Rappels

Histoire de l'appareil

En 1937, l'URSS décida de fournir à la Chine des Tupolev SB-2, dans le cadre du conflit contre le Japon. Cet avion produisit une grande impression aux pilotes japonais. Il était assez rapide pour échapper aux interceptions des chasseurs nippons. Très intéressée par le concept, l'Armée Impériale demanda la mise au point d'un nouveau bombardier. Les exigences des autorités portaient notamment sur la vitesse (480 km/h à 3 000 mètres d'altitude), la vitesse ascensionnelle (atteindre 5 000 m en dix minutes) et l'armement (400 kilos de bombes, et trois mitrailleuses).

Le constructeur japonais Kawasaki, déjà largement impliqué dans l'équipement des forces armées nippones, se lança dans l'étude de ce nouvel appareil en janvier 1938. Les ingénieurs de l'entreprise puisèrent dans leur expérience, acquise notamment dans le développement du bimoteur Ki-45 Toryu, qui se poursuivait à peu près en même temps. Le premier prototype apparut en juillet 1939. Il n'était pas satisfaisant, et vibrait beaucoup, ce qui nécessita de nouvelles études structurelles. Les retards qui s'ensuivirent pesèrent sur le programme. L'appareil ne fut finalement accepté qu'en mai 1940, sous la désignation officielle de bombardier léger bimoteur de l'Armée type 99 modèle 1, ou plus sobrement Kawasaki Ki-48-I.

Le Ki-48 se présentait comme un appareils très élégant, propulsé par deux moteurs. C'était un monoplan à aile médiane cantilever, doté d'un train d'atterrissage escamotable (dans les nacelles moteurs) et d'une roulette de queue rétractable. Il était construit entièrement en métal, et comportait de nombreux panneaux vitrés (dans le nez, autour de la cabine de pilotage et du poste du mitrailleur arrière).

La première série de production fut équipée de deux moteurs Nakajima Ha-25 en double étoile, d'une puissance unitaire de 950 chevaux, montés dans des nacelles installées sur le bord d'attaque de la voilure. L'équipage se composait de quatre personnes : un pilote, un radio-navigateur, un mitrailleur arrière et un observateur-bombardier. Les trois derniers se chargeaient, en plus de leur fonction, de servir l'armement de bord. Celui-ci se composait de trois mitrailleuses de calibre 7,7 mm (une montée dans le nez, une autre en position dorsale et la troisième en position ventrale). Une soute à bombes ventrale pouvait contenir jusqu'à 400 kilos de bombes.

Le Ki-48-1a entra en service actif à l'été 1940 et fut engagé en Chine dès l'automne. Sur un théâtre d'opérations dépourvu de chasse adverse efficace, et protégé par des escortes nombreuses, le Ki-48 se révéla efficace. Il fut ainsi engagé à de nombreuses reprises contre les positions chinoises, notamment par les 16è et 45è Hiko-Sentai. D'autres servirent en Asie du Sud-Est. Il n'en fut pas de même dans le Pacifique, où les Alliés lui attribuèrent le nom de code Lily. Ne dépassant pas les 480 km/h et pourvu d'un armement très léger, le Ki-48 constitua très vite une cible facile pour les chasseurs alliés.

Après avoir produit 557 exemplaires de la première génération de Ki-48 (1a et 1b, cette dernière variante n'incorporant que des différences mineures), les Japonais décidèrent de pallier aux déficiences apparues jusqu'alors en sortant une version améliorée. En avril 1942, les premiers Ki-48-II apparurent. Le Ki-48-II reçut un fuselage légèrement allongé et de nouvelles nacelles moteurs, abritant deux Nakajima Ha-115-II en double étoile (d'une puissance unitaire de 1 150 ch).

La protection fut elle aussi améliorée, par l'installation de réservoirs de carburant auto-obturants (grâce à des bandes de caoutchouc) et d'une protection accrue pour l'équipage (montage de plaques de blindage autour du cockpit, d'une épaisseur de 6 à 16 cm). On améliora enfin l'armement, avec le remplacement des mitrailleuses par des Te-3 de calibre 7,92 et 12,7 mm (cette dernière prenant place sur le dos de l'appareil), plus efficaces que les anciennes armes. La charge de bombes augmenta également, passant jusqu'à 800 kg. Une version spécifique, A partir de la version Ki-48-IIb, des freins d'intrados furent installés, pour le bombardement en piqué.

Cependant, toutes les modifications alourdirent l'appareil, et les performances ne furent pas accrues de manière significative. Le Ki-48-II était toujours trop lent et son armement toujours aussi insuffisant, surtout face aux nouveaux modèles de chasseurs états-uniens entrant alors en service. Les pertes restèrent sensibles parmi les formations de bombardement. A l'été 1944, le Ki-48 fut définitivement considéré comme obsolète. Sa production fut interrompue en octobre de la même année.

Les derniers exemplaires disponibles furent engagés dans des missions suicides, dans les Philippines et à Okinawa. D'autres furent abandonnés et capturés au sol, notamment aux Philippines, victimes du manque de carburant et de pièces détachées. On estime la production totale du type à 1 977 exemplaires (566 Ki-48-I et 1 411 Ki-48-II), prototypes compris.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Kawasaki Ki-48-Ia : 1re version de production. La version Ki-48-Ib ne se différenciait que par des modifications mineures.
  • Kawasaki Ki-48-IIa : Version agrandie et plus puissante.
  • Kawasaki Ki-48-IIb : Version de bombardement en piqué.
  • Kawasaki Ki-48-IIc : Version à l'armement défensif amélioré.
  • Kawasaki Ki-81 : Version proposée du Ki-48, non construite.
  • Kawasaki Ki-174 : Version monoplace pour des attaques-suicides. Non construite.

Pays exploitant actuellement cet appareil

  • Aucun pays utilisateur n'a été enregistré.

Anciens pays utilisateurs

Kawasaki Ki-48-IIb voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 6 750 kg (14 881 lbs)
  • Masse à vide : 4 550 kg (10 031 lbs)
  • Surface alaire : 40 m² (431 sq. ft)
  • Hauteur : 3,8 m (12,467 ft)
  • Envergure : 17,45 m (57,251 ft)
  • Longueur : 12,75 m (41,831 ft)

Performances

  • Distance franchissable : 2 400 km (1 491 mi, 1 296 nm)
  • Plafond opérationnel : 10 100 m (33 136 ft)
  • Vitesse maximale HA : 505 km/h (314 mph, 273 kts)
  • Charge alaire, à vide : 113,75 kg/m² (23,298 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 168,75 kg/m² (34,563 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 2 moteurs à cylindres en étoile Nakajima Ha-115
  • Puissance unitaire : 846 kW (1 150 ch, 1 134 hp)

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Kawasaki Ki-48 à 10/05/2007 09:54 ciders
Est-il possible de mettre ça en post-it sous le titre " bombardiers de l'Axe (Seconde Guerre Mondiale) " ? ;)

Un petit bombardier japonais de derrière les fagots.



[u:37cf0][b:37cf0]Kawasaki Ki-48 :[/b:37cf0][/u:37cf0]

[u:37cf0][b:37cf0]Historique :[/b:37cf0][/u:37cf0]

En 1937, l'URSS décida de fournir à la Chine des Tupolev SB-2, dans le cadre du conflit contre le Japon. Cet avion produisit une grande impression aux pilotes japonais. Il était assez rapide pour échapper aux interceptions des chasseurs nippons. Très intéressée par le concept, l'Armée Impériale demanda la mise au point d'un nouveau bombardier. Les exigences des autorités portaient notamment sur la vitesse (480 km/h à 3 000 mètres d'altitude), la vitesse ascensionnelle (atteindre 5 000 m en dix minutes) et l'armement (400 kilos de bombes, et trois mitrailleuses).

Le constructeur japonais Kawasaki, déjà largement impliqué dans l'équipement des forces armées nippones, se lança dans l'étude de ce nouvel appareil en janvier 1938. Les ingénieurs de l'entreprise puisèrent dans leur expérience, acquise notamment dans le développement du bimoteur Ki-45 [i:37cf0]Toryu[/i:37cf0], qui se poursuivait à peu près en même temps. Le premier prototype apparut en juillet 1939. Il n'était pas satisfaisant, et vibrait beaucoup, ce qui nécessita de nouvelles études structurelles. Les retards qui s'ensuivirent pesèrent sur le programme. L'appareil ne fut finalement accepté qu'en mai 1940, sous la désignation officielle de [i:37cf0]bombardier léger bimoteur de l'Armée type 99 modèle 1[/i:37cf0], ou plus sobrement Kawasaki Ki-48-I.

Le Ki-48 se présentait comme un appareils très élégant, propulsé par deux moteurs. C'était un monoplan à aile médiane cantilever, doté d'un train d'atterrissage escamotable (dans les nacelles moteurs) et d'une roulette de queue rétractable. Il était construit entièrement en métal, et comportait de nombreux panneaux vitrés (dans le nez, autour de la cabine de ilotage et du poste du mitrailleur arrière).

La première série de production fut équipée de deux moteurs Nakajima Ha-25 en double étoile, d'une puissance unitaire de 950 chevaux, montés dans des nacelles installées sur le bord d'attaque de la voilure. L'équipage se composait de quatre personnes : un pilote, un radio-navigateur, un mitrailleur arrière et un observateur-bombardier. Les trois derniers se chargeaient, en plus de leur fonction, de servir l'armement de bord. Celui-ci se composait de trois mitrailleuses de calibre 7,7 mm (une montée dans le nez, une autre en position dorsale et la troisième en position ventrale). Une soute à bombes ventrale pouvait contenir jusqu'à 400 kilos de bombes.

Le Ki-48-1a entra en service actif à l'été 1940 et fut engagé en Chine dès l'automne. Sur un théâtre d'opérations dépourvu de chasse adverse efficace, et protégé par des escortes nombreuses, le Ki-48 se révéla efficace. Il fut ainsi engagé à de nombreuses reprises contre les positions chinoises, notamment par les 16è et 45è [i:37cf0]Hiko-Sentai[/i:37cf0]. D'autres servirent en Asie du Sud-Est. Il n'en fut pas de même dans le Pacifique, où les Alliés lui attribuèrent le nom de code [i:37cf0]Lily[/i:37cf0]. Ne dépassant pas les 480 km/h et pourvu d'un armement très léger, le Ki-48 constitua très vite une cible facile pour les chasseurs alliés.

Après avoir produit 557 exemplaires de la première génération de Ki-48 (1a et 1b, cette dernière variante n'incorporant que des différences mineures), les Japonais décidèrent de pallier aux déficiences apparues jusqu'alors en sortant une version améliorée. En avril 1942, les premiers Ki-48-II apparurent. Le Ki-48-II reçut un fuselage légèrement allongé et de nouvelles nacelles moteurs, abritant deux Nakajima Ha-115-II en double étoile (d'une puissance unitaire de 1 150 ch).

La protection fut elle aussi améliorée, par l'installation de réservoirs de carburant auto-obturants (grâce à des bandes de caoutchouc) et d'une protection accrue pour l'équipage (montage de plaques de blindage autour du cockpit, d'une épaisseur de 6 à 16 cm). On améliora enfin l'armement, avec le remplacement des mitrailleuses par des Te-3 de calibre 7,92 et 12,7 mm (cette dernière prenant place sur le dos de l'appareil), plus efficaces que les anciennes armes. La charge de bombes augmenta également, passant jusqu'à 800 kg. Une version spécifique, A partir de la version Ki-48-IIb, des freins d'intrados furent installés, pour le bombardement en piqué.

Cependant, toutes les modifications alourdirent l'appareil, et les performances ne furent pas accrues de manière significative. Le Ki-48-II était toujours trop lent et son armement toujours aussi insuffisant, surtout face aux nouveaux modèles de chasseurs états-uniens entrant alors en service. Les pertes restèrent sensibles parmi les formations de bombardement. A l'été 1944, le Ki-48 fut définitivement considéré comme obsolète. Sa production fut interrompue en octobre de la même année.

Les derniers exemplaires disponibles furent engagés dans des missions suicides, dans les Philippines et à Okinawa. D'autres furent abandonnés et capturés au sol, notamment aux Philippines, victimes du manque de carburant et de pièces détachées. On estime la production totale du type à 1 977 exemplaires (566 Ki-48-I et 1 411 Ki-48-II), prototypes compris.

………………………………………………………………………………………

[u:37cf0][b:37cf0]Caractéristiques :[/b:37cf0][/u:37cf0]

[u:37cf0]Version :[/u:37cf0]

Kawasaki Ki-48-IIb :

[u:37cf0]Type :[/u:37cf0]

Bombardier léger quadriplace

[u:37cf0]Moteurs :[/u:37cf0]

2 Nakajima Ha-115 en étoile de 1150 ch

[u:37cf0]Performances :[/u:37cf0]

Vitesse maximale à 5 600 m : 505 km/h
Vitesse ascensionnelle : 5 000 m en 8 mn 30
Plafond pratique : 10 100 m
Distance franchissable maximale : 2 400 km

[u:37cf0]Poids :[/u:37cf0]

A vide : 4 550 kg
Maximal au décollage : 6 750 kg

[u:37cf0]Dimensions :[/u:37cf0]

Envergure : 17,45 m
Longueur : 12,75 m
Hauteur : 3,80 m
Surface alaire : 40 mètres carrés

[u:37cf0]Armement : [/u:37cf0]

1 mitrailleuse avant de calibre 7,92 mm (6 magasins de 75 cartouches chacun)
1 mitrailleuse ventrale de calibre 7,92 mm (8 magasins de 75 cartouches chacun)
1 mitrailleuse dorsale de calibre 12,7 mm (500 cartouches)
Charge maximale de 800 kg de bombes

………………………………………………………………………………………

[b:37cf0][u:37cf0]Images :[/u:37cf0][/b:37cf0]

:arrow: http://avions.legendaires.free.fr/Images/Gki48.jpg
:arrow: http://www.warbirdsresourcegroup.org/IJARG/images/ki48-3.jpg
:arrow: http://f8onpmu.devhub.com/img/upload/tfbtrtyujyuk.jpg
à 10/05/2007 15:42 Ex-tomcat101
très bonne présentation merci!

je pense pouvoir apporter quelques descriptifs d'avions dans cette rubrique!
à 10/05/2007 21:46 ciders
Merci à l'affreux modo qui a accédé à ma demande. :mrgreen:

Bon, prochain appareil… j'hésite entre le Ki-21 et le Ki-49.

EDIT : ce sera finalement un bombardier italien, je vous fais ça ce soir.
à 11/05/2007 13:19 Clansman

Ciders a écrit

Merci à l'affreux modo qui a accédé à ma demande. :mrgreen:[/quote:4603b]

Quoi, quoi ? Tu veux que je le retire du post-it ? :mrgreen:
Re: Kawasaki Ki-48 à 17/12/2011 17:26 ciders
Mise à jour d'une antique fiche du forum. ^^
Re: Kawasaki Ki-48 à 17/12/2011 23:04 Jericho

ciders a écrit

Mise à jour d'une antique fiche du forum. ^^

Pourquoi? Y'a des nouveaux utilisateurs militaires?!? :shock:




:arrow:
Re: Kawasaki Ki-48 à 17/12/2011 23:13 ciders
Cible en vue, à six heures. Verrouillez dans le réticule. :bonnet:

Antique dans le sens où elle a quatre années, et où elle faisait partie des fiches de feu AMN.
Re: Kawasaki Ki-48 à 19/12/2011 08:47 Jericho

ciders a écrit

Cible en vue, à six heures. Verrouillez dans le réticule. :bonnet:

Antique dans le sens où elle a quatre années, et où elle faisait partie des fiches de feu AMN.
Ben voilà… c'est un fiche recyclée, suffisait d'expliquer! :mrgreen:

… plutôt que de gâcher plus de 1000 cartouches au risque d'érafler la peinture de mon C-3603! :fou:
Re: Kawasaki Ki-48 à 23/12/2011 10:55 touratier
Bonjour.
Quelques versions d'apres "le fana de l'aviation"
Re: Kawasaki Ki-48 à 31/08/2012 14:48 Clansman
La fiche sur le site
Re: Kawasaki Ki-48 à 22/02/2017 16:29 ciders
Clans, le Ki-66 qui apparaît dans les versions… ce n'est pas un Ki-48 modifié. Le seul Ki-66 existant est un prototype de Kawasaki d'un bombardier en piqué expérimental développé à partir de septembre 1941 plus ou moins avec pour modèle le Stuka et le Ju-88 (dont il reprend en partie les freins de piqué).
Re: Kawasaki Ki-48 à 22/02/2017 17:12 Clansman
Ah bon. J'ai peut-être confondu avec autre chose, faudra que je regarde ça.

Merci !

EDIT : en fait non, c'est le wiki qui m'a enduit d'erreur. Je supprime la version.
Re: Kawasaki Ki-48 à 22/02/2017 17:26 ciders
Merki ! Oui je parle japonais maintenant. :mrgreen:
Re: Kawasaki Ki-48 à 22/02/2017 17:27 Clansman
Ca aide. :mrgreen:
Re: Kawasaki Ki-48 à 25/02/2017 01:17 Ansierra117
Ce forum est clairement multilingue : on a meme un Suisse hahahah :)
Re: Kawasaki Ki-48 à 25/02/2017 06:53 Jericho

Ansierra117 a écrit

Ce forum est clairement multilingue : on a meme un Suisse hahahah :)
Exact, et même si plus de nonante-cinq pourcent des forumeurs sont français!
Edit: Zut, c'est vrai, c'est chez nous qu'on dit "nonante-cinq"… en France c'est huitante-quinze, c'est ça? :bonnet:
Re: Kawasaki Ki-48 à 25/02/2017 07:13 Clansman
en France c'est huitante-quinze, c'est ça

Voilà, t'as compris. :mrgreen:
Re: Kawasaki Ki-48 à 25/02/2017 07:21 Jericho

Clansman a écrit

en France c'est huitante-quinze, c'est ça

Voilà, t'as compris. :mrgreen:
Bien sûr: c'est pas parce qu'on est suisse qu'on est forcément benêt… :bonnet:
Répondre aux messages »
Texte de , créé le 17 septembre 2014 13:53, modifié le . ©AviationsMilitaires