Rappels

Histoire de l'appareil

Le La-7 avait d'indéniables qualités, mais un défaut majeur : une construction en bois, qui alourdissait la structure. La prochaine étape était donc de passer à un appareil de construction métallique, ce qui fut fait avec le La-126. Mais celui-ci ne dépassa pas le stade du prototype et aboutit au La-130, le prototype du futur La-9.

Le prototype, construit à l'usine 21 de Gorky, effectua son vol inaugural le 16 juin 1946. En plus de sa construction métallique, il possédait également une aile à écoulement liminaire. Le gain de poids qui en résultait permis d'emporter plus de carburant, ainsi que 4 canons NS-23 avec 75 obus chacun. Des combats simulés montrèrent que le La-9 était supérieur au La-7, mais inférieur au Yak-3.

Il reprenait la silhouette du La-7 : un monomoteur monoplace à ailes basses, avec un train d'atterrissage classique entièremement rétractable, y compris la roulette de queue.

La production en série fut autorisée en août 1946. Il fut produit à 1559 exemplaires, de novembre 1946 à 1949. Outre l'Union soviétique, il équipa la Chine, la Corée du Nord, et la Roumanie (5 La-9UTI). Il fut surnommé Fritz par l'OTAN. Il fut engagé dans la guerre de Corée, dans la force aérienne regroupant pilotes nord-coréens et chinois.

Outre la version de base, exista le La-9UTI, un biplace d'entraînement. Celui-ci pouvait être armé au choix d'une mitrailleuse UBS de 12,7 mm ou d'un canon NS-23 de 23 mm. Il vola en juillet 1947 et fut construit à Oulan-Oudé, dans l'usine GAZ-99, à 265 exemplaires.

Les autres versions restèrent à l'état de prototype : le La-9RD, un La-9 modifié, fut testé en 1947 et 1948, et était équipé d'un pulsoréacteur RD-13 sous chaque aile. Sa structure avait été renforcée et il n'emportait que 2 canons. Il ne gagnait que 70 km/h, au prix de beaucoup de bruit et de vibrations. Les moteurs étaient peu fiables et dégradaient considérablement la tenue en vol.

Le la-132 était équipé d'un moteur Shvetsov M-93, qui devait lui permettre d'atteindre une vitesse de 740 km/h à 6500 m d'altitude. Le moteur fut un échec et fut remplacé par un Shvetsov ASh-82M. Quoiqu'il en soit, le la-132 ne fut pas produit en série.

Le la-138, lui, était un La-9 modifié et équipé de 2 ramjets PVRD-450 sous les ailes. Il ne dépassa pas non plus le stade du prototype.

Le la-130R était un projet d'avion propulsé par un moteur-fusée à ergols liquides, en l'occurrence un RD-1Kh3, qui complétait le moteur Shvetsov ASh-82FN. Ce projet d'avion à propulsion mixte fut annulé en 1946, avant même que le prototype ne soit construit.

Enfin, le La-9M ou la-134, à long rayon d'action, donnera naissance au La-11.

Quelques exemplaires sont exposés en Chine, en Corée et un en Roumanie. Un seul d'entre eux est encore en état de vol, le ZK-LIX basé à Wanaka en Nouvelle-Zélande. Il fut restauré entre 2001 et 2003 par Pioneer Aero Restorations.

Versions référencées

  • Lavotchkine La-130 : Prototype du La-9.
  • Lavotchkine La-9 : Version de base, 1559 exemplaires.
  • Lavotchkine La-9M : Variante à long rayon d'action, préfigurant le La-11.
  • Lavotchkine La-9UTI : Version d'entraînement biplace, 265 exemplaires.
  • Lavotchkine La-9RD : Version expérimentale, équipée de 2 pulsoréacteurs RD-13.
  • Lavotchkine La-130R : Projet d'avion à propulsion mixte.
  • Lavotchkine La-132 : Version remotorisée avec un Shvetsov M-93, restée à l'état de prototype.
  • Lavotchkine La-138 : un La-9 modifié et équipé de 2 ramjets PVRD-450 sous les ailes.

Lavotchkine La-9 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 3 676 kg (8 104 lbs)
  • Masse à vide : 2 638 kg (5 816 lbs)
  • Surface alaire : 17,6 m² (189,445 sq. ft)
  • Hauteur : 3,56 m (11,68 ft)
  • Envergure : 9,8 m (32,152 ft)
  • Longueur : 8,63 m (28,314 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 1 735 km (1 078 mi, 937 nm)
  • Plafond opérationnel : 10 800 m (35 433 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 17,7 m/s (58,071 ft/s)
  • Vitesse maximale HA : 691 km/h (429 mph, 373 kts)
  • Charge alaire, à vide : 149,886 kg/m² (30,699 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 208,864 kg/m² (42,779 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 moteur à cylindres en étoile Shvetsov ASh-82FN
  • Puissance unitaire : 1 380 kW (1 876 ch, 1 850 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Lavotchkine La-9 Fritz à 29/06/2011 10:24 Clansman
Le La-7 avait d'indéniables qualités, mais un défaut majeur : une construction en bois. La prochaine étape était donc de passer à un appareil de construction métallique, ce qui fut fait avec le la-126. Mais celui-ci ne dépassa pas le stade du prototype et aboutit au la-130, le prototype du futur La-9.

Le prototype, construit à l'usine 21 de Gorky, effectua son vol inaugural le 16 juin 1946. En plus de sa construction métallique, il possédait également une aile à écoulement liminaire. Le gain de poids qui en résultait permis d'emporter plus de carburant, ainsi que 4 canons NS-23 avec 75 obus chacun. Des combats simulés montrèrent que le La-9 était supérieur au La-7, mais inférieur au Yak-3.

Il reprenait la silhouette du La-7 : un monomoteur monoplace à ailes basses, avec un train d'atterrissage classique entièremement rétractable, y compris la roulette de queue.

La production en série fut autorisée en août 1946. Il fut produit à 1559 exemplaires, de novembre 1946 à 1949. Outre l'Union soviétique, il équipa la Chine, la Corée du Nord, et la Roumanie (5 La-9UTI). Il fut surnommé Fritz par l'OTAN. Il fut engagé dans la guerre de Corée, dans la force aérienne regroupant pilotes nord-coréens et chinois.

Outre la version de base, exista le La-9UTI, un biplace d'entraînement. Celui-ci pouvait être armé au choix d'une mitrailleuse UBS de 12,7 mm ou d'un canon NS-23 de 23 mm. Il vola en juillet 1947 et fut construit à Oulan-Oudé, dans l'usine GAZ-99, à 265 exemplaires.

Les autres versions restèrent à l'état de prototype : le La-9RD, un La-9 modifié, fut testé en 1947 et 1948, et était équipé d'un pulsoréacteur RD-13 sous chaque aile. Sa structure avait été renforcée et il n'emportait que 2 canons. Il ne gagnait que 70 km/h, au prix de beaucoup de bruit et de vibrations. Les moteurs étaient peu fiables et dégradaient considérablement la tenue en vol.

Le la-132 était équipé d'un moteur Shvetsov M-93, qui devait lui permettre d'atteindre une vitesse de 740 km/h à 6500 m d'altitude. Le moteur fut un échec et fut remplacé par un Shvetsov ASh-82M. Quoiqu'il en soit, le la-132 ne fut pas produit en série.

Le la-138, lui, était un La-9 modifié et équipé de 2 ramjets PVRD-450 sous les ailes. Il ne dépassa pas non plus le stade du prototype.

Le la-130R était un projet d'avion propulsé par un moteur-fusée à ergols liquides, en l'occurrence un RD-1Kh3, qui complétait le moteur Shvetsov ASh-82FN. Ce projet d'avion à propulsion mixte fut annulé en 1946, avant même que le prototype ne soit construit.

Enfin, le La-9M ou la-134, à long rayon d'action, donnera naissance au La-11.

Quelques exemplaires sont exposés en Chine, en Corée et un en Roumanie. Un seul d'entre eux est encore en état de vol, le ZK-LIX basé à Wanaka en Nouvelle-Zélande. Il fut restauré entre 2001 et 2003 par Pioneer Aero Restorations.


La fiche sur le site


http://en.wikipedia.org/wiki/Lavochkin_La-9

http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=498

http://www.airpages.ru/eng/ru/la9.shtml

http://www.aviastar.org/air/russia/la-9.php

http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_lavochkin_la9_en.php

http://jetphotos.net/showphotos.php?aircraft=Lavochkin%20La-9

http://www.airliners.net/search/photo.search?aircraftsearch=Lavochkin%20La-9&distinct_entry=true
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires