Rappels

Histoire de l'appareil

L'apparition du MiG-25 avait surpris et inquiété les Occidentaux, jusqu’à ce que la défection d’un de ces appareils au Japon (le 6 septembre 1976) leur fasse découvrir les limites de l'appareil. Outre les habituels défauts liés à la production des usines soviétiques (contrôle qualité défaillant, finitions inférieures aux standards occidentaux…), les analystes de l’OTAN comprirent que le MiG-25 avait été taillé pour la vitesse, mais que tout avait été sacrifié à cette recherche de vitesse.

Le Foxbat était incapable de prendre part à un combat tournoyant et difficilement pilotable à basse altitude. Pire encore, ses moteurs surpuissants étaient si fragiles qu’à vitesse maximale, ils se détérioraient encore de manière très rapide, obligeant à des changements fréquents. Enfin, leur consommation de carburant était telle que l’autonomie du MiG-25 à vitesse supersonique était très limitée.

Aussi, dès 1975, les Soviétiques avaient entrepris de travailler sur une version améliorée du Foxbat, à partir de la même cellule. Cette nouvelle variante était destinée à remplacer les MiG-25 dans les missions d’interception, ainsi que les vieux Tupolev Tu-128. Le 16 septembre 1975, un démonstrateur, le Ye-155MP, effectua son premier vol. Les ingénieurs de l’OKB Mikoyan accrurent la part du titane et de l’aluminium dans la structure du nouvel appareil, changèrent la motorisation, augmentèrent la quantité d’essence embarquée et firent en sorte qu’il soit désormais possible de dépasser Mach 1 à basse altitude.

Bientôt, les satellites de reconnaissance occidentaux détectèrent le prototype, au centre d’essais en vol de Ramenskoye, près de Moscou, où ils faisaient de fréquentes visites à la recherche des nouveaux matériels soviétiques. Après cette découverte, le mystérieux appareil retourna dans l’ombre : il faudra attendre 1985 pour qu’un pilote norvégien en fasse une photographie en vol, et le salon du Bourget, en 1991, pour qu’il soit présenté au public. Pendant ce temps, les Soviétiques firent de nombreux essais, utilisant une dizaine de prototypes et d’appareils de présérie, avant de lancer la production en 1979. On le baptisa MiG-31, l’OTAN lui attribuant la dénomination de Foxhound (chien courant).

Le MiG-31 ressemble beaucoup au MiG-25, à ceci prêt qu’il emporte un second membre d’équipage, chargé de l’armement et des systèmes embarqués. Ses ailes et ses entrées d’air ont cependant été agrandies, ce qui facilite les vols à basse altitude, mais limite toujours sérieusement les possibilités de l’appareil en combat tournoyant. Cela ne posa cependant aucun problème aux Soviétiques, l’appareil n’étant pas destiné à ce genre de missions.

Ses deux moteurs D-30-F6 sont théoriquement capables de le propulser à Mach 3, même si dans les faits, Mach 2,83 est la véritable vitesse maximale. De grands réservoirs de carburant lui offrent une large autonomie : à Mach 2,35, un MiG-31 dispose d’un rayon d’action de près de 720 kilomètres. Les Soviétiques déterminèrent que quatre appareils étaient en mesure de couvrir une zone de patrouille de 800 kilomètres sur 900, ce qui convenait et convient toujours parfaitement pour la protection de l’immense espace aérien russe. Le rayon d’action maximal est de 2 200 kilomètres.

A tout cela, les ingénieurs de MiG ajoutèrent un radar exceptionnel. A partir de la version MiG-31B, le MiG-31 se vit équiper du tout premier radar à balayage électronique, le Zaslon-A, développé par Phazotron. Ce Zaslon, capable de suivre dix pistes et d’en engager quatre simultanément, capable également de regarder vers le bas et vers l’arrière de l’appareil, rendait le Foxhound infiniment plus redoutable que ses prédécesseurs. Chaque MiG-31 reçut aussi une liaison de données APD-518, pouvant le relier non seulement aux stations au sol, mais aussi aux AWACS soviétiques et à d’autres MiG-31.

Avec un tel équipement, il n’est pas étonnant que, malgré un blackout très étanche, les rares informations parvenues à l’Ouest aient pu paraître aussi inquiétantes aux responsables militaires et politiques occidentaux. D'autant que, dans le respect de la tradition soviétique, chaque appareil ou presque dispose d’un type de missiles particulier. Et les intercepteurs à long rayon d’action ont toujours disposé des missiles les plus gros et les plus performants.

En plus d’un canon interne GSh-6-23 de calibre 23 mm, le MiG-31 peut emporter une charge extérieure sous quatre points d’emport sous le fuselage, et deux autres sous les ailes. Son arme principale est le R-33 (AA-9 Amos), capable de frapper jusqu’à 120 kilomètres. Quatre exemplaires sont en général transportés sous le fuselage. En complément, deux autres missiles de moindre portée sont emportés : soit des AA-6 Acrid (développés pour le MiG-25), soit des AA-8 Aphid ou AA-11 Archer très courte portée. Il est prévu que le AA-12 Adder puisse aussi être intégré au MiG-31.

En 1991, le MiG-31 équipait uniquement les unités aériennes soviétiques. A la chute de l’URSS, la Russie récupéra la majorité des appareils, seule une quarantaine d’entre eux intégrant l’armée de l’air du Kazahkstan. Appareil coûteux à l’usage, le Foxhound a particulièrement souffert de la chute des budgets militaires. De nombreux exemplaires furent stockés, faute de mieux, même si depuis le début des années 2000, des ressources accrues ont été dégagées afin de les remettre en état de vol.

En 2015, 134 MiG-31 étaient opérationnels dans les VVS, et 150 supplémentaires placés en réserve. Jusqu'à septembre 2015, environ 45 appareils auraient été perdus. Aucun appareil n’a été exporté, malgré quelques tentatives durant les années 1990 (Inde, Israël, récemment Syrie). En 1992, la Chine fit l’acquisition d’une licence de production portant sur 700 exemplaires, mais il semble qu’elle n’en pas fait usage, à moins que les Russes n'aient finalement changé d'avis.

Le MiG-31 conserve à l’heure actuelle toute son utilité, et des variantes plus modernes sont actuellement développées par MiG, dans l’espoir d’une modernisation des appareils encore en service. Il y a quelques années de cela, le Kazakhstan a accordé à MiG un contrat de modernisation portant sur vingt appareils à passer au standard MIG-31BM. Ce standard, déjà envisagé au début des années 2000, et écarté par manque de fonds,refait lentement surface. Il consiste en une remise à jour globale du MiG-31, portant essentiellement sur l'armement et l'avionique (nouveau radar, nouvelle instrumentation avec trois grands écrans multifonctions à affichage digital).

Les deux premiers appareils modernisés au standard BM furent terminés à l'été 2008.

Au total, 519 appareils auront été produits de 1975 à avril 1994. On compte comme variantes principales :

- MiG-31 Foxhound-A : première version de série, produite à 450 exemplaires dont certains modernisés au standard MiG-31BS

- MiG-31B : version très nettement améliorée, avec radar Zaslon-A, missiles R-33 et perche de ravitaillement en vol ; le standard MiG-31BS correspond aux appareils de première génération modernisés à ce standard

- MiG-31E : destiné à l’exportation, avec des capacités dégradées ; aucune vente

- MiG-31M Foxhound-B : apparaît en 1991, mais en développement depuis le milieu des années 1980. Nouveau radar Zaslon-M (pouvant engager six cibles à la fois), avionique modernisée, pouvant emporter jusqu'à 4 missiles R-77 (sous les ailes) et 6 missiles R-37 (sous le fuselage). Sept à quatorze exemplaires produits avant 1995

- MiG-31BM : refonte réalisée par MAPO-MiG, radar modifié Zaslon-AM (d'une portée maximale de 240 km ; fonction cartographique et mode de suivi de terrain permettant les tirs air-sol, capable de suivre 24 cibles et d’en engager 10 simultanément), nouveau cockpit et système de navigation GLONASS, missiles améliorés (K-37M, K-73M, K-77-1, R-33S…).


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation

Versions référencées

  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31 Izdelye 01 (OTAN : Foxhound-A) : Version de série initiale. 349 exemplaires.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31 Izdelye 01DZ : Version ravitaillable en vol. 101 exemplaires.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31B Izdelye 01B : Version largement améliorée du MiG-31. 69 exemplaires.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31BS Izdelye 01BS : Désignation des MiG-31 modernisés au standard MiG-31B. 93 exemplaires modifiés.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31BM : Version lourdement modernisée des MiG-31B et BS.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31D : Version de lutte anti-satellite. 2 exemplaires.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31E : Version export du MiG-31B aux capacités dégradées. 2 exemplaires.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31F : Projet de version multirole.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31FE : Projet de version export du MiG-31F.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31M (OTAN : Foxhound-B) : Version modernisée du MiG-31. 7 ou 8 exemplaires.
  • Mikoyan-Gourevitch MiG-31S : Projet de version destinée à lancer des véhicules spatiaux commerciaux.
  • Mikoyan-Gourevitch Izdeliye 08 : Nouvelle version de série largement améliorée en cours de développement.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Anciens pays utilisateurs

Mikoyan-Gourevitch MiG-31 Izdelye 01 (OTAN : Foxhound-A) voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 46 200 kg (101 854 lbs)
  • Masse à vide : 21 830 kg (48 127 lbs)
  • Surface alaire : 61,6 m² (663,057 sq. ft)
  • Hauteur : 6,15 m (20,177 ft)
  • Envergure : 13,464 m (44,173 ft)
  • Longueur : 22,688 m (74,436 ft)

Performances

  • Rayon d'action : 1 200 km (746 mi, 648 nm)
  • Distance franchissable : 3 300 km (2 051 mi, 1 782 nm)
  • Plafond opérationnel : 20 600 m (67 585 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 208 m/s (682 ft/s)
  • Vitesse maximale BA : 1 500 km/h (932 mph, 810 kts)
  • Vitesse maximale HA : 3 000 km/h (1 864 mph, 1 620 kts)
  • Charge alaire, à vide : 354,383 kg/m² (72,583 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 750 kg/m² (154 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 turbofans Soloviev D-30F6
  • Puissance unitaire : 9 500 kgp (93 kN, 20 944 lbf), 15 500 kgp (152 kN, 34 172 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.
Enregistré 19

Accidents enregistrés

Numéros de serie

Forum

Sujet complet »
Re: Mig 31 à 08/01/2012 15:38 ciders
On avait dit que la fiche du MiG-28 Foolday était un poisson d'avril ? J'ai comme un doute. ^^
Re: Mig 31 à 08/01/2012 17:07 jeliot
Pffff, j'ai vue des F-14 faire du dogfight face à des zéro, alors contre un mig 28 c'est un jeux ! ^^
Re: Mig 31 à 08/01/2012 19:37 Jericho
Contre les Zero, ils ne se sont pas mouillés: au canon en arrivant par les 6 heures et au Sidewinder largement hors de portée des canons japonais! J'appelle pas ça du dogfight… :roll:
Re: Mig 31 à 13/03/2014 13:12 glwpatton
Un successeur ?
Re: Mig 31 à 13/03/2014 13:33 Jericho

glwpatton a écrit

Un successeur ?
À voir… les objectifs ne sont pas faciles à atteindre, je suis curieux de voir l'engin et les solutions retenues.

Au fait, tu pourrais presque créer un sujet "MiG-41"! :hehe:
Re: Mig 31 à 25/04/2014 21:16 ciders
Si vous aimez la langue de bois, vous allez être servis :p

MiG prépare bien une modernisation "radicale" du MiG-31. Mais vous n'en connaîtrez pas les détails parce que c'est secret défense… A priori, on semble quand même s'orienter vers des capacités antisatellites.
Re: Mig 31 à 25/04/2014 21:55 d9pouces
Ça me fait bizarre d'entendre parler d'une faible consommation des D30F-6, même si apparemment c'est le cas.

Pour les capacités ASAT, ils avaient déJà fait des tests avec deux MiG-31D, mais ça a été abandonné. Ils pourraient en effet s'y remettre.
Re: Mig 31 à 25/04/2014 22:00 Jericho

ciders a écrit

Si vous aimez la langue de bois, vous allez être servis :p
Je connaissais comme expressions la langue de Molière pour le français, la langue de Dante pour l'italien, la langue de Goethe pour l'allemand, etc… mais je ne connaissais pas la langue de bois pour le russe. :mrgreen:

ciders a écrit

A priori, on semble quand même s'orienter vers des capacités antisatellites.
ça peut se comprendre: sa vitesse et son plafond opérationnel en font une plateforme exceptionnelle pour ce genre de mission.
Re: Mig 31 à 25/04/2014 22:51 ciders
Et surtout, le concept a déjà été étudié par les Soviétiques, me semble-t-il. Les études existent déjà plus ou moins.
Re: Mig 31 à 09/08/2014 17:41 ciders
Vers une reprise de la production du MiG-31 ?

Bon, j'y crois moyennement, m'enfin dans le doute…
Re: Mig 31 à 09/08/2014 18:38 d9pouces
J'ai du mal à y croire également. Les reprises de production doivent se compter sur les doigts d'une main dans l'histoire aéronautique moderne.
Re: Mig 31 à 09/08/2014 22:41 Jericho
À part sa vitesse et son altitude de vol, quels sont ses avantages par rapport aux Su-27&Co en combat aérien (vu que ces capacités sont en grande partie effacées par les performances des missiles air-air)? :interr:
Re: Mig 31 à 09/08/2014 23:31 ciders
Son radar reste sans équivalent et il peut emporter un armement lourd, surtout si on mène enfin à bien le développement de nouveaux systèmes air-air très longue portée (développement qui rame faute de financement).
Re: Mig 31 à 10/08/2014 00:43 Jericho
OK, merci.
De plus j'avais en tête qu'il n'avait que 4 points d'attache sous les ailes, mais après une rapide vérification, j'ai remarqué que je confondais avec le MiG-25. En fait il en transporte deux sous les ailes et 4 autres sous le fuselage, ce qui donne tout de suite quelques chose de plus conséquent…
Re: Mig 31 à 10/08/2014 09:27 Clansman
Il faut surtout le voir comme un patrouilleur au-dessus de cette vaste zone qu'est la Sibérie. Il faut rajouter l'autonomie. En fait, c'est d'abord un intercepteur, destiné à contrer les bombardiers, les avions de reconnaissance, les AWACS, les ravitailleurs…
Re: Mig 31 à 10/08/2014 10:59 d9pouces

ciders a écrit

Son radar reste sans équivalent et il peut emporter un armement lourd, surtout si on mène enfin à bien le développement de nouveaux systèmes air-air très longue portée (développement qui rame faute de financement).
Il y avait eu un exercice avec des MiG-31 et des Su-27, les MiG-31 avaient détecté certaines cibles bien avant les Su-27 (notamment les simulations de missiles de croisière).
Re: Mig 31 à 12/08/2014 13:58 ciders
Nouveau son de cloche, chez les militaires cette fois

Le commandant des VVS évoque désormais le lancement de la conception d'un remplaçant au MiG-31 à partir de 2017, avec une entrée en service prévue pour 2025.
Re: Mig 31 à 12/08/2014 20:46 Nico2
Ça semble à la fois plus logique et davantage crédible.
Re: Mig 31 à 18/01/2015 13:32 Clansman
Suite à l'excellente suggestion d'Ansierra, et pour rester à la page, le MiG-31BM sur le site
Re: Mig 31 à 18/01/2015 14:03 Ansierra117
Merci Clan's c'est super !! :D
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires