Rappels

  • Premier vol :
  • Missions : Attaque au sol, Entraînement
  • Constructeur : drapeau Pilatus
  • 114 appareils construits (cellules neuves)

Histoire de l'appareil

C’est en 1997 que les ingénieurs de Pilatus se penchent sur l'étude d'un nouvel avion d'entraînement pour succéder aux P-2, P-3, PC-7 et PC-9…Leur objectif est de proposer un avion performant et économique pouvant remplacer à la fois les appareils de formation de base, mais aussi les appareils de formation avancée (Alpha Jet et Hawk, par exemple). Cette solution, le PC-21, permettrait aux forces aériennes de n'utiliser qu'un unique avion à turbopropulseur, nettement plus économique qu’un jet, durant l'ensemble du cycle de formation de l’élève pilote : il passerait alors directement du PC-21 à l’avion de combat qu’il pilotera ensuite.

La fabrication du prototype du PC-21 (21 désignant le 21e siècle) débute en 2000. Pilatus reprend sa formule habituelle du monoplan cantilever de construction métallique, biplace en tandem. Cette fois, l’avion est équipé d'un moteur puissant afin de lui permettre d'évoluer à des vitesses élevées : le Pratt & Whitney Canada PT6-A68B de 1600 cv couplé à une hélice à 5 pales.

Le 30 avril 2002, le premier Pilatus PC-21 (c/n P01, s/n HB-HZA) réalise son "roll out". Son premier vol a lieu dès le 1e juillet de la même année. Les essais se déroulent intensivement et quelques modifications seront apportées au prototype. Le 7 juin 2004, le second prototype (c/n P02, s/n HB-HZB) s’envole à son tour pour la poursuite des essais. Les appareils participent à de nombreuses démonstrations en Suisse et à l'étranger. 

Le 13 janvier 2005, durant un vol d’entrainement de voltige, le PC-21 s/n HB-HZB percute le sol à l'aérodrome de Buochs, entraînant dans la mort le chef pilote de la Société Pilatus. Suite à cet accident, le prototype s/n HB-HZA est interdit de vol pour quelques semaines. L'enquête déterminera par la suite que l'appareil n'est pas en cause.

Les premiers exemplaires de série prennent l'air les 11 juillet 2005 et 2 novembre 2005. Ces avions sont restés entre les mains de Pilatus en tant qu'appareils de démonstration.

D'un point de vue purement technique, le PC-21 est muni d’une verrière résistante aux impacts d’oiseaux, d’un cockpit pressurisé avec générateur d’oxygène intégré, de deux sièges éjectables zéro-zéro, d’un système anti-G et du système HOTAS. De plus, pour permettre de reproduire les sensations du pilotage d’un jet, les gouvernes compensent automatiquement le couple de l'hélice, quelles que soient la vitesse et l’altitude de l’appareil.

Afin de permettre la qualité de formation voulue, le PC-21 dispose de nombreux équipements électroniques. Il est équipé d’un HUD et de l’Up Panel Front Control (UPFC), le tout est relié à trois grands écrans de dernière génération Matrix Liquid Crytal Displays (MLCD). Deux de ces écrans sont multifonctions, le troisième est réservé à la navigation tactique. Deux autres écrans, plus petits, affichent les paramètres moteurs ainsi que les données de vol. L’ensemble permet l’utilisation de lunettes de vision nocturne. Le cœur du système dispose d’un processeur de nouvelle génération offrant une grande puissance de calcul, le tout câblé pour des mises à jour régulières. Un GPS et une centrale de navigation laser complètent le tout.

Le Mission Planning System (MPS) du PC-21 permet de préparer la mission au sol et de la télécharger par module directement dans le cockpit de l’appareil. Le système est également compatible avec le simulateur et autorise à rejouer la mission en simulation ou, à l'inverse, du simulateur vers l’avion. La carte mémoire retrace chacun des paramètres du vol. 

De plus, l’avionique étant totalement modulable, elle offre la possibilité de simuler progressivement toute sorte d’environnements hostiles. L’instructeur assis en place arrière peut aussi faire évoluer cet environnement en temps réel selon les réactions de l’élève pilote. De même, ces systèmes permettent au pilote de simuler tous les tirs canons, bombes ou missiles, lui permettant ainsi de s’entrainer à des missions aussi variées que l’attaque au sol, la police aérienne ou le combat aérien.

Selon les dernières estimations, les jeunes pilotes formés avec ce genre d’appareil maîtrisent plus vite la gestion des différents systèmes informatiques lorsqu’ils sont transférés sur les chasseurs modernes, puisqu’ils ont déjà l’habitude d’un cockpit entièrement numérique.


Texte de Jericho, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

Pilatus PC-21 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 4 250 kg (9 370 lbs)
  • Masse à vide : 2 270 kg (5 004 lbs)
  • Surface alaire : 15,22 m² (163,827 sq. ft)
  • Hauteur : 3,75 m (12,303 ft)
  • Envergure : 9,11 m (29,888 ft)
  • Longueur : 11,23 m (36,844 ft)

Performances

  • Facteur de charge maximal : 8 G
  • Facteur de charge minimal : -4 G
  • Distance franchissable : 1 333 km (829 mi, 720 nm)
  • Plafond opérationnel : 11 580 m (37 992 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 20,32 m/s (66,667 ft/s)
  • Vitesse maximale BA : 598 km/h (372 mph, 323 kts)
  • Vitesse maximale HA : 624 km/h (388 mph, 337 kts)
  • Charge alaire, au décollage : 279,238 kg/m² (57,192 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, à vide : 149,146 kg/m² (30,548 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68B
  • Puissance unitaire : 1 177 kW (1 600 ch, 1 578 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Pilatus PC-21 à 30/05/2011 12:36 Jericho
Ben voici le dernier des Pilatus… en attendant le PC-24 (je ne pensais pas faire de fiches pour les SB2, P4 et autres PC-8 qui n'ont pas été construits en série)


Avion d’entrainement monomoteur à ailes basses cantilever, biplace en tandem, propulsé par un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6-A68B.
C’est en 1997, que les ingénieurs de la Société Pilatus se penchent sur l'étude d'un nouvel avion d'entraînement, après les P-2, P3, PC-7 et PC-9… Leur objectif est de proposer un avion performant et économique pouvant remplacer à la fois les appareils de formation de base, mais aussi les appareils de formation avancée comme les Alpha-Jet et les Hawk, par exemple. Cela permettrait aux forces aériennes d’utiliser un avion à turbopropulseur, nettement plus économique qu’un jet, pour toute la formation de l’élève pilote. Ce dernier passant directement du PC-21 à l’avion qu’il pilotera plus tard (F-16, F/A-18, Rafale, Gripen, Typhoon II, etc.).

La fabrication du prototype du PC-21 (21 pour 21ème siècle) débute en 2000. Pilatus reprend sa formule habituelle du monoplan cantilever de construction métallique, biplace en tandem. Cette fois, l’avion est équipé d'un moteur puissant afin de lui permettre des vitesses élevées : une turbine Pratt & Whitney Canada PT6-A68B de 1600cv entraînant une hélice à 5 pales.

Le 30 avril 2002 le premier Pilatus PC-21 (s/n P01 HB-HZA) réalise son "Roll out" et son premier vol a lieu le 1er juillet de la même année. Les essais se déroulent intensivement et quelques modifications seront apportées au prototype. Le 7 juin 2004, le second prototype (s/n P02 HB-HZB) s’envolera à son tour pour la poursuite des essais. Les appareils participeront à de nombreuses démonstrations en Suisse et à l'étranger.

Le 13 janvier 2005, durant un vol d’entrainement de voltige, le PC-21 s/n P02 HB-HZB percute le sol à l'aérodrome de Buochs, entraînant dans la mort le chef pilote de la Société Pilatus. Suite à cet accident le prototype du PC-21 HB-HZA est interdit de vol pour quelques semaines, l'enquête déterminera que l'appareil n'est pas en cause.

Les premiers appareils de série prennent l'air les 11 juillet 2005 et 2 novembre 2005. Ces avions sont restés les appareils de démonstration de la Société Pilatus.

Le PC-21 est munis d’une verrière résistante aux impacts d’oiseaux, d’un cockpit pressurisé avec un générateur d’oxygène intégré, de deux sièges éjectables zéro-zéro, d’un système anti-G et du système HOTAS. De plus, pour permettre de reproduire les sensations du pilotage d’un jet, les gouvernes compensent automatiquement le couple de l'hélice, quelles que soient la vitesse et l’altitude de l’appareil.

Afin de permettre la qualité de formation voulue, le PC-21 dispose de nombreux équipements électroniques. Il est équipé d’un HUD et de l’UPFC (Up Panel Front Control), le tout est relié à trois grands écrans de dernière génération MLCD (Matrix Liquid Crytal Displays). Deux de ces écrans sont multifonctions, le troisième est réservé pour la navigation tactique. Deux autres écrans, plus petits, affichent les paramètres moteurs ainsi que les données de vol. L’ensemble permet l’utilisation de lunettes de vision nocturne. Le cœur du système dispose d’un processeur de nouvelle génération offrant une grande puissance de calcul, le tout câblé pour des mises à jour régulières. Un GPS et une centrale de navigation laser complètent le tout.

Le MPS (Mission Planning System) du PC-21 permet de préparer la mission au sol et de la télécharger par module directement dans le cockpit de l’appareil. Le système est également compatible avec le simulateur et permet de refaire la mission en simulation ou inversement du simulateur vers l’avion. La carte mémoire servant lors du débriefing retrace fidèlement chacun des paramètres du vol.
De plus, l’avionique étant totalement modulable, elle offre la possibilité de simuler progressivement toute sorte d’environnements hostiles. L’instructeur assis en place arrière peut aussi faire évoluer cet environnement en temps réel selon les réactions de l’élève pilote. De même, ces systèmes permettent au pilote de simuler tous les tirs canons, bombes ou missiles, lui permettant ainsi de s’entrainer à des missions aussi variées que l’attaque au sol, la police aérienne ou le combat aérien.

Selon les dernières estimations, les jeunes pilotes formés avec ce genre d’appareil maîtrisent plus vite la gestion des différents systèmes informatiques lorsqu’ils sont transférés sur les chasseurs modernes, puisqu’ils ont déjà l’habitude d’un cockpit entièrement numérique.


Pays utilisateurs :

EAU : 25 PC-21 (livraison en 2011)

Singapour : 19 PC-21

Suisse : 8 PC-21


Caractéristiques :
Longueur : 11,233m
Envergure : 9,108m
Hauteur : 3,749m
Masse à vide : 2’270kg
Masse maxi au décollage (voltige): 3’100kg
Masse maxi au décollage : 4’250kg
Surface alaire : 15,221m2
Charge alaire max en voltige: 204kg/m2
Possibilité d’installer 4 pylônes sous voilure et un central sous le fuselage pour une charge totale de 1’150kg


Moteur :
Pratt & Whitney Canada PT6-A68B de 1600cv entraînant une hélice à 5 pales.


Performances :
Vitesse max au niveau de la mer : 598 km/h
Vitesse max à 10'000ft (3000 m/mer): 624 km/h
Vitesse en piqué : 685 km/h
Vitesse ascensionnelle : 1’219m/min
Plafond : 11’580 m
Autonomie : 1’333 km (720nm)
Facteurs de charge pour la voltige: + 8,0G / - 4,0G
Facteurs de charge avec charge sous les ailes: + 5,0G / - 2,5G
Taux de roulis >200°/s


Quelques sources sur Internet:
http://www.pilatus-aircraft.com/
http://www.lw.admin.ch/internet/luftwaffe/fr/home/dokumentation/assets/aircraft/pc21.html
http://pilatus-history-and-news.blogspot.com/


Si jamais, une p'tite photo d'un PC-21 des forces aériennes suisses, mais avec les anciennes couleurs… c'était en 2008.
Re: Pilatus PC-21 à 31/05/2011 13:59 Clansman
La fiche est sur le site

Beau travail, Jericho. ;)

en attendant le PC-24

Au 24e siècle ? :mrgreen:

SB2, P4 et autres PC-8 qui n'ont pas été construits en série

Ils étaient destinés à un usage militaire, ou pas ?
Re: Pilatus PC-21 à 31/05/2011 16:17 Jericho
Merci!

Normalement le PC-24 devrait être montré en public d'ici à la fin 2012 (bimoteur de transport, la question est turbopropulsé ou avec des réacteurs…)


Pour les autres Pilatus:
Nan, pas d'usage militaire prévu au départ… enfin, comme pour le PC-6: c'était des appareils de transport mais pas forcément militaires, s'ils avaient existé peut-être que certains auraient eut une carrière sous les drapeaux. C'est une des raisons qui fait que je ne vois pas l'utilité de faire leurs fiches.
Pour le C-36 (y compris le C-3605), c'est bientôt OK… Le N-20 aussi… et le P-16 reste à faire. ça va, d'ici la fin décembre je devrais avoir fini… :mrgreen:

Tiens, au fait, puisqu'on parle de fiches: les patrouilles aériennes et les forces aériennes sont aussi censées avoir des fiches? Parce que si je m'ennuye après… j'ai p'têt' de la doc là dessus aussi… ;)
Re: Pilatus PC-21 à 31/05/2011 16:48 Clansman
Nan, pas d'usage militaire prévu au départ… […] C'est une des raisons qui fait que je ne vois pas l'utilité de faire leurs fiches.

Oui, c'est mieux comme ça.

les patrouilles aériennes et les forces aériennes sont aussi censées avoir des fiches ?

Il y a des fiches, en effet. Mais chaque fois qu'on met les pays utilisateurs sur une fiche avion, ça met automatiquement à jour les forces aériennes en question. C'est une des grandes qualités de l'interface de D9. C'est aussi pourquoi il vaut mieux se concentrer sur les fiches d'avions. :)
Re: Pilatus PC-21 à 31/05/2011 22:37 Jericho

Clansman a écrit

Il y a des fiches, en effet. Mais chaque fois qu'on met les pays utilisateurs sur une fiche avion, ça met automatiquement à jour les forces aériennes en question. C'est une des grandes qualités de l'interface de D9. C'est aussi pourquoi il vaut mieux se concentrer sur les fiches d'avions. :)

OK, je ne savais pas si l'historique des patrouilles (divers types d'avions et en quelle année, etc.)était au programme ou non. Donc: priorités aux avions, OK! :D

(Et t'as raison pour ce programme: c'est impressionnant cette mise à jour automatique! :costaud: )
Re: Pilatus PC-21 à 01/06/2011 12:21 Clansman
Ce que tu pourrais peut-être faire, si ça te branche bien sûr, c'est un historique de Pilatus, de l'armée de l'air suisse, et/ou de la patrouille suisse. :)
Re: Pilatus PC-21 à 01/06/2011 12:35 Jericho
Pourquoi pas, ça devrait pouvoir se faire… Mais d'abords, les Zincs! :oui:

Je trouve sympa de faire ces fiches: comme je le disais à D9, j'apprends plein de choses. Malheureusement, comme littérature, j'en ai surtout sur les appareils en services dans les Forces aériennes suisses. J'imagine que vous êtes mieux documentés sur les autres appareils…
Re: Pilatus PC-21 à 31/05/2013 09:01 Jericho
Une nouvelle hélice a été testée ces derniers mois sur les PC-21 des Forces aériennes suisses. Elles permettent de diminuer le bruit de l'appareil sans perte de rendement et les forces aériennes espèrent les introduire sur tous ses PC-21 d'ici fin 2014.
Re: Pilatus PC-21 à 03/06/2015 21:15 Jericho
Saab va travailler avec Pilatus pour la fourniture d’un l'ordinateur graphique avec une fonction de carte numérique, pour le PC-21.

SAAB renforce sa présence en Suisse… [/size:3iytpog7] :roll:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires