficilement passer le DC-8 pour un appareil civil.

les équipements étaient chers et peu fiables

afin d’éviter à l’appareil de rester cloué au sol durant des mois, il avait été décidé de mettre en place, au sol, un système complet identique à celui embarqué dans le DC-8, afin de suivre au fil des ans les évolutions des radars et des systèmes de communications.

après delà à dire que ce n'était pas fiable, le secret est encore bien gardé.

a disparu, hors j'aimerai bien connaître le terrain en question.

développé en pleine guerre froide, le DC-8 fut à mainte reprise utilisé dans le nord de l'urss (mourmansk), en mer noire, afin de dénicher les nouveaux navires ou autres porte-avions afin de repérer leurs signaux et de les photographier.
c'était également le théâtre des SNLE soviêtique!
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 13/08/2011 09:07 Clansman
Merci pour les infos complémentaires ! :D
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 13/08/2011 16:54 Clansman
J'ai tout modifié, sauf l'immatriculation d'origine :

Pour F-BIUZ, j'ai ça :

http://www.airport-data.com/aircraft/F-BIUZ.html

Et F-BJUZ, j'ai ça :

http://www.airport-data.com/aircraft/F-BJUZ.html

Mais bon, si vraiment tu insistes. :mrgreen: ;)
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 13/08/2011 23:34 d9pouces
Merci également sur ces détails sur un appareil assez peu connu =)
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 16/08/2011 08:54 ovni73
Salut à tous.
Il me semble que dans un Air Zone, ou un Air Action, il y a une photo des console installées à bord, Furet IV pour ceux qui connaissent.
Je vais chercher ça.
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 17/08/2011 16:30 little boy
http://www.museeairespace.fr/votre-visite/collections/aviation-militaire/douglas-dc-8-sarigue-f-rafe/photos.html
on peut en voir une partie la dessus…

Mais bon, si vraiment tu insistes.

pourtant c'était des dire de la directrice du musée de l'air, catherine maunoury. :journal:

ok je modifie de mon côté! :)

si je trouve le temps je vais voir pour un portrait plus complet. :journal:
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 23/08/2011 21:53 d9pouces
Est-il encore au MAE ? Il ne me semble pas l'y avoir vu…
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 24/08/2011 08:21 Clansman
Il doit être dans les réserves, en attendant la remise en place des avions exposés à l'extérieur.
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 24/08/2011 20:30 d9pouces
Ah possible… c'est un avion que j'aimerais bien voir, il doit y avoir du matos sympa à l'intérieur
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 25/08/2011 12:44 little boy
tout ce qui sensible a été retiré, il doit rester des traducteurs, des consoles électroniques dépassées.
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 22/10/2011 09:41 Ghostrider
Bonjour à tous,

Je me suis inscrit sur ce forum suite à une visite sur ce site et notamment sur la réflexion sur le retrait du DC-8 Sarigue.
Ayant été membre d'équipage sur cet appareil (DC-8 Sarigue F-FRAFE) pendant 8 ans, je peux vous dire que c'était un appareil de toute beauté qui a remplit dans sa totalité le rôle de capteur de renseignement stratégique qui lui avait été assigné.
Je déplore sa mise à la retraite prématurée due à des restriction budgétaire…
Nos forces armées ne disposent plus de capacités de renseignements de ce type actuellement et il ne faut pas croire que les Transall Gabriel, qui ont soit disant repris les missions affectées au Sarigue, sont capables de ramener du renseignements stratégiques.
Je ne met pas en doute les capacités de recueil du Gabriel, bien au contraire car celui est équipé de matériel GE très sophistiqués (ayant été également membre d'équipage du Gabriel alors qu'il était encore en expérimentation, et ensuite pendant 4 ans au sein de l'escadron).
Je connais très bien cet appareil et ses capacités de renseignement, simplement il ne fait que du renseignement tactique sur des théâtres d'opérations extérieurs, d'ailleurs il a parfaitement remplit son rôle lors de son déploiement pendant la 1ère guerre du Golfe (déploiement auquel j'ai participé) ou lors de la crise des Balkans. Cependant le DC-8 ayant également été déployé pendant cette même période, on peut dire que les renseignements obtenus étaient complémentaires. Les appareils de par leur conception évoluant à des altitudes et niveau de vol différents, les capacités de recueil sont différents…
De même que le déploiement et la mise en place sur un secteur de surveillance qui est plus ou moins rapide… l'un avait des capacités et un rayon d'action stratégique, que l'autre n'a pas…
Ce fut un sacré bel appareil, dotation d'un escadron discret au sein duquel j'ai effectué des missions inoubliables…
:tomcat:
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 22/10/2011 12:37 little boy
salut GHOSTRIDER

Je déplore sa mise à la retraite prématurée due à des restriction budgétaire…

dans cette volonté de disposer de nos propre moyens de renseignement, ce que l'on peut déplorer avec le retrait du sarigue, c'est la dispersion des savoirs et des compétences résultant de cette aventure

c'est sûr que la chute du mur n'a pas été favorable à ce bel oiseau, et apparemment il aurait fait pâle figure en afghanistan au vue des moyens militaire de ce pays (chose que l'on retrouve maintenant sur la plus part des conflits actuels).

pour infos l'appareil (dc-8 AG) a été tellement attendu qu'il a effectué sa première mission opérationnel le jour même de sa livraison à l'armée de l'air! :geek:

l'ELINT tactique vise à informer une force opérationnelle de l'ordre de bataille en temps réel
le stratégique vise la renseignement générale des forces en vue de préparation d'actions planifiées ou d'aide à une décision politique

dans le résumé de CLANS il est dit:
Il semble aussi que les équipements étaient chers et peu fiables.

apparemment c'était la composante COMINT qui était la partie faible sur la première version du sarigue.




je me souviendrai toujours de ses décollages très tôt le matin (6h00-7h00 du matin), quand on est écolier est qu'un gros avion vous réveil à cette heure… :fou: :zzz:

le dernier décollage que j'ai pu voir, j'étais en vélo à proximité de la piste, il faisait très gris, un bruit de réacteurs avait interrompu ma balade, d'un coup surgit de derrière la bâtiment le DC-8 sarigue qui s'élève vers le ciel, à peine le temps de me réjouir qu'il s'enfonce dans les nuages ne laissant visible que le grondement de ses réacteurs… :cry:

dernière vu de lui sur la base, le 7 septembre 2004…

et sans le savoir un dimanche d'après-midi en 2001, deux sarigue en parking sur la base pour cette photo historique des deux appareils l'un à côté de l'autre… 8-)
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 22/10/2011 12:52 Clansman
Si au passage vous trouvez des photos du DC8 Sarigue libres de droit, ou au moins une…
Re: Que pensez-vous du retrait du DC-8 SARIGUE ? à 18/02/2012 11:00 Ghostrider
apparemment c'était la composante COMINT qui était la partie faible sur la première version du sarigue.

Je reprends la plume suite à cette reflexion…

En fait pas du tout, le matériel d'interception comint, a été rénové durant la vie du DC-8, et je ne vous cache pas que le renseignement recueilli suivant les théâtre d'OPS était abondant et à gérer suivant des priorités… Le personnel d'interception COMINT était de grande valeur car l'escadron étant très convoité au niveau affectation, et la sélection sur la qualification pro (notations, qualifications linguistiques, disponibilité…)était omniprésente et beaucoup ont rêvé d'y être affecté durant leur carrière sans jamais y parvenir; :help:

Le renseignement COMINT était exploité (analyse et 1ère synthèse) directement à l'issue des interceptions et transmis à l'issue aux autorités de tutelle.

Je pense en fait que le problème est survenu au remplacement de l'appareil, à la mise en place du DC-8 NG,et aux nouvelles directives d'emploi. Le matériel d'interception étant ce qu'il était (matériel sophistiqué de pointe), le renseignement collecté était beaucoup trop vaste, et plus du tout exploitable "en direct" méthode alors en service au sein des escadrons depuis plus de 40 ans…
Les interceptions COMINT devaient alors se faire "à temps" c'est à dire en reprise et non plus ""en direct", de ce fait le renseignement n'était plus forcément d'actualité car exploité beaucoup trop tard et n'avait donc plus la même valeur…

Ensuite il est vrai que l'interception des COM en prise directe est un "art" et une discipline qu'il faut sans cesse perfectionner, car on est vite mis sur la touche dès lors que l'on ne pratique plus.
Il se peut donc aussi que le personnel ayant perdu l'habitude des interceptions en prise directe ou du fait des nouvelles directives qui ne demander qu'à emmagasiner un maximum d'infos,on passe à coté de renseignements importants qui ne se révéleront que bien trop tard… dévalorisant alors le compte rendu des missions du DC-8 par rapport aux coûts importants de mise en oeuvre du porteur et justifiant alors de le mettre sur la touche.

A trop vouloir ramener du renseignement on ne ramène plus rien d'intéressant, il n'y a eu à mon avis pas assez de tri sélectif au moment des interceptions pour un recadrage sur du renseignement important et de qualité.

Mais là on touche plus aux directives et à la doctrine d'emploi du DC-8 NG de l'époque, et malheureusement ceux qui décident ne sont pas forcément sur le terrain et voilà où cela a conduit le Sarigue.
:tsss:
Répondre aux messages »

Comparaison

Comparer avec :
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:57, modifié le . ©AviationsMilitaires