Rappels

Histoire de l'appareil

C’est en février 1953, à la lumière des enseignements de la guerre de Corée, que l’Armée de l’Air lance un appel d'offres pour un nouvel intercepteur léger, peu coûteux mais tout-temps. Elle passe commande de prototypes "de moins de 4 tonnes, capable de monter à 15 000 m en 4 minutes ou à 18.000 mètres en 6 minutes, de voler en palier à mach 1,3. Ils doivent rattraper par l'arrière un hostile volant à mach 1 et éloigné de plus de 25 km, porter un missile de 200 kg, revenir à leur base et d'attendre cinq minutes à l'atterrissage, avant de se poser à moins de 180 km/h." Ils devaient de surcroît pouvoir opérer à partir de terrains peu préparés.

La SNCASO propose son Trident, la SNCASE le Durandal, et Marcel Dassault le MD-550 Mystère-Delta. Celui-ci est un biréacteur propulsé par 2 turboréacteurs Armstrong-Siddeley Viper de 750 kgp construits sous licence par Dassault sous la dénomination MD-30R. L'équipe réunie autour de Henri Deplante et Jean Cabrière utilise pour la première fois l’aile delta, expérimentée par Alexander Lippisch avant la 2e guerre mondiale.

Cette aile delta fut utilisée par les Américains de Convair avec le XF-92, les Britanniques avec le Fairey FD.2 et les Suédois avec le Saab 210, le démonstrateur du J-35. Des rumeurs persistantes veulent que Dassault ait racheté les plans du FD.2 en 1954, ou fait de même avec les Suédois, mais ce n'est peut-être que médisance face au succès qu'eut son successeur, le Mirage III. Cette aile a une flèche de 60°. 2 prototypes sont commandés le 22 mars 1954.

Le Mystère-Delta effectue son premier vol le 25 juin 1955 aux mains de Roland Glavany, qui est impressionné par ce premier vol de 20 minutes malgré des problèmes de lacet. Il effectue un deuxième vol le soir même. L'avion, bien que sous motorisé (il n'a ni post-combustion ni fusée), atteint quand même Mach 0,95 en léger piqué le 24 juillet, lors de son 4e vol. Le 17 décembre, l'appareil atteindra la vitesse de Mach 1,3 en vol horizontal.

Fin janvier 1956, le Mystère Delta subit quelques modifications : l'envergure est diminuée de 30 cm, la dérive reculée avec un bord de fuite incliné et non plus vertical, de plus elle adopte un profil en flèche et non plus delta. Les réacteurs MD 30R reçoivent une PC qui font monter la puissance unitaire à 980 kgp, ainsi qu’un groupe fusée SEPR-66 biliquide et autonome, qui développe 1800 kgp pendant 80 secondes. On y rajoute un train renforcé, de nouvelles servocommandes, un parachute de queue, un siège éjectable Martin-Baker. Les entrées d'air sont modifiées, avec une section plus faible, afin d'adapter l'avion aux grandes vitesses. L'appareil est alourdi de 400 kg et sa masse à vide passe à 3610 kg.

Rebaptisé alors MD-550 01 Mirage I depuis février 1956 (car on devait pouvoir le voir, mais jamais le rattraper), l’avion revole le 5 mai 1956. Il atteint même la vitesse de Mach 1,6. L'avion est prévu pour emporter un unique missile air-air, Matra ou Nord. Cependant, l'appareil est trop léger, trop peu puissant, pour accomplir les missions qu'on attend de lui. L'armée de l'air elle-même prend conscience des limites de son programme. Elle réclame, en juillet 1956, un appareil monoréacteur ayant une plus large autonomie et capable d’emporter un radar. Elle reproche aussi au Mirage I son manque de polyvalence et un moteur fusée trop difficile à gérer en opération.

Marcel Dassault abandonne le MD-550-02 resté inachevé (le Mirage II, qui devait recevoir des réacteurs Turboméca Gabizo) au profit du MD.550-03, de 30% plus grand et plus lourd que le Mirage I, et plus puissant. Il sera connu sous le nom de Mirage III, mais ceci est une autre histoire…

Quand au Mirage I, il vole jusqu'en mai 1957, notamment dans le cadre des essais du Mirage IV. Il sera alors convoyé à Brétigny, stocké pendant un temps avant d'être vraisemblablement ferraillé.
Il aura donc servi à démontrer les avantages et inconvénients de la formule delta : c'est une aile simple à concevoir et à construire, robuste, qui permet un grand emport de carburant. En revanche, elle provoque des vitesses de décollage et d'atterrissage élevées, provoquant un fort cabrage de l'appareil. Malgré tout, elle sera synonyme d'une prestigieuse lignée à laquelle le MD-550 donna naissance : les Mirage.


Texte de Clansman.

Versions référencées

  • Dassault Mystère-Delta : 1ere configuration de l'appareil.
  • Dassault Mirage I : Configuration définitive de l'appareil, qui n'exista qu'à un seul exemplaire.
  • Dassault Mirage II : Prototype biréacteur resté inachevé.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Dassault Mirage I voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Flèche des ailes : 60 °
  • Masse maxi au décollage : 5 150 kg (11 354 lbs)
  • Masse à vide : 3 610 kg (7 959 lbs)
  • Surface alaire : 27,1 m² (291,702 sq. ft)
  • Envergure : 7,32 m (24,016 ft)
  • Longueur : 12,8 m (41,995 ft)

Performances

  • Plafond opérationnel : 14 600 m (47 900 ft)
  • Vitesse maximale HA : 1 700 km/h (1 056 mph, 918 kts)
  • Charge alaire, à vide : 133,21 kg/m² (27,284 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 190,037 kg/m² (38,923 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur-fusée S.E.P.R. 66
  • Puissance unitaire : 1 500 kgp (15 kN, 3 307 lbf)
  • 2 réacteurs Dassault MD-30R
  • Puissance unitaire : 980 kgp (10 kN, 2 161 lbf)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
à 22/07/2006 13:52 Clansman
Merci TMor. :wink:

J'aime bien ton nouvel avatar, en passant.[/size:dea27]

Cela dit, j'ignore ce que le prototype est devenu. :? Si quelqu'un a des infos… :journal:
à 22/07/2006 15:03 little boy
excellante recherche CLANSMAN. 8)

[quote:616e2]Cela dit, j'ignore ce que le prototype est devenu. Si quelqu'un a des infos… [/quote:616e2]

apparement le MD 550-02 dont le projet fut avorté fut dépouillé de certain de ses composants afin de les réutiliser pour fabriquer le nouvel appareil, le mirage II.

http://www.geocities.com/tanioskahi/french/mysteredelta.jpg
à 22/07/2006 15:24 Clansman
Merci, Little Boy :wink:

Justement, le MD-550-02 [u:86ea8]était[/u:86ea8] le Mirage II, et a été transformé en Mirage III-001.

Je me demandais ce qu'il était advenu du MD-550-01, le Mirage I, en fait. :?
à 22/07/2006 18:33 Clansman
Ben non :cry:

http://www.mae.org/collec_prototypes.htm

Il a dû être feraillé :(
à 23/07/2006 11:44 Clansman
En attendant, voilà une retranscription d'une conférence de Roland Glavany sur son travail chez Dassault, très intéressant je crois. :wink:

http://www.stratisc.org/Mirage-Triton_5.htm
Le Mirage I à 20/07/2006 21:33 Clansman
Après tous ces topics consacrés aux Rafale, Mirage 2000 et parfois, Mirage III, il fallait bien qu’on parle un jour ou l’autre de leur prédécesseur, le Mirage I ou MD-550 Mystère-Delta. ;)



C’est en février 1953, à la lumière des enseignements de la guerre de Corée, que l’Armée de l’Air lance un appel d'offres pour un nouvel intercepteur léger, peu coûteux mais tout-temps. Elle passe commande de prototypes "de moins de 4 tonnes, capable de monter à 15 000 m en 4 minutes ou à 18.000 mètres en 6 minutes, de voler en palier à mach 1,3. Ils doivent rattraper par l'arrière un hostile volant à mach 1 et éloigné de plus de 25 km, porter un missile de 200 kg, revenir à leur base et d'attendre cinq minutes à l'atterrissage, avant de se poser à moins de 180 km/h." Ils devaient de surcroît pouvoir opérer à partir de terrains peu préparés.

La SNCASO propose son Trident, la SNCASE le Durandal, et Marcel Dassault le MD-550 Mystère-Delta. Celui-ci est un biréacteur propulsé par 2 turboréacteurs Armstrong-Siddeley Viper de 750 kgp construits sous licence par Dassault sous la dénomination MD-30R. L'équipe réunie autour de Henri Deplante et Jean Cabrière utilise pour la première fois l’aile delta, expérimentée par Alexander Lippisch avant la 2e guerre mondiale et réutilisée par les américains de Convair avec le XF-92 et les suédois avec le Saab 210, le démonstrateur du J-35. Cette aile a une flèche de 60°. 2 prototypes sont commandés le 22 mars 1954.

Le Mystère-Delta effectue son premier vol le 25 juin 1955 aux mains de Roland Glavany, qui est impressionné par ce premier vol de 20 minutes malgré des problèmes de lacet. Il effectue un deuxième vol le soir même. L'avion, bien que sous motorisé (il n'a ni post-combustion ni fusée), atteint quand même Mach 0,95 en léger piqué le 24 juillet, lors de son 4e vol. Le 17 décembre, l'appareil atteindra la vitesse de Mach 1,3 en vol horizontal.

Fin janvier 1956, le Mystère Delta subit quelques modifications : l'envergure est diminuée de 30 cm, la dérive reculée avec un bord de fuite incliné et non plus vertical, de plus elle adopte un profil en flèche et non plus delta. Les réacteurs MD 30R reçoivent une PC qui font monter la puissance unitaire à 980 kgp, ainsi qu’un groupe fusée SEPR-66 biliquide et autonome, qui développe 1800 kgp pendant 80 secondes. On y rajoute un train renforcé, de nouvelles servocommandes, un parachute de queue, un siège éjectable Martin-Baker. Les entrées d'air sont modifiées, avec une section plus faible, afin d'adapter l'avion aux grandes vitesses. L'appareil est alourdi de 400 kg et sa masse à vide passe à 3610 kg.

Rebaptisé alors MD-550 01 Mirage I depuis février 1956 (car on devait pouvoir le voir, mais jamais le rattraper), l’avion revole le 5 mai 1956. Il atteint même la vitesse de Mach 1,6. L'avion est prévu pour emporter un unique missile air-air, Matra ou Nord. Cependant, l'appareil est trop léger, trop peu puissant, pour accomplir les missions qu'on attend de lui. L'armée de l'air elle-même prend conscience des limites de son programme. Elle réclame, en juillet 1956, un appareil monoréacteur ayant une plus large autonomie et capable d’emporter un radar. Elle reproche aussi au Mirage I son manque de polyvalence et un moteur fusée trop difficile à gérer en opération.

Marcel Dassault rachète donc à l’Etat le MD-550-02 resté inachevé (le Mirage II, qui devait recevoir des réacteurs Turboméca Gabizo) et, après transformation, en fait le MD-550 03, ou Mirage III 001 "Balzac". Mais ceci est une autre histoire…

Quand au Mirage I, il vole jusqu'en mai 1957, notamment dans le cadre des essais du Mirage IV. Il sera alors convoyé à Brétigny, stocké pendant un temps avant d'être vraisemblablement ferraillé.
Il aura donc servi à démontrer les avantages et inconvénients de la formule delta : c'est une aile simple à concevoir et construire, robuste, qui permet un grand emport de carburant. En revanche, elle provoque des vitesses de décollage et d'atterrissage élevées, provoquant un fort cabrage de l'appareil. Malgré tout, elle sera synonyme d'une prestigieuse lignée à laquelle le MD-550 donna naissance : les Mirages.

[b:80db5]Dimensions[/b:80db5]

[i:80db5]Longueur :[/i:80db5] 12,80 m
[i:80db5]Envergure :[/i:80db5] 7,32 m
[i:80db5]Hauteur :[/i:80db5]
[i:80db5]Surface alaire :[/i:80db5] 27,10 m²

[b:80db5]Masses :[/b:80db5]

[i:80db5]A vide :[/i:80db5] 3610 kg
[i:80db5]maximale :[/i:80db5] 5150 kg

[b:80db5]Motorisation[/b:80db5]

[i:80db5]Moteur :[/i:80db5] 2 Viper MD30R et 1 fusée SEPR66
[i:80db5]Poussée :[/i:80db5] 3400 kgP avec la fusée

[b:80db5]Performances :[/b:80db5]

[i:80db5]Vitesse maximale :[/i:80db5] Mach 1,6
[i:80db5]Plafond :[/i:80db5] 14600 m
[i:80db5]Distance franchissable :[/i:80db5]

[i:80db5]Equipage :[/i:80db5] 1 pilote

[i:80db5]Armement :[/i:80db5] Aucun

[i:80db5]Pays utilisateurs :[/i:80db5] France (prototype)


Sources :

http://anfas.free.fr/mir4/histoire-mir4.html

http://anfas.free.fr/mir4/md550.html (photo)

http://www.dassault-aviation.com/fr/passion/avions/dassault-militaires/mirage-iii.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dassault_Mirage_III#Du_MD550_Myst.C3.A8re_Delta_au_Mirage_III

http://www.aviastar.org/air/france/dassault_md-550.php

http://www.vectorsite.net/avmir3_1.html#m1
à 20/07/2006 21:49 Clansman
Merci :D

Et si vous avez des infos à partager, n'hésitez pas !
à 20/07/2006 23:03 Clansman
Roland Glavany, manifestement.

Il a fait le premier vol, c'est sûr, en tous les cas.
à 21/07/2006 11:08 Clansman
Eh bien je remercie Vic, et tout le forum sans qui ce travail n'aurait pas été possible ! :no1:

:lol: :lol: :lol:

PS Sonny : j'ai dû foirer un de mes liens car la dernière source que tu as cité était l'une de celles que j'avais utilisée. Je te remercie de l'avoir remise. :wink:
à 21/07/2006 11:48 TMor
Chapeau bas pour cette intervention de justice Clansman ! :wink:
Re: Le Mirage I à 06/09/2010 16:43 Clansman
Le Mirage I sur le site

Souvenirs souvenirs, ce fut ma première fiche sur AMN 1er… Le texte a d'ailleurs été mis à jour, ainsi que les sources. :)
Re: Le Mirage I à 30/01/2017 08:06 Clansman
Le Mirage II (MD.550-02) devait être le deuxième prototype du MD.550. Ce dernier avait en effet été commandé à 2 exemplaires par l'Armée de l'Air.

Le Mirage II devait effectuer les essais d'armement. Pour cela, il devait être équiper d'un radar Dassault Aladin et de deux réacteurs Gabizo de 3307 lbf, ainsi que de deux moteurs-fusées de 1653 lbf chacun.

Mais Dassault estimait que les Mirage I et II seraient trop petits et, le 26 mars 1956, décida de faire annuler le Mirage II au profil d'un appareil de 30% plus grand et plus lourd que le Mirage I et plus puissant (4400 kgp), le Mirage III. La construction du Mirage II était presque finie. Ses ailes furent réutilisées sur le Mirage III afin d'économiser du temps face au Durandal.


La fiche sur le site


http://www.cmchant.com/dassault-md-550-mirage

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dassault_Mirage_III#Du_MD550_Myst.C3.A8re_Delta_au_Mirage_III

https://en.wikipedia.org/wiki/Dassault_Mirage_III#Origins

http://www.airvectors.net/avmir3_1.html

http://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php?topic=837.15
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires