Rappels

Histoire de l'appareil

En 1972, le programme ACF (Avion de Combat Futur) destiné à la supériorité aérienne est lancé : l'appareil doit avoir une aile fixe, deux réacteurs M53, et remplacer les Mirage F1 et III. Ce programme, trop ambitieux, est stoppé dès le 12 décembre 1975 et le prototype, inachevé, est ferraillé. Mais le Delta 2000, un monoréacteur conçu sur fonds propres, suscite l'intérêt de l'armée de l'air. Plus petit et moins coûteux que l'ACF, susceptible de concurrencer le F-16, il est choisi le 18 décembre 1975. Il fut conçu par une équipe réunie autour de Vallières, Cabrière, Veber et Revellin-Falcoz, et bien vite rebaptisé Mirage 2000.

Le Mirage 2000 revient donc à la fameuse formule delta, mais inclue des CDVE, une première pour un avion européen. Son aile est équipée de cambrures variables et n'a été rendue possible que par de nouvelles technologies. Naturellement instable, l'avion se révèle maniable, du fait que le centre de gravité se confond avec le centre de l'avion. En outre, sa SER est réduite. Bien que ressemblant extérieurement au Mirage III ou 5, c'est un appareil entièrement nouveau. Sa cellule est construite principalement en aluminium, mais contient aussi du titane et des fibres de carbones.

L'appareil est commandé à raison de 4 prototypes en 1976. Ils seront propulsés par des M53-2 de 7500 kgp, tandis que la version de série sera propulsée par des M53-5 de 9000 kgp.

Le Mirage 2000 01 vola pour la première fois le 10 mars 1978, aux mains de Jean Coureau, à Istres. Il est suivi par le 02, qui vola le 18 septembre 1978, le 03 qui vola le 26 avril 1979, et le 04, qui vola le 12 mai 1980. Le Mirage 2000 effectua sa première apparition publique à Farnborough la même année et se posa d'emblée en concurrent du F-16. Il y effectua notamment un vol à 204 km/h et 26° d'incidence. 400 heures de vol furent effectués avant que les prototypes ne soient envoyés au CEV.

Le Mirage 2000C de série vola pour la première fois le 20 novembre 1982, et entre en service au sein de la 2e escadre de chasse à Dijon en 1984, à l'occasion du cinquantenaire de l'armée de l'air. Cependant, le moteur M53-P2 et le radar RDI souffrirent d'une mise au point laborieuse. C'est pour cela qu'il entre en service dans une version dégradée, équipée d'un réacteur M53-5, et, pour les 37 premiers exemplaires, du radar RDM. La version définitive 2000C RDI entre en service en 1987 : comme son nom l'indique, elle est équipée du radar RDI ainsi que du réacteur M53-P2 développant 9700 kgp. Bien que l'appareil soit surtout destiné à la supériorité aérienne, il a de bonnes capacités d'attaque air-sol.

La version biplace, qui avait été développée sur fonds propres du constructeur, est commandée en 1977. Celle-ci voit son emport en carburant diminuer et n'emporte pas de canons. En revanche, elle conserve les capacités de combat du monoplace. Le prototype du Mirage 2000B vola le 10 octobre 1980 aux mains de Michel Porta. Elle sera construite à 52 exemplaires, dont 33 pour l'Armée de l'air. Les 14 premiers sont au standard S3, avec le M53-5 et le RDM. Les suivants sont au standard S4, avec le M53-P2 et le RDI. Elle entre en service en 1984. La plupart furent regroupés au sein de l'ECT (Escadron de Chasse et de Transformation) 2/2 Côte d'Or.

Elle servit de base à un appareil capable de pénétration à basse altitude et de frappe nucléaire, réclamé depuis 1979 et destinée à remplacer les Mirage IV : le Mirage 2000N. Sa structure est renforcée, les souris des entrées d'air sont fixes, limitant la vitesse à Mach 1.5, et elle est équipée d'un radar Antilope V. Le prototype vola le 3 février 1983 et la version entra en service en 1988 au sein de la 4e escadre de chasse. Si les 31 premiers exemplaires n'emportaient que l'ASMP, les suivants, nommés N-K2 et construits à 44 exemplaires, sont capables d'employer des munitions conventionnels. Un programme de modernisation, le Mirage 2000N-K3, vit le jour en 2003 : il consistait à remplacer l'ASMP par l'ASMP-A. Le standard est entré en service opérationnel en 2009.

Le 2000N-K2 donna naissance à une version apparue après la guerre du Golfe : le 2000N', qui devint 2000D (pour Diversifié). L'absence d'un appareil performant en attaque au sol, capable d'opérer de nuit et de délivrer des munitions à guidage laser, était flagrante lors de la guerre du Golfe. Il fut livré de 1995 à 2001 et construit à 86 exemplaires. Un chantier de remise à niveau, avec notamment l'emport du missile Mica, est à l'étude, afin de le garder en service jusqu'en 2020.

Bien entendu, le Mirage 2000 fut exporté, sous la dénomination 2000E. Cet appareil est équipé d'un M53-P2 et d'un radar RDM+. Il fut vendu dans l'ordre à  l'Égypte, à l'Inde, au Pérou, aux Émirats Arabes Unis et à la Grèce. Cela représente 138 monoplaces et 29 biplaces, soit 167 Mirage 2000 de 1ere génération vendus à l'export, auxquels on peut rajouter les 12 Mirage 2000 d'occasion vendus au Brésil en 2006.

L'Irak fut un temps intéressée par 60 exemplaires, mais l'URSS lui proposa des MiG-29 à la place en mai 1987 à un prix plus avantageux. La Jordanie avait commandé 12 Mirage 2000 en 1988, mais sa commande fut annulée par la France. Le Pakistan s'intéressa plusieurs fois au Mirage 2000, dès 1981 semble-t-il, puis en 1992 où il était sur le point de signer un contrat pour la fourniture de 40 exemplaires dotés du radar Thomson-CSF RDM/7, puis encore en 1994, où elle était intéressée par 40 Mirage 2000-5. Ce furent des échecs du à la fois à des raisons politiques et aux contre-propositions russes. Il y eut aussi des rumeurs sur l'intérêt du Vietnam pour le Mirage 2000, mais elles sont sûrement douteuses. 

En 1993, une opportunité se présente de proposer une version modernisée du 2000C à l'export. L'appareil est développé à l'initiative de Dassault et nommé Mirage 2000-5. Il est équipé d'un radar RDY et est essentiellement orienté air-air. L'armée de l'air accepte de porter 37 exemplaires à ce nouveau standard en 1993, qui la fera entrer dans le club des "Fox 3". Ils furent livrés de 1997 à 2000 et entrent en service à Dijon au sein de 2 escadrons. Taïwan en acheta 60 exemplaires en 1992, et le Qatar en commanda 12 en 1994.

D'autres versions sont apparues, dérivées du Mirage 2000-5 mais polyvalentes et équipées toutes deux du RDY-2 :  le 2000-9 qui fut commandé par les Émirats Arabes Unis en 1998, et le 2000-5 Mk.2 commandé par la Grèce en 2000. L'Inde a conclu un accord en juillet 2011 avec Dassault et Thalès, pour la modernisation de 51 mirage 2000H et TH en Mirage 2000I et TI, comparables au Mirage 2000-5 Mk2. 

La question de navaliser le Mirage 2000 s'est posée, semble-t-il entre la fin des années 1980 et le début des années 1990. Après étude, Dassault conclua qu'il faudrait revoir 80% de l'appareil, puisqu'il était nécessaire de renforcer la cellule, le train d'atterrissage, la crosse d'appontage. Navaliser un appareil qui n'est pas conçu pour ça est en effet une gageure.

Des Mirage 2000 français furent déployés lors de la guerre du Golfe pour surveiller le ciel. Mais c'est pendant la guerre en Bosnie qu'il connut vraiment l'épreuve du feu, où les Mirage 2000D effectuèrent des frappes au sol. L'un d'eux fut abattu le 30 août 1995. Il fut également déployé au Kosovo, en Afghanistan, en Libye en 2011, en Afrique dans les années 2010, en Irak en 2014 et 2015.

Un Mirage 2000 grec a abattu un F-16D turc au cours de l'une des nombreuses escarmouches entre ces deux pays, le 8 octobre 1996. Les Mirage 2000 péruviens menèrent des patrouilles lors du conflit du Cenepa en 1995. Les Indiens ont employés leurs Mirage 2000 lors du conflit de Kargil en 1999. Les Mirage 2000-9 émiriens furent engagés en Libye en 2011 et en 2014. Les Mirage 2000 qataris furent déployés en Libye en 2011, puis au Yémen en 2015.

L'armée de l'air reçut 315 Mirage 2000, 286 furent exportés, auxquels il faut rajouter 7 prototypes et 4 appareils de présérie. Au total, 616 exemplaires furent construits, dont 601 de série. Le dernier exemplaire fut livré à la Grèce le 23 novembre 2007, date à laquelle la chaîne de fabrication fut fermée.

Au final, le Mirage 2000 est un appareil petit, léger et maniable, ce qui favorise ses chances en combat aérien rapproché. Bien que destiné primordialement à la chasse, il s'est révélé d'une grande souplesse d'emploi et a montré une disponibilité et une grande facilité de maintenance. Il restera certainement encore quelques décennies en service, surtout dans ses versions modernisées.

Versions référencées

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Dassault Mirage 2000C voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Flèche des ailes : 58 °
  • Allongement : 2,03
  • Voie : 3,4 m (11,155 ft)
  • Empattement : 5 m (16 ft)
  • Masse maxi au décollage : 17 500 kg (38 581 lbs)
  • Masse normale au décollage : 10 860 kg (23 942 lbs)
  • Masse à vide : 7 500 kg (16 535 lbs)
  • Surface alaire : 41 m² (441 sq. ft)
  • Hauteur : 5,2 m (17,06 ft)
  • Envergure : 9,13 m (29,954 ft)
  • Longueur : 14,36 m (47,113 ft)

Performances

  • Vitesse de décrochage : 186 km/h (116 mph, 100 kts)
  • Vitesse d'atterrissage : 260 km/h (162 mph, 140 kts)
  • Facteur de charge maximal : 9 G
  • Facteur de charge minimal : -4,5 G
  • Distance franchissable : 3 520 km (2 187 mi, 1 901 nm)
  • Plafond opérationnel : 18 300 m (60 039 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 305 m/s (1 001 ft/s)
  • Mach maximal BA : Mach 1,2
  • Mach maximal HA : Mach 2,2
  • Charge alaire, au décollage : 426,829 kg/m² (87,422 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, à vide : 182,927 kg/m² (37,466 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, masse normale : 264,878 kg/m² (54,251 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur SNECMA M53P-2
  • Puissance unitaire : 6 626 kgp (65 kN, 14 608 lbf), 9 990 kgp (98 kN, 22 024 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Accident d'un Mirage 2000 indien le 5 mars 2012

    Un Mirage 2000 indien biplace s'est écrasé le 5 mars peu après son décollage de la base de Gwalior. L'appareil a été perdu à 12h54 près du village de Baman Baas, mais les deux pilotes ont pu s'éjecter sans problème et n'ont pas été blessés.

    Étant le second accident de Mirage 2000 en 11 jours, la flotte entière a été clouée au sol, en attendant que certaines vérifications aient lieu.
  • Collision d'un Mirage 2000 français et d'un F-15 saoudien le 14 janvier 2012

    Alors qu'ils s'entraînaient ensemble, deux appareils se sont percutés en plein vol près de Tabuk. Le premier est un F-15 saoudien, le second un Mirage 2000D français. Les équipages respectifs ont pu s'éjecter et être rapidement récupérés sans dommage.
  • Collision entre un Mirage 2000 français et un L-39 lituanien le 30 août 2011

    Un Mirage 2000C français a été légèrement percuté par un L-39 lituanien alors qu'il était en patrouille dans l'espace aérien des Pays Baltes dans le cadre de l'opération Baltic 2011.

    Le haut de l'empennage du Mirage a été abîmé mais l'appareil a tout de même pu rejoindre sa base de Siauliai où il est détaché. Au contraire, l'équipage du L-39 n'a pas pu sauver son appareil et a dû s'éjecter. Les deux pilotes ont été rapidement retrouvés sains et saufs.
  • Perte d'un Mirage 2000-9 le 21 juillet 2011

    Un Mirage 2000-9 s'est écrasé mardi 21 juillet 2011, tuant son pilote Suhail Mubarak Abdullah Al Dhaheri. L'appareil s'est écrasé dans le désert près d'Al Dhafra, mais aucune autre n'information n'est disponible.
  • Amerrissage d'un Mirage 2000BG le 9 juin 2011

    Suite à une perte de poussée, un Mirage 2000BG de l'escadron de chasse 332 de Tanagra a amerri en urgence.
  • Accident d'un Mirage 2000N français le 2 mars 2011

    Un Mirage 2000N de l'escadron de chasse 02.004 Lafayette s'est écrasé le 2 février 2011 vers 21h20, une heure après son décollage de la BA 166 Luxeuil, pour un entraînement à très basse altitude de nuit. Le pilote et son NOSA sont décédés dans avoir eu le temps d'émettre le moindre signal de détresse.

    L'appareil a été retrouvé le lendemain matin vers 8h, dans un cratère de 25 m qu'il a créé dans une zone de pâture. Une enquête a été lancée pour déterminer les causes de l'accident.
  • Crash d'un Mirage 2000BG grec le 27 novembre 2003

    Suite à un décrochage compresseur, un Mirage 2000BG grec s'est écrasé.

Numéros de serie

Forum

Sujet complet »
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 09/02/2016 19:33 d9pouces
Pour calculer, oui, c'est faisable et le calcul est assez simple : 1/2 * masse d'un obus * vitesse initiale ^2 * cadence.
Le seul truc pénible est que les canons peuvent tirer en général plusieurs types d'obus, et que chaque type d'obus va avoir ses propres caractéristiques. Mais c'est vrai qu'on pourrait au moins le donner à titre indicatif.
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 09/02/2016 21:05 Jericho
Sans parler que les canons rotatifs n'ont pas leur cadence maximale dès les premiers obus et que la cadence de tir varie selon les conditions extérieures, ainsi que le graissage des pièces et d'un éventuel encrassage… Comme le dit D9pouces, ce serait vraiment indicatif. :?
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 09/02/2016 23:09 Sharky 125
L'énergie cinétique n'a qu'une valeur d'indication, ce n'est pas ce qui fait la performance d'un obus, sauf pour les perforants. Ce qu'on demande à un obus explosif c'est d'exploser à l'impact, soit avec une fusée instantanée, soit avec une fusée à retard.
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 10/02/2016 01:40 cachée dans les pins
et tout ça dans les têtes et les mains de un ou deux pilotes aux commandes d'un engin volant dans les airs.

la technicité de l'homme, c'est quand même :D sidérant.
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 10/02/2016 11:44 Sharky 125

d9pouces a écrit

Pour calculer, oui, c'est faisable et le calcul est assez simple : 1/2 * masse d'un obus * vitesse initiale ^2 * cadence.
Le seul truc pénible est que les canons peuvent tirer en général plusieurs types d'obus, et que chaque type d'obus va avoir ses propres caractéristiques. Mais c'est vrai qu'on pourrait au moins le donner à titre indicatif.


OPIT= Obus Perforant Incendiaire Traceur: utilisation air/sol contre principalement anti véhicules.
OMEI= Obus Mine Explosif Incendiaire: utilisation air/air.
OPEI- Obus Perforant Explosif Incendiaire: utilisation air/air et air/sol
OXL= Obus eXercice Lesté : entrainement.
OXT= Obus eXercice Traceur : entrainement.
OSPEI= Obus Semi Perforant Explosif Incendiaire: obus d'emploi général, c'est le dernier né de la gamme, a été créé principalement pour le Rafale et utilisé aussi sur M2000. C'est une munition durcie (MURAT).

Depuis l'adoption du calibre 30mm sur les avions français, d'autres types d'obus ont existé, mais ne sont plus utilisés. Dans un but de simplification des fabrications, l'OSPEI tend à se généraliser comme obus bon de guerre.
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 10/02/2016 18:49 Fred Van H.

Sharky 125 a écrit

L'énergie cinétique n'a qu'une valeur d'indication, ce n'est pas ce qui fait la performance d'un obus, sauf pour les perforants. Ce qu'on demande à un obus explosif c'est d'exploser à l'impact, soit avec une fusée instantanée, soit avec une fusée à retard.
C'est vrai, mais à part des cas particuliers de munitions en métaux non conventionnels, les obus des canons concurrents ne doivent pas être si différents en densité ou en charge. Alors bon, c'est un expédient, mais pour le péquin moyen, comment se faire une idée de la puissance de feu d'un avion disposant d'un unique 20mm tirant à 6000 c/mn comparée à un autre équipé de 2 X 30mm tirant à plus basse vitesse initiale et moindre cadence?
Une des conclusion de la longue polémique pendant, la seconde guerre mondiale, (évidemment, la technologie à depuis bien évolué) entre les tenants des mitrailleuses de moyen calibre en nombre et les inconditionnels des canons, était que finalement, les chances de détruire un avion ennemi dépendait plus de la capacité à tirer une certaine quantité de métal par unité de temps, que du calibre des armes embarquées. Evidemment, selon le genre de cible, le système de visée, le tireur ou d'autres paramètres, il y a forcément des préférences, mais c'est une première approche pas si stupide.

Fred
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 10/02/2016 19:26 Sharky 125
Durant la seconde guerre mondiale, les pilotes n'avaient pas les assistances à la conduite de tir qu'ils ont de nos jour, les avions ne se déplaçaient pas à la même vitesse et n'avaient pas les mêmes distances de tir. Rien n'est comparable.
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 10/02/2016 19:28 d9pouces
Pour les obus explosifs, on peut estimer la quantité d'explosif (et non de métal) qui sont envoyés au bout de 0,5s et au bout d'une seconde (durée des rafales classiques). Ça donne en effet une bonne estimation.
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 10/02/2016 20:54 Jericho

d9pouces a écrit

Pour les obus explosifs, on peut estimer la quantité d'explosif (et non de métal) qui sont envoyés au bout de 0,5s et au bout d'une seconde (durée des rafales classiques). Ça donne en effet une bonne estimation.
Pour autant que les explosifs contenus dans ces charges soient de même nature et par conséquent de même puissance… :mrgreen:
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 10/02/2016 20:55 d9pouces
je pense qu'ils sont tous assez proches les uns des autres ; un peu comme les moteurs de missile.
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 10/02/2016 20:59 Jericho

d9pouces a écrit

je pense qu'ils sont tous assez proches les uns des autres ; un peu comme les moteurs de missile.
Je pense également, surtout si tu compares des munitions de même génération, c'était juste pour taquiner. ;)
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 11/02/2016 00:48 Sharky 125
Quel que soit l'explosif, si l'obus n'est pas dans la cible, le résultat est le même. Il vaut mieux une petite charge bien placé qu'une grosse à côté.
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 11/02/2016 06:12 Fred Van H.

Sharky 125 a écrit

Durant la seconde guerre mondiale, les pilotes n'avaient pas les assistances à la conduite de tir qu'ils ont de nos jour, les avions ne se déplaçaient pas à la même vitesse et n'avaient pas les mêmes distances de tir. Rien n'est comparable.
Il n'étais pas question dans mes propos, de chercher à comparer l'armement des avions de la seconde guerre mondiale avec celui des avions modernes. Tout le monde l'avait compris, du moins le croyais-je. Les technologies évoluent à peu près à la même vitesse chez les principaux constructeurs, ce qui rend le raisonnement moins stupide que tu te plais à le faire apparaitre, pour comparer entre eux, les avions d'une même époque.
Ensuite, si pour chercher à comprendre, on ne peut pas tenter le moindre raisonnement à base de physique élémentaire sans être immédiatement renvoyé à sa condition de néophyte ignorant, l'intérêt de participer à ce genre de forum se limite strictement aux initiés, anciens de l'Armée de l'air. Rassure toi, je n'ai rien contre cette noble institution, je garde d'ailleurs d'excellents souvenirs de diverses conversations, ouvertes, passionnées et cordiales, avec d'anciens pilotes de Mirage IIIC (mon préféré de la famille :) ) à la retraite, reconvertis dans le modèle réduit à réaction (qui était notre passion commune).
J'aime bien chercher à comprendre.Je me suis visiblement trompé d'endroit, mais ce n'est pas bien grave.

Fred
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 11/02/2016 09:24 Jericho
Fred, je pense qu'avec ce post:

Sharky 125 a écrit

Durant la seconde guerre mondiale, les pilotes n'avaient pas les assistances à la conduite de tir qu'ils ont de nos jour, les avions ne se déplaçaient pas à la même vitesse et n'avaient pas les mêmes distances de tir. Rien n'est comparable.
… Sharky répondait à ce passage de ton message:

Fred Van H. a écrit

Une des conclusion de la longue polémique pendant, la seconde guerre mondiale, (évidemment, la technologie à depuis bien évolué) entre les tenants des mitrailleuses de moyen calibre en nombre et les inconditionnels des canons, était que finalement, les chances de détruire un avion ennemi dépendait plus de la capacité à tirer une certaine quantité de métal par unité de temps, que du calibre des armes embarquées. Evidemment, selon le genre de cible, le système de visée, le tireur ou d'autres paramètres, il y a forcément des préférences, mais c'est une première approche pas si stupide.
Le sens du message de Sharky (je le comprends ainsi), c'est que ce qui se passait durant la seconde guerre mondiale (entre appareils de l'époque) n'est pas comparable avec ce qui se passe de nos jours (avec des appareils modernes bourrés d'électronique et de calculateurs de tir). Je ne pense pas qu'il ait pensé que tu comparais les armes de la seconde guerre mondiale avec celles d'aujourd'hui…. ;)


Fred Van H. a écrit

Ensuite, si pour chercher à comprendre, on ne peut pas tenter le moindre raisonnement à base de physique élémentaire sans être immédiatement renvoyé à sa condition de néophyte ignorant, l'intérêt de participer à ce genre de forum se limite strictement aux initiés, anciens de l'Armée de l'air.

J'aime bien chercher à comprendre.Je me suis visiblement trompé d'endroit, mais ce n'est pas bien grave.
Rassure toi, nous aussi on aime bien comparer et essayer de comprendre. En ce qui concerne les canons, on en avait également parlé sur le sujet F-35 il y a quelques semaines (une bonne dizaine de posts)…
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 11/02/2016 19:01 Cinétic
<!– l –><a class="postlink-local" href="http://forum.aviationsmilitaires.net/viewtopic.php?p=141500#p141500">viewtopic.php?p=141500#p141500</a><!– l –>
Bonne mémoire Jericho! Sur ce post, 2 comparatifs entre la puissance de feu des principaux canons.
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 12/02/2016 13:56 Fred Van H.

Jericho a écrit

Rassure toi, nous aussi on aime bien comparer et essayer de comprendre. En ce qui concerne les canons, on en avait également parlé sur le sujet F-35 il y a quelques semaines (une bonne dizaine de posts)…
Ca c'est du positif! j'aime avoir tort, si ça m'apprend quelque chose ;)
Merci pour ce lien très intéressant.

Fred
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 14/02/2016 20:11 Nico2

Fred Van H. a écrit

Ensuite, si pour chercher à comprendre, on ne peut pas tenter le moindre raisonnement à base de physique élémentaire sans être immédiatement renvoyé à sa condition de néophyte ignorant, l'intérêt de participer à ce genre de forum se limite strictement aux initiés, anciens de l'Armée de l'air. Rassure toi, je n'ai rien contre cette noble institution, je garde d'ailleurs d'excellents souvenirs de diverses conversations, ouvertes, passionnées et cordiales, avec d'anciens pilotes de Mirage IIIC (mon préféré de la famille :) ) à la retraite, reconvertis dans le modèle réduit à réaction (qui était notre passion commune).
J'aime bien chercher à comprendre.Je me suis visiblement trompé d'endroit, mais ce n'est pas bien grave.

Fred

Au contraire, c'est un bon endroit, ne pas hésiter à participer.

:)
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 29/01/2017 09:19 Clansman
Le Mirage 2000 M :

Dans les années 1980, le remplacement des Crusader de la Marine Nationale se pose de nouveau avec acuité, comme 10 ans auparavant.

Dassault s'interroge alors sur une éventuelle version navalisée du Mirage 2000, qui est dessinée en 1987. Il est vrai que sa vitesse d'approche est plus raisonnable que celle du Mirage III. Malheureusement, il se rend vite compte qu'il faudrait le modifier à 80%, ce qui revient à concevoir un nouvel avion.

En effet, l'aile delta impose une vitesse élevée à l'atterrissage afin d'augmenter la portance, et la maniabilité est réduite. Sur ce type d'aile, les flaps, les ailerons de direction et de profondeur ne font qu'un, ce qui diminue le nombre de dispositifs hypersustentateurs.

Il faudra donc attendre le Rafale pour voir la Marine Nationale s'équiper d'un avion à ailes delta (et dans ce cas précis, surtout de plans canards qui compensent le manque de dispositifs hypersustentateurs).



http://www.air-defense.net/forum/topic/9683-mirage-2000-marine/

http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Quand-l-Eurofighter-joue-au-marin-actualise_a301.html

http://fighters.forumactif.com/t33031-1-48-veteran-model-conversion-set-mirage-2000-5-rocaf
Re: Caractéristiques Mirage 2000 à 29/01/2017 09:25 Clansman
La fiche sur le site

Cette version navalisée a donc bel et bien été envisagée, et ce en 1987.
Re: Caractéristiques Mirage 2000/Tanagra à 20/11/2017 20:19 stanak
Mirage 2000-5BG
Hellenic AF
Image
jamais vu les biplaces hors de Grèce 8-)
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires