Rappels

Histoire de l'appareil

Si la Chine s'est pourvue, au fil des ans, d'une force aérienne tout à fait respectable, certains domaines ont été clairement laissés de côté, pour des raisons variables. L'entraînement des équipages en est un. Depuis déjà de nombreuses années, les pilotes chinois sont formés sur les mêmes appareils que leurs instructeurs. La plupart des appareils utilisés, même s'ils sont neufs, répondent à des concepts vieux de plusieurs décennies. Les Nanchang CJ-6 sont entrés en service dans les années 1960, les JJ-5 (MiG-15) et les JJ-6 (MiG-19) dans les années 1960 voire 1970, les JJ-7 également. Aussi, quand bien même de nouveaux avions étaient mis en ligne, dans les régiments d'active, leurs équipages devaient-ils se former sur des modèles dépassés. Il fallut du temps pour que les autorités chinoises se rendent compte du problème. L'arrivée de nouveaux chasseurs-bombardiers dans les années 1980 et surtout 1990 le révéla dans toute son ampleur : passer après sa formation des JJ-6 aux Sukhoï Su-27SK ou aux Xian JH-7 n'était plus possible. Le développement de nouveaux modèles chinois, comme le J-10, acheva de convaincre les autorités.

Au milieu des années 1990, l'appareil d'entraînement avancé le plus répandu, du moins le plus moderne, était le Guizhou JJ-7. Il s'agissait d'un J-7 (modèle issu du MiG-21F-13, et progressivement amélioré) modifié, apparu en 1979 et produit à grande échelle à partir de 1986 : il semble bien que, pour le concevoir, les Chinois se soient inspirés du MiG-21U (code OTAN : Mongol-A). Guizhou possédait donc une certaine expérience en la matière : les autorités chinoises se tournèrent donc naturellement vers cette entreprise, pour lancer la conception d'un nouvel appareil d'entraînement avancé, devant remplacer les JJ-6 et JJ-7 en service. Il devait également faciliter la transition vers les nouveaux appareils entrant alors en service ou projetés, tels que le J-10 ou le J-11. Guizhou fit face dans cette affaire à un autre constructeur, Hongdu, qui développa un appareil délibérément moderne, le L-15, en coopération avec Yakovlev. Guizhou choisit une toute autre approche. On le vit lors de la présentation officielle du Guizhou JL-9, lors du salon Airshow China, en 2006.

Le JL-9, surnommé également Shanying (désignation anglophone : Plateau Eagle ou Mountain Eagle) est très nettement extrapolé du JJ-7, et également du J-7E. La ressemblance étonnante entre ces appareils repose sur le fait qu'une très grande partie de la structure du JL-9 leur a été emprunté. Ainsi, le JL-9 possède t-il la voilure en double delta du J-7E, et le même moteur. Il possède également la dérive, le train d'atterrissage et l'essentiel du fuselage du JJ-7. Seule la partie avant a été conçu ex nihilo. Il est à noter que, contrairement au MiG-21U, le JJ-7 et le JL-9 possèdent non pas une, mais deux quilles ventrales. Le cockpit accueille un pilote et un instructeur, assis en tandem, l'instructeur étant à l'arrière et dans une position plus haute que son élève. La verrière est construite d'un seul tenant, mais possède une ouverture indépendante pour chacun des membres équipages, et une partie fixe à l'avant. Elle s'ouvre en basculant sur la droite.

Deux entrées d'air semi-circulaires, débutant au-dessous du cockpit, alimentent en air le moteur, et des entrées d'air supplémentaires amovibles se trouvent sur les flancs du JL-9. La structure du JL-9 est indiquée résister à une charge de + 8 G à - 3 G. Les ingénieurs chinois ont prévu l'installation d'une perche de ravitaillement en vol, à l'avant du fuselage. Celui-ci se termine à l'avant par une pointe, abritant un système radar de contrôle de tir : les appareils prévus pour l'exportation doivent recevoir un système italien FIAR Grifo S-7, les autres un système de fabrication chinoise. L'avionique comprend aussi un viseur tête haute (HUD) XPS-2, des écrans multifonctions, deux sièges éjectables TYD-6 de type zéro-zéro et un databus au standard MIL-STD-1153B. L'armement est encore mal connu, mais on suppose que le JL-9 pourra emporter des missiles air-air PL-8 (le missile de conception israélienne Rafael Python-3, produit sous licence).

A l'heure actuelle, le statut du programme JL-9 est incertain. Il semble bien que 10 prototypes et appareils de présérie aient été produits. Deux appareils ont clairement été identifiés : ils sont codés 421 et 422 (chiffres en rouge) et correspondent au premier et au deuxième prototype. Un troisième, non codé, a été présenté en vol lors du salon China Airshow de 2006. On sait également que le JL-9 a été inclus par la PLAAF, en 2005, dans son 11ème programme quinquennal d'acquisition. Mais jusqu'à présent, il semble que le Hongdu L-15, plus moderne, soit le favori. Le JL-9, qui a pour lui le partage d'un grand nombre d'équipements avec de nombreux appareils déjà en service ainsi que le fait d'être moins coûteux à l'achat et à l'usage, pourrait tirer profit de ces avantages à une période où les dépenses militaires chinoises augmentent constamment. De surcroît, le JL-9 pourrait connaître un certain succès à l'exportation. Il est désigné FTC-2000 pour ces marchés.

Récemment, on a cependant eu la confirmation qu'une unité d'instruction de la marine chinoise, basée à Shanhaiguan, mettait en ligne des JL-9. Ils sont immatriculés 81x7x. Il en existe aussi une version améliorée, désignée JL-9G, qui ouvre la voie à un programme de navalisation.

Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions référencées

  • Guizhou JL-9 : Version de base.
  • Guizhou JL-9G : Version destinée à l'aéronavale chinoise.
  • Guizhou FTC-2000 : Version export du JL-9.
  • Guizhou FTC-2000G : Version export du JL-9G.

Pays exploitant actuellement cet appareil

Guizhou JL-9 voir la fiche complète

Principales caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 9 800 kg (21 605 lbs)
  • Masse à vide : 7 800 kg (17 196 lbs)
  • Surface alaire : 24,88 m² (267,806 sq. ft)
  • Hauteur : 4,1 m (13,451 ft)
  • Envergure : 8,32 m (27,297 ft)
  • Longueur : 14,55 m (47,736 ft)

Performances

  • Facteur de charge maximal : 8 G
  • Facteur de charge minimal : 3 G
  • Distance franchissable : 2 500 km (1 553 mi, 1 350 nm)
  • Plafond opérationnel : 16 000 m (52 493 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 260 m/s (853 ft/s)
  • Mach maximal HA : Mach 1,6
  • Charge alaire, à vide : 313,505 kg/m² (64,211 lbs/sq. ft)
  • Charge alaire, au décollage : 393,891 kg/m² (80,675 lbs/sq. ft)

Motorisation

  • 1 réacteur Guizhou WP-13F(C)
  • Puissance unitaire : 4 497 kgp (44 kN, 9 914 lbf), 6 645 kgp (65 kN, 14 650 lbf) avec post-combustion

Records FAI enregistrés

Liste des records enregistrés pour cet appareil par la Fédération Aéronautique Internationale.

Aucun record n'a été enregistré pour cet appareil.

Accidents enregistrés

  • Aucun Accident n'a été enregistré pour cet appareil.

Numéros de serie

Images

Images

Média externes

Forum

Sujet complet »
Guizhou JL-9 à 01/07/2010 12:58 ciders
Restons-en à la Chine, si vous le voulez bien. C'est que j'ai un Gordon à amortir moi. :bonnet:

Et puis, les avions chinois, quand bien même on pense ce qu'on veut de la Chine, ça reste des avions. Des avions intéressants, parfois originaux. Même si celui que je vais vous présenter ici… est très soviétique. Mais il est certains héritages à ne pas jeter, quand bien même c'est soviétique, donc forcément mité. :interr:

Oyez donc, mesdames, mesdemoiselles, messieurs ! Oyez l'aventure d'une cage à poules comme il n'y en a pas deux (on parle de poules hein, pas de Zahia) ! Il est jeune, il respire la santé, il nous vient d'une bourgade éminemment sympathique.

Faites donc place au Guizhou JL-9 !



Historique :

Si la Chine s'est pourvue, au fil des ans, d'une force aérienne tout à fait respectable, certains domaines ont été clairement laissés de côté, pour des raisons variables. L'entraînement des équipages en est un. Depuis déjà de nombreuses années, les pilotes chinois sont formés sur les mêmes appareils que leurs instructeurs. La plupart des appareils utilisés, même s'ils sont neufs, répondent à des concepts vieux de plusieurs décennies. Les Nanchang CJ-6 sont entrés en service dans les années 1960, les JJ-5 (MiG-15) et les JJ-6 (MiG-19) dans les années 1960 voire 1970, les JJ-7 également. Aussi, quand bien même de nouveaux avions étaient mis en ligne, dans les régiments d'active, leurs équipages devaient-ils se former sur des modèles dépassés. Il fallut du temps pour que les autorités chinoises se rendent compte du problème. L'arrivée de nouveaux chasseurs-bombardiers dans les années 1980 et surtout 1990 le révéla dans toute son ampleur : passer après sa formation des JJ-6 aux Sukhoï Su-27SK ou aux Xian JH-7 n'était plus possible. Le développement de nouveaux modèles chinois, comme le J-10, acheva de convaincre les autorités.

Au milieu des années 1990, l'appareil d'entraînement avancé le plus répandu, du moins le plus moderne, était le Guizhou JJ-7. Il s'agissait d'un J-7 (modèle issu du MiG-21F-13, et progressivement amélioré) modifié, apparu en 1979 et produit à grande échelle à partir de 1986 : il semble bien que, pour le concevoir, les Chinois se soient inspirés du MiG-21U (code OTAN : Mongol-A). Guizhou possédait donc une certaine expérience en la matière : les autorités chinoises se tournèrent donc naturellement vers cette entreprise, pour lancer la conception d'un nouvel appareil d'entraînement avancé, devant remplacer les JJ-6 et JJ-7 en service. Il devait également faciliter la transition vers les nouveaux appareils entrant alors en service ou projetés, tels que le J-10 ou le J-11. Guizhou fit face dans cette affaire à un autre constructeur, Hongdu, qui développa un appareil délibérément moderne, le L-15, en coopération avec Yakovlev. Guizhou choisit une toute autre approche. On le vit lors de la présentation officielle du Guizhou JL-9, lors du salon Airshow China, en 2006.

Le JL-9, surnommé également Shanying (désignation anglophone : Plateau Eagle ou Mountain Eagle) est très nettement extrapolé du JJ-7, et également du J-7E. La ressemblance étonnante entre ces appareils repose sur le fait qu'une très grande partie de la structure du JL-9 leur a été emprunté. Ainsi, le JL-9 possède t-il la voilure en double delta du J-7E, et le même moteur. Il possède également la dérive, le train d'atterrissage et l'essentiel du fuselage du JJ-7. Seule la partie avant a été conçu ex nihilo. Il est à noter que, contrairement au MiG-21U, le JJ-7 et le JL-9 possèdent non pas une, mais deux quilles ventrales. Le cockpit accueille un pilote et un instructeur, assis en tandem, l'instructeur étant à l'arrière et dans une position plus haute que son élève. La verrière est construite d'un seul tenant, mais possède une ouverture indépendante pour chacun des membres équipages, et une partie fixe à l'avant. Elle s'ouvre en basculant sur la droite.

Deux entrées d'air semi-circulaires, débutant au-dessous du cockpit, alimentent en air le moteur, et des entrées d'air supplémentaires amovibles se trouvent sur les flancs du JL-9. La structure du JL-9 est indiquée résister à une charge de + 8 G à - 3 G. Les ingénieurs chinois ont prévu l'installation d'une perche de ravitaillement en vol, à l'avant du fuselage. Celui-ci se termine à l'avant par une pointe, abritant un système radar de contrôle de tir : les appareils prévus pour l'exportation doivent recevoir un système italien FIAR Grifo S-7, les autres un système de fabrication chinoise. L'avionique comprend aussi un viseur tête haute (HUD) XPS-2, des écrans multifonctions, deux sièges éjectables TYD-6 de type zéro-zéro et un databus au standard MIL-STD-1153B. L'armement est encore mal connu, mais on suppose que le JL-9 pourra emporter des missiles air-air PL-8 (le missile de conception israélienne Rafael Python-3, produit sous licence).

A l'heure actuelle, le statut du programme JL-9 est incertain. Il semble bien que 10 prototypes et appareils de présérie aient été produits. Deux appareils ont clairement été identifiés : ils sont codés 421 et 422 (chiffres en rouge) et correspondent au premier et au deuxième prototype. Un troisième, non codé, a été présenté en vol lors du salon China Airshow de 2006. On sait également que le JL-9 a été inclus par la PLAAF, en 2005, dans son 11ème programme quinquennal d'acquisition. Mais jusqu'à présent, il semblait que le Hongdu L-15, plus moderne, était favori. Le JL-9, qui a pour lui de partager un grand nombre d'équipements avec de nombreux appareils déjà en service, et d'être moins coûteux à l'achat et à l'usage, pourrait tirer profit de cet avantage, à une période où les dépenses militaires chinoises augmentent constamment. De surcroît, le JL-9 pourrait connaître un certain succès à l'exportation. Il est désigné FTC-2000 pour ces marchés.

Récemment, on a cependant eu la confirmation qu'une unité d'instruction de la marine chinoise, basée à Shanhaiguan, mettait en ligne des JL-9. Ils sont immatriculés 81x7x. Il en existerait aussi une version navalisée, désignée JL-9G.

………………………………………………………………………………………

Caractéristiques :

Version :

Guizhou JL-9

Type :

Appareil d'entraînement avancé

Premier vol :

13 décembre 2003

Équipage :

2 hommes

Motorisation :

1 Guizhou Liyang WP-13F(C), d'une puissance de 44,1 kN à sec, et 66,7 kN avec postcombustion

Poids :

Masse à vide : 7 800 kg
Masse maximale au décollage : 9 800 kg

Performances :

Vitesse maximale : Mach 1,6
Vitesse de croisière : indeterminée
Vitesse ascensionnelle : 260 m/s
Plafond pratique : 16 000 m
Distance franchissable maximale : 2 500 km
Rayon d'action de combat : indéterminé

Dimensions :

Envergure : 8,32 m
Hauteur : 4,1 m
Longueur : 14,55 m
Surface alaire : 24,88 mètres carrés

Armement :

1 canon Type 23-I de calibre 23 mm
4 points d'emport sous voilure, 1 point d'emport ventral ; capacité maximale : 2 000 kg de charge utile
Possibilité d'emporter 1 réservoir auxiliaire de 780 litres en point ventral, ou 2 réservoirs auxiliaires de 480 litres chacun sur les points d'emport intérieurs de la voilure

Pays utilisateurs :

Chine

………………………………………………………………………………………

Images :

:arrow: JL-9 au sol
:arrow: En phase d'atterrissage
:arrow: Une bien belle vue de face

………………………………………………………………………………………

Sources :

- Chinese Air Power, de Yefim Gordon et Dmitriy Komissarov
- http://www.military-today.com/aircraft/jl9.htm
- http://en.wikipedia.org/wiki/Guizhou_JL-9#Specifications
- http://www.globalsecurity.org/military/world/china/jl-9.htm
- http://www.sinodefence.com/airforce/trainer/jl9.asp
Re: Guizhou JL-9 à 23/03/2011 15:00 Clansman
La fiche sur le JL-9 est sur le site
Re: Guizhou JL-9 à 01/08/2012 22:28 ciders
http://alert5.com/2012/07/31/high-resolution-photo-of-new-jl-9-with-dsi-intakes-no-tail-hook/66378840gw1dvgd2lb3q9j1/

Une bien belle photo d'un nouveau JL-9, sans crosse d'appontage et avec de nouvelles entrées d'air.
Re: Guizhou JL-9 à 25/03/2017 16:31 ciders
Fin de la production du JJ-7A selon Andy Rupprecht : les deux derniers, numérotés 3827 et 3828 ont été livrés le 22 mars à la deuxième brigade de l'école de pilotage de X'ian. Il en resterait peut-être quelques uns à achever mais ça sent la fin.
Re: Guizhou JL-9 à 08/04/2017 10:30 Ansierra117
Tu es sur le topic du JL-9 hahaha :)
Re: Guizhou JL-9 à 08/04/2017 20:49 ciders
Oui mais le JL-9 est le remplaçant du JJ-7.
Répondre aux messages »
Texte de , créé le Sept. 17, 2014, 1:53 p.m., modifié le . ©AviationsMilitaires