Rappels

Histoire de l'appareil

La capacité de l'Alouette II à effectuer des missions de sauvetage en haute altitude avait favorablement impressionné les Indiens. Ceux-ci demandèrent donc à Sud-Aviation, en 1968, une version capable de remplir les mêmes missions dans les reliefs de l'Himalaya, autrement plus élevés. Cela donna le SA 315 Lama.

Celui-ci reprenait pour base le SE.3150 Alouette Astazou construit à deux exemplaires, qui avait été le premier hélicoptère à franchir les 10000 mètres, le 13 juin 1958. Il reprenait donc la cellule renforcée de l'alouette II, avec une poutre de queue allongée, ainsi que le moteur Artouste IIIB de 870 ch dératé à 550 ch, le boîtier de transmission et le rotor de l'Alouette III. Il peut transporter 1000 kg de charge sous élingue à 2000 m d'altitude, et dispose d'un atterrisseur constitué à la fois de patins et de roues en configuration tricycle. On peut aussi installer des flotteurs.

Le vol inaugural eut lieu le 17 mars 1969 avec Roland Coffignot et Gérard Boutin ocmme pilotes. Les essais se déroulèrent dans l'Himalaya la même année, avec des tests de décollage à 7500 mètres d'altitude. Il fut certifié en France le 30 septembre 1970, et baptisé Lama en juillet 1971 par Aérospatiale. La version de série fut nommée SA315 B. Sud-Aviation en construisit 447 exemplaires jusqu'en 1989.

Jean Boulet battit avec cet appareil le record d'altitude pour un hélicoptère, avec 12442 mètres, le 21 juin 1972. Le Lama conserve toujours ce record, lequel avait été suivi par le record de la plus longue chute en autorotation, de façon bien involontaire : le moteur avait pris feu. Par ailleurs, il était prévu au départ d'atterrir avec cet hélicoptère sur les sommets de l'Himalaya, mais les autorisations firent défaut et on se rabattit sur le record.

Il s'agit d'un hélicoptère utilitaire, apte à remplir des missions de transport de passagers, de fret (jusqu'à 1135 kg sous élingue), de blessés (2 civières et un personnel médical), à l'observation, à la reconnaissance photographique, à la recherche et au sauvetage (il dispose d'un treuil d'une capacité de 160 kg).

Les SA315 B Lama furent vendus à l'Angola (2 exemplaires), l'armée de l'air argentine (3 à 4 appareils mis en service en 1973, 1 encore en service) et à l'armée de terre argentine (6 appareils livrés en 1986, 2 encore en service). La Bolivie dispose de 2 Lama. Le Chili en a également reçu pour sa force aérienne et pour son armée de terre (16 exemplaires, à partir de 1972). Les exemplaires chiliens sont retirés du service. L'Equateur en a reçu au moins 3 pour son armée de terre. L'armée Pakistanaise dispose encore de 15 Lama. Le Pérou a reçu 8 Lama dans les années 1980, qui ont remplaçé les Alouette II. Le Togo a reçu un (ou deux) exemplaires en 1980.

Il a également été vendu à la gendarmerie marocaine, à une firme italienne, en Finlande et en Suisse (81 Lama immatriculés).

Productions sous licence incluses, plus de 700 exemplaires du Lama ont été construits. Après avoir prouvé sa robustesse, sa fiabilité, et sa capacité à accomplir du travail aérien en haute altitude, il fut finalement remplacé par l'Ecureuil.

Versions référencées

  • Aérospatiale SA 315B Lama : Version de série construite en France.
  • HAL Cheetah : Version construite sous licence en Inde.
  • HAL Cheetal : Version remotorisée du Cheetah.
  • HAL Lancer : Version d'attaque au sol du HAL Cheetah.
  • Helibras HB315 B Gaviao : Version construite sous licence au Brésil.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Aérospatiale SA 315B Lama voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Diamètre du rotor de queue : 1,91 m (6,266 ft)
  • Masse maxi au décollage : 2 300 kg (5 071 lbs)
  • Masse à vide : 1 021 kg (2 251 lbs)
  • Surface du rotor : 95,38 m² (1 026,662 sq. ft)
  • Diamètre du rotor principal : 11,02 m (36,155 ft)
  • Hauteur : 3,09 m (10,138 ft)
  • Longueur : 12,92 m (42,388 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 193 km/h (120 mph, 104 kts)
  • Rayon d'action : 515 km (320 mi, 278 nm)
  • Plafond sans effet de sol : 3 900 m (12 795 ft)
  • Plafond avec effet de sol : 4 600 m (15 092 ft)
  • Vitesse maximale HA : 210 km/h (130 mph, 113 kts)
  • Charge alaire, à vide : 10,705 kg/m² (2,19 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 24,114 kg/m² (4,94 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 turbine Turbomeca Artouste IIIB
  • Puissance unitaire : 713 kW (970 ch, 957 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré 3
Enregistré - dépassé depuis son enregistrement 1
Annulé par la FAI 1

Accidents enregistrés

  • Accident d'un SA-315B Cheetah indien le 2 février 2011

    Un hélicoptère léger HAL Cheetah s'est écrasé lors d'une sortie de routine depuis Gandhinagar. L'appareil s'est écrasé peu après son décollage sur une maison vide aux alentours de Jachak Nagar. Les deux pilotes ont été tués dans l'accident.
  • Crash d'un Cheetah indien le 8 novembre 2010

    Un hélicoptère HAL Cheetah s'est écrasé le 8 novembre vers 11h lors d'un vol de routine près de Ladakh (dans les régions du Jammu et du Cachemire). Les deux pilotes qui devaient se rendre au glacier de Siachen ont été blessés dans l'accident et immédiatement évacués vers Leh pour y être soignés.

    L'accident serait d'origine mécanique.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
SA 315 Lama à 30/12/2011 14:25 Clansman
La capacité de l'Alouette II à effectuer des missions de sauvetage en haute altitude avait favorablement impressionnée les Indiens. Ceux-ci demandèrent donc à Sud-Aviation, en 1968, une version capable de remplir les mêmes missions dans les reliefs de l'Himalaya, autrement plus élevés. Cela donna le SA 315 Lama.

Celui-ci reprenait pour base le SE.3150 Alouette Astazou construit à deux exemplaires, qui avait été le premier hélicoptère à franchir les 10000 mètres, le 13 juin 1958. Il reprenait donc la cellule renforcée de l'alouette II, avec une poutre de queue allongée, ainsi que le moteur Artouste IIIB de 870 ch dératé à 550 ch, le boîtier de transmission et le rotor de l'Alouette III. Il peut transporter 1000 kg de charge sous élingue à 2000 m d'altitude, et dispose d'un atterrisseur constitué à la fois de patins et de roues en configuration tricycle. On peut aussi installer des flotteurs.

Le vol inaugural eut lieu le 17 mars 1969 avec Roland Coffignot et Gérard Boutin ocmme pilotes. Les essais se déroulèrent dans l'Himalaya la même année, avec des tests de décollage à 7500 mètres d'altitude. Il fut certifié en France le 30 septembre 1970, et baptisé Lama en juillet 1971 par Aérospatiale. La version de série fut nommée SA 315B. Sud-Aviation en construisit 447 exemplaires jusqu'en 1989.

Jean Boulet battit avec cet appareil le record d'altitude pour un hélicoptère, avec 12442 mètres, le 21 juin 1972. Le Lama conserve toujours ce record, lequel avait été suivi par le record de la plus longue chute en autorotation, de façon bien involontaire : le moteur avait pris feu. Par ailleurs, il était prévu au départ d'atterrir avec cet hélicoptère sur les sommets de l'Himalaya, mais les autorisations firent défaut et on se rabattit sur le record.

Il s'agit d'un hélicoptère utilitaire, apte à remplir des missions de transport de passagers, de fret (jusqu'à 1135 kg sous élingue), de blessés (2 civières et un personnel médical), à l'observation, à la reconnaissance photographique, à la recherche et au sauvetage (il dispose d'un treuil d'une capacité de 160 kg).

HAL, la firme indienne, reçut l'accord de construction sous licence dès 1971. Le premier exemplaire vola le 6 octobre 1972 et les premiers exemplaires de série furent livrés en décembre 1973. Les appareils construits en Inde prirent le nom de Cheetah. Plus de 250 exemplaires furent produits, tant pour la force aérienne (24 encore en service) que pour l'aviation de l'armée de terre (48 encore en service). Depuis, quelques exemplaires s'écrasent régulièrement, ce qui fait dire aux Indiens que "quand Lama fâché, lui toujours faire ça". D'autres exemplaires furent vendus à la Namibie (2), ou donnés au Népal (4 exemplaires).

Des Cheetah, remotorisés avec des Turbomeca TM 333-2M2 à partir de 2006, furent rebaptisés Cheetal. L'armée de terre indienne a passé une commande de 20 exemplaires en 2010. Les Cheetah furent aussi modifiés pour l'attaque légère et la lutte contre la guérilla sous le nom de Lancer. Le Népal disposerait aussi de Lancer.

Le Lama intéressa également le Brésil. Helibras obtint la licence en 1978, et construisit le Lama sous l'appellation HB.315B Gaviao. 3 HB.315B ont été vendus à la Bolivie.

Les SA 315B Lama furent vendus à l'Angola (2 exemplaires), l'armée de l'air argentine (3 à 4 appareils mis en service en 1973, 1 encore en service) et à l'armée de terre argentine (6 appareils livrés en 1986, 2 encore en service). La Bolivie dispose de 2 Lama. Le Chili en a également reçu pour sa force aérienne et pour son armée de terre (16 exemplaires, à partir de 1972). Les exemplaires chiliens sont retirés du service. L'Equateur en a reçu au moins 3 pour son armée de terre. L'armée Pakistanaise dispose encore de 15 Lama. Le Pérou a reçu 8 Lama dans les années 1980, qui ont remplaçé les Alouette II. Le Togo a reçu un (ou deux) exemplaires en 1980.

Il a également été vendu à la gendarmerie marocaine, à une firme italienne, en Finlande et en Suisse (81 Lama immatriculés).

Productions sous licence incluses, plus de 700 exemplaires du Lama ont été construits. Après avoir prouvé sa robustesse, sa fiabilité, et sa capacité à accomplir du travail aérien en haute altitude, il fut finalement remplacé par l'Ecureuil.


La fiche sur le site


http://fr.wikipedia.org/wiki/Alouette_II

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lama_%28h%C3%A9licopt%C3%A8re%29

http://www.helirotor.com/fhelicopterepdf/2.pdf

http://en.wikipedia.org/wiki/A%C3%A9rospatiale_Alouette_II

http://en.wikipedia.org/wiki/A%C3%A9rospatiale_SA_315B_Lama

http://www.aviationtrivia.info/Aerospatiale-SA-315-Lama.php

http://aviastar.org/helicopters_eng/snias_lama.php

http://www.eurocopter.com/site/en/ref/1969:-SA315_465-134.html

http://www.airplane-pictures.net/type.php?p=2826
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires